Votre enfant est déjà inscrit à une école du CECCE ? Votre enfant n'est pas encore inscrit à une école du CECCE ?
EN
Inscription en tout temps : 1 (888) 230-5131
TÉLÉPHONER Liens utiles A+  A- Résultats OQRE Je veux inscrire mon enfant

Communiqués de presse

Retour à la normale à l’École élémentaire catholique d’enseignement personnalisé Lamoureux

Le 8 novembre 2018, OTTAWA - Ce matin vers 9 h 15, l’École élémentaire catholique d’enseignement personnalisé Lamoureux a alerté les services d’urgence alors que quinze élèves à bord d’un autobus scolaire du parcours LAM06 ont eu des nausées et éprouvé des problèmes respiratoires.

Dans les minutes qui ont suivies, les services d’urgence sont rapidement arrivés sur les lieux et ont pris en charge tous les élèves qui étaient à bord de l’autobus. Sur environ 40 élèves qui étaient dans cet autobus, quinze présentaient des malaises. Ils ont rapidement été traités par les services paramédicaux, puis redirigés vers le centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO). Les services paramédicaux sur place ont également évalué les autres élèves qui étaient à bord de ce même autobus. Ces derniers n’ont présenté aucun symptôme et ont pu reprendre leurs activités normales à l’école. Tout au long de la journée, le personnel de l’école a continué de surveiller les élèves qui étaient à bord de l’autobus. La direction de l’école a d’ailleurs collaboré étroitement avec le service de Santé publique Ottawa ainsi qu’avec les services d’urgence et demeure disposée à appuyer les familles. Une travailleuse sociale était également sur place pour appuyer, au besoin, les élèves.

Les élèves de l’école Lamoureux qui ont subi des malaises sont présentement entre bonnes mains à CHEO et les activités scolaires ont repris leur cours normal. D’ailleurs, plusieurs des élèves qui avaient été transportés à l'hôpital sont déjà de retour à la maison.

Selon une analyse préliminaire réalisée par un technicien du Consortium de transport d’Ottawa, la cause probable de cette situation serait le réchauffement des nouveaux freins récemment posés sur l'autobus. Le Consortium de transport d’Ottawa, en collaboration avec les différents partenaires, poursuivra son enquête afin de déterminer s’il y a une autre cause qui pourrait expliquer les malaises ressentis par les élèves.

L’administration du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) fait de la sécurité et du bien-être de ses élèves, sa priorité. Elle s’est ainsi assurée de mobiliser les ressources nécessaires pour adresser la situation efficacement et poursuit ses efforts pour maintenir un climat positif et bienveillant au sein de l’école.

Un nouveau dôme sportif à l'École secondaire catholique Paul-Desmarais en partenariat avec les Sooners d'Ottawa

Le 30 octobre 2018, OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) concrétise son partenariat avec le club de football des Sooners d’Ottawa, en soulignant le début des travaux qui mèneront à la construction du futur dôme sportif à l’École secondaire catholique Paul-Desmarais. Pour l’occasion, la communauté scolaire du CECCE et les Sooners d’Ottawa, entourés de leurs partenaires, ont procédé à une première pelletée de terre symbolique cet après-midi, sur le site où le nouveau dôme sportif sera construit et dont l’ouverture est prévue en mai 2019.

La présidente du Conseil, Johanne Lacombe, insiste quant à elle sur l’importance du partenariat qui allie le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et le Club de football des Sooners d’Ottawa : « Grâce au travail acharné de nos précieux partenaires, dont le Club de football des Sooners d’Ottawa, sans qui ce projet n’aurait pas pu voir le jour, l’École secondaire catholique Paul-Desmarais se démarquera parmi les écoles de la région, alors qu’elle se verra offrir des installations de haute qualité à ses élèves, mais également à l’ensemble de la communauté de Stittsville. Je souhaite également remercier le conseiller municipal, monsieur Shad Qadri, pour son appui et ses judicieux conseils, tout au long du processus. »

« C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est accueille la construction d’un nouveau dôme sportif, qui permettra à la communauté scolaire d’y pratiquer, tout au long de l’année, une multitude de sports. D’ailleurs, le Conseil prévoit effectuer une consultation publique auprès des familles d’ici la fin de l’année, dans le but de mettre en place des programmes sportifs adaptés aux intérêts des élèves. Le Conseil a également à coeur la santé mentale et physique de ses élèves, ainsi que leur bien-être. Il se fait donc un point d’honneur de leur offrir les installations appropriées pour promouvoir et encourager, notamment, la pratique régulière de l’activité physique », exprime Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

En outre, la taille du terrain de football en gazon synthétique du futur dôme sportif sera conforme aux dimensions d’un terrain de la Ligue canadienne de football (LCF), pour répondre aux besoins des Sooners d’Ottawa. Dotée d’une architecture moderne, cette structure sportive sera par la suite agrémentée de végétation afin que le tout s’harmonise avec l’environnement actuel.

La directrice de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, Annie Touchette, est tout à fait enchantée de voir un projet d’envergure comme celui-ci devenir réalité : « Je suis fière de voir fleurir cette jeune école, qui a ouvert ses portes il y a moins de trois ans. Par sa contribution à ce projet, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est fait encore une fois preuve qu’il est à l’écoute des besoins de sa communauté, alors que la population francophone de l’ouest d’Ottawa est en pleine croissance. Les élèves se réjouissent à l’idée qu’ils pourront profiter de ces nouvelles installations sportives dès le printemps prochain. »

Trois directions d’école du CECCE reconnues au colloque de l’ADFO

Le 19 octobre 2018, OTTAWA – Trois directions d’école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se sont démarquées le 18 octobre dernier, lors de la remise de prix du colloque de l’Association des directions et directions adjointes des écoles franco-ontariennes (ADFO), qui se tenait à Toronto.  

Lucille Plante, directrice de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, est l’une des cinq récipiendaires du Prix du leadership. Cette nouvelle catégorie de prix vise à reconnaître la contribution exceptionnelle et l’engagement bénévole des directions d’école auprès de leur communauté scolaire. Sa candidature a été retenue grâce à sa grande ouverture d’esprit, son approche humaine et ses compétences interpersonnelles, qui font d’elle une leader naturelle et un modèle pour les membres de sa communauté scolaire.

« Le leadership est une qualité importante à cultiver pour les directions d’école, car il représente le vecteur-clé de la mobilisation, faisant d’elles de réels piliers. Je suis donc fière de voir que les efforts de Mme Lucille Plante soient reconnus par ses pairs et mis en valeur lors de cet événement d’envergure provinciale », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Jean-François Boulanger, récemment nommé à la direction de l’École d’application du Centre Jules-Léger, ainsi que Dany Dumont, directeur de l’Éducation permanente, sont deux des cinq récipiendaires du Prix de la présidence. Ces prix, décernés chaque année depuis 2014, visent à reconnaître la contribution exceptionnelle des cotisantes et cotisants à l’ADFO, de même que leurs réalisations marquantes ayant favorisé la reconnaissance du rôle et de la place de l’Association au sein du Conseil et de la province.

Troisième à partir de la gauche sur la photo, M. Dany Dumont, quatrième à partir de la gauche sur la photo, M. Jean-François Boulanger - Crédit photo: Vicky

Jean-François Boulanger a su démontrer sa passion pour l’éducation à maintes reprises durant sa carrière, alors qu’il est très impliqué au sein de l’ADFO. Il offre, entre autres, les cours du Programme de qualification à la direction d’école et participe même à la révision de ces cours, afin d’améliorer l’expérience des futures directions d’école. Quant à Dany Dumont, il a été coprésident de l’association locale pendant trois ans, en plus d’animer plusieurs ateliers sur les programmes offerts par le CECCE lors des colloques. Il est reconnu par ses pairs comme étant un directeur engagé, passionné et toujours à l’écoute des besoins de sa communauté.

« C’est un honneur pour le CECCE, d’être si bien représenté au colloque de l’Association des directions et directions adjointes des écoles franco-ontariennes! L’engagement, le dévouement et le leadership dont font preuve Mme Plante, M. Boulanger et M. Dumont sont fortement applaudis par l’ensemble de la communauté scolaire. Je les remercie du fond du coeur de poursuivre leur vocation avec tant de passion au sein des écoles catholiques du Centre-Est », conclut Réjean Sirois, directeur de l’éducation du Conseil.

Les travaux de construction sont lancés pour la nouvelle école du CECCE!

 

Le 16 octobre 2018, OTTAWA – Les travaux qui mèneront à la construction de la future École élémentaire catholique Riverside-Sud sont entamés. Pour souligner cette étape importante, la communauté scolaire et les différents partenaires ont procédé à une première pelletée de terre symbolique cet après-midi, sur le site où la nouvelle école sera construite, à l’intersection de l’avenue Ralph Hennessy et de la voie Mount Nebo.

 

 

« De plus en plus de familles franco-ontariennes, exogames et bilingues du secteur choisissent le Conseil des écoles catholique du Centre-Est, comme le témoigne la croissance fulgurante des effectifs depuis les dernières années. L’ouverture d’une nouvelle école confirme le désir du Conseil de continuer de répondre aux besoins fondamentaux des familles de sa communauté scolaire. Cette nouvelle école permettra à plus de 400 élèves de la maternelle à la 6e année de s’ajouter à la grande famille du CECCE dès la prochaine rentrée scolaire en août 2019 et cela constitue une grande fierté », exprime Réjean Sirois, directeur de l’éducation.  

Quant au vice-président du CECCE et conseiller scolaire représentant le secteur, Chad Mariage, il affirme que ce projet est le fruit de l’implication et de l’engagement de la communauté scolaire: « La communauté francophone de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître connaît une croissance importante. Cette dernière est d’ailleurs au maximum de sa capacité! C’est pourquoi le Conseil est très fébrile à l’idée de lancer la construction d’une nouvelle école dans le sud-ouest d’Ottawa. Ce projet revêt un caractère bien particulier, puisque l’École élémentaire catholique Riverside-Sud sera la deuxième du Conseil à offrir le calendrier équilibré avec Bernard-Grandmaître, qui l’offre déjà depuis 2006. » La présidente du Conseil, Johanne Lacombe, ajoute que: « Si le projet voit le jour , c’est en grande partie grâce au financement accordé par le ministère de l’Éducation de l’Ontario, qui a su reconnaître le besoin dans la communauté et écouter l’appel des parents pour une nouvelle école élémentaire catholique dans ce secteur. Le Conseil est donc très reconnaissant. »

En effet, après de vastes consultations auprès des communautés scolaires des écoles élémentaires catholiques Bernard-Grandmaître et Sainte-Bernadette, la majorité des répondants se sont montrés favorables à l’adoption du calendrier équilibré, et 93 % de ceux-ci sont d’avis que cette approche a un impact positif sur le bien-être des élèves et membres du personnel. Ce régime scolaire unique, selon lequel les élèves commencent leur année scolaire deux semaines plus tôt, à la mi-août, et terminent une semaine plus tard, à la fin juin, leur permet de profiter de plus longs congés traditionnels. Ils bénéficient donc d’une semaine de congé lors de la fête de l’Action de grâce, d’une semaine de congé pour la fête de la Reine et de deux semaines pour la relâche de mars.

Une autre consultation publique est à venir, le 6 novembre prochain à 19 h, à l'École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, cette fois-ci pour déterminer le secteur de fréquentation de la nouvelle école.

Inauguration d’une classe extérieure verte et unique en son genre au CECCE

Le 5 octobre 2018, OTTAWA - Ce matin, l'École élémentaire catholique Sainte-Marie a inauguré sa toute première classe extérieure, une initiative unique favorisant une expérience éducative transformée et permettant au personnel enseignant de découvrir le potentiel pédagogique de la cour d’école. Ainsi, certaines activités d’apprentissage seront proposées à l’extérieur, où la nature se transformera en salle de classe, afin d’inspirer l’éducation en plein air et par le jeu. Cette classe extérieure est d’ailleurs la première phase d’un projet qui comprendra, dans un deuxième temps, la création d’un potager communautaire ainsi que des rocailles en forme de jaguar.

L’initiative a été imaginée dans le cadre d’un concours lancé par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) en mars dernier, pour célébrer ses 20 ans d’existence. Pour participer, les écoles devaient produire une vidéo présentant un projet tenant à cœur leur communauté scolaire. Parmi les 25 projets proposés et suite à la compilation de plus de 33 000 votes, le public a choisi le projet de l’école Sainte-Marie, ce qui lui a valu un chèque de 5 000 $. Grâce à ce montant et à de généreux dons de la part de plusieurs partenaires communautaires, dont le Club Optimiste, le Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO) et l’Association communautaire de Blackburn Hamlet, l’école a pu bonifier son budget de 25 000 $!

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier de contribuer à la création d’une classe extérieure et d’un potager communautaire, des projets qui suscitent une prise de conscience environnementale chez les élèves et  qui feront évoluer leur mentalité et leur comportement quant à l’utilisation responsable des énergies et la protection de l’environnement », témoigne Réjean Sirois, directeur de l’éducation du Conseil.

Quant à la présidente, Johanne Lacombe, elle indique que « les idées novatrices et authentiques de la direction et des membres du personnel de l’École élémentaire catholique Sainte-Marie encouragent chaque élève à cheminer vers le développement de son plein potentiel, de façon à devenir un citoyen engagé et éthique, des valeurs ancrées dans le Profil de sortie de l’élève des écoles catholiques du Centre-Est ».

La directrice de l’école, Gisèle Sonier, exprime sa gratitude et son enthousiasme. « À Sainte-Marie, l’équipe est composée de personnes créatives, ambitieuses et visionnaires, qui ont toujours de nouvelles idées pour transformer l’expérience d’apprentissage des élèves. Des initiatives comme celle-ci nécessitent du financement pour voir le jour et c’est pourquoi je suis infiniment reconnaissante de la confiance que nous ont accordée de nombreux partenaires afin de mener à bien ce projet qui saura animer notre communauté ainsi que notre beau quartier! »

Les élèves de Kingston obtiennent d’excellents résultats aux tests de l’OQRE

KINGSTON, 19 septembre 2018 - Les résultats aux tests provinciaux de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) ont été divulgués ce matin et, encore une fois cette année, les élèves de l’École secondaire catholique Marie-Rivier obtiennent d’excellents résultats.

En 9e année, 94 % des élèves de l’École secondaire Marie-Rivier ont atteint ou dépassé la norme provinciale en mathématiques. Ces résultats sont de 6 points de pourcentage supérieurs à ceux obtenus par l’ensemble des écoles de langue française de l’Ontario. De plus, pour une troisième année consécutive, 100 % des élèves de 10e année éligibles pour la première fois et ayant participé au test ont réussi le Test provincial de compétences linguistiques (TPCL).

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations des membres du personnel du Conseil, et cela transparaît dans les résultats scolaires ainsi que dans l’enthousiasme exprimé par les élèves. Je souhaite aussi remercier les centaines de familles qui témoignent d’une grande confiance envers les écoles catholiques du Centre-Est en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE », affirme la conseillère scolaire Diane Burns.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, se réjouit également du succès des élèves : « Pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, ces résultats sont la preuve qu’un environnement bienveillant encourage chaque élève à se surpasser, car un élève qui est bien apprend bien. Je suis très heureux de constater que les écoles catholiques du Centre-Est, comme celles de Kingston, font aussi belle figure à l’échelle provinciale. L’excellence des résultats vient confirmer la qualité de l’éducation offerte grâce à l’approche de la transformation de l’expérience d’apprentissage. Ces résultats démontrent assurément le leadership et l’engagement des directions et directions adjointes d’école et de tous les membres du personnel pour assurer la réussite de chaque élève. » Il ajoute que : « L'école Marie-Rivier n'a pas fini de faire parler d'elle, puisqu'elle se dotera d’installations modernes et lancera de nouveaux programmes dès la rentrée 2020, afin de répondre aux besoins de la communauté scolaire et de permettre à chaque élève de poursuivre ses rêves. »

D’excellents résultats aux tests de l’OQRE pour le Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie

PEMBROKE, 19 septembre 2018 - Les résultats aux tests provinciaux de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) ont été divulgués ce matin et, encore une fois cette année, les élèves du Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie obtiennent d’excellents résultats.

En ce qui a trait aux élèves de 6e année, 95 % d’entre eux ont un rendement équivalent ou supérieur à la norme provinciale en lecture, c’est-à-dire qu’ils ont une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3), alors que pour la composante en écriture, c’est plutôt 78 % des élèves qui ont atteint ou dépassé la norme de la province.

Les élèves de 9e année ont également de quoi être fiers, puisque 97 % d’entre eux ont un rendement équivalent ou supérieur à la norme provinciale au test théorique en mathématiques, et 71 % ont atteint ou dépassé le niveau 3 ou 4 au test appliqué. Les résultats au test théorique en mathématiques surpassent ainsi le taux de l’Ontario francophone de 9 points au test de mathématiques théoriques et de 20 points au test de mathématiques appliquées.

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations des membres du personnel du Conseil, et cela transparaît dans les résultats académiques ainsi que dans l’enthousiasme manifesté par les élèves. Je souhaite aussi remercier les centaines de familles qui témoignent d’une grande confiance à l’égard des  écoles catholiques du Centre-Est en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE », affirme le conseiller scolaire Robert Lemelin.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, se réjouit également du succès des élèves : « Pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, ces résultats sont la preuve qu’un environnement bienveillant encourage chaque élève à se surpasser, car un élève qui est bien apprend bien. Je suis donc très heureux de constater que les écoles catholiques du Centre-Est, comme l’école de Pembroke, font aussi belle figure à l’échelle provinciale. L’excellence des résultats vient confirmer la qualité de l’éducation offerte grâce à l’approche de la transformation de l’expérience d’apprentissage. Ces résultats démontrent assurément le leadership et l’engagement des directions et directions adjointes d’école et de tous les membres du personnel pour assurer la réussite de chaque élève. »

L’Académie catholique Ange-Gabriel : une école parmi les meilleures en province

BROCKVILLE, 19 septembre 2018 - Les résultats aux tests provinciaux de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) ont été divulgués ce matin et, encore une fois cette année, les élèves de 3e, 6e, 9e et 10e année de l’Académie catholique Ange-Gabriel (ACAG) obtiennent des résultats remarquables, ce qui positionne l’école parmi les meilleures en province.

En ce qui concerne les élèves de 3e année, 92 % d’entre eux ont un rendement équivalent ou supérieur à la norme provinciale en mathématiques, c’est-à-dire qu’ils font preuve d’une compréhension approfondie (niveau 4) ou d’une bonne compréhension (niveau 3). Les résultats pour cette composante présentent un écart notable avec les résultats obtenus en province, alors que l’Académie catholique Ange-Gabriel surpasse  de 17 points de pourcentage les résultats obtenus par les écoles de langue française en Ontario. De plus, 83 % des élèves de 3e année ont atteint ou dépassé le niveau 3 ou 4 en écriture, surpassant de 7 points de pourcentage les résultats provinciaux. Finalement, 88 % de ces élèves ont un rendement équivalent ou supérieur à la norme provinciale en lecture, comparativement à 84 % pour la province.

Quant aux élèves de 6e année, 90 % d’entre eux ont atteint ou dépassé la norme provinciale en mathématiques, un résultat supérieur de 7 points de pourcentage au taux de l’Ontario.

D’autre part, 94 % des élèves de la 9e année ont un rendement équivalent ou supérieur à la norme provinciale pour la composante mathématiques, comparativement à 88 % pour la province francophone.

L’Académie catholique Ange-Gabriel peut se vanter de maintenir pour une troisième année consécutive, un taux de succès élevé au Test provincial de compétences linguistiques (TPCL). En effet, 100 % des élèves éligibles pour la première fois et ayant participé au test ont réussi le TPCL en 10e année.

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations des membres du personnel de l’ACAG, et cela transparaît dans les résultats académiques ainsi que dans l’enthousiasme manifesté par les élèves. Je souhaite aussi remercier les centaines de familles qui témoignent d’une grande confiance à l’égard des écoles catholiques du Centre-Est en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE », affirme la conseillère scolaire Anouk Tremblay.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, se réjouit également du succès des élèves : « Pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, ces résultats sont la preuve qu’un environnement bienveillant encourage chaque élève à se surpasser, car un élève qui est bien, apprend bien. Je suis donc très heureux de constater que les écoles catholiques du Centre-Est, comme l’école de Brockville, font aussi belle figure à l’échelle provinciale. L’excellence des résultats vient confirmer la qualité de l’éducation offerte grâce à l’approche de la transformation de l’expérience d’apprentissage. Ces résultats démontrent assurément le leadership et l’engagement des directions et directions adjointes d’école et de tous les membres du personnel pour assurer la réussite de chaque élève. »

Les écoles catholiques du Centre-Est : meilleurs résultats en province

OTTAWA, 19 septembre 2018 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) obtient à nouveau les meilleurs résultats en province aux tests de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE). Pour une 10e année consécutive, le CECCE se trouve en tête de lice parmi les conseils scolaires francophones, enregistrant les meilleurs résultats dans 7 des 9 tests évalués par l’OQRE.

Résultats aux tests de l’OQRE, 3e et 6e années (lecture, écriture et mathématiques)

En ce qui concerne les élèves de 3e année qui fréquentent les écoles catholiques du Centre-Est, 89 % d’entre eux ont un rendement équivalent ou supérieur à la norme provinciale en lecture, c’est-à-dire qu’ils ont une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3), alors que pour la composante en écriture, c’est plutôt 83 % des élèves qui ont atteint ou dépassé la norme de la province. Pour la composante mathématique, 80 % des élèves du CECCE ont également atteint ou dépassé le niveau 3 ou 4. Leurs résultats aux trois tests s’élèvent ainsi de 5 à 7 points de pourcentage au-dessus du taux provincial.

Les résultats des élèves de la 6e année sont aussi supérieurs aux taux de l’Ontario pour ces mêmes composantes. En lecture, 96 % des élèves du CECCE ont atteint ou dépassé la norme, alors que 84 % des élèves l’ont atteint ou dépassé en écriture. De plus, 89 % d’entre eux ont atteint ou dépassé la norme provinciale en mathématiques. Ces taux sont donc de 4 à 6 points de pourcentage plus élevés en comparaison avec le résultat provincial.

« La tradition d’excellence des écoles catholiques du Centre-Est est une fois de plus démontrée par les résultats remarquables des élèves de la 3e et de la 6e année aux tests de l’OQRE. Les résultats supérieurs au taux provincial prouvent que l’enseignement catholique francophone et l’approche de la transformation de l’expérience d’apprentissage donnent des résultats significatifs et poussent chaque élève à se surpasser pour développer son plein potentiel », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. Elle ajoute que « L’excellence des résultats est aussi la preuve que les écoles catholiques du Centre-Est offrent un environnement bienveillant propice à l’apprentissage. La culture de bienveillance a sans contredit une influence positive sur l’estime de soi et la confiance de l’élève. Elle installe par ailleurs un climat qui incite l’élève à se surpasser. »

Test provincial de mathématiques (9e année)

Les écoles catholiques du Centre-Est se sont également illustrées en 9e année, avec des résultats nettement au-dessus de la moyenne provinciale, se classant ainsi parmi les meilleurs en province. Le pourcentage d’élèves ayant atteint un rendement de niveau 3 ou 4 au test théorique de mathématiques est de 92 %, alors que le résultat provincial est de 88 %. Pour le test appliqué, la proportion d’élèves qui atteignent un niveau 3 ou 4 se chiffre à 62 %, dépassant ainsi de 11 points de pourcentage le résultat de l’Ontario français.  

Test provincial de compétences linguistiques (10e année)

Enfin, 94 % des élèves éligibles pour la première fois et ayant participé au test ont réussi le Test provincial de compétences linguistiques (TPCL) en 10e année. Ce résultat est de 3 points supérieur à celui de la province.

« Le fait que le CECCE se trouve en tête de lice pour une 10e année consécutive parmi les conseils scolaires francophones honore la marque de confiance accordée par les milliers de familles qui ont choisi les écoles catholiques du Centre-Est. Je me réjouis de l’amélioration des résultats des élèves de 9e année en mathématiques, lesquels ont permis au Conseil de se classer parmi les meilleurs en province. Ces résultats démontrent le leadership et l’engagement des directions et directions adjointes d’école ainsi que de tous les membres du personnel pour assurer la réussite de chaque élève » indique Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

Jour de rentrée pour 24 500 élèves des écoles catholiques du Centre-Est

Le mardi 28 août 2018 - C’est sous le signe de la bienveillance que des milliers d’élèves francophones ont fait leur rentrée scolaire ce matin, dans 53 des 55 écoles élémentaires et secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). Les élèves de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître et l’École secondaire catholique Minto  ont pour leur part débuté les classes le 15 et le 21 août respectivement.

« Au nom de toutes les conseillères et tous les conseillers scolaires, j’aimerais souhaiter  une merveilleuse année scolaire aux quelque 24 500 élèves qui fréquentent les écoles catholiques du Centre-Est », s’exclame la présidente, Johanne Lacombe. Elle ajoute que   « plus de 750 élèves se sont ajoutés à la grande communauté scolaire du CECCE depuis l’an dernier. Encore cette année, le CECCE connaît une hausse remarquable de ses effectifs, signe que de plus en plus de familles considèrent que les écoles catholiques du Centre-Est constituent une option de choix pour l’éducation en français de leurs enfants ».

« Cette année scolaire sera l’occasion de mettre en lumière le caractère bienveillant des écoles catholiques du Centre-Est », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « Les élèves et les membres du personnel seront encouragés à faire preuve et à s’imprégner de bienveillance, non seulement à l’école et à la maison, mais dans toutes les sphères de leur vie. Une Journée de la bienveillance a d’ailleurs été identifiée afin de souligner cette thématique chaque mois, tout au long de l'année scolaire et dans l'ensemble des écoles catholiques du Centre-Est. »

Rentrée scolaire à l’École secondaire catholique Minto

Le 21 août dernier, l’École secondaire catholique Minto, axée sur l’innovation par l’apprentissage appliqué, la créativité et le bien-être, accueillait ses 75 élèves pour amorcer la nouvelle année scolaire.

L’École secondaire catholique Minto offre un concept unique en Ontario pour les élèves de la 9e à la 12e année. Elle se démarque par l’approche novatrice du personnel qui permet aux élèves de se dépasser et d’innover dans un milieu interactif. Le personnel hautement qualifié de l’école encourage d’ailleurs le dépassement de soi par l’application de principes d'autorégulation et du développement de la capacité d’apprentissage en continu, permettant aux élèves d’exceller tant au niveau académique que pratique. En outre, les divers programmes et ateliers préparent les élèves au marché du travail en leur faisant vivre des expériences authentiques inspirées d’environnements réels.

« Les programmes spécialisés innovants et créatifs répondent aux besoins et aux intérêts des élèves, d’autant plus que le personnel hautement qualifié de l’école permet aux élèves d’exceller tant au niveau académique que pratique. Évidemment, comme dans tous les établissements du Conseil, tout est en place pour favoriser le bien-être et la réussite de chaque élève », exprime le directeur de l’École secondaire catholique Minto, Marc Lecompte.

Le carrefour scolaire communautaire a trouvé son terrain à Kingston!

Le 10 juillet 2018, KINGSTON - La communauté francophone de Kingston a de quoi se réjouir, puisque le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) et le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) confirment la conclusion d’une entente pour l’acquisition du terrain où le carrefour scolaire communautaire verra le jour. Cela s'inscrit dans les démarches du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario d’offrir des installations à la fine pointe de la technologie à la jeunesse francophone de Kingston.

Rappelons-nous qu’en janvier dernier, le ministère de l’Éducation avait annoncé l’octroi d’un financement pour le projet conjoint du carrefour scolaire communautaire réclamé depuis très longtemps par les familles francophones de la région. D’une superficie de 12 acres, le terrain, situé au 700 chemin Gardiners à Kingston hébergera les deux  écoles secondaires soit une catholique et une publique ainsi que le Centre culturel Frontenac.

Les deux nouvelles écoles, ayant une capacité d'accueil de 300 élèves chacune, permettront donc de rassembler la communauté francophone de Kingston dans le même secteur, où des activités à caractère culturel seront développées et offertes dans un esprit communautaire unique.

« Je suis très heureuse de cette acquisition pour notre communauté francophone de Kingston qui permettra à notre école secondaire publique Mille-Îles d'intégrer ce nouveau lieu où nos élèves pourront bénéficier d’environnements d’apprentissage de choix avec des espaces modernes qui leur permettront de s'épanouir tout en renforçant leur sentiment d'appartenance communautaire », ajoute Linda Savard, présidente du CEPEO. « Cette nouvelle étape concrétise le travail de collaboration de nos deux conseils scolaires et de leurs partenaires. Nous avons bien hâte de célébrer la pose de la première pierre de ce beau projet. »

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est très heureuse de constater les nouveaux développements de ce projet tant attendu par la communauté scolaire. « Le Conseil se réjouit de l’emplacement choisi pour le développement du carrefour scolaire, lequel se retrouvera davantage au coeur de la communauté.  La future École secondaire catholique Marie-Rivier offrira des installations scolaires et des espaces culturels à la fine pointe de la technologie afin de permettre aux élèves du Conseil des expériences éducationnelles renouvelées. » Elle ajoute que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est heureux des efforts concertés des deux conseils afin d’offrir aux élèves et à la communauté des installations des plus modernes.

Suite à l’achat de ce terrain, les deux conseils scolaires poursuivent leur collaboration en prévision de la rentrée scolaire, en 2020.

Le CECCE : un conseil scolaire catholique en croissance

Le 9 juillet 2018, OTTAWA - De plus en plus de familles franco-ontariennes choisissent le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour l’éducation de leur enfant comme en témoigne la croissance fulgurante des effectifs au cours des trois dernières années. Pour répondre aux besoins fondamentaux et grandissants de la communauté scolaire francophone de l’Est de l’Ontario, le Conseil a procédé à bons nombres de projets de reconstruction, d’agrandissement, de réaménagement et de construction de nouveaux établissements scolaires.

Preuve de la croissance importante, le Conseil des écoles catholiques, qui accueillait 21 939 élèves au sein de ses différents établissements scolaires en 2015, devrait accueillir à la rentrée scolaire prochaine, près de 24 500 élèves. La croissance anticipée et planifiée des effectifs est de l’ordre de 744 élèves, soit 3,1% de plus que lors de l’année scolaire 2017-2018. L’ouverture de quatre nouvelles écoles à l’image des communautés, sur une période de trois ans, est attribuable à cette offre grandissante. Le Conseil prévoit également l’ouverture d’une 44e école élémentaire catholique dès la rentrée scolaire 2019 dans le secteur Riverside-Sud à Ottawa et l’ouverture d’une nouvelle école élémentaire catholique à Arnprior prochainement.

Depuis 2014, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, grâce à la contribution du gouvernement provincial, du ministère de l’Éducation de l’Ontario ainsi que la collaboration du gouvernement municipal, a procédé à l’ouverture de 2 nouvelles écoles élémentaires catholiques et de 2 nouvelles écoles secondaires catholiques. Ces projets ont permis au Conseil d’accueillir plus de 2 150 élèves dans ses nouveaux établissements scolaires. D’ici 2020, le Conseil prévoit la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique dans le secteur de Riverside Sud à Ottawa et d’une nouvelle école élémentaire catholique à Arnprior, ainsi que l’ouverture d’un carrefour scolaire communautaire à Kingston.

Budget équilibré

À la suite de l’approbation d’un budget équilibré de 372 M$ le 19 juin dernier, le Conseil prévoit investir davantage dans les salles de classe et maintenir son soutien pour la réussite scolaire et le bien-être de chaque élève et poursuivre la mise en oeuvre de la vision stratégique.

Calendrier équilibré

Les élèves de deux écoles du Conseil, soit de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître et de la future École élémentaire catholique Riverside-Sud profiteront d’un calendrier équilibré. Cette décision a été prise afin de répondre aux besoins variés des familles des communautés scolaires en question. Ce type de calendrier semble d’ailleurs favoriser l’excellence académique des élèves.

« Il va sans dire qu’une organisation en croissance est aussi une organisation qui est toujours en mode recrutement de personnel et attraction de talents. Au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, cet exercice est effectué judicieusement dans le but de recruter des membres talentueux et passionnés pour ajouter à l’équipe compétente et bienveillante du CECCE. C’est grâce à cette attention particulière portée aux exercices de recrutement que les écoles catholiques du Centre-Est maintiennent leur tradition d’excellence et de chef de file dans le domaine de l’éducation » exprime Réjean Sirois, directeur de l’éducation.  

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a d’ailleurs une grande capacité d’attraction auprès du personnel de qualité, ce qui lui permet, année après année, de se positionner comme premier de classe parmi les conseils scolaires francophones aux tests provinciaux administrés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE).

« Depuis les cinq dernières années, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est s’investit dans la transformation de l’expérience d’apprentissage, une approche novatrice qui incite le personnel à innover en transformant ses pratiques d’enseignement pour s’adapter aux compétences du 21e siècle. Avec plus de 23 500 élèves fréquentant 43 écoles élémentaires, 12 écoles secondaires et son école pour adulte, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est mise sur des membres du personnel qualifiés, qui se dévouent pour améliorer les pratiques et assurer la réussite de chaque élève » affirme la présidente Johanne Lacombe.

41 écoles certifiées ÉcoÉcoles au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

3 juillet 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) maintient la cadence et son engagement envers la préservation de l’environnement. De fait, 41 des 55 écoles élémentaires et secondaires du Conseil sont désormais certifiées ÉcoÉcoles, représentant une hausse de 9 nouvelles écoles en un an. Avec 75% de ses écoles élémentaires et secondaires maintenant certifiées ÉcoÉcoles, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est l’un des conseils scolaires les plus performants en province.

Les neufs nouvelles écoles certifiées sont : l’École élémentaire catholique d’enseignement personnalisé Édouard-Bond, l’École élémentaire catholique des Pionniers, l’École élémentaire catholique l’Étoile-de-l’Est, le Collège catholique Mer Bleue, le Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie - pavillon secondaire, l’École élémentaire catholique Arc-en-ciel, l’École élémentaire catholique Sainte-Bernadette, l’École élémentaire catholique Sainte-Marie et l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges.

Le Collège catholique Samuel-Genest, déjà certifié ÉcoÉcoles, a également haussé la barre pour atteindre cette année la certification platine, réservée à des écoles hautement engagées dans le développement durable. De plus, au cours de cette année, 5 écoles du Conseil ont atteint un niveau de certification ÉcoÉcoles supérieur à l’année dernière. En somme, au sein du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, une nouvelle école a atteint la certification platine, 5 nouvelles écoles sont certifiées or et 3 nouvelles écoles sont certifiées argent.

Voici la liste des écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, selon les sceaux de certification ÉcoÉcoles reçus au cours de l’année scolaire 2017-2018 :

Platine

  • École élémentaire catholique Marius-Barbeau

  • École élémentaire catholique Pierre-Elliott-Trudeau

  • École secondaire catholique Pierre-Savard

  • École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys - Pavillon Merrickville

  • Collège catholique Samuel-Genest

Or

  • Académie catholique Ange-Gabriel

  • École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé Édouard-Bond

  • École secondaire catholique Franco-Cité

  • Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie - Pavillon élémentaire

  • Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie - Pavillon secondaire

  • École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé La Source

  • École élémentaire catholique La Vérendrye

  • École élémentaire catholique des Pionniers

  • École élémentaire catholique Laurier-Carrière

  • École élémentaire catholique L'Envol

  • École élémentaire catholique l'Étoile-de-l'Est

  • École élémentaire catholique Montfort

  • École élémentaire catholique Notre-Dame-des-Champs

  • École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis

  • École élémentaire catholique Sainte-Anne

  • École élémentaire catholique Sainte-Kateri

  • École élémentaire catholique Sainte-Thérèse-d'Avila

  • École élémentaire catholique Saint-François-d'Assise

  • École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys - Pavillon Kemptville

  • École élémentaire catholique Terre-des-Jeunes

Argent

  • École élémentaire catholique Alain-Fortin

  • École élémentaire catholique Arc-en-ciel

  • École secondaire catholique Béatrice-Desloges

  • Collège catholique Mer Bleue

  • École élémentaire catholique de la Découverte

  • École élémentaire catholique Élisabeth-Bruyère

  • Collège catholique Franco-Ouest

  • École élémentaire catholique J.-L.-Couroux

  • École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé Lamoureux

  • École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin

  • École élémentaire catholique Sainte-Bernadette

  • École élémentaire catholique Saint-Jean-Paul II

  • École élémentaire catholique Saint-Joseph d'Orléans

  • École élémentaire catholique Sainte-Marie

  • École élémentaire catholique des Voyageurs

Bronze

  • École secondaire catholique Garneau

La présidente du Conseil, Johanne Lacombe, mentionne que « Le Conseil est immensément fier de faire partie de ce réseau grandissant, ainsi que d’encourager et de mobiliser les communautés scolaires sur son territoire, à faire leur part pour protéger l’environnement ». Elle ajoute que « Des initiatives inspirantes comme la création de jardins et de potagers ainsi que la contribution à des recherches sur les changements climatiques sont prises en charge par des équipes-écoles qui ont à coeur la protection de l’environnement, ce qui me donne beaucoup d’espoir pour le futur ».

« Chacune de ces écoles impliquées peut compter sur une communauté et des membres du personnel scolaire sensibles à la cause environnementale, qui encouragent des pratiques écoresponsables et qui travaillent ensemble pour former des écocitoyennes et des écocitoyens engagés et éthiques » de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation du Conseil. Il ajoute « Je suis très fier de constater les progrès réalisés au cours de l’année par les écoles dans ce domaine et rassuré de savoir que les citoyennes et citoyens provenant des écoles catholiques du Centre-Est seront conscients de l’importance du développement durable pour bâtir un avenir sain, et de l’impact de leurs actions vis-à-vis cette cause ».

Le Conseil des écoles catholique du Centre-Est présente un budget équilibré de 372 M$

Le 29 juin 2018, OTTAWA - Les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est ont approuvé un budget équilibré de 372 M$ lors de la séance ordinaire du 19 juin dernier qui a eu lieu à Vars. Ce budget représente une augmentation de 20,6 M$ par rapport à la dernière année scolaire. Cette hausse est attribuable à une croissance anticipée des effectifs de l’ordre de 744 élèves, soit 3,1% de plus que lors de l’année scolaire 2017-2018.

Le budget permettra notamment de soutenir la réussite scolaire et le bien-être de chaque élève et de poursuivre la mise en oeuvre de la vision stratégique du Conseil, notamment par:

  • L’embauche de 106 employé(e)s supplémentaires pour répondre aux besoins des élèves et soutenir la croissance des effectifs.

  • L’ajout de 336 000 $ pour trois équipes itinérantes en ALF / PANA ainsi qu’un investissement de 700 M$ pour venir en appui en salle de classe et pour la mise sur pied d’un Centre d’admission centralisé.

  • L’ajout de 1 M$ pour augmenter les services en enfance en difficulté et en santé mentale par l’entremise des équipes multidisciplinaires et d’autres ressources en personnel.

  • L’ajout de 1,4 M$ pour assurer un service de transport stable et sécuritaire.

  • Un investissement de 1,8 M$ pour la réalisation du plan stratégique.

  • Un investissement additionnel de 480 000 $ pour la création de 5 postes d’enseignantes et enseignants en orientation pour les élèves de l’intermédiaire de la 7e et 8e année.  

  • Un investissement de 11,1 M$ pour la réfection et l’amélioration des écoles et un fonds de 790 M$ pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, conformément au plan de développement durable et d’écocitoyenneté du Conseil.

« Le budget 2018-2019 reflète bien les orientations stratégiques et la vision d’excellence et de bienveillance que se donne le Conseil. Grâce à une planification stratégique rigoureuse, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est garde le cap sur les priorités énoncées dans son plan quadriennal comportant  quatre piliers : la réussite et le bien-être de chaque élève, transformer l’expérience d’apprentissage, affermir le leadership et le rayonnement du conseil et augmenter son attrait, et enfin, accroître l’efficacité et l’agilité de l’organisation » indique Johanne Lacombe, présidente du Conseil.

« Je souhaite remercier le Services des finances ainsi que celles et ceux qui ont investi de nombreuses heures pour assurer la présentation d’un budget optimal. Cet exercice est le résultat d’un travail rigoureux visant l’optimisation des ressources dans le but de mettre l’élève au coeur des décisions du Conseil » affirme le directeur de l’éducation, Réjean Sirois.

Un calendrier équilibré pour la future École élémentaire catholique Riverside-Sud

Le 28 juin 2018, OTTAWA – Les élèves de la future École élémentaire catholique Riverside-Sud du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) profiteront d’un calendrier équilibré. Ce régime scolaire unique implique que les élèves débutent leur année scolaire deux semaines plus tôt, à la mi-août, et terminent une semaine plus tard, à la fin juin. Ce type de calendrier leur permet donc de profiter de plus longs congés traditionnels; soit une semaine pour le congé de l’Action de grâce, une semaine pour la fête de la Reine et deux semaines pour la relâche de mars.

Il s’agira de la deuxième école du Conseil à offrir le calendrier équilibré, alors que l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, qui se situe dans le même secteur de fréquentation, l’offre depuis 2006.  « Le fait que Bernard-Grandmaître soit au maximum de sa capacité, démontre que ce calendrier répond à un besoin et est apprécié », indique Johanne Lacombe, présidente du Conseil. D’ailleurs, l’École élémentaire catholique Sainte-Bernadette, qui se situe aussi dans ce secteur de fréquentation, offre pour sa part un calendrier régulier à ses élèves. Les familles de ce secteur auront donc le choix d’envoyer leur enfant à l’école qui offre un calendrier convenant le mieux à leur horaire et à leurs besoins. Madame Lacombe indique que « le Conseil étant reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, il démontre une fois de plus son caractère visionnaire, en offrant une option de calendrier qui sort du cadre normal et qui tient compte des réalités différentes des familles sur son territoire.»

« Comme le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est entretient le désir de répondre aux besoins des familles de sa communauté scolaire, il s’est intéressé à l’opinion des parents et des membres du personnel des écoles élémentaires Bernard-Grandmaître et Sainte-Bernadette à l’occasion de plusieurs consultations. La communauté scolaire a aussi été invitée, le 15 mai dernier, à participer à un sondage pour évaluer leur intérêt à l’égard du calendrier scolaire équilibré. Les résultats ont démontré que la majorité des répondants sont favorables au calendrier équilibré, et que 93% d’entre eux sont d’avis que cette approche a un impact sur le bien-être de l’élève et du personnel » indique Chad Mariage, vice-président du Conseil et conseiller scolaire pour ce secteur.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, est fier que le Conseil puisse offrir un calendrier équilibré à la nouvelle école élémentaire, alors que cette formule a donné de très bons résultats à  Bernard-Grandmaître. De fait, 97% des élèves de 6e année fréquentant cette école ont rencontré ou surpassé les normes provinciales ainsi que la moyenne provinciale qui est de 91%. « Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est très heureux d’offrir cette seconde option de calendrier pour mieux répondre aux besoins variés des familles sur son territoire » a ajouté M. Sirois lors de l’annonce.

La future École élémentaire catholique Riverside-Sud, qui sera construite à l’angle des rues Ralph Hennessy et Mount Nebo accueillera 412 élèves de la maternelle à la 6e année. Elle devrait ouvrir ses portes en août 2019.

Accident d’autobus: les élèves sont en sécurité

Le 25  juin, OTTAWA - Ce matin, vers 8 h 15 un accident impliquant un autobus scolaire est survenu sur l’avenue White Alder alors qu’il transportait neuf élèves de l'École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître. Aucun élève n’a été transporté à l’hôpital, mais un des passagers a indiqué ressentir des douleurs mineures au bras. L’état psychologique de chacun d’entre eux a été évalué et des ressources ont été mises à la disposition des élèves impliqués pour leur apporter toute l’aide nécessaire. Tous les parents des élèves concernés ont été informés de la situation rapidement. Pour ce qui est de la conductrice de l’autobus, elle n’a pas été blessée.

En plus des services d’urgence, le directeur du Consortium de transport scolaire d’Ottawa, Patrick Pharand et la directrice de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, Lucille Plante, se sont aussitôt rendus sur les lieux pour s’assurer du bien-être de tous les élèves. Les enfants ont été transférés dans un autre autobus, accompagnés par un membre du personnel de l’école. L’autobus de remplacement a complété le parcours vers l’école et a déposé les élèves, qui ont été accueillis par une équipe disponible pour assurer un suivi et veiller à leur bien-être. Des travailleurs sociaux se sont d’ailleurs rendus à l’école pour rencontrer les élèves concernés et leur apporter du soutien.

Parmi les neuf élèves, sept d’entre eux sont actuellement en classe alors que deux enfants sont retournés à la maison avec leurs parents.

Une enquête est en cours pour déterminer la cause exacte de l’accident qui aurait impliqué plus d’un véhicule. Nous savons toutefois que l’autobus scolaire a heurté une résidence causant des dommages substantiels au bâtiment et à l’autobus.

Situation à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges

Le 21 juin 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) désire vous faire part d’une situation survenue ce matin à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges à Orléans.

Ce matin, des membres du personnel ont reçu un courriel qui soulevait une menace potentielle à la sécurité des élèves et du personnel. La direction a donc aussitôt informé le Service de police d’Ottawa de la situation. Dans un premier temps, l'administration du CECCE s’est concentrée à assurer la sécurité des élèves et des membres du personnel, pour ensuite communiquer toute l’information nécessaire aux personnes concernées.

Par prévention, le Conseil a pris la décision de rassembler et d’accompagner les élèves marcheurs, les élèves déjà arrivés, les passagers des autobus ainsi que les membres du personnel vers les écoles avoisinantes.

Pendant ce temps, le Service de police d’Ottawa a mené son enquête et a rencontré l’administration du Conseil et de l’école pour finalement déterminer que les lieux étaient sécuritaires et qu’il était possible reprendre les activités habituelles à l’école. L’administration a alors décidé de réintégrer les élèves et les membres du personnel à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges.

La direction de l’école a confirmé que la cérémonie de la remise de diplômes aurait lieu comme prévu, à la même heure et au même endroit.

La sécurité des élèves et du personnel est la première priorité du Conseil. Toutes les décisions sont donc prises dans le but d’assurer le bien-être de chacune et chacun. C’est pourquoi des mesures ont été prises pour rehausser la sécurité à l’école aujourd’hui.

De nouvelles places en garderie au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie à Pembroke

Le vendredi 15 juin 2018, PEMBROKE - Le Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie procédait aujourd’hui à une pelletée de terre symbolique afin d’annoncer le début des travaux de rénovation et d’agrandissement des locaux de son partenaire, la garderie Les petites mains. Grâce à un investissement de 1 058 757 $ du ministère de l’Éducation de l’Ontario, les familles de Pembroke pourront bénéficier de 18 places additionnelles en garderie.

Les 26 places pour les bambins et les enfants préscolaires actuellement disponibles à la garderie du Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie sont présentement comblées. Grâce à ces fonds, 8 places additionnelles pour les enfants de 2 ans et demi à 4 ans seront disponibles pour les familles de Pembroke. Ce financement du ministère de l’Éducation de l’Ontario permettra également la création d’une salle pour 10 poupons âgés de 0 à 18 mois, un service qui viendra en aide aux familles de Pembroke avec de jeunes enfants qui demandent l’ajout de ce service depuis de nombreuses années.

Selon la présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Johanne Lacombe, l’ajout de places en garderie est primordial pour la pérennité et l’épanouissement de la communauté francophone à Pembroke. « Un bon départ dans un environnement de langue française dès un jeune âge assure une transition tout en douceur à l’école et favorise l’apprentissage et la réussite de l’enfant. »

Pour sa part, le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, accorde beaucoup d’importance aux services de la petite enfance : « Les enfants de Pembroke sont entre bonnes mains à La garderie Les petites mains. Les apprentissages que les enfants auront amorcés seront soutenus à la maternelle et au jardin au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie et tout au cours de leurs études afin que chaque élève chemine vers le développement de son plein potentiel. »

Afin d’accueillir des enfants additionnels à La Garderie Les petites mains, des travaux de rénovation intérieure seront effectués d’ici la rentrée scolaire. La fin des travaux d’agrandissement est prévue, quant à elle, pour janvier 2019.

Programme pour enfants et familles

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a d’ailleurs profité de l’événement pour annoncer l’offre de nouveaux programmes pour les enfants et les familles dans un nouveau local adjacent à la garderie. Ils constitueront en une variété de services aux familles de Pembroke, de la maternité jusqu’à l’âge de 6 ans.

Concrètement, ils permettront aux enfants d’explorer leur créativité par les arts, la musique et la danse. Ainsi, les tout-petits pourront expérimenter et développer, à leur rythme, leurs habiletés motrices, leur autonomie et leurs aptitudes de socialisation, accompagnés de personnel spécialisé.

Inscriptions en cours au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie

Le Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie accueille 508 élèves de la maternelle à la 6e année et 318 élèves de la 7e à la 12e année. Les inscriptions sont toujours possibles pour la prochaine rentrée scolaire. Veuillez communiquer avec l’école au 613 732-8302 pour un accompagnement personnalisé.

Inauguration du premier Centre ON y va à l’ouest de la Ville d’Ottawa

Le 12 juin 2018, OTTAWA –  L’École élémentaire catholique Jean-Robert-Gauthier a procédé au lancement des programmes ON y va, centre pour l’enfant et la famille, le premier centre francophone à offrir ces services en français à l’ouest de la Ville d’Ottawa. En partenariat avec les services à l’enfance Grandir Ensemble, le centre ouvre ses portes à la communauté gratuitement et offre des groupes de jeux participatifs en français pour les enfants âgés de 0 à 6 ans accompagnés d’un parent ou d’une responsable de garde.

« Une fois de plus, le Conseil des écoles catholiques a démontré son désir de répondre aux besoins de sa communauté scolaire. Dans ce cas, le Conseil a été à l’écoute de la communauté et a entendu la voix des familles de l’ouest, qui réclamaient un plus grand éventail de services en français » explique la présidente, Johanne Lacombe.

« Par cette inauguration, le Conseil démontre son désir d’ouvrir ses écoles à la communauté préscolaire, pour qui il est parfois difficile d’accéder à des services en français. En s’inspirant de sa mission d'engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est propose donc aux enfants en bas âge et à leur famille, un milieu francophone bienveillant et sécuritaire empreint des valeurs chrétiennes et résolument ancré dans la transformation de l’apprentissage au 21e siècle » affirme le directeur de l’éducation, Réjean Sirois.

Concrètement, le centre permet aux enfants de découvrir des jeux, des livres, des chansons et des comptines. Dans ce cadre stimulant, ils sont amenés à explorer leur créativité par les arts, la musique et la danse. ON y va offre aussi une occasion aux parents d’échanger entre eux, de recevoir des conseils, de participer à des ateliers et de connaître les ressources communautaires disponibles. En plus de tous ces services, le centre offre des programmes particuliers de soutien prénatal et postnatal pour améliorer le bien-être du parent et les appuyer dans leur rôle. D’ailleurs, le centre se penchera sur l’accueil et l’inclusion des familles nouvellement arrivées au Canada ainsi que les parents francophiles de familles bilingues afin de les outiller pour mieux appuyer leurs enfants à l’école de langue française.

L’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse donne le coup d’envoi de ses travaux de reconstruction

Le 8 juin 2018, OTTAWA – L’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse a fait sa première pelletée de terre symbolique aujourd’hui le vendredi 8 juin. Les membres du personnel, les élèves, les parents et les différents partenaires étaient présents en grand nombre lors de l’événement  soulignant le début des travaux de reconstruction.

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est très heureux de lancer ce projet de reconstruction, qui ne serait pas possible sans le précieux financement de 8,2 M$ de la part du ministère de l’Éducation de l’Ontario. La communauté scolaire d’Ottawa-Vanier réclame ces travaux depuis plusieurs mois, car les installations datant de près de 70 ans doivent être adaptées aux besoins actuels. La nouvelle école permettra aux élèves et aux membres du personnel de s’épanouir pleinement, dans des lieux physiques inspirants » indique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe.

« Malgré l’âge de l’édifice, l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse a toujours été un modèle qui a répondu aux besoins des élèves et de leurs familles. Il existe dans cette école une grande fraternité entre les parents, la communauté et les membres du personnel. Elle est un phare de la francophonie et un lieu de ralliement de la communauté grâce à ses nombreux partenaires communautaires. Preuve de proximité avec la communauté, l’édifice loge entre autres la garderie Brin de Soleil, le Centre de formation et la radio communautaire Unique FM. Le CECCE est très heureux de lancer les travaux de reconstruction qui permettront aux élèves de Vanier d’évoluer dans un environnement moderne et à la fine pointe de la technologie » affirme le directeur de l’éducation, Réjean Sirois.

Détails des travaux

Les futures installations de qualité amèneront un vent de fraîcheur à l’établissement qui fut construit en 1949 pour accueillir près de 900 élèves. La nouvelle école sera plus petite, mais beaucoup plus efficiente. En effet, le projet suivra le plan de développement durable et d’écocitoyenneté du Conseil, qui vise à réduire l’impact environnemental du Conseil et de ses écoles pour protéger la Création de Dieu. Ainsi, l’installation de lumières au DEL, de systèmes géothermiques, de systèmes de ventilation haute efficacité et la valorisation de l’éclairage naturel sont des initiatives qui seront privilégiées dans le nouveau bâtiment. D’ailleurs, les travaux de reconstruction permettront de faire des économies énergétiques et d’entretien annuel de près de 5 M$ sur 20 ans.

Dans un premier temps, l’ancienne École élémentaire catholique Le Petit Prince sur la rue Olmstead sera démolie et les nouveaux locaux y seront aménagés. Les élèves pourront occuper leurs nouvelles classes dès septembre 2019, alors que ce sera au tour de l’autre partie de l’établissement, rue McArthur, d’être démolie pour faire place à la future cour d’école. À la fin des travaux, la nouvelle école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) aura une capacité d’accueil de 390 élèves, alors qu’elle en compte actuellement 326.

Une enseignante du CECCE reçoit le Prix du Premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement

Le lundi 4 juin 2018, OTTAWA – Une enseignante du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) au Collège catholique Samuel-Genest brille à l’échelle nationale, alors qu’elle est lauréate du Prix du Premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement. Johanne Séguin a été sélectionnée, avec 16 autres actrices et acteurs du domaine de l’éducation au Canada, également récipiendaires d’un certificat. Cette enseignante en mathématiques et en sciences est digne de cette reconnaissance pour son leadership et son engagement au sein de sa communauté scolaire. D’ailleurs, c’est ce midi qu’elle a reçu ce prix des mains de la députée fédérale d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, à l’occasion d’un dîner au restaurant parlementaire en compagnie du vice-président du Conseil, Chad Mariage, du directeur de l’éducation, Réjean Sirois et du surintendant de l’éducation, Marc Bertrand.

« Johanne Séguin a toujours à coeur de stimuler ses élèves en proposant de nouveaux outils technologiques qui arriment l'apprentissage aux intérêts des jeunes et élargissent leurs horizons. D’ailleurs, son implication ne se limite pas qu’à la salle de classe alors qu’elle appuie aussi les enseignants avec la maîtrise de ressources, organise des activités d'enrichissement et offre plusieurs ateliers pour mettre à profit son expérience. Cette enseignante est sans aucun doute un pilier du corps professoral du Collège catholique Samuel-Genest qui mérite amplement cette reconnaissance. » exprime Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

« C’est un honneur pour le Conseil de compter dans son équipe une employée comme Johanne Séguin, qui s'investit au sein de sa communauté scolaire depuis déjà 9 ans. Sa proactivité et son engagement font d’elle un modèle d’excellence en éducation. Pour le CECCE, il est primordial de reconnaître la valeur de ses employés, car ce sont eux qui font rayonner le Conseil. Je suis donc très fier lorsque certaines et certains ont la chance d’être reconnus par l’ensemble de la communauté » a affirmé Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

Les Prix du Premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement rendent hommage aux enseignants des niveaux primaire et secondaire depuis déjà 25 ans. Ils visent à souligner l’engagement et les réalisations exceptionnelles des enseignants qui se démarquent dans leur communauté scolaire.

Le CECCE lance le Mois national de l’histoire des autochtones avec la mise à l’eau d’un canot traditionnel

1er juin 2018, OTTAWA En ce Mois national de l'histoire des autochtones, la communauté scolaire de l'École secondaire catholique Garneau s’est rendue à l’Île Pétrie pour le dévoilement et la mise à l'eau du premier canot d’écorce traditionnel fabriqué à la main par les élèves.

Fruit d’une collaboration avec Christian Pilon, voyageur authentique métis et franco-ontarien, l’embarcation d’environ 12 pieds de longueur, est constituée principalement d’écorce et de matériaux naturels récoltés en forêt, tels que du bouleau, du cèdre, du gras d’ours, ainsi que des racines et de la gomme d’épinette.

Plusieurs festivités se sont également déroulées au cours de la journée, incluant une célébration et une découverte des coutumes à la fois autochtones et franco-ontariennes. Les élèves ont eu l’occasion de s'initier à diverses pratiques autochtones avec des membres des Premières Nations présents sur place. « Il s’agit d’un projet riche et enrichissant, offrant aux élèves une fenêtre sur le passé et le présent de celles et ceux dont les ancêtres ont peuplé ce pays depuis des millénaires », de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Réjean Sirois, directeur de l’éducation ajoute que « L’expérience entourant chaque étape de la construction du canot permet aux élèves de développer un esprit de collaboration et de s’introduire à la culture autochtone avec ouverture d’esprit et tolérance, des valeurs chères au Conseil ». Le projet de fabrication de canot doit son existence à la Stratégie d’éducation autochtone de l’Ontario développée en 2007 par le ministère de l'Éducation de l'Ontario. L’un des objectifs de cette stratégie est de mieux faire connaître les cultures, l’histoire et les perspectives autochtones à l’ensemble de la communauté scolaire.

Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie: le CECCE fait la promotion du bien-être et de l’inclusion de tous

Le 17 mai 2018, OTTAWA -  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) souligne la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie dans ses écoles, en mettant de l’avant les valeurs d’inclusion, de diversité et de bienveillance. Dans les écoles du CECCE, certains élèves ainsi que des membres du personnel s’identifient en tant que LGBTQ+. Évidemment, comme tout autre élève, ces derniers ressentent le besoin et ont le droit d’être en sécurité, d’être inclus et d’être respectés dans leur milieu scolaire. D’ailleurs, cette année, le CECCE a mis sur pied un Comité Alliance LGBTQ+ qui regroupe des travailleuses et travailleurs sociaux et qui vise à développer des ressources, planifier des activités et de la formation, ainsi qu’à appuyer les écoles à répondre aux besoins des élèves de la population LGBTQ+, dans le but d’assurer leur bien-être et leur réussite.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, estime qu’il est important de réaffirmer que le Conseil accueille à bras ouverts tous ses élèves et que tous sont bienvenus au sein du conseil scolaire catholique. Elle rappelle également les valeurs phares du Conseil, soit l’ouverture à l’autre, la tolérance face à la différence et l’acceptation de la diversité. « Il faut maintenant passer de la parole aux actes, et lutter concrètement contre la discrimination, l’intimidation, et la violence. Par exemple, le CECCE poursuivra l’offre d’ateliers sur le respect des différences et sur les relations saines dans les salles de classe en lien, entre autres, avec la communauté LGBTQ+. Le Conseil appuiera également les comités d’Alliance LGBTQ+ de ses écoles. En plus de ces initiatives, le conseil scolaire catholique organisera plusieurs campagnes de sensibilisation et soulignera des journées importantes pour la communauté. »
 
En effet, dans le cadre de la journée Franco Fierté du CECCE, qui se déroulait le 11 mai dernier, le Conseil annonçait sa présence à la marche de la fierté gay d’Ottawa, le 26 août prochain.
 
Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation il est primordial d’assurer un climat inclusif, sécuritaire et équitable à tous les élèves qui fréquentent les écoles du CECCE. « Le Conseil souhaite contribuer à défaire les mythes qui sont parfois véhiculés envers les conseils scolaires catholiques. Le CECCE profite donc de cette Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie pour affirmer clairement sa position inclusive, comme quoi toute personne est bienvenue au Conseil, que ce soit un élève ou un membre du personnel, et ce, sans égard aux orientations sexuelles ou aux identifications en genre. »

Le CECCE brille à l’échelle internationale avec ses activités et ses partenaires

Le 11 mai 2018, OTTAWA -  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est très fier de ses ententes et collaborations avec de nombreux joueurs du domaine de l’éducation qui s’étendent aux quatres coins de la planète. Nombreuses activités sont présentement en cours et celles-ci permettent au CECCE de rayonner non seulement dans la région, mais aussi à l’échelle internationale.

  • Les Belges s’inspirent des méthodes du CECCE pour contrer le décrochage scolaire

Récemment, le CECCE a accueilli une délégation de la Belgique. Les membres de cette délégation sont venus échanger et découvrir les méthodes d’enseignement et d’apprentissage du Conseil afin de les aider à contrer le décrochage scolaire.

  • De la visite de la France pour étudier l’impact des changements climatiques

Le 23 avril dernier, une scientifique de Marseille en France a présenté aux élèves de 6e, 7e et 8e année du pavillon à Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite Bourgeoys des méthodes de cueillette de données sur la faune et flore pour contribuer à des recherches sur les changements climatiques.

  • Un concours pour se rendre à une expédition en Arctique

Le Conseil offre la chance de s’envoler vers le Grand Nord pour une expédition éducative extraordinaire! Du 23 juillet au 7 août 2018, deux élèves du secondaire sélectionnés auront la chance de vivre cette expérience hors du commun, d’une valeur de près de 13 000 $.

  • Une chance unique de participer à un camp d’été en Chine

Le CECCE ouvre également la voie vers l’Asie - cinq élèves et une enseignante choisis lors d’un concours participeront à un camp d’été en Chine du 16 au 25 juillet organisé par le Beijing International Education Exchange Center (BIEE). Les élèves prendront part à de nombreuses activités avec des élèves du monde entier.

Le CECCE, une porte d’échange sur le monde entier

« Le CECCE offre sans contredit une ouverture sur le monde et permet à ses élèves d'accéder à des opportunités uniques tout en les appuyant dans la poursuite de leurs rêves et le développement de leur plein potentiel » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

« Reconnu comme chef de file dans la transformation de l’expérience d’apprentissage, ces collaborations à l’international permettent également au CECCE de tirer profit des pratiques émergentes de ses partenaires en favorisant l’intégration de nouvelles technologies au profit de l’apprentissage » mentionne Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « Un exemple parmi tant d’autres est celui de l’Académie de Lyon dont le CECCE s’est inspiré afin d’offrir un robot qui permet à un élève atteint de la leucémie de participer aux leçons données en classe » poursuit monsieur Sirois.

Les partenariats internationaux répondent également aux efforts du plan stratégique du Bureau international du CECCE qui a pour mission de coordonner les efforts de recrutement des élèves internationaux et d’offrir un service conseil aux hauts cadres qui souhaitent établir des ententes de collaboration à l’international.

 

1 200 jeunes du secondaire s’affrontaient lors des Jeux du Réseau des élèves du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 10 mai 2018, OTTAWA - Aujourd’hui, plus de 1 200 élèves en provenance des écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se sont rassemblés à l’École secondaire catholique Garneau afin de prendre part aux premiers Jeux du Réseau des élèves. Il s’agissait d’une journée de compétitions amicale où les élèves de la 9e à la 12e année provenant des douze écoles secondaires du Conseil compétitionnaient entre eux dans un cadre à la fois festif et pédagogique.

Au cours de la journée, les élèves se sont affrontés dans 35 différentes compétitions de natures diverses telles que sportives, académiques, culturelles, artistiques et pastorales. En plus des traditionnelles compétitions sportives, on y retrouvait entre autres un épelle-thon, un défi de robotique, une compétition d’art culinaire, une course de mini-voitures solaires, et une foule d’autres épreuves des plus intéressantes.

Cette journée de compétitions prenait fin avec une cérémonie de clôture où cinq prix ont été remis dont trois trophées pour les trois premières positions au classement global, un trophée pour le meilleur esprit d’équipe-école et un trophée pour la francophonie.

« Les élèves qui ont participé aujourd’hui célébraient leur appartenance à la culture franco-ontarienne et démontraient leur prise de conscience envers la responsabilité qui leur incombe de s’impliquer dans leur communauté. » affirme Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « L'objectif des Jeux du Réseau des élèves, les premiers en leur genre au sein du Conseil, consistait d’ailleurs à rassembler les jeunes pour promouvoir l’esprit d’équipe de leur école, mettre au défi leurs habiletés et leur savoir faire tout en favorisant leur construction identitaire francophone et catholique » ajoute-t-elle.

« Les Jeux du Réseau sont un excellent exemple de la transformation de l’expérience d’apprentissage » mentionne Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « Ces Jeux visent d’ailleurs à inculquer les valeurs de leadership et de bien-être aux élèves afin de leur permettre de devenir des citoyens engagés, affirmés et épanouis dans leur communauté. »

 

Des changements aux équipes de direction des écoles élémentaires et secondaires du CECCE

Le jeudi 10 mai 2018, OTTAWA - Lors de la séance ordinaire du 8 mai dernier, les conseillères et conseillers scolaires ont entériné les changements aux affectations des directions et directions adjointes pour la prochaine année scolaire dans les écoles élémentaires et secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).

Ainsi, les écoles suivantes auront des nouvelles directions à compter d’août prochain :

Arc-en-Ciel: Julie Cloutier-Rainville
Marie-Rivier: Laurent Mukendi
Saint-François-d’Assise: Danielle McCarthy
Saint-Jean-Paul II: Johanne Bégin

Sainte-Marguerite-Bourgeoys, pavillon Merrickville: Louise Théoret-Stefancsisc
Sainte-Marguerite-Bourgeoys, pavillon Kemptville: Angela Certosini

Les écoles suivantes auront des nouvelles directions adjointes à compter d’août prochain :

Béatrice-Desloges: Valérie Roy
Bernard-Grandmaître: Lisa Samrai
Franco-Ouest: Anne Gilbert

George-Étienne-Cartier: Jean-Denis Bernier
Lamoureux: Marilyne Laflèche
Laurier-Carrière: Laurie-Anne Cyr
L’Étoile-de-l’Est: Josée Dutrisac
Notre-Place: Anik Régimbald-Cyr

Paul-Desmarais: Pierre Gravel
Pierre-Savard: Sara Lafrance
Saint-Jean-Paul II: Sonya Pelletier

Sainte-Kateri: Charlaine Savard
Samuel-Genest: Marie-Josée Bégin et Christian Gagnon

Un poste de direction adjointe est toujours à combler à l’Académie catholique Ange-Gabriel. De plus, Marc Blake, directeur à l’École élémentaire catholique Arc-en-Ciel, sera affecté, du 20 août 2018 au 31 janvier 2019, à un poste de direction au Service de soutien à l’apprentissage (SSA). À compter du 1er février 2019, il prendra la direction de l’École élémentaire catholique Sainte-Thérèse-d’Avila en remplacement de Suzanne Charron-Houle qui prendra sa retraite.

« Les directions et directions adjointes font du travail exceptionnel dans les écoles du CECCE pour mobiliser les membres du personnel autour de la réussite et du bien-être de chaque élève » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Elles ont démontré un leadership exemplaire et j’ai pleinement confiance en la capacité de ces personnes à relever de nouveaux défis et à actualiser la mission du CECCE en tant que chef de file dans le domaine de l’éducation » ajoute Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

 

Lancement de la vocation MATIS, une première en Ontario français

Le 26 avril 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux de dévoiler la nouvelle vocation de l’École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis.

La vocation MATIS, une première en Ontario français, consiste en un programme intégrant les Mathématiques, les Arts, la Technologie, l’Ingénierie et les Sciences aux situations d’apprentissage quotidiennes ainsi qu’aux parcours pédagogiques de ses élèves. Ce nouveau programme permettra aux élèves d’apprendre avec une touche de créativité, d’ingéniosité et de curiosité afin de leur permettre de se préparer dès le niveau élémentaire à la vie de demain où la majorité des emplois qu’ils exerceront n’existent pas encore.

​« Le CECCE est fier d’être le premier conseil scolaire francophone en Ontario à offrir  cette vocation qui permettra aux écoles et à ses enseignants de servir de guides pour les élèves en cette ère d’accès à l’information, des nouvelles technologies et de prolifération des connaissances  » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

La vocation MATIS est le résultat d’un engagement commun de tous les membres du personnel dans une approche pédagogique éprouvée qui place l’élève au centre de ses apprentissages et qui lui permet de prendre une part active dans son éducation. Cet engagement des pédagogues aidera les élèves qui auront à faire preuve de créativité pour réussir à s’adapter à un monde en constante évolution.  

« La vocation MATIS est un levier d’apprentissage vers ce monde en changement et, pour le CECCE, cette vocation s’inscrit parfaitement dans une vision de leadership axé sur l’engagement de l’élève, l’expérience d’apprentissage, la gestion du changement et la mobilisation d’équipe » mentionne Réjean Sirois, directeur de l’éducation.  

Les parents et élèves intéressés à cette vocation peuvent trouver plus d’information sur la page Web de l’École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis . Les inscriptions peuvent également se faire dès maintenant par le biais de la page du CECCE à inscription.ecolecatholique.ca.

Leïla Simplice élue comme nouvelle conseillère scolaire au CECCE

Le 4 avril 2018, OTTAWA –  Plus d’une centaine d’élèves des écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont fait entendre leur voix, aujourd’hui, à l’hôtel de ville d’Ottawa. Ils ont choisi de faire confiance à Leïla Simplice de l’École secondaire catholique Pierre-Savard pour représenter l’ensemble des élèves du CECCE à la table politique du Conseil. Leïla Simplice succèdera donc à Pablo Mhanna-Sandoval.

Cette année, six élèves convoitaient le poste d’élève conseiller. Comme le veut la tradition, ils ont eu la chance de prononcer un discours à saveur électorale en début de journée et répondre aux questions des élèves afin de gagner le vote de leurs pairs. Leïla Simplice représentera les élèves aux séances ordinaires du Conseil et contribuera à l’évolution de la mission éducative du CECCE pour l’année scolaire 2018-2019 et 2019-2020.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est très reconnaissante de l’implication des élèves dans le processus d’élection de l’élève conseiller. « Le Conseil est convaincu que l’élève doit être au coeur des décisions qui auront une influence sur son parcours scolaire. En tant que présidente, je suis fière de voir que les élèves de 10e année accordent, chaque année, un intérêt particulier à cet exercice démocratique. Il faut dire que les élèves conseillers jouent un rôle majeur dans l’organisation, car ils font le pont entre le Réseau des élèves et la table politique du Conseil. Ils investissent leur temps et leur énergie pour défendre les intérêts des quelque 23 500 élèves du CECCE. »

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, souhaite la bienvenue à la nouvelle élève conseillère. « Je suis certain que Leïla fera un travail remarquable pour représenter les élèves du Conseil. Je profite également de l’occasion pour remercier l’élève conseiller sortant, Pablo Mhanna-Sandoval, qui aura laissé sa marque au CECCE. Le Conseil admire sa détermination à partager son amour de la francophonie. Son travail a inspiré bon nombre d’élèves à s’engager dans leur milieu pour faire une différence. Merci Pablo pour ton implication dans l’éducation catholique francophone! »

Nouveau programme de prévention des dépendances dans toutes les écoles du CECCE

Le 8 mars 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) innove en embauchant, en partenariat avec Maison Fraternité, une éducatrice spécialisée en prévention des dépendances pour les élèves de la 4e à la 8e année.

Cette spécialiste se vouera à temps complet à l’organisation d’ateliers de prévention des dépendances et à la formation du personnel sur l’ensemble du territoire du Conseil. Ce programme de prévention de grande envergure comprend aussi du soutien pour les parents, dans le but de leur permettre de mieux répondre aux questions de leur enfant et de les aider à faire de bons choix, tout en les outillant pour reconnaître les signes de dépendance.

Le nouveau programme de prévention vient s’ajouter aux efforts constants du Conseil visant à offrir un environnement sécuritaire et bienveillant à chacun des élèves, qu’ils soient au niveau élémentaire ou secondaire. D’ailleurs, grâce à Maison Fraternité, les écoles secondaires du Conseil qui se situent à Ottawa bénéficient déjà des services d’intervention d’une psychothérapeute à l’occasion d’une journée par semaine.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, indique que l’approche de l’éducatrice et des travailleurs sociaux du Conseil sera adaptée selon l’âge des élèves, mais qu’il est important d’élargir l’offre de services au niveau élémentaire et d’axer ses actions sur la prévention, car pour certains, l’initiation à la consommation commence avant la puberté. Elle ajoute également que c’était primordial pour le Conseil de dédier une ressource à temps complet à la prévention de la toxicomanie afin de desservir l’ensemble des écoles élémentaires d’Ottawa, mais également celles en régions éloignées.


Quant au directeur de l’éducation, Réjean Sirois, il est confiant que ce programme saura faire ses preuves pour sensibiliser la communauté scolaire aux dangers des drogues: « Il faut dire que certaines réalités ont motivé le Conseil à aller de l’avant avec ce projet; non seulement la crise des opioïdes qui a frappé Ottawa de plein fouet récemment, mais aussi la légalisation imminente du cannabis au Canada. Puisque la sécurité et le bien-être de chaque élève sont au centre des priorités du Conseil, les membres du personnel ont vu l’occasion d’en faire davantage pour la prévention de la toxicomanie. »  

Les démarches pour mettre en oeuvre ce nouveau programme de prévention sont déjà bien entamées. Dès le mois d’avril, l’éducatrice offrira ses premiers ateliers sur le terrain, dans le but ultime d’outiller les élèves à faire de bons choix et à se sortir de situations difficiles.

L’École élémentaire catholique Laurier-Carrière reçoit la Reconnaissance du rendement scolaire Dre-Bette-M.-Stephenson

Le 28 février 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) s’illustre une fois de plus sur la scène provinciale, alors qu’une de ses écoles s’est vue remettre la Reconnaissance du rendement scolaire Dre-Bette-M.-Stephenson, ce matin à Toronto. L’École élémentaire catholique Laurier-Carrière a été reconnue lors du Forum de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) qui portait sur  l'équité et l'utilisation des données pour créer une culture d'espoir dans laquelle les élèves reçoivent le soutien dont ils ont besoin pour réussir.

 Cette année, le programme de reconnaissance visait à souligner les efforts des écoles qui ont réussi à aider les élèves ayant un plan d’enseignement personnalisé (PEI) à atteindre la norme provinciale. L’École élémentaire catholique Laurier-Carrière a su se démarquer dans les résultats aux tests de l’OQRE puisque le nombre d’élèves ayant un PEI qui ont atteint la norme provinciale en littératie a constamment augmenté ces dernières années.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a tenu à féliciter les enseignants qui se dévouent pour offrir la meilleure des expériences d’apprentissage, année après année.  « Le Conseil se fait une priorité de reconnaître les bons coups de sa communauté scolaire, que ce soit des membres du personnel ou des élèves. Aujourd’hui, prenons un moment pour lever notre chapeau au personnel enseignant et aux éducatrices et éducateurs de l’École élémentaire catholique Laurier-Carrière qui accordent le temps et l’appui nécessaires à chaque  élève, pour leur permettre de développer leur plein potentiel. »

« En tant que directeur de l’éducation, je suis toujours fier de voir que les efforts et l’engagement des membres du personnel dans le développement d’initiatives visant la réussite des élèves portent fruit.  »  affirme Réjean Sirois.

La Reconnaissance du rendement scolaire Dre-Bette-M.-Stephenson a été établie en 2009 par l’OQRE pour reconnaître les écoles de l’Ontario qui utilisent leurs données pour améliorer et soutenir les progrès de leurs élèves. La reconnaissance a été nommée en l’honneur de la Dre Bette M. Stephenson qui a été ministre de l’Éducation et ministre des Collèges et Universités de l’Ontario et qui est actuellement directrice émérite au conseil d’administration de l’OQRE.

Des chercheurs de Harvard s’intéressent au CECCE

Le 13 février 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) s’illustre encore une fois! Les plus grands spécialistes du domaine de l’éducation de l’Université Harvard s’intéressent de près aux idées novatrices du Conseil. Ce sont principalement les succès liés à l'enseignement et à l'apprentissage à l'ère numérique, ainsi qu'à l'ensemble des stratégies pour transformer l'expérience d'apprentissage et le leadership du CECCE qui seront sous la loupe des chercheurs.

D’ailleurs, l’université américaine a sollicité les services de chercheurs francophones pour faciliter la communication entre les spécialistes et les intervenants en éducation. En effet, les chercheurs de l’Université Harvard seront accompagnés par des homologues de l’Université Laval, aussi intéressés par le modèle de leadership éducatif du CECCE. Grâce à l’appui de la directrice, Thérèse Laferrière et ses collègues du Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES), toutes les entrevues de recherche seront menées en français.

Le professeur Christopher J. Dede, du département des Technologies, de l’Innovation et de l’Éducation à l’Université Harvard est l’instigateur du projet: « L’initiative du CECCE est une illustration exemplaire d’un succès à grande échelle que nous aimerions documenter et partager en tant que modèle de leadership éducatif sous l’angle des politiques publiques. » L’objectif du professeur Dede est de documenter les méthodes visionnaires développées par le Conseil et ses écoles pour les partager en tant que modèle à suivre. Notons que l’étude de cas sera publiée en anglais par la faculté de l’Université Harvard et en français par celle de l’Université Laval.

« Il va sans dire que ces démarches seront très enrichissantes pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Elles seront l’occasion de revoir les pratiques pédagogiques innovatrices dans le but perpétuel de les optimiser » indique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe. Pour le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, cet intérêt des spécialistes américains et canadiens démontre que le CECCE est précurseur dans l’utilisation des technologies pour amplifier et accélérer l’apprentissage de chaque élève.

« Le CECCE vise l’excellence et demeure chef de file au niveau de la transformation de l’expérience d’apprentissage. Le fait que ses idées pourraient éventuellement servir de référence par des autorités en éducation à l’échelle internationale  est une source de grande fierté au sein des membres du Conseil. »

Le CECCE annonce un nouveau projet d’école dans le secteur Riverside Sud d’Ottawa

Le 1er février 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux d’annoncer le financement par le ministère de l’Éducation d’une nouvelle école dans le secteur Riverside Sud d’Ottawa.

« L’arrivée d’une nouvelle école élémentaire catholique pour les élèves de la maternelle à la 6e année est une excellente nouvelle pour les communautés francophones des secteurs Riverside Sud, Leitrim, Greely, Metcalfe et Blossom Park puisqu’elles connaissent une croissance importante du nombre de familles » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Ce projet, qui est le fruit de l’engagement d’une communauté scolaire impliquée, permettra de desservir un plus grand nombre d’ayants droit francophones et de soulager l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître qui est présentement à pleine capacité » ajoute Chad Mariage, vice-président du CECCE et conseiller scolaire des secteurs Barrhaven, Knoxdale-Merivale, Rideau-Goulbourn, Gloucester-Nepean-Sud.

La future école dont l’ouverture est prévue pour la rentrée scolaire 2019-2020 sera située dans le sud-ouest de la ville d’Ottawa, à l’intersection des rues Ralph Hennessy et Mount Nebo. Le nouveau bâtiment permettra d’accueillir 412 élèves et comptera trois salles de garderie.

Réjean Sirois, directeur de l’éducation, se dit très heureux des investissements annoncés par le ministère de l’Éducation. « Plusieurs projets prioritaires pour le CECCE ont obtenu l’approbation et le financement de la part du Ministère, et c’est un bonheur de voir que le travail et le dévouement des membres de l’administration et du Conseil permettront à davantage d’élèves et d’enfants francophones de s’épanouir et se développer pleinement dans des établissements catholiques à la fine pointe de la technologie. »
 

AUTRES ANNONCES DE PROJETS PRIORITAIRES

Carrefour scolaire communautaire à Kingston: Le 23 janvier dernier, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), conjointement avec le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO), a procédé à l’annonce du financement par le ministère de l’Éducation d’un carrefour scolaire communautaire à Kingston. Cette nouvelle école secondaire, à laquelle sera greffé le Centre culturel Frontenac, permettra d’accueillir 600 élèves, dont 300 élèves et 49 places en garderie pour le CECCE.

Ouverture d’une nouvelle garderie à Kemptville: Le CECCE a également procédé, le 30 janvier dernier, à l’inauguration officielle d’une nouvelle garderie préscolaire à l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys - pavillon Kemptville. L’investissement de 215 000 $ de la part du Conseil, dont une subvention de 109 000 $ de la part des comtés unis de Leeds et Grenville, permettra d’accueillir 8 enfants d’âge préscolaire. De plus, grâce au permis octroyé par le ministère de l’Éducation, le pavillon de Kemptville a l’autorisation d’ajouter 10 nouvelles places pour les bambins et 16 places pour les enfants d’âge préscolaire, totalisant une possibilité de 26 places.

Nouvelles places en garderie: Le Conseil est heureux de pouvoir desservir un plus grand nombre de familles et offrir davantage de service en petite enfance grâce à l’approbation de plusieurs nouvelles places en garderie par le ministère de l’Éducation.

 

École

Nombre de nouvelles places pour les bambins
(18 mois à 2,5 ans)

Nombre de nouvelles places pour les enfants d’âge préscolaire
(2,5 ans à 4 ans)

École élémentaire catholique L’Envol

15

 

École élémentaire catholique Arc-en-Ciel

15

 

École élémentaire catholique d’enseignement personnalisé Lamoureux

15

24

École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis

 

24

 
Dans la même foulée, l’École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis s’est vu approuver l’ajout d’une salle dédiée à la communauté pour accueillir les familles avec des enfants de 0 à 6 ans.

Une direction d’école du CECCE reconnue au prix Canada’s Outstanding Principals

Le 31 janvier 2018, OTTAWA - Une direction d’école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) sera honorée au gala Canada’s Outstanding Principals qui se tiendra le 27 février 2018 à Toronto. Le CECCE est fier d’annoncer que Marie-Claude Veilleux, directrice du Collège catholique Mer Bleue à Orléans, a été sélectionnée avec 39 autres directions d’école du Canada récipiendaires du prix national remis par The Learning Partnership, faisant ainsi partie des 14 directions en Ontario à recevoir ce prix prestigieux.

Le cheminement de Marie-Claude Veilleux dans le domaine de l’éducation porte la marque de son professionnalisme, de sa passion pour l’éducation, mais aussi de son caractère positif et de sa profonde humanité. Depuis ses premiers postes, elle a embrassé toutes ses fonctions avec enthousiasme, mais aussi avec une efficacité que seul son extraordinaire leadership lui a permis d’atteindre. 

« Malgré son arrivée toute récente au Collège catholique Mer Bleue, il est frappant de constater à quel point Mme Vielleux a su proposer une vision forte et susciter l’adhésion de son personnel, des élèves et de leurs parents, mais aussi de toute la communauté. C’est en mobilisant celles et ceux avec et pour qui elle travaille qu’elle a fait du collège un lieu où la bienveillance règne à tous les niveaux et se conjugue parfaitement avec la réussite des élèves et l’épanouissement de tous » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le collège a d’ailleurs remporté, l’année passée, le prix de la première ministre pour les écoles accueillantes grâce à la culture de bienveillance mise en place au sein de l’école. »

« C’est un honneur pour le Conseil de compter parmi son équipe une direction comme Mme Veilleux qui se démarque en matière de leadership en éducation, d’engagement envers la communauté et de par l’intégration de méthodes innovatrices qui ont un impact direct sur la réussite des élèves. » a affirmé Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Je suis conscient de la valeur des employés qui forment la grande équipe du CECCE, je suis donc très fier lorsque certaines et certains ont la chance d’être reconnus par l’ensemble de la communauté. D’ailleurs, plusieurs autres mériteraient cet honneur ».

Les directions récipiendaires du prix participeront à un programme de formation en leadership exclusif au Rotman School of Management de l’Université de Toronto, une des écoles de commerce les plus réputées au pays. Elles seront également intronisées à l’Académie nationale du Learning Partnership qui compte plus de 400 membres ; soit tous des leaders en éducation qui ont été reconnus par cette organisation.

Première école incubatrice en Ontario

Le 30 janvier 2018, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) continue d’innover et annonce le développement de la toute première école incubatrice en Ontario. En vue de l’arrivée imminente des nouveaux bulletins scolaires dans les écoles de l’Ontario, le CECCE, en partenariat avec des experts en éducation, dont Michael Fullan, explorera des stratégies d’apprentissage et des outils de mesure des nouvelles compétences globales élaborées par le ministère de l’Éducation. L’École élémentaire catholique George-Étienne-Cartier est la première école choisie par le Conseil pour entamer ce projet.

Notons que le terme « école incubatrice » est utilisé pour désigner le caractère innovateur et unique du projet, car il sera instauré dans le but d’actualiser les compétences à développer dans le Profil de sortie de l’élève.

« Je suis choyé d’avoir cette occasion de collaborer professionnellement avec l’équipe du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Ce conseil scolaire a fait ses preuves au niveau des stratégies innovatrices pour les apprentissages des élèves. Le CECCE est une communauté apprenante et cherche toujours à se dépasser en allant en profondeur dans ses initiatives.  C’est pourquoi il me fera grand plaisir de les appuyer dans ce projet d’école incubatrice » exprime Michael Fullan, auteur réputé et consultant en éducation.

En septembre 2017, le gouvernement provincial annonçait qu’il prendrait un virage majeur pour moderniser le système scolaire afin de développer, chez les élèves, des habiletés leur permettant de faire face à un monde en changement constant. Les nouveaux bulletins scolaires seront conçus dans le but de mesurer les compétences globales soit la communication, la collaboration, l’autonomie dans l’apprentissage, la pensée critique, l’innovation et la créativité ainsi que la citoyenneté, des compétences nécessaires pour que les élèves puissent se préparer à réussir dans leurs études et dans la vie.

« Le CECCE est fier de développer cette école incubatrice, car elle démontre une fois de plus le caractère visionnaire du Conseil. Avant même la mise en place des nouvelles méthodes d’évaluation du Ministère, cette école aura l’occasion de parfaire ses pratiques professionnelles pour développer, chez les élèves, les compétences globales » explique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe. Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, rappelle que le CECCE poursuit sa priorité de transformer l’expérience d’apprentissage. « Cette école élémentaire permettra au Conseil et à ses écoles d’être mieux préparés lorsque le gouvernement provincial mettra en place  les nouveaux bulletins. Le CECCE saisit encore une fois l’opportunité d’être à l’avant-garde dans les avancés du domaine de l’éducation. »

Le projet conjoint de carrefour scolaire communautaire verra enfin le jour à Kingston

Le 23 janvier 2018, KINGSTON - La communauté francophone de Kingston a de quoi se réjouir aujourd’hui, puisque le ministère de l’Éducation a annoncé l’octroi  d’un financement pour le projet conjoint du carrefour scolaire communautaire réclamé depuis très longtemps par les familles francophones de la région.

Rappelons qu’en juin dernier, le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) et le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) avaient déposé conjointement un plan d’affaires au ministère de l’Éducation (EDU) pour demander le financement d’un projet de carrefour scolaire communautaire incluant les deux conseils, le Centre culturel Frontenac (CCF) ainsi que des partenaires francophones.

« Je suis emballée par cette annonce qui j’en suis certaine réjouira l’ensemble de la communauté francophone de Kingston » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « L’avancement de ce projet qui avait été identifié comme étant prioritaire par les deux conseils scolaires permettra aux élèves francophones d’avoir accès à des installations de qualité et favorisera également le sentiment d’appartenance et d’engagement des élèves dans leur réussite scolaire » de conclure Mme Lacombe.


« Je suis très heureuse que ce projet arrive finalement à terme.» ajoute Linda Savard, Présidente du Conseil scolaire de l’Est de l’Ontario. « Ce nouveau carrefour scolaire communautaire permettra de rassembler la jeunesse francophone de Kingston sous un même toit afin de leur offrir des installations et des programmes à la hauteur de leurs aspirations. C’est un vent nouveau qui se lève pour les jeunes francophones de Kingston et une inspiration pour l’ensemble de l’Ontario. »

Suite à l’annonce de financement de ce matin, les deux conseils scolaires pourront poursuivre leur collaboration en vue de la construction de ce projet novateur qui regroupera les deux conseils scolaires et le Centre culturel Frontenac sous un même toit. Ainsi, le CECCE et le CEPEO partageront un gymnase triple pouvant accueillir des événements sportifs régionaux et provinciaux, ainsi que des laboratoires technologiques et scientifiques de haut niveau.


Le nouveau carrefour scolaire communautaire permettra donc de rassembler la communauté francophone de Kingston dans un seul et même endroit où des activités à caractère culturel seront développées et offertes dans un esprit communautaire inclusif. Ces nouvelles initiatives feront rayonner la culture francophone de la région tout en participant à la préservation du patrimoine culturel et historique francophone via le transfert de connaissances et de la construction identitaire.

« J’aimerais tout d’abord remercier la ministre de l’Éducation, l'honorable Indira Naidoo-Harris, pour son appui dans ce projet collaboratif.  Le CCF a à coeur de servir la communauté francophone et francophile de la grande région de Kingston via les arts et la culture, depuis plus de 35 ans. Nous sommes très heureux de poursuivre un dialogue en vue de la réalisation de ce projet collaboratif qui bénéficiera à tous » de dire Martin Laforest, président du conseil d'administration du Centre culturel Frontenac.

20 ans: ça se fête en grand!

Le 15 janvier 2018, OTTAWA -  L’heure est à la fête pour la communauté du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE)! Pour célébrer ses 20 ans d’existence et ses progrès sans précédent, le Conseil se prépare à une année chargée en festivités.

Les luttes pour l’accès à l’éducation en français ont sans aucun doute été des plus fermement menées. Le Conseil tel qu’on le connaît aujourd’hui est le fruit de persévérance et de volonté de nombreuses militantes et de nombreux militants franco-ontariens depuis plus de 230 ans. Les premières années d’existence du CECCE furent marquées par des réformes englobantes qui ont amené l’organisation à entreprendre d’importants virages. Chacune des composantes de l’éducation a été remise en question. Les défis associés au renouvellement des structures et des approches pédagogiques de l’enseignement en Ontario ont tenu la communauté en haleine.

« Je suis consciente, mais surtout reconnaissante, des luttes et des efforts qui ont été déployés ces 20 dernières années, afin de bâtir l’identité d’un conseil scolaire catholique francophone en Ontario, garant de valeurs si précieuses. Cet anniversaire marquant est une occasion unique de remercier les bâtisseurs du Conseil, les conseillers scolaires, les partenaires, les membres du personnel qui travaillent avec passion, les élèves et tous les parents, tutrices et tuteurs qui font confiance aux écoles catholiques du Centre-Est. » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, indique que 2018 s’annonce une année importante pour le CECCE : « Le Conseil a de grands projets à venir et est très emballé de les présenter à ses communautés scolaires! Une programmation spéciale a d’ailleurs été élaborée afin que les activités d’envergure durant l’année se déroulent sous le thème des 20 ans du CECCE. Les élèves et le personnel peuvent donc s’attendre à être sollicités pour participer au rayonnement des festivités. »

D’ailleurs, le Conseil profitera de l’occasion pour donner une saveur spéciale aux événements qui seront organisés tout au cours de l’année.

Deux bonnes nouvelles pour les garderies du CECCE

Près de 100 nouvelles places en garderie pour les écoles du CECCE

Le 20 décembre 2017, OTTAWA - La ministre des Affaires francophones, l’honorable Marie-France Lalonde, a annoncé, ce matin,  la création de nouvelles places en garderie. Le gouvernement provincial investira 10 385 912 $ pour financer 24 salles de garderie dans la ville d’Ottawa. Cette annonce a été faite en parallèle avec celle de la première ministre Kathleen Wynne, qui dévoilait la création de nouvelles places en garderie dans près de 200 écoles de l’Ontario. Ces nouvelles s’inscrivent dans le cadre de l’engagement de l’Ontario  d’aider 100 000 enfants, jusqu’à l’âge de quatre ans, à accéder à des services en garderie, au cours des cinq prochaines années.

Pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), cette annonce représente des rénovations et des travaux d'agrandissement pour trois écoles d’Ottawa et une école à Trenton. Une enveloppe de 2 601 520 $ sera accordée au Conseil pour la totalité des projets qui seront réalisés dans ses écoles.

 

 

  • École élémentaire catholique Lamoureux (1 038 591,23 $): Un agrandissement de l’école permettra l’ajout de 15 nouvelles places pour des enfants d’âge bambin et l’ajout de 24 nouvelles places pour des enfants d’âge préscolaire;

  • École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis (519 295,61 $): Un agrandissement de l’école permettra l’ajout de 24 nouvelles places pour des enfants d’âge préscolaire et la création d'un centre "On y va" pour desservir les familles de la communauté;

  • École élémentaire catholique Arc-en-ciel (519 295,61 $): Des rénovations de l’école permettront l’ajout de 15 nouvelles places pour des enfants d'âge bambin;

  • École élémentaire catholique L’Envol (524 337,55 $): Un agrandissement de l’école permettra l’ajout de 15 nouvelles places pour des enfants d'âge bambin.

La présidente du Conseil, Johanne Lacombe, se réjouit de cette annonce. « C’est une excellente nouvelle pour l’ensemble des communautés scolaires, puisque les parents réclamaient de nouvelles places en garderie pour leurs enfants depuis longtemps. »

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, prend la parole au nom du CECCE pour remercier le gouvernement provincial et le ministère de l’Éducation de l’Ontario. « L’octroi de ces fonds sera grandement bénéfique pour le bien-être et l’épanouissement des enfants. Avec de nouvelles places en garderie, ils pourront profiter d’un meilleur départ dans la vie en se développant pleinement et en se préparant à l’entrée à l’école.»

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est choyé de travailler avec des partenaires de la petite enfance exceptionnels. Ils jouent un rôle clé dans le continuum de développement des enfants. Ils leur offrent un environnement propice au développement dans les années les plus importantes de leur croissance. Cette période est d’une importance primordiale pour le Conseil, car c’est là que se font les apprentissages qui permettent aux enfants de débuter leur vie du bon pied. Ils apprennent à socialiser, à communiquer, à exprimer leurs émotions et à partager, bref, des compétences qui leur seront essentielles tout au cours de leur vie.à

Ouverture d’une nouvelle garderie à l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys - pavillon Kemptville

Le 20 décembre 2017, OTTAWA -  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux d’annoncer l’ouverture imminente d’une nouvelle garderie préscolaire à l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys - pavillon Kemptville. En vertu de la Loi 2014 sur la garde d’enfants et la petite enfance, le ministère de l’Éducation de l’Ontario vient tout juste d’accorder au Conseil le permis d’exploitation nécessaire pour l’ouverture d’une garderie éducative agréée à cette école de Kemptville.  

L’aménagement de locaux propices à une garderie de la petite enfance a nécessité un investissement de 215 000 $ de la part du Conseil. D’ailleurs, le CECCE a pu compter sur l’appui généreux des comtés unis de Leeds et Grenville qui ont offert une subvention de 109 000 $ pour la réalisation du projet.

Depuis septembre 2017, le pavillon offrait 5 places en garderie préscolaire, le maximum autorisé en vue de l’obtention du permis. Dès maintenant, il sera possible d’accueillir 8 enfants d’âge préscolaire. Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, ajoute que le Conseil sera heureux d’offrir davantage de places en garderie selon la demande. En effet, grâce au permis octroyé par le ministère de l’Éducation, le pavillon de Kemptville a l’autorisation d’ajouter 10 nouvelles places pour les bambins et 16 places pour les enfants d’âge préscolaire, totalisant une possibilité de 26 places.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, se réjouit de cette annonce qui aura comme impact de mieux desservir les familles. « Puisque le Conseil entretient le désir d’offrir des services à la hauteur des besoins de la population francophone, il s’agit certainement d’une annonce très attendue, qui tombe à point pour la communauté de Kemptville à l’approche de la nouvelle année. »

Plus de 20 000 denrées amassées par les élèves du CECCE seront remises à la communauté

Le 20 décembre 2017, OTTAWA -  Les élèves et familles des écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) et les membres du personnel ont fait preuve de grande générosité et de bienveillance à l’approche de Noël. Ensemble, ils ont amassé plus de 20 000 denrées alimentaires, ainsi que des vêtements, des jouets et des cartes-cadeaux, qui seront remis à différents organismes locaux dont la Société Saint-Vincent de Paul, l'Armée du Salut, la Société de l'aide à l'enfance d'Ottawa, les Chevaliers de Colombs, la Coopérative Ami-Jeunesse, les Bergers de l'Espoir, les banques alimentaires  d'Ottawa, de Kingston, de Winchester, de Lanark et de Partage Vanier, Trenton Care & Share food bank, Kanata Food Cupboard, la Fondation Habineige, les paroisses Sainte-Marie d'Orléans et Saint-Joseph et St-Gabriel. Une partie des dons sera également remise à des familles de nos communautés scolaires.

Réjean Sirois, directeur de l’éducation, remercie tous les généreux donateurs et se dit très fier de l’engagement des élèves à faire un succès de cette événement. « Encore cette année, les élèves et membres du personnel ont sauté à pieds joints dans ce projet collectif qui permet d’aider notre prochain. »

Quant à la présidente du CECCE, Johanne Lacombe, elle exprime sa fierté envers les élèves et les membres du personnel qui ont rendu possible cet élan de partage. « Cette période festive de l’année est idéale pour consolider les valeurs de partage et d’entraide si chères au Conseil. C’est d’ailleurs une grande fierté de constater la générosité des écoles envers les moins fortunés de leurs communautés. »

Différentes activités et initiatives ont été organisées par les écoles dans le but de faire une différence dans les communautés. Certaines écoles ont lancé des défis non seulement à leurs élèves, mais aussi à la communauté, dans le but d’amasser un maximum de denrées.

L’école L’Étoile-de-l’Est met ses élèves au défi de dépasser l’objectif de 2 500 denrées.

L’an dernier, les élèves et le personnel de l’école avaient atteint leur objectif ambitieux d’amasser 2 000 denrées et pour les féliciter d’avoir relevé le défi, le directeur de l’école s’était fait raser la barbe devant tous les élèves de l’école et avait dansé déguisé.

Cette année, la barre a été élevée d’un cran en fixant aux élèves un objectif de 2 500 denrées. Les élèves ont déjà dépassé le 2 000 denrées, mais sauront seulement le vendredi 22 décembre s’ils ont relevé leur nouveau défi. Si l’objectif est atteint, l’enseignante d’éducation physique, Michèle Freedman-Landriault, se fera coller au mur du gymnase par les élèves à l’aide de gros ruban adhésif. Parions que les élèves travailleront très fort pour atteindre leur cible.

Projet Tous ensemble: l’Association des joueurs de la LNH ont donné des équipements de hockey complets à 25 élèves du CECCE

Le 18 décembre 2017, OTTAWA - Une semaine avant Noël, 25 élèves qui fréquentent différentes écoles élémentaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se sont vu offrir un tout nouvel équipement de hockey complet et ont eu la chance de l’essayer à l’occasion d’une partie de hockey sur la patinoire extérieure située sur la colline du Parlement.

La cérémonie a été marquée par la présence du sénateur Léo Housakos qui a remis les équipements de hockey pour initier plus de jeunes à ce sport.

Le projet « Tous ensemble » a été organisé dans le cadre du programme NHLPA Goals and Dreams de l’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey. Ce projet a été rendu possible grâce à un partenariat entre la Fondation des écoles catholiques du Centre-Est (FECCE), la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le Service de la Protection Parlementaire (SPP).

Ayant à cœur le bien-être des enfants, la FECCE s’est donné comme mission de favoriser la participation et l’inclusion des enfants moins fortunés à des activités scolaires, parascolaires, sportives, récréatives et culturelles en fournissant du matériel scolaire et en défrayant leurs frais d’inscription. En participant au projet « Tous ensemble », la FECCE a l’opportunité de répondre à cette mission en aidant des familles et leurs enfants à s’impliquer dans un sport qui leur permettra de développer de saines habitudes de vie, de développer leur esprit sportif, en plus de leur faire vivre une expérience hors du commun.

Réjean Sirois, le directeur de l’éducation, est heureux d’avoir été au coeur des célébrations. « Quel bonheur d’avoir pu faire la mise au jeu lors de cette partie amicale de hockey mettant en vedette des élèves des écoles du CECCE. De voir les étoiles dans leurs yeux à ce moment précis a de quoi combler le coeur d’un directeur de l’éducation, en cette période festive de Noël. »

Quant au directeur général de la FECCE, Jean-François Bard, il tenait à souligner l’importance des nombreux partenaires impliqués, sans qui le projet n’aurait pu être possible. « Je souhaite remercier chaleureusement les membres de la FECCE, le CECCE, la GRC et le SPP pour leur collaboration exceptionnelle. En participant au projet de l’Association des joueurs de la LNH, ils ont permis de réaliser le rêve de plusieurs enfants. »

Le programme Petits pas à trois: lauréat d’un prix Mieux grandir

Le 14 décembre 2017, OTTAWA - Le programme Petits pas à trois du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) s’est démarqué, le 13 décembre dernier, lors de la remise des prix Mieux grandir de l’organisme Ottawa Child and Youth Initiative. La cérémonie visait à rendre hommage à des personnes et à des organismes d’Ottawa qui contribuent grandement à faire en sorte que les enfants et les jeunes aient la chance de grandir en s’épanouissant pleinement.

Le programme Petits pas à trois a été reconnu comme grand lauréat Mieux grandir dans la catégorie En apprentissage et à la découverte. Le prix a été remis à Francine Raymond, gestionnaire des services à la petite enfance, ainsi qu’à toute son équipe en guise de reconnaissance pour leur dévouement, leur engagement et leur passion pour l’éducation et la petite enfance. C’est d’ailleurs sous le leadership de Mme Raymond que l’équipe de la petite enfance, en collaboration avec les directions d’école et les éducatrices et éducateurs de la petite enfance, offre le programme Petits pas à trois dans une dizaine d’écoles d’Ottawa depuis maintenant huit ans.

Petits pas à trois est un programme de prématernelle francophone en milieu scolaire gratuit pour les enfants de 3 ans. Les enfants participants profitent d’un local adapté à leurs besoins et de l’expertise des éducatrices ou des éducateurs de la petite enfance. Il s’agit d’un excellent premier pas vers l’école pour les enfants qui n’ont jamais fréquenté un service de garde et qui en seraient à leurs premières expériences de socialisation en groupe. Le programme répond, entre autres, aux besoins des enfants qui sont en apprentissage du français. Il leur permet de s’initier graduellement à l'école, pendant toute une année scolaire.

Agréé par le ministère de l’Éducation de l’Ontario, ce programme de prématernelle à 3 ans est basé sur l’apprentissage par le jeu et respecte le rythme et les intérêts des enfants en leur offrant des occasions de découvrir, de s’épanouir et de grandir tout en jouant. De plus, Petits pas à trois offre plusieurs possibilités d’apprentissage et vise à aider l’enfant à développer ses compétences sociales et à apprendre le français tout en favorisant une transition en douceur vers la maternelle.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est fière que le programme du Conseil se mérite un prix Mieux grandir. « En plus d’accueillir plus de 150 enfants quotidiennement sur les divers sites, le programme Petits pas à trois est très présent au sein de la communauté. Il est d’ailleurs en constante collaboration avec différents partenaires communautaires, par exemple, Être parent Ottawa, la Ville d’Ottawa, les bibliothèques municipales et Santé publique Ottawa. En plus du volet préscolaire, le programme Petits pas à trois offre des groupes de jeux hebdomadaires pour sept sites à Ottawa. Ainsi, il est possible pour les enfants de venir s’amuser et s’épanouir en français tout en permettant aux parents et aux responsables de garde de venir se ressourcer dans les écoles du CECCE. » 

Réjean Sirois, directeur de l’éducation, a saisi l’opportunité pour remercier tous les membres de l’équipe des services à la petite enfance pour leur souci de la satisfaction et du bien-être de chaque enfant et parent. « Grâce à vous, le programme a su faire ses preuves au cours des dernières années. Rappelons d’ailleurs les résultats impressionnants du dernier sondage, alors que 100 % des parents ayant un enfant inscrit au programme se disaient satisfaits des résultats escomptés et le recommanderaient à d’autres familles. »

Johanne Lacombe reconduite à la présidence du CECCE

Le 6 décembre 2017, OTTAWA - La séance organisationnelle annuelle qui se tenait mardi soir a donné lieu à deux élections d’importance pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). Les membres du conseil scolaire ont choisi de reconduire Johanne Lacombe à la présidence du Conseil pour une troisième année consécutive. Également, la vice-présidence a été confiée à monsieur Chad Mariage, conseiller scolaire dans le secteur de Barrhaven, Knoxdale-Merivale, Rideau-Goulbourn, Gloucester-Nepean-Sud.

Il s’agira d’un 3e mandat consécutif pour Mme Lacombe qui a été élue par acclamation.  Cette femme d’expérience siège à la table politique du Conseil depuis 7 ans en tant que conseillère scolaire dans le secteur d’Orléans et a aussi occupé le poste de vice-présidente, les deux années précédant sa première élection comme présidente en 2015.

« Je suis sincèrement honorée de la confiance que m’accordent mes collègues en me  permettant d’assurer la présidence du CECCE pour un 3e mandat consécutif. Nous avons fait beaucoup de progrès depuis la création de l’organisation, qui célébrera d’ailleurs ses 20 ans en 2018. Entre autres, au cours des ans, des investissements de plusieurs millions de dollars ont été faits pour adapter les infrastructures aux besoins grandissants de la population. Je suis enthousiaste de pouvoir contribuer aux avancées du CECCE, un chef de file reconnu dans le monde de l’éducation pour son innovation, l’excellence de ses écoles et la réussite des élèves aux tests provinciaux » soutient Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Quant à monsieur Mariage, il aura l’occasion d’appuyer Mme Lacombe pour une première fois cette année, au poste de vice-président du CECCE. Il est conseiller scolaire pour le secteur Barrhaven, Knoxdale-Merivale, Rideau-Goulbourn, Gloucester-Nepean-Sud depuis 2012.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, a tenu à présenter les faits saillants de son rapport annuel 2016-2017, en attribuant le succès des résultats à la synergie du personnel. « Je suis chanceux de pouvoir compter sur une équipe si compétente et visionnaire. Les membres du personnel contribuent, chaque jour, au rayonnement du Conseil et permettent la réalisation de grandes choses. Je tiens à remercier toutes les familles qui choisissent l’une des 55 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est pour l’éducation de leur enfant. »

Il est possible de consulter le rapport annuel 2016-2017 sur le site Web du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est au www.ecolecatholique.ca/rapportannuel.

 

 

Une journée pédagogique centralisée mémorable pour les écoles du CECCE

Le 15 novembre 2017, OTTAWA - Près de 1000 enseignantes et enseignants ainsi que des directions d’école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) vivront une journée pédagogique mémorable le 17 novembre prochain. Le Conseil qui a lancé son année scolaire 2017-2018 sous le thème de la transformation de l’expérience d’apprentissage désire pousser l’expérience plus loin en faisant vivre la transformation à son propre personnel. C’est pourquoi les équipes de plusieurs écoles se rassembleront au Collège catholique Samuel-Genest pour prendre part à une journée qui leur donnera, nous l’espérons, des racines et des ailes.

Cette journée de perfectionnement professionnel qui se déroulera sous le thème «Des racines et des ailes», titre du magazine lancé en septembre par le CECCE, permettra aux participants d’échanger et de discuter de pratiques pédagogiques axées sur la transformation de l’expérience d’apprentissage. Ceux-ci seront donc appelés à vivre des expériences et à participer à des ateliers en lien avec le leadership, l’intégration des technologies, l’aménagement des espaces et des environnements d’apprentissage, les nouvelles pédagogies émergentes et le bien-être.

La journée pédagogique centralisée en chiffres représente: 900 participantes et participants,  60 choix d’ateliers, 75 animateurs, 34 écoles participantes, 18 membres du comité organisateur, 25 élèves bénévoles, 3 blocs d’ateliers de 60 minutes et… 1 événement à ne pas manquer!

« Selon moi, cet événement est une excellente occasion pour présenter au personnel du CECCE toutes les ressources à leur disposition puisque, durant cette journée, des dizaines de professionnels travaillant au CECCE tels que des travailleuses sociales, des technopédagogues et des éducateurs animeront des ateliers et parleront des pratiques professionnelles qui transforment l'apprentissage des élèves » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Les participantes et participants auront également l’occasion d’assister à la conférence du réputé conférencier, formateur et auteur, Carol Allain, qui a parcouru plusieurs pays pour partager son savoir. Par ailleurs, en plus des ateliers offerts durant la journée, le spectacle d’un groupe d’élèves prenant part au programme FOCUS École du Rock, le groupe A Capella de Samuel-Genest, sera aussi présenté.

« Le but de ce rassemblement est de développer l’expertise des membres du personnel, de faire des liens explicites avec la planification «Transformation 2020» et de célébrer les petits et grands pas que le Conseil a faits en matière de transformation de l’expérience d’apprentissage » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « Le CECCE étant reconnu comme chef de file dans la transformation de l’expérience d’apprentissage, chaque employé du CECCE est appelé à faire vivre cette vision auprès des 23 500 élèves du Conseil. Une journée comme celle-ci est une excellente vitrine et une parfaite occasion pour permettre au personnel enseignant de prendre connaissance de ce qui se fait dans les autres écoles du Conseil pour ainsi s’inspirer à modeler les pratiques gagnantes dans leur propre salle de classe » ajoute-t-il.

L’école catholique au cœur de la société ontarienne : Hier, aujourd’hui et demain!

Toronto, le 15 novembre 2017 — L’école catholique de langue française se tourne résolument vers l’avenir. Tel a été le constat fait tout au long du Symposium provincial sur l’éducation catholique qui a eu lieu à Toronto les 14 et 15 novembre 2017.

Le grand rassemblement de la communauté catholique ontarienne, organisé conjointement par l’Office provincial pour l’éducation catholique en Ontario (OPÉCO) et l’Institute for Catholic Education (ICE), avait pour thème : « Renouveler la promesse : Explorer le rôle critique de l’éducation catholique dans la société contemporaine ». L’événement a réuni des représentants de tous les secteurs du milieu de l’éducation catholique, francophones et anglophones, autour d’une conversation franche sur les défis que pose la société contemporaine, lesquels avaient été identifiés via les sondages provinciaux effectués en mai dernier auprès des 8 conseils scolaires francophones et 29 conseils scolaires anglophones catholiques.

Le Symposium provincial sur l’éducation catholique a également permis de dégager un consensus quant aux possibilités qui forgeront l’avenir. La vision renouvelée de l’éducation catholique sera ensuite partagée par le biais d’une nouvelle lettre pastorale des évêques de l’Ontario, Renouveler la promesse, qui offrira encouragements, conseils et soutien à celles et ceux à qui incombe la responsabilité partagée de l’éducation catholique pour leur travail commun dans les années à venir.

Le moment était donc tout indiqué pour présenter les deux nouveaux outils découlant du Cadre de référence de l’éducation catholique de langue française : le Profil de l’école catholique de langue française et le Profil du personnel enseignant des écoles catholiques de l’Ontario : aspirations et engagements. Les deux documents visent à appuyer le personnel scolaire dans la réalisation des objectifs énoncés dans le Profil de sortie de l’élève catholique de l’Ontario : attentes et espoirs, publié en mai 2014. Le premier décrit le milieu de vie et le climat scolaire qui caractérisent l’école catholique et le deuxième se veut une source d’inspiration et de réflexion pour chaque membre du personnel enseignant qui aspire à être un guide, un témoin et un accompagnateur catholique fier et engagé pour ses élèves.

Il s’agit là de nouveaux outils exclusifs dont se dote l’école catholique de langue française afin d’accomplir sa mission. Elle renouvelle ainsi son ambitieuse promesse de continuer à offrir la meilleure éducation de langue française en Ontario.

C’est grâce à l’engagement de son personnel et à l’appui des parents et de la communauté que l’école catholique perpétuera cette tradition d’excellence et d’innovation et continuera de former des générations de citoyens du monde compétents, prêts à relever les défis de la société actuelle et à y contribuer de manière positive par leur leadership catholique et francophone.

Ainsi, les conseils scolaires catholiques de langue française invitent leurs communautés scolaires à témoigner leur appui et leur souhait de pouvoir continuer à exercer leurs droits linguistiques et confessionnels, lesquels leur garantissent la possibilité de choisir la meilleure éducation pour leurs enfants : celle qui obtient des résultats scolaires supérieurs, le plus haut taux de diplomation en province et utilise une approche pédagogique globale favorisant autant la croissance de l’être que l’excellence scolaire.

Les parents, membres du personnel et partenaires communautaires sont ainsi invités à visiter le site http://jappuie.ecolescatholiquesontario.ca et à manifester leur fierté d’appartenir à la communauté scolaire catholique de langue française, le choix de 7 parents francophones sur 10!

Cette nouvelle initiative des conseils scolaires catholiques de langue française s’inscrit dans la longue liste des festivités entourant le 20e anniversaire de l’école catholique. Elle fait suite à la Tournée de reconnaissance qui a sillonné la province tout au long du mois d’octobre afin de rendre hommage à près de 20 leaders qui sont des exemples, parmi d’innombrables autres, de tous ceux et celles par qui l’école catholique fait une différence et offre à ses élèves la meilleure éducation de langue française en Ontario.

Pour de plus amples informations sur l'école catholique et les festivités entourant son 20e anniversaire, le public est invité à consulter le site Internet EcolesCatholiquesOntario.ca et à suivre les médias sociaux : Facebook.com/EcolesCatholiquesOntario | @EcolesCathoON et le mot-clic : #MeilleureEducation

Le CECCE s’ouvre sur le monde et signe une convention de collaboration avec la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique du Morbihan en Bretagne

Le 9 novembre 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) témoigne encore une fois de son ouverture sur le monde en signant une convention de collaboration avec la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique du Morbihan en Bretagne. Ce partenariat permettra ainsi à chaque partie prenante d’échanger et de partager ses expériences, ses connaissances, ses méthodes d’enseignement et d’apprentissage ainsi que son matériel pédagogique avec les institutions du pays partenaire.

« Pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est qui est reconnu comme chef de file dans la transformation de l’expérience d’apprentissage en Ontario, c’est une occasion en or d’échanger entre professionnels de l’éducation sur la vision d’enseignement nord-américaine catholique francophone et sur la vision bretonne » confie Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le Conseil est d’ailleurs fier de pouvoir réseauter avec des collègues de la Bretagne, non seulement pour partager les pratiques réussies en place dans ses écoles, mais pour ouvrir le dialogue et se permettre d’être inspiré par ce qui se vit ailleurs dans le monde. La collaboration avec la Direction diocésaine du Morbihan en Bretagne favorisera également l’innovation et la transformation dans la façon de faire les choses dans l’objectif de permettre aux élèves d’apprendre différemment tout en assurant leur réussite et leur bien-être » ajoute-t-elle.

Le CECCE est emballé par cette entente qui a pour objectif premier de promouvoir une meilleure connaissance et une meilleure compréhension des systèmes éducatifs respectifs  aux deux institutions. L’entente entre CECCE et l’Enseignement catholique du Morbihan favorisera entre autres le partage d’expertise, d’appui-conseil ainsi que la collaboration en matière de gestion et de livraison de programmes et de services aux élèves. De plus, la convention prévoit de donner au personnel des deux institutions la possibilité de vivre diverses occasions d’apprentissage professionnel ainsi que de permettre aux élèves des occasions d’échanges ou d’études via les différents programmes bilatéraux existants.

« Nous sommes très heureux de pouvoir partager des temps de réflexion et de formation avec le CECCE. Malgré nos différences d’organisation, nous avons beaucoup de questions communes sur la vie scolaire, la mobilisation des enseignants pour la réussite et l’excellence pour tous, l’adaptation du message de l’Église aux jeunes élèves. Nous sommes très impressionnés par le professionnalisme du CECCE et par leur dynamisme » affirme Stéphane Gouraud, directeur de la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique du Morbihan qui fédère 243 écoles de 1er degré, 45 collèges et 21 lycées de 2e degré, et qui accueille 70 000 élèves, environ 50% des élèves du département du Morbihan.

« C’est une fierté pour le CECCE d’étendre son expertise sur le continent européen et d’ouvrir ses horizons à de nouvelles possibilités » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « La signature de ce type d’entente vise à encourager le personnel du CECCE à participer à des activités de formation dans les domaines pédagogique, méthodologique, pastoral et éducatif pour ainsi développer davantage leurs compétences dans la transformation de l’expérience d’apprentissage. Le Conseil a également beaucoup à retirer de cette collaboration et de ce partage de connaissances, et est particulièrement intéressé à en connaître davantage sur les spécialisations qui existent dans les instituts scolaires de Bretagne»

Ce partage de connaissances et d’expertise n’est d’ailleurs pas nouveau pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est qui a signé, en février dernier, une convention de collaboration avec quatre maisons diocésaines d’enseignement en Belgique.

Une réussite retentissante pour la 6e édition du Forum des parents du CECCE

Le 4 novembre 2017, OTTAWA- La 6e édition du Forum des parents organisée par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) qui s’est déroulé aujourd’hui, au Collège catholique Mer Bleue, a dépassé une fois de plus les attentes et a connu un succès retentissant!

Cette année, l’événement a su atteindre une participation record en cumulant un total impressionnant de plus 200 inscriptions! En introduction, le conférencier invité et comédien Martin Larocque a donné une conférence intéressante ayant comme sujet « Être parent, c’est mêlant! », tout en ajoutant une petite touche d’humour en abordant le sujet de la parentalité. Par la suite, les parents étaient invités à participer à un atelier portant sur la santé mentale, où des experts en la matière du CECCE ont abordé plusieurs thèmes reliés au bien-être de l’enfant.

« Le Forum des parents est un événement gratuit, dynamique et interactif dédié aux parents! C’est une occasion en or d’en apprendre davantage sur la parentalité, de rencontrer et de discuter avec d’autres parents au sujet de leurs enfants, tout en découvrant différents programmes et services qui s’offrent à eux » assure la présidente du CECCE, Johanne Lacombe. « En effet, au Conseil, le bien-être des enfants est au coeur de nos priorités et nous sommes heureux de contribuer à outiller les parents. »  

Ravi de la continuation et du succès de cet événement récurrent, le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, mentionne que « Le Forum des parents permet aux parents d’acquérir des outils pour mieux appuyer et accompagner leurs enfants tant au niveau éducationnel que personnel. D’ailleurs, puisque le CECCE offre une panoplie de services aux parents et aux élèves et qu’il regorge d’experts en éducation, il est à mon avis nécessaire de tenir ce genre d’événement afin d’en faire bénéficier au plus de familles possible. »

Les organisateurs du Forum tiennent à remercier les nombreux partenaires communautaires qui étaient présents lors de l’événement pour faire découvrir aux parents les différents programmes et services offerts dans la communauté pour eux et leurs enfants. Ils remercient la Ville d’Ottawa, la Maison Fraternité, le Centre de ressources communautaires Orléans- Cumberland, le Centre de ressources de l’est d’Ottawa, La Cité collégiale, Aventures en science et en génie d’Ottawa, la Société de l’aide à l’enfance d’Ottawa, le Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO), Parents partenaires en éducation (PPE), l’Association francophone des troubles d’apprentissage (AFPED+), Parents: Ligne de secours et President and Chief Security Advisory.

 

Lancement de la Semaine nationale de l’immigration francophone au CECCE en compagnie du ministre de l’Immigration et de la FCFA

Le 31 octobre 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a eu l’occasion de lancer la 5e Semaine nationale de l’immigration francophone de façon bien spéciale. Pour donner le coup d’envoi de cette semaine particulièrement importante pour toute la communauté du Conseil, le Collège catholique Samuel-Genest a eu la chance d'accueillir l’honorable Ahmed D. Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Serge Cormier, secrétaire parlementaire du ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, ainsi que la vice-présidente de la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) du Canada, Audrey LaBrie.  

La Semaine nationale de l’immigration est assurément l’occasion de souligner la contribution des immigrantes et immigrants à l’essor des communautés francophones et acadiennes, mais aussi de créer et resserrer les liens avec les nouveaux arrivants francophones dans le but de faciliter leur intégration. C’est sous le thème « Une langue, mille accents !» que différentes activités auront lieu dans toutes les régions du pays, jusqu’au samedi  4 novembre prochain.

« Augmenter l’immigration francophone hors Québec est une priorité pour le gouvernement. Même s’il reste beaucoup de travail à faire pour atteindre notre objectif, nos efforts en matière de promotion, les changements apportés au processus de demande d’Entrée express et le volet Mobilité francophone du Programme de mobilité internationale prouvent que nous nous affairons déjà à y parvenir.  C’est grâce à l’immigration que nous pourrons continuer d’insuffler du dynamisme à nos collectivités francophones et de maintenir notre riche patrimoine de bilinguisme » souligne l’honorable Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté.

Au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, la tenue de cet événement rassembleur a donné lieu à des témoignages touchants de la part d’élèves du CECCE sur leur expérience de la diversité et leur intégration en milieu scolaire. Par leur présence, le ministre de l’Immigration et la vice-présidente de la FCFA ont pu en apprendre davantage sur le Programme d'accueil des nouveaux arrivants (PANA) et plusieurs autres initiatives du CECCE en ce qui a trait à l’inclusion et la diversité.

« Le Conseil travaille activement à favoriser l’intégration et l'inclusion des immigrants francophones dans la communauté franco-ontarienne, et ce, depuis plusieurs années » affirme la présidente du CECCE, Johanne Lacombe « Les défis que vivent les familles immigrantes peuvent parfois être difficiles lors de leur arrivée au pays. C’est pourquoi le CECCE collabore avec divers organismes de la région et met en place plusieurs programmes dans ses écoles, tels que le programme des alliés, Franc succès, l’aide aux devoirs, les travailleurs en établissement, PANA, ANNA et JONA » ajoute-elle.

Ces familles, bien qu’elles soient de cultures et de nationalités différentes, partagent plusieurs valeurs communes, dont le français et la catholicité. En tant que Conseil francophone catholique, le CECCE se fait donc un devoir de les accueillir et les aider à s’intégrer afin de promouvoir la diversité de la communauté. « Parce que chaque citoyen mérite d’être accompagné pour apprendre, poursuivre ses rêves et bâtir un monde meilleur, le Conseil se fait un point d’honneur d’accueillir tous les nouveaux arrivants francophones avec une approche humaine et sincère » précise Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

Un réel succès pour la 2e édition de la Course des Patriotes à l’École secondaire catholique Paul-Desmarais

Le 30 octobre 2017, OTTAWA - L’École secondaire catholique Paul-Desmarais a su faire revivre aux élèves et familles l’événement à saveur communautaire tant attendu: la fameuse Course des Patriotes 2017, qui se déroulait samedi matin à Stittsville.

Cet événement d’envergure avait comme mandat de promouvoir la santé et l’activité physique chez les jeunes de toute la communauté de l’ouest d’Ottawa. Au-dessus de 700 participants, dont le personnel scolaire, les élèves et les parents, se sont réunis sur le Sentier transcanadien pour courir ou marcher un 2 km en famille, un 5 km ou un 10 km. D’ailleurs, plusieurs des coureurs étaient déguisés, afin de célébrer l’Halloween qui arrive à grands pas, rendant la course bien plus amusante et farfelue pour les participantes et participants.   

« Cette deuxième édition de la course était une occasion pour tous les participants de contribuer à une cause communautaire tout en permettant aux élèves de bouger et faire de l’activité physique comme le veut si bien le mandat premier de la Course des Patriotes. Je remercie d’ailleurs le conseiller municipal Shad Qadri d’avoir participé à l’événement et d’avoir donné le coup d’envoi aux coureurs » lance Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). Mme Lacombe était ravie du si haut taux de participation. « C’est impressionnant de constater les résultats qui découlent des efforts et de la collaboration de la communauté qui s’unit pour bâtir un monde meilleur. »

Pour l’occasion, les participants étaient invités à apporter des denrées alimentaires qui seront remises aux comptoirs d’alimentation de l’ouest d’Ottawa, dont la banque alimentaire de Stittsville. Une quantité phénoménale de denrées non périssables ont été amassées grâce à la générosité des participants.

Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE, affirme que: « Ce projet communautaire reflète les valeurs du Conseil, dont l’innovation, la collaboration et la bienveillance. Ces valeurs propres à l’éducation catholique ont non seulement permis la réalisation de ce beau projet, mais ont également démontré l’importance du vivre-ensemble pour ainsi apporter une aide aux familles dans le besoin de la communauté de Stittsville. Bravo pour votre initiative! »

La toute première édition du Salon de la petite enfance du CECCE : un réel succès!

30 octobre 2017, OTTAWA - Près d’une centaine de parents accompagnés de leurs enfants ont participé aux activités que proposait le Salon de la petite enfance présenté par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), qui a eu lieu le 28 octobre dernier au Hampton Inn à Ottawa.

Cet événement gratuit s’adressait aux familles de la région d’Ottawa et des environs, souhaitant en apprendre davantage sur les façons de bien préparer leur enfant à la maternelle. Ils ont pu bénéficier d’ateliers éducatifs offerts sous forme de stations d’activités proposant cinq modes d’apprentissage, soit l’apprentissage par le jeu, l’activité physique, la communication, la débrouillardise et l’expression de soi. Ces stations étaient animées par des professionnels du CECCE.

Une douzaine de partenaires ont accueilli les familles à leur kiosque afin de leur faire part des services disponibles en lien avec l’entrée à l’école. Soulignons ainsi la présence d’importants partenaires du CECCE, dont le programme de santé scolaire de la Ville d’Ottawa, le Carrefour de pédiatrie sociale de Vanier, le programme d'enseignement préscolaire offert à domicile HIPPY Ottawa et Parents : Lignes de secours de l'Est de l'Ontario (PLEO).

En outre, grâce à la participation des membres de l’administration, du personnel scolaire et des services à l’enfance du CECCE lors de cette première édition du Salon, les parents ont eu l’occasion de trouver réponse à leurs questions et à se faire conseiller en vue de la rentrée scolaire. Parmi ces partenaires internes impliqués, on compte des surintendances de l’éducation, des directions d’école ainsi que des membres des équipes de la petite enfance, de la construction identitaire, de l’enseignement religieux, des Premières Nations, Métis et Inuit, de l’Actualisation linguistique du français (ALF), du Programme d’appui aux nouveaux arrivants (PANA) et de la transformation de l’expérience d’apprentissage. Une équipe de professionnels du CECCE était d’ailleurs sur place afin d’offrir aux parents la possibilité d’inscrire leur enfant à l’école.

« Le Conseil est très heureux de présenter cet événement familial riche en contenu éducatif, ayant pour objectif de rassurer les parents qui s’apprêtent à faire le grand saut dans l’univers de l’éducation, tout en les conseillant par rapport aux moyens de bien préparer leur enfant à l’entrée en maternelle », de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE. Elle ajoute : « Ceci est un cadeau que nous sommes ravis d’offrir aux familles et que nous souhaitons qui se poursuit année après année ».

« Chacune des personnes impliquées dans l’organisation du Salon de la petite enfance a à coeur le bien-être des familles et tient à rendre leur expérience la plus agréable possible » de mentionner Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. Il ajoute : « Je suis fier que le Conseil apporte cette valeur ajoutée aux parents et aux enfants afin qu’ils puissent entamer du bon pied leur chemin vers l’école catholique francophone ».

 

Partenariat pour une saine gestion de la santé mentale dans les écoles du CECCE

Le 27 octobre 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est soucieux du bien-être de ses élèves et de son personnel.  Suite à un récent sondage, les données démontrent que les élèves vivent des moments d’anxiété et de stress.  Pour mieux outiller les élèves et le personnel, en ce mois d’octobre, mois de la santé mentale, le Conseil est heureux d’annoncer un investissement pour la mise sur pied d’un partenariat visant une saine gestion de la santé mentale dans ses écoles.

Ce partenariat, administré en collaboration avec le Centre Psychosocial (CPS), sera composé de deux programmes dont un destiné pour les élèves du secondaire et l’autre pour le personnel scolaire. Un membre de l’École de service social de l’Université d’Ottawa sera également impliqué afin d’évaluer les impacts et retombées du projet.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, s’est réjouie de cette annonce qui vient renforcer une des priorités du Conseil qui est d’assurer le bien-être de tous et chacun. « La promotion d’une santé mentale positive auprès des élèves et du personnel des écoles du CECCE est primordiale à la création d’un climat scolaire positif. C’est pourquoi je suis convaincue que la mise en place d’un projet pilote permettra de s’assurer que chacune et chacun puisse s’épanouir et se réaliser pleinement dans un contexte sain et propice au développement. »

Programme pour les élèves du secondaire

Le programme Funambule, d’une durée d’un an, vise à rehausser les compétences sociales et émotionnelles chez les adolescents, tout en leur fournissant les outils pour mieux gérer leur anxiété et leur stress. Ainsi, les élèves du secondaire des écoles ciblées par l’initiative auront l’occasion de participer à des ateliers offerts par un travailleur social et un technicien en éducation spécialisé du Centre Psychosocial.

Ces ateliers auront pour but d’apprendre aux élèves à bâtir leur résilience pour ainsi mieux gérer leur stress et anxiété dans des contextes familiers tels que l’école, les évaluations scolaires, la maison, les amis, les sports, etc. Cette initiative vient d’ailleurs s’ajouter à plusieurs autres services déjà offerts dans les écoles secondaires par l’équipe de travail social du CECCE.

Programme pour les employés

Le programme pour les employés, inspiré du programme du Cadre du milieu de travail positif (CMTP), d’une durée de trois ans, vise à offrir aux employés du CECCE un milieu de travail positif ainsi qu’une culture scolaire favorable au soutien du personnel. Pour ce faire, des professionnels du Centre Psychosocial formeront et appuieront des leaders dans les écoles pour que ceux-ci puissent par la suite organiser des ateliers et activités pour l’ensemble du personnel de leur école.

Cette approche « formation de formateurs » permettra aux écoles de se doter d’une capacité pour soutenir leur autonomie à assurer la pérennité des succès acquis de l’initiative. Le programme prévoit également un thème spécifique pour chaque année, soit le mieux-être la résilience et le leadership.

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est conscient que le bien-être et la santé mentale positive sont des éléments clés à la réussite professionnelle des employés et la réussite scolaire des élèves » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. « Il est indéniable que la mise en oeuvre des pratiques de la psychologie positive contribuera à créer des environnements de travail et d’apprentissage plus propices à l’atteinte du plein potentiel de tous et chacun. »

Une nouvelle conseillère scolaire au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 26 octobre 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux d’annoncer la nomination de Valérie Assoi à titre de conseillère scolaire représentant les secteurs Baie, Rideau-Vanier, Somerset, Kitchissippi et Capitale, au sein du CECCE. Elle assurera le remplacement de Diane Doré, qui après de longues années à représenter les familles de sa circonscription, se retire de son poste de conseillère scolaire pour profiter d’une retraite bien méritée. Madame Assoi entrera en fonction le 5 décembre prochain lors de la réunion annuelle de l’organisation.

Les membres du Conseil ont voté pour Valérie Assoi, femme de carrière, pour ses compétences et ses valeurs en ce qui a trait à la francophonie et la catholicité qui cadrent parfaitement avec les orientations et les besoins du CECCE.

​Valérie Assoi est une femme fonceuse et assoiffée de nouveaux défis. Détentrice d’une maîtrise en Résolution de conflits et d’un baccalauréat en Administration des affaires, elle possède des compétences hors pair pour la planification, l’organisation et la gestion des dynamiques de groupe. Ses 10 ans d’expérience en coordination de programmes et en développement communautaire font d’elle une candidate très qualifiée pour le poste. D’ailleurs, elle a toujours été très impliquée dans le domaine de l’éducation.

La nouvelle conseillère scolaire fait partie de plusieurs groupes d’équité, et s’intéresse particulièrement au plan d’action pour l’équité en matière d’éducation de l’Ontario, ainsi qu’à la stratégie ontarienne pour le bien-être en milieu scolaire. Madame Assoi est une citoyenne engagée, qui se dévoue à plusieurs associations communautaires. Entre autres, elle est membre de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario et du conseil d'administration du Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO). Créative, analytique, innovatrice et ouverte d’esprit, elle saura amener le Conseil plus loin, vers la réalisation de nouveaux accomplissements.

Johanne Lacombe, présidente du CECCE, se dit très enthousiaste de travailler étroitement avec Valérie Assoi et la félicite pour son intérêt envers la communauté scolaire des secteurs Baie, Rideau-Vanier, Somerset, Kitchissippi et Capitale. « Je souhaite la bienvenue à Madame Assoi au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Je suis convaincue qu’elle saura relever les nouveaux défis avec professionnalisme et intégrité. »

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est tient également à féliciter Madame Diane Doré pour ses années d’implication hautement applaudie par les membres du Conseil et de l’administration. Femme chef de file, elle aura contribué à l’amélioration de la qualité de vie dans sa communauté. Elle aura certainement laissé sa marque, notamment pour son implication dans des projets tels que l’ouverture récente de la nouvelle école élémentaire catholique au coeur d’Ottawa.

Cette fière citoyenne de Vanier, a été conseillère municipale à Vanier dans les années 1990 et présidente fondatrice du Muséoparc Vanier. Elle était également conseillère scolaire au CECCE depuis 2003, où elle a été présidente de 2008 à 2010. Elle a également siégé au conseil d’administration de la Fondation des écoles catholiques du Centre-est, en plus de s’impliquer dans maintes autres organisations. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le CECCE a eu une énorme chance de compter madame Doré au sein de  de son organisation , et lui souhaite tout le meilleur pour l’avenir.

Les élèves de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys​ se démarquent encore une fois aux tests provinciaux

MERRICKVILLE, 20 septembre 2017 - Les résultats aux tests provinciaux de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) ont été divulgués ce matin et, encore une fois cette année, les élèves de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys obtiennent d’excellents résultats.

Les résultats démontrent que les élèves de 3e et 6e année ont obtenu un pourcentage très élevé de taux de rendement de niveau 3 (bonne compréhension) ou 4 (compréhension approfondie) aux tests de l’OQRE.

Avec un pourcentage de 100 % dans les trois disciplines, soit en lecture, en écriture et en mathématiques, les élèves de 3e année dépassent largement les attentes avec un écart supérieur à la province variant entre 17 et 24 points de pourcentage selon les matières. Les élèves de 6e année ont également de quoi être fiers avec un pourcentage de rendement (niveau 3 ou 4) de 100 % en lecture, 88 % en écriture et 81 % en mathématiques. Ils ont ainsi un taux de rendement supérieur à l’ensemble de la province de 9 points de pourcentage en lecture, de 4 points en écriture et se maintiennent dans la moyenne en mathématiques.

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations du personnel du Conseil, et cela transparaît dans les résultats scolaires ainsi que dans l’enthousiasme des élèves à vouloir apprendre et se dépasser. Je remercie d’ailleurs les parents de la confiance qu’ils témoignent en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE qui en retour se dévoue à toujours améliorer les pratiques pour assurer la réussite de chaque élève » affirme la conseillère scolaire Anouk Tremblay.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, se réjouit également de ces résultats : « Je suis très heureux de constater que les écoles catholiques du Centre-Est, comme l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys, réussissent à atteindre de si hauts pourcentages de rendement. Cela vient confirmer la qualité de l’éducation offerte et surtout, témoigne du leadership des directions d’école et du dévouement du personnel scolaire dans l’accompagnement des élèves vers la réussite et la poursuite de l’excellence. »

Les élèves de l’Académie catholique Ange-Gabriel toujours aussi performants aux tests provinciaux

BROCKVILLE, 20 septembre 2017 - Les résultats aux tests provinciaux de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) ont été divulgués ce matin et, encore une fois cette année, les élèves de 3e, 6e, 9e et 10e année de l’Académie catholique Ange-Gabriel (ACAG) obtiennent des résultats remarquables, ce qui positionne l’Académie parmi les meilleures écoles en province.

Pour une quatrième année consécutive, 100 % des élèves de 6e année ont obtenu un taux de rendement démontrant une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) en lecture. De plus, une hausse significative du rendement a été remarquée en écriture alors que le pourcentage des élèves qui ont un rendement de niveau 3 ou 4 est passé de 91 % à 96 % entre 2016 et 2017. En mathématiques, l’Académie Ange-Gabriel s’est également démarquée fortement de la province avec un taux de rendement de 96 % comparativement à 82 % pour l’ensemble de l’Ontario.

Quant aux élèves de 3e année, ils ont obtenu un taux de rendement (niveau 3 ou 4) de 88 % en lecture, 79 % en écriture et 88 % en mathématiques. L’écart est notable en mathématiques, alors que les résultats de l’ACAG dépassent de 12 points de pourcentage l’ensemble de la province.  

L’Académie Ange-Gabriel peut également se vanter de maintenir pour une deuxième année consécutive, un taux de rendement de 100 % au test de mathématiques théorique en 9e année et au Test provincial de compétences linguistiques (TPCL) en 10e année.

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations du personnel du Conseil, et cela transparaît dans les résultats scolaires ainsi que dans l’enthousiasme des élèves à vouloir apprendre et se dépasser. Je remercie d’ailleurs les parents de la confiance qu’ils témoignent en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE qui en retour se dévoue à toujours améliorer les pratiques pour assurer la réussite de chaque élève » affirme la conseillère scolaire Anouk Tremblay.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, se réjouit également de ces résultats : « Je suis très heureux de constater que les écoles catholiques du Centre-Est, comme l’Académie catholique Ange-Gabriel, réussissent à atteindre de si hauts pourcentages de rendement. Cela vient confirmer la qualité de l’éducation offerte et surtout, cela témoigne du leadership des directions d’école et du dévouement du personnel scolaire dans l’accompagnement des élèves vers la réussite et la poursuite de l’excellence. »

Les élèves du Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie toujours aussi performants aux tests provinciaux

PEMBROKE, 20 septembre 2017 - Les résultats aux tests provinciaux de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) ont été divulgués ce matin et, encore une fois cette année, les élèves du Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie obtiennent d’excellents résultats.

Les résultats démontrent que les élèves de 3e, 6e et 9e année ont obtenu des pourcentages très élevés de taux de rendement de niveau 3 (bonne compréhension) ou 4 (compréhension approfondie) aux tests de l’OQRE.

Avec un pourcentage de 85 % en lecture, 91 % en écriture et 78 % en mathématiques, les élèves de 3e année dépassent largement la moyenne provinciale avec un écart supérieur variant entre 2 et 13 points de pourcentage selon les matières. Les élèves de 6e année se démarquent eux aussi avec des pourcentages de 94 % en lecture, 85 % en écriture et 77 % en mathématiques.

Les élèves de 9e année ont également de quoi être fiers avec un pourcentage de rendement de 91 % en mathématiques cours théorique et 83 % en mathématiques cours appliqué. Ils augmentent ainsi, pour une cinquième année consécutive, leurs résultats en mathématiques appliquées tout en surpassant la moyenne provinciale francophone de 6 points en mathématiques théoriques et de 39 points en mathématiques appliquées. De plus, 98 % des élèves en 10e année ont réussi le Test provincial de compétences linguistiques (TPCL).

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations du personnel du Conseil, et cela transparaît dans les résultats scolaires ainsi que dans l’enthousiasme des élèves à vouloir apprendre et se dépasser. Je remercie d’ailleurs les parents de la confiance qu’ils témoignent en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE qui en retour se dévoue à toujours améliorer les pratiques pour assurer la réussite de chaque élève » affirme Robert Lemelin, vice-président du CECCE.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, se réjouit également de ces résultats : « Je suis très heureux de constater que les écoles catholiques du Centre-Est, comme le Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie, réussissent à atteindre de si hauts pourcentages de rendement. Cela vient confirmer la qualité de l’éducation offerte et surtout, cela témoigne du leadership des directions d’école et du dévouement du personnel scolaire dans l’accompagnement des élèves vers la réussite et la poursuite de l’excellence. »

D’excellents résultats aux tests provinciaux pour les élèves des écoles Mgr-Rémi-Gaulin et Marie-Rivier

KINGSTON, 20 septembre 2017 - Les résultats aux tests provinciaux de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) ont été divulgués ce matin et, encore une fois cette année, les élèves de l’École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin et l’École secondaire catholique Marie-Rivier, toutes deux situées à Kingston, obtiennent d’excellents résultats.

À l’École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin, les résultats de l’OQRE démontrent que 96 % des élèves de 6e année ont obtenu un taux de rendement démontrant une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) en lecture. En comparaison avec la moyenne provinciale qui est de 91 %, l’école peut définitivement être fière du taux de réussite de ses élèves. De plus, leurs pourcentages de rendement sont supérieurs à ceux de l’ensemble de la province avec un rendement de 91 % en écriture et 89 % mathématiques, comparativement à la moyenne provinciale de 84 % et 82 % respectivement.

Quant aux élèves de 9e année de l’École secondaire Marie-Rivier, ils ont eux aussi obtenu d’excellents résultats avec un pourcentage de rendement de 100 % en mathématiques cours théorique. De plus, 94 % des élèves de 10e année ont réussi le Test provincial de compétences linguistiques.

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations du personnel du Conseil, et cela transparaît dans les résultats scolaires ainsi que dans l’enthousiasme des élèves à vouloir apprendre et se dépasser. Je remercie d’ailleurs les parents de la confiance qu’ils témoignent en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE qui en retour se dévoue à toujours améliorer les pratiques pour assurer la réussite de chaque élève » affirme Diane Burns, conseillère scolaire.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, se réjouit également de ces résultats : « Je suis très heureux de constater que les écoles catholiques du Centre-Est, comme l’École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin et de l’École secondaire catholique Marie-Rivier, réussissent à atteindre de si hauts pourcentages de rendement. Cela vient confirmer la qualité de l’éducation offerte et surtout, témoigne du leadership des directions d’école et du dévouement du personnel scolaire dans l’accompagnement des élèves vers la réussite et la poursuite de l’excellence. »

Le CECCE toujours premier dans les résultats aux tests provinciaux de l’OQRE

OTTAWA, 20 septembre 2017 - Année après année, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) peut se féliciter d’être en tête de lice parmi les conseils scolaires francophones aux tests provinciaux administrés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE).

Test de lecture, écriture et mathématiques (3e et 6e années)

En effet, les élèves de la 3e année du CECCE ont surpassé une fois de plus les résultats provinciaux, en démontrant une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) en lecture (taux de réussite de 87 %), en écriture (taux de réussite de 85 %) et en mathématiques (taux de réussite de 81 %), dépassant ainsi de 4 à 7 points de pourcentage la moyenne provinciale.

Pour les élèves de la 6e année, les résultats dans ces mêmes domaines d’études sont également supérieurs à la moyenne provinciale. Le pourcentage des élèves de 6e année du CECCE, avec un rendement de niveau 3 ou 4, se situe à 95 % en lecture, à 89 % en écriture et à 87 % en mathématiques. Ces taux de rendement sont ainsi 4 à 5 points de pourcentage plus élevés en comparaison avec la moyenne provinciale.

« Je suis fière de constater que les élèves de 3e et 6e années maintiennent leur niveau de rendement en lecture, écriture et mathématiques. À l’approche des célébrations du 20e anniversaire du CECCE, c’est un signe que l’enseignement catholique en langue française donne des résultats supérieurs et pousse chaque élève à se dépasser pour ainsi développer son plein potentiel », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le Conseil ne cesse de se démarquer au niveau provincial, et c’est en grande partie dû au leadership dont fait preuve l’ensemble des membres du personnel du CECCE dans l’accompagnement des élèves vers leur réussite. Je remercie d’ailleurs les parents de la confiance qu’ils témoignent au système en confiant l’éducation de leur enfant aux écoles catholiques du Centre-Est. »

Test provincial de mathématiques (9e année)

Quant aux élèves de 9e année, le pourcentage d’élèves avec un rendement de niveau 3 ou 4 au cours théorique de mathématiques est de 88 %, et de 43 % au cours appliqué. En ce qui a trait au cours théorique, les résultats reflètent un maintien des résultats des quatre dernières années, alors que le cours appliqué s’inscrit à un niveau comparable à la province.

Test provincial de compétences linguistiques (10e année)

Enfin, le pourcentage d’élèves de 10e année ayant réussi le Test provincial de compétences linguistiques (TPCL) s’est maintenu et se situe à 94 %, soit 2 points de pourcentage de plus que la moyenne provinciale.  

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, également ravi  des  résultats des élèves, a tenu à ajouter que « La poursuite constante de l’excellence, le leadership des directions d’école, ainsi que l’engagement du personnel scolaire, se reflètent directement dans le rendement des élèves du CECCE. D’ailleurs, ces résultats supérieurs à la moyenne provinciale sont le reflet que l’amélioration constante des approches pédagogiques et la transformation de l’expérience d’apprentissage répondent aux besoins des élèves puisque la réussite de chacun est la priorité de tous. »

Taux de réussite de 100 %

Le CECCE est également heureux d’annoncer que l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys s’est vu atteindre un taux de réussite de 100 % en 3e année, et ce, dans les trois disciplines. D’ailleurs, une quinzaine d’écoles élémentaires du CECCE peuvent se vanter d’avoir atteint un taux de réussite de 100 % dans au moins une des trois disciplines.

Au secondaire, l’Académie catholique Ange-Gabriel, l’École secondaire catholique Marie-Rivier et le Centre professionnel et technique Minto ont obtenu un rendement de 100 % au test provincial théorique de mathématiques. D’ailleurs, l’Académie Ange-Gabriel et le Centre Minto affichent également tous deux des taux de réussite de 100 % au test provincial de compétences linguistiques.

Le CECCE participe à bâtir un monde plus vert !

Le 15 septembre 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé à une grande annonce ce matin, en dévoilant ses intentions de devenir, d’ici 2035, le premier conseil scolaire francophone en Ontario à viser la carboneutralité au sein de son parc immobilier.

Pour réaliser ce projet d’envergure, le Conseil s’est allié d’un géant dans le domaine des solutions globales d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables, Ameresco, qui investira pour améliorer les installations dans les bâtiments scolaires afin de réduire son empreinte écologique et les émissions de gaz à effet de serre. 

« L’annonce d’aujourd’hui du partenariat avec Ameresco est un pas de plus dans la réalisation du plan de développement durable et d’écocitoyenneté du CECCE qui vise à réduire l’impact environnemental du Conseil et de ses écoles pour protéger la Création de Dieu. Il vise également à avoir des pratiques opérationnelles et de gestion responsables, et cohérentes avec les principes d’écocitoyenneté et surtout, à former des citoyens engagés et éthiques qui ont une vision et un comportement écoresponsables, qui font preuve de leadership dans les affaires civiques et qui sont animés par un idéal de justice sociale et d’équité » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Feuille de route pour atteindre la carboneutralité

Pour atteindre ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre et atteindre la carboneutralité, le CECCE continuera sa transition vers des énergies vertes, limitera l’utilisation du gaz naturel et autres énergies fossiles pour ses bâtiments, développera de nouvelles sources de production d’énergie renouvelable et accentuera ses mesures d’économie d’énergie.

Ainsi, l’installation de technologies comme les panneaux solaires, les lumières au DEL, les systèmes géothermiques, les systèmes de ventilation haute efficacité sera accentuée dans les bâtiments.

Par ailleurs, le tout sera mis en oeuvre  avec l’appui financier d’Ameresco qui en retour vendra l’électricité produite par ses actifs au CECCE à un taux fixe par kWh sur une période prédéterminée. Le CECCE disposera donc d’un coût énergétique stable sur toute la période visée pour le remboursement des investissements et sera exempté de la taxe provinciale sur le carbone.

« Le CECCE s’engage à élaborer et mettre en oeuvre un plan d’action stratégique qui permettra d’atteindre la carboneutralité de ses installations dans le but de faire du CECCE le premier conseil scolaire carbone neutre en Ontario » confirme le directeur de l’éducation, Réjean Sirois. « C’est un projet ambitieux, mais le Conseil est confiant qu’avec la grande équipe d’experts et de professionnels qui l’entoure, le CECCE fera sa marque comme chef de file dans le domaine du développement durable, et enseignera aux élèves à poursuivre leurs rêves pour bâtir un monde meilleur. »

Première phase du projet

Pour la première phase d’implantation du projet, le Conseil a ciblé, en plus du siège social, neuf écoles sur lesquelles une évaluation sera effectuée afin d’établir les mesures d’efficacité énergétique ainsi que les équipements actuels à remplacer afin de réduire l’empreinte de carbone. Ces neuf établissements qui font partie des plus gros consommateurs en énergie du Conseil sont:

  • Les écoles secondaires catholiques Franco-Cité, Béatrice-Desloges, Garneau, Samuel-Genest et Minto;

  • Les écoles élémentaires catholiques St-François-d’Assise, J.-L.-Couroux, Bernard-Grandmaître et Édouard-Bond.

Des écoles déjà bien actives

Par la mise en place d’un plan de développement durable et d’écocitoyenneté au CECCE, plusieurs écoles sont déjà bien actives et ont mis en place plusieurs initiatives vertes. La prise de conscience des élèves et du personnel des écoles du CECCE envers l’environnement et le développement durable sont signe de la  responsabilité morale de tous et chacun pour bâtir un monde meilleur pour les communautés.

Le Conseil peut d’ailleurs se vanter de compter 36 ÉcoÉcoles ayant reçu la certification environnementale de l'Ontario pour leur engagement à réduire l'empreinte écologique et à former des élèves écoresponsables, d’avoir réalisé 18 installations de panneaux solaires dans des écoles et d’avoir mis en place des mesures d’efficacité énergétique. Toutes ces initiatives auront permis de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 600 tonnes métriques en 4 ans, ce qui représente environ 110 véhicules retirés de la route.

Impacts au niveau pédagogique

L’annonce du partenariat avec Ameresco est une occasion parfaite pour réitérer l’engagement du CECCE dans la mise en place de nouvelles pédagogies émergentes en lien avec le développement durable. D’ailleurs, le CECCE collabore avec Michael Fullan, professeur à l’Université de Toronto, à élaborer des pratiques professionnelles qui engagent les élèves dans leurs apprentissages en développant des défis critiques sur le thème du carbone et des énergies renouvelables.

Ces défis présentés sous forme de processus pour mener à un apprentissage en profondeur permettront à l’élève de devenir créateur de son savoir. Les élèves se sentiront ainsi davantage impliqués puisqu’ils seront placés au centre de la résolution des défis et deviendront ainsi des facilitateurs, collaborateurs et acteurs de premier plan.

« Ce partenariat représente une opportunité en or de traiter du carbone et des énergies renouvelables, non seulement comme une question en ce qui a trait aux installations et à la matière organique, mais également comme une occasion pour les élèves de contribuer à trouver des solutions et d'apprendre de façon durable pour que leurs connaissances restent ancrées en eux tout au long de leur vie » de dire Michael Fullan, autorité mondiale dans la réforme de l’éducation et professeur émérite à l’Université de Toronto.  

Projet avec l’Ambassade de France

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est également heureux d’annoncer que l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys, Pavillon Kemptville participera à un projet de recherche en collaboration avec l’Ambassade de France.

Ainsi un chercheur français viendra en avril prochain rencontrer les élèves pour les inviter à recueillir des données sur la flore afin de contribuer à des recherches sur l’impact du changement climatique sur la variation des saisons en s’appuyant sur l’expertise de l’Observatoire des saisons en France et de Attention nature au Canada. Cette expérience enrichissante pour les élèves est une occasion rêvée pour le CECCE de transformer les écoles en laboratoire vivant par la mise en oeuvre de projet éducatif en salle de classe qui établit un lien entre l’environnement et l'apprentissage au moyen de démonstrations.

 

Les conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario célèbrent leur 20e anniversaire avec fierté

Ontario, le 5 septembre 2017 — À l’aube de leur 20e anniversaire, les conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario célèbrent avec fierté le chemin parcouru.

L’école catholique de langue française est, depuis plus de 230 ans, un pilier social et culturel de l’Ontario français. Depuis leur fondation en 1998, les conseils scolaires catholiques de langue française poursuivent cette longue tradition d’excellence.

Sous la gouverne des huit conseils scolaires catholiques de langue française, l’école catholique s’est en effet taillé une place de choix dans le système scolaire ontarien. Elle se démarque notamment par le rendement scolaire supérieur de ses élèves, son haut taux de diplomation et son approche holistique qui veille à l’épanouissement de l’élève dans toutes les dimensions de son être. Son caractère unique et ses exploits, rendus possibles grâce au dévouement de son personnel et à l’appui de la communauté, lui permettent d’offrir à ses élèves la meilleure éducation de langue française en Ontario.

« Nous sommes très fiers de pouvoir dire aux parents que le choix de l’école catholique qu’ils ont fait pour leurs enfants est le meilleur qui soit. Chez nous, ils ont l’assurance d’une éducation de qualité supérieure qui répond aux besoins de l’enfant et ce, sur tous les plans. Il y a de quoi être fiers! », se réjouit Jean Lemay, président de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC).

L’ÉCOLE CATHOLIQUE :

          •   Résultats scolaires supérieurs

          •   Plus haut taux de diplomation

          •   Réputée pour sa qualité d’enseignement

          •   Le choix de 7 parents francophones sur 10

LA MEILLEURE ÉDUCATION DE LANGUE FRANÇAISE EN ONTARIO

« Le 20e anniversaire de nos conseils scolaires est l’occasion de célébrer nos réalisations et de remercier les membres du personnel et les partenaires qui, chaque jour, font en sorte que l’école catholique de langue française soit à la hauteur des attentes élevées des parents », a souligné Lorraine Presley, présidente du Conseil ontarien des directions de l’éducation catholiques (CODEC). « Sept parents francophones sur dix choisissent l’école catholique. Nous les remercions de leur confiance ».

Ainsi, avec l’appui des parents, l’école catholique forme des citoyens du 21e siècle compétents et altruistes, prêts à relever les défis de la société actuelle et à y contribuer de manière positive par leur leadership chrétien et francophone, selon les attentes et espoirs énoncés dans le Cadre de référence de l’élève des écoles catholiques de l’Ontario (CREECO).

Tournée de reconnaissance

Les huit conseils scolaires catholiques de langue française et l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques unissent leurs voix pour souligner le travail et le dévouement exceptionnels de leurs communautés scolaires par le biais d’une Tournée de reconnaissance qui aura lieu pendant le mois d’octobre. Cette initiative permettra de remercier et reconnaitre publiquement deux personnes de chaque conseil scolaire qui font une différence au sein de leur école catholique de langue française, que ce soit par le biais de leurs actions, de leur professionnalisme ou de leur générosité.

Le public est invité à visiter le site EcolescatholiquesOntario.ca pour en savoir plus sur les atouts exclusifs qu’offre l’éducation catholique de langue française et suivre la Tournée de reconnaissance.

Une rentrée scolaire transformée pour les élèves du CECCE

Le 29 août 2017, OTTAWA - Ce matin, plus de 23 500 élèves de la maternelle à la 12e année ont franchi les portes des 55 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour commencer une toute nouvelle année scolaire, soit 1 000 élèves de plus que l’an passé. Ils ont été accueillis par plus de 2 750 membres du personnel qui étaient fébriles et heureux d’entamer une année scolaire sous le signe de la transformation de l’expérience d’apprentissage.

« C’est une année charnière pour le CECCE qui, en plus de célébrer ses 20 ans d’existence en 2018, vibrera aux rythmes des transformations dans l’expérience d’apprentissage » affirme la présidente du CECCE, Johanne Lacombe. « Les nouvelles pédagogies émergentes mises en oeuvre par des employés qualifiés dans l’ensemble des écoles du CECCE facilitent le développement des compétences du 21e siècle et engagent chaque élève à apprendre et à poursuivre ses rêves » ajoute-elle.

« Le CECCE a d’ailleurs connu une hausse fulgurante du nombre d’inscriptions avec une prévision d’environ 1 000 élèves de plus que l’an passé. Cette hausse est en partie attribuable au personnel qui a à coeur la réussite de chaque élève ainsi que l’expérience d’apprentissage transformée dans les salles de classe et le taux de diplomation élevé qui encouragent ainsi les parents à confier l’éducation de leur enfant aux écoles catholiques de langue française. » de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

Une 55e école pour le CECCE

La rentrée scolaire de ce matin était particulièrement spéciale pour plusieurs élèves des secteurs Glebe, Vieux Ottawa Est et Vieux Ottawa Sud qui découvraient pour la première fois leur nouvelle École élémentaire catholique au coeur d’Ottawa. Cette école élémentaire qui est candidate au baccalauréat international (IB) et qui offre un éveil à l’espagnol comme troisième langue était très attendue des familles francophones de la communauté. L’ambiance festive était d’ailleurs au rendez-vous pour souligner l’ouverture de cette école dont le modèle est unique à Ottawa et qui permettra à des élèves de la maternelle à la 6e année de vivre une expérience d’apprentissage inspirée du modèle finlandais.

Des racines et des ailes 

En ce jour de rentrée, plus de 35 000 copies de la première édition du magazine Des racines et des ailes, lancée par le CECCE, seront distribuées aux familles du Centre-Est.

Ce guide de référence sur la transformation de l’expérience d’apprentissage présente divers aspects en lien avec l’actualisation et la modernisation des pratiques pédagogiques et d’apprentissage ainsi que les évidences de transformation démontrées dans les écoles du CECCE.

 

Déjà la rentrée pour l’école des métiers du CECCE

Le 22 août 2017, OTTAWA - Depuis plusieurs semaines, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se prépare activement pour la rentrée du 29 août prochain. Par contre, le Centre professionnel et technique Minto accueillait ses élèves ce matin pour commencer une nouvelle année scolaire.

Le Centre professionnel et technique Minto est une école secondaire qui offre un concept unique en province pour les élèves de la 9e à la 12e année. Le personnel hautement qualifié de l’école permet aux élèves d’exceller tant au niveau académique qu’au niveau pratique. L’école se distingue d’ailleurs par ses résultats incroyables à l’OQRE ainsi que son haut taux de diplomation. Le Centre Minto permet aux élèves d’obtenir un diplôme d’études secondaire avec une majeure haute spécialisation dans les métiers tels que la construction, l’énergie électrique et la mécanique automobile.

« Le Conseil est fier de pouvoir offrir des programmes spécialisés innovants et créatifs qui répondent aux souhaits des familles et des élèves » dit Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Tout est en place pour favoriser le bien-être et la réussite de chaque élève. »

Par ailleurs, l’école secondaire Minto offre des programmes focus tels que le design de la coiffure et l’esthétique, la gestion des arts culinaires et le l’hôtellerie ainsi que la mode et le design.  Ces programmes d’une durée d’un semestre permettent aux élèves de vivre des expériences enrichissantes et inoubliables dans un domaine d’intérêts qui les passionne.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, affirme que « Le Centre Minto est une excellente alternative pour les élèves qui désire faire une transition graduelle vers la formation en apprentissage ou le milieu de travail puisque le Centre offre des cheminements scolaires adaptés aux divers intérêts et profils des élèves. »

La Fondation des écoles catholiques du Centre-Est tient son tournoi de golf annuel pour une 5e année consécutive

17 août 2017, OTTAWA — Le 16 août dernier se tenait la 5e édition du tournoi de golf annuel au profit de la Fondation des écoles catholiques du Centre-Est (FECCE). Beau temps et plaisir étaient au rendez-vous pour les 138 joueurs de golf, bénévoles et amis de la Fondation venus soutenir la cause.

Le taux de participation tant du côté des joueurs que des commanditaires fut un succès, ce qui a permis lors de ce tournoi amical de surpasser l’objectif visé. Ainsi, grâce à l’argent reçu en commandites, aux frais d’inscriptions, aux dons et à l’encan silencieux, la Fondation est heureuse et fière d’annoncer le montant record de 23 409 $ amassé pour venir en aide aux élèves et aux familles dans le besoin.
GraphiqueDepensesFondation2016_avril.jpg

Cette somme permettra de faire la différence au sein de la communauté, et servira entre autres à défrayer les coûts de programmes tels que des camps de jour, des camps d’enrichissement, des soins de santé et des petits déjeuners de la Fondation pour permettre à des enfants issus de familles défavorisées d’avoir accès à des services dont ils ne pourraient bénéficier autrement.

« Je suis très heureux d’apprendre qu’encore une fois cette année nous avons dépassé notre objectif fixé, car cela nous permettra de venir en aide à un plus grand nombre d’enfants », a affirmé François Bouchard, président du conseil d’administration de la FECCE. Il ajoute également que la somme amassée contribuera concrètement à soulager les effets de la pauvreté sur la réussite scolaire et le bien-être des enfants.

Le directeur général de la FECCE et surintendant au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Jean-François Bard, a d’ailleurs appuyé les propos de Monsieur Bouchard en insistant que la générosité de la communauté permettra à plusieurs élèves des écoles catholiques du Centre-Est d’obtenir l’aide et l’accompagnement nécessaire pour cheminer vers le développement de leur plein potentiel. « Je tiens à adresser mes sincères remerciements à celles et ceux qui contribuent par leur bienveillance à bâtir un monde meilleur. »

DHZO5wAU0AEKIyv.jpg-large

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, également présente à l’événement a tenu à remercier le comité organisateur sous le leadership de Marc Lecompte pour la réussite de ce tournoi annuel. « Les efforts des membres du conseil d'administration de la Fondation dans l’organisation de cette 5e édition du tournoi de golf ont permis de dépasser les objectifs visés ce qui aidera encore plus d’élèves des écoles catholiques du Centre-Est à atteindre leur plein potentiel. »  

Au nom des bénéficiaires de ce fonds et en celui des membres du FECCE, la Fondation désire remercier tous les participantes et participants qui sont venus s’amuser pour une bonne cause. Elle remercie également la générosité de ses commanditaires, dont son commanditaire platine Rogers, sans qui l’événement n’aurait pu avoir lieu.

 

Une rentrée hâtive pour les élèves d’une école élémentaire d’Ottawa

Le 15 août 2017, OTTAWA - Demain matin, plus de 650 élèves de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître fouleront les corridors de l’école.

C’est donc avec fébrilité et enthousiasme que la direction et les membres du personnel, grâce à un calendrier équilibré, pourront accueillir et rencontrer leurs nouveaux élèves pour cette nouvelle année scolaire qui débute 2 semaines avant la majorité des écoles.

Depuis maintenant plus de 10 ans, la communauté scolaire de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître fonctionne selon un calendrier scolaire équilibré. Ainsi, 3 semaines des 9 semaines de congé qui sont habituellement allouées pendant l’été sont réparties au cours de l’année scolaire, soit au mois d’octobre, de mars et de mai.

« Le calendrier scolaire équilibré est une option offerte aux familles qui le désirent, puisque les parents de ce secteur ont le choix d’envoyer leur enfant dans l’une des deux écoles élémentaires du CECCE, soit à Bernard-Grandmaître, avec son calendrier scolaire équilibré, soit à Sainte-Bernadette avec son calendrier scolaire régulier.    Le CECCE remarque un fort intérêt pour ce modèle scolaire. Année après année, le nombre d’inscriptions à l’école Bernard-Grandmaître augmente, ce qui témoigne de l’appréciation des familles pour un calendrier équilibré » souligne la présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Johanne Lacombe.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, ajoute d’ailleurs que « L’intérêt des parents pour le calendrier équilibré à l’école Bernard-Grandmaître est en partie dû au fait que ce modèle répond à des besoins spécifiques en termes d’horaires familiaux, de travail et de vacances. Les parents ont donc la flexibilité nécessaire pour concilier travail, vie familiale et école. »

Une nouvelle direction à la barre du Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie, pavillon élémentaire

Le 14 juillet 2017, PEMBROKE - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est heureux d’annoncer la nomination de Valérie Payeur au poste de directrice du Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie, pavillon élémentaire, et ce, à compter du 21 août 2017.

Travaillant au pavillon élémentaire de Jeanne-Lajoie depuis près de 10 ans, et ayant occupé les postes d’enseignante-ressource, lead du Profil de sortie de l’élève et directrice adjointe, Madame Payeur était la personne toute désignée pour assumer ces fonctions.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, est d’ailleurs persuadé que l’expertise de Madame Payeur lui permettra de relever avec succès ses nouveaux défis. « Ses aptitudes de collaboration et d’innovation ont fait une différence positive au sein de l’école, et j’ai confiance que son leadership lui permettra de guider l’équipe vers l’atteinte de ses objectifs et surtout, guider chaque élève vers le développement de son plein potentiel. »

 

Une nouvelle direction à la barre de l’École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin

Le 14 juillet 2017, KINGSTON - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est heureux d’annoncer la nomination de Monia Lalande au poste de directrice de l’École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin, et ce, à compter du 21 août 2017.

Ayant occupé les postes d’enseignante et de direction dans un autre conseil scolaire francophone en Ontario et en tant qu’agente d’éducation pour l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE), Madame Lalande était la personne toute désignée pour assumer ces fonctions.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, est d’ailleurs persuadé que l’expertise de Madame Lalande lui permettra de relever avec succès ses nouveaux défis. «J’ai confiance que la diversité de ses expériences acquises dans le domaine de l’éducation au cours des dernières années lui permettra de guider l’équipe vers l’atteinte de ses objectifs et surtout, guider chaque élève vers le développement de son plein potentiel. Je tiens d’ailleurs à remercier Mélissa Villella pour ses réalisations lors de son séjour à la barre de la direction de l’école, et lui souhaite mes sincères voeux de succès dans ses projets futurs. »

Le Collège catholique Mer Bleue remporte un prix du gouvernement de l’Ontario pour sa bienveillance

Le 26 juin 2017, ORLÉANS -  Le Collège catholique Mer Bleue a de quoi se réjouir et être fier puisque le comité de bienveillance de l’école s’est vu remettre le Prix de la première ministre pour les écoles tolérantes. Ce prix rend hommage aux équipes pour la sécurité et la tolérance dans les écoles de toute la province qui ont accompli un travail exceptionnel et novateur afin d’instaurer un climat scolaire positif.

Au collège catholique Mer Bleue (CCMB) la bienveillance fait partie des trois priorités retenues pour l’école qui a ouvert ses portes en septembre dernier. Ainsi, tous les élèves et tous les enseignants ont une période fixe de 75 minutes à leur horaire, chaque semaine, pour participer à une leçon sur divers thèmes. Les préoccupations des élèves et leur bien-être sont au coeur des thématiques.

« Le fait que les groupes, formés d’un enseignant mentor et de 10 à 17 élèves, demeurent les mêmes d’une année à l’autre, jusqu’en 12e année, favorise la constance et permet aux élèves de renforcer leurs liens de confiance et d’ouverture ainsi que leur sentiment d’appartenance » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). « C’est d’ailleurs grâce à ce lien que certains élèves ont eu le courage de parler de problèmes personnels à leur mentor qui ont pu les écouter et les appuyer dans la recherche de solutions pour gérer ces situations » ajoute-t-il.

Depuis le début de l’année, des thèmes tels que les relations saines, la gestion du stress, la prévention de l’intimidation, l’acceptation de soi, etc., ont été abordés à la demande des élèves. Par ailleurs, dans l’intention de vérifier les besoins et les préoccupations des élèves, le CCMB administre un sondage de bienveillance à quatre reprises durant l’année, ce qui permet au comité de bienveillance de prendre le pouls du climat scolaire, d’évaluer les interventions en place, de cibler les élèves à risque et d’orienter les thèmes de la période hebdomadaire de bienveillance.

« Le Conseil est honoré que le gouvernement de l’Ontario reconnaisse des initiatives aussi bénéfiques que celle mise en place au Collège catholique Mer Bleue. La bienveillance, le respect et l’entraide sont des valeurs chères au CECCE. La tenue de ces périodes de bienveillance favorise la communication entre les élèves et ainsi les sensibilise à des réalités bien différentes à chaque individu. Ce qui mène au final à une meilleure inclusion de chaque élève au sein de son école » assure Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Un nombre record d’écoles certifiées ÉcoÉcoles au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

19 juin 2017, OTTAWA - Les élèves du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) maintiennent la cadence et persévèrent dans leur engagement envers  l’environnement. En effet, l’année 2016-17 a connu une hausse significative des écoles certifiées écoécoles en province pour atteindre le nombre de 1 830 à travers l’Ontario dont 36 sont des écoles du CECCE.

Ainsi, le CECCE est le conseil scolaire de langue française le mieux représenté et celui avec le plus grand nombre d'écoles certifiées en province.

En tout pour cette année, sept nouvelles écoles élémentaires et secondaires ont obtenu la certification ÉcoÉcoles pour la première fois, soit de la Découverte, Élisabeth-Bruyère, Sainte-Anne, Sainte-Kateri, Sainte-Thérèse-d'Avila, Sainte-Marguerite-Bourgeoys - pavillon Kemptville et Paul-Desmarais. De plus, au cours de cette année, quatre écoles du CECCE déjà certifiées ÉcoÉcoles ont haussé la barre encore plus pour atteindre la certification platine, réservée habituellement à des écoles hautement engagées dans le développement durable.

En somme, voici la liste des écoles selon les sceaux de certification ÉcoÉcoles reçus en 2017 :

Platine

  • École élémentaire catholique Pierre-Elliott-Trudeau

  • École élémentaire catholique Marius-Barbeau

  • École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys

  • École secondaire catholique Pierre-Savard

Or

  • École élémentaire catholique Sainte-Geneviève

  • École élémentaire catholique Alain-Fortin

  • École élémentaire catholique Sainte-Anne

  • École élémentaire catholique Notre-Dame-des-Champs

  • École élémentaire catholique Sainte-Kateri

  • École élémentaire catholique Montfort

  • Académie catholique Ange-Gabriel

  • École élémentaire catholique Laurier-Carrière

  • École élémentaire catholique Saint-François-d'Assise

  • École élémentaire catholique La Vérendrye

  • École élémentaire catholique Terre-des-Jeunes

  • Collège catholique Samuel-Genest

  • École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé La Source

  • École élémentaire catholique Jeanne-Lajoie

  • École élémentaire catholique Saint-Rémi

Argent

  • Collège catholique Franco-Ouest

  • École élémentaire catholique Saint-Jean-Paul II

  • École élémentaire catholique Saint-Joseph d'Orléans

  • École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé Lamoureux

  • École élémentaire catholique J.-L.-Couroux

  • École Élémentaire catholique L'Envol

  • École élémentaire catholique Des Voyageurs

  • École secondaire catholique Franco-Cité

  • École élémentaire catholique Élisabeth-Bruyère

  • École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis

  • École élémentaire catholique De la Découverte

  • École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître

Bronze

  • École élémentaire catholique Sainte-Thérèse-d'Avila

  • École élémentaire catholique Mgr-Rémi-Gaulin

  • École secondaire catholique Paul-Desmarais

  • École secondaire catholique Garneau

  • École élémentaire catholique Sainte-Marguerite Bourgeoys, pavillon Kemptville

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, mentionne que : « Le Conseil est immensément fier de faire partie de ce réseau grandissant, et d’encourager ces pratiques environnementales en cours dans ses écoles ». Elle ajoute que : « Des projets inspirants comme la création de jardins et de potagers ainsi que la plantation d’arbres sont pris en charge par des équipes-écoles qui ont à coeur la protection et la préservation de l’environnement, ce qui me remplit d’espoir pour le futur ».

« Chacune de ces écoles impliquées peut compter sur une communauté et du personnel scolaire sensibles à la cause environnementale, qui travaillent ensemble pour former des écocitoyennes et écocitoyens engagés et éthiques » de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. Il ajoute : « Je suis très fier de constater les progrès réalisés au cours de l’année par les écoles dans ce domaine et rassuré de savoir que les citoyennes et citoyens  de demain que forme le CECCE seront conscients de l’importance du développement durable pour bâtir un avenir sain et de l’impact de leurs actions vis-à-vis cette cause ».

Selon Elanor Waslander, directrice générale d’ÉcoÉcoles de l’Ontario : « Le programme ÉcoÉcoles de l’Ontario motive et inspire les communautés scolaires à agir.  Notre certification fournit un cadre d’intégration de l'apprentissage environnemental et de l’action à l’intérieur et au-delà des murs scolaires. Cette année, plus de 1 830 écoles de 56 conseils scolaires ont participé - un nombre record qui démontre un mouvement croissant mené par les élèves ».

Quelques faits
  • En bref, pour l’année scolaire 2016-2017, 5 écoles du CECCE ont atteint le niveau Bronze, 12 le niveau Argent, 15 le niveau Or, et 4 Platine.
  • ÉcoÉcoles de l’Ontario est un programme d’éducation et de certification environnementales offert de la maternelle à la 12e année qui initie les leaders environnementaux, réduit l’impact écologique des écoles, et construit des communautés scolaires respectueuses de l'environnement. Toutes les écoles financées par les fonds publics peuvent accéder au programme ÉcoÉcoles de l’Ontario gratuitement.
  • Une récente étude indique que les élèves des ÉcoÉcoles Platines produisent en moyenne 57%  moins de déchets d'enfouissement combinés que les élèves des écoles qui ne participent pas au programme. Lisez le rapport complet.
Pour plus de renseignements

ÉcoÉcoles de l’Ontario travaille avec  56 conseils scolaires à travers la province pour initier les élèves au leadership et encourager l’apprentissage et l’action axés sur l’environnement dans les communautés scolaires.  La certification est basée sur une norme provinciale établie par 12 ans d’analyse comparative : actuellement, le programme certifie 37% de toutes les écoles en Ontario et fait participer plus de 850 000 élèves.

Visitez ontarioecoschools.org pour plus de renseignements sur le programme.

Le pavillon Kemptville dévoile plusieurs beaux projets à l’occasion de son premier anniversaire

Le samedi 10 juin 2017, KEMPTVILLE - Les familles de la communauté de Kemptville et des environs se sont rassemblées ce samedi dans la cour de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys afin de célébrer le premier anniversaire du pavillon Kemptville. Parents et enfants ont pu profiter du soleil tout en se régalant autour d’un BBQ gratuit, et en se divertissant grâce à un rallye photos et des jeux gonflables.

L’école a d’ailleurs profité de ce rassemblement communautaire pour annoncer des nouveautés à venir dès la rentrée scolaire 2017.

Dévoilement de la nouvelle concentration

C’est avec grande fierté que l’école a dévoilé les détails de la nouvelle concentration Santé humaine et terrestre avec un focus sur les changements climatiques qui sera offerte aux élèves de la 7e à la 12e année à la rentrée 2017.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, est emballé par le développement de ce nouveau programme puisque le contenu s’inscrit définitivement dans l’orientation des écoles du 21e siècle et reflète bien les intérêts de cette communauté. « Les impacts des changements climatiques sur l’environnement, la santé et le développement durable sont assurément des enjeux majeurs et préoccupants pour les générations à venir. L’intégration du programme Santé humaine et terrestre permettra en l'occurrence de sensibiliser les élèves à ces réalités et de leur offrir une formation académique  axée sur le développement de la citoyenneté civique et écoresponsable afin de faire d’eux des citoyens engagés et éthiques. Par ailleurs, ce nouveau programme offert en collaboration avec divers partenaires communautaires permettra d’offrir aux élèves des activités d’exploration de carrières, des placements COOP ainsi que des formations et certifications. »

 â€‹

Phase 2 à venir pour le pavillon Kemptville

Le CECCE a également annoncé le développement d’une phase 2 afin d’augmenter la capacité d’accueil du pavillon Kemptville. Le Conseil s’est entendu avec le Agriculture Research Institute of Ontario (ARIO) pour louer son bâtiment nommé le Gibson qui sera rénové en prévision d’une ouverture en 2018.  L’ajout de salles de classe permettra donc au pavillon de poursuivre une occupation de bâtiments distincte pour les différents niveaux scolaires. Ainsi, le Fraser continuera d'accueillir les élèves de la maternelle à la 6e année et le Gibson accueillera les élèves de la 7e à la 12e année avec certains locaux spécialisés dont pourront également bénéficier les élèves de la maternelle à la 6e année.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a d’ailleurs affirmé que « Le Conseil est confiant que cet ajout de classes permettra à l’école de mieux desservir les familles de la région qui cherchent à offrir une éducation d’excellence où chaque élève, enrichi et animé par son identité catholique et francophone, cheminera vers le développement de son plein potentiel. » La présidente a également ajouté que « La signature d’un bail à long terme de 10 ans avec possibilité de deux périodes de prolongation de 5 ans chacune entre le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et le Agricultural Research Institute of Ontario se veut un signe de stabilité pour les parents qui confient l’éducation de leurs enfants au CECCE. »

Programme pour les enfants d’âge préscolaire

Le CECCE en a aussi profité pour annoncer aux familles qu’à partir de la rentrée scolaire 2017, le pavillon Kemptville lancera un programme pour les enfants d’âge préscolaire. Ce programme offert à temps plein par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est s’adressera aux enfants de 2 ans et demi à 3 ans et sera situé dans le bâtiment Fraser. Le programme sera également offert à prix compétitifs pour les parents. Par ailleurs, pour sa première année d’opération, seulement 5 places seront disponibles, toutefois, le Conseil travaille sur d’autres projets afin d’agrandir l’offre de service préscolaire pour les familles de Kemptville.

Une immersion au cœur de la transformation de l’expérience d’apprentissage au sein des écoles catholiques du Centre-Est

Le lundi 12 juin 2017, OTTAWA -  C’est vendredi dernier, dans le cadre d’une foire qui se tenait au Centre de conférence d’Ottawa, que des leads du profil de sortie de l’élève, des enseignants et des directions d’école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se sont réunis pour vivre une immersion au coeur de la transformation de l’expérience d’apprentissage.

leads_cecce_2.jpg leads_cecce1.jpg

Le CECCE étant reconnu comme chef de file pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, cet événement avait pour objectif de permettre aux leads du Profil de sortie de l'élève de présenter leurs réussites liées à la transformation de l’expérience d’apprentissage réalisées dans chacune de leur école. Les leads ont également présenté des projets misant sur l’apprentissage en profondeur chez les élèves et ont donné un aperçu des multiples initiatives en lien avec la transformation de l’expérience d’apprentissage au sein du CECCE.

Durant la journée, les centaines de personnes présentes ont pu se promener entre les kiosques et assister à des ateliers portant sur des sujets tels que la robotique, la cour d’école transformée, la planification en cascades, les classes hybrides, la pensée critique, l’heure du génie, et plusieurs autres pratiques professionnelles novatrices servant à engager chaque élève à apprendre.

« Je trouve la formule de cette foire très intéressante et suis emballée de voir que le CECCE fait appel à ses propres experts pour transmettre leurs pratiques gagnantes et leurs réussites à leurs pairs » affirme la présidente du CECCE, Johanne Lacombe. « Qui de mieux pour animer ces ateliers sur la transformation de l’expérience d’apprentissage que les leads qui ont le mandat au sein du CECCE de faciliter la mise en oeuvre du Profil de sortie de l’élève, soit d’accompagner chaque élève enrichi et animé par son identité catholique et francophone à devenir un penseur critique et créatif, un jeune adulte affirmé et épanoui et un citoyen engagé et éthique » ajoute-t-elle.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, abondait dans le même sens en affirmant que « Les leads du Profil de sortie de l’élève jouent un rôle clé au sein de leurs écoles dans le processus d’amorce de la transformation de l’expérience d’apprentissage. Que ce soit par le biais des nouvelles pédagogies émergentes, de l’intégration de la technologie au service de l’apprentissage, de l’aménagement des environnements et des espaces d’apprentissage ou de la manifestation du leadership et de la bienveillance, les leads appuient le personnel enseignant et les directions d’école dans l’actualisation d’un mouvement de changement afin de susciter un engagement élevé de la part des élèves. »

De nouvelles places en garderie au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie à Pembroke

 

Le 9 juin 2017, PEMBROKE - Pendant l’année scolaire 2018-2019, les familles de Pembroke pourront bénéficier de 18 places additionnelles à La garderie Les petites mains située au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie suite à un investissement de 1 058 757 $ du ministère de l’Éducation de l’Ontario. C’est l’annonce qu'a fait le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) et son partenaire, La garderie Les petites mains ce matin au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie.

 Photo de groupe - Annonce de places en garderie - Pembroke

Les 26 places pour les bambins et les enfants préscolaires actuellement disponibles à la garderie du Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie sont présentement comblées. Grâce à ces fonds, 8 places additionnelles pour les enfants de 2,5 à 4 ans seront disponibles pour les familles de Pembroke. Ce financement du ministère de l’Éducation de l’Ontario permettra également la création d’une salle pour 10 poupons âgés de 0 à 18 mois, un service qui viendra en aide aux familles de Pembroke avec de jeunes enfants qui demandent l’ajout de ce service depuis de nombreuses années.

Selon la présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Johanne Lacombe, l’ajout de places en garderie est primordial pour la pérennité et l’épanouissement de la communauté francophone. « Les familles souhaitant une éducation catholique de langue française pourront compter sur des places additionnelles à La garderie les petites mains au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie. Un bon départ dans un environnement de langue française dès un jeune âge assure une transition tout en douceur à l’école et favorise l’apprentissage et la réussite».

Pour sa part, le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, accorde beaucoup d’importance aux services de la petite enfance : « Les enfants de Pembroke sont entre bonnes mains à La garderie Les petites mains. Les apprentissages que les enfants auront amorcés seront soutenus à la maternelle et au jardin au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie et tout au cours de leurs études afin que chaque élève, enrichi et animé par son identité catholique et francophone, chemine vers le développement de son plein potentiel, en devenant un penseur critique et créatif, un jeune adulte affirmé et épanoui, et un citoyen engagé et éthique. »

Afin d’accueillir des enfants additionnels à La Garderie Les petites mains, des travaux de construction seront à prévoir au cours de la prochaine année. Les besoins seront définis avec le partenaire et l’école, ensuite, les services des professionnels seront retenus. Selon les prochaines étapes, la construction pourrait commencer dès le printemps 2018 et se terminer pour la rentrée 2018, ou encore, en janvier 2019.

Le Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie accueille 508 élèves de la maternelle à la 6e année et 300 élèves de la 7e à la 12e année. Les inscriptions sont toujours possibles pour la prochaine rentrée scolaire. Veuillez communiquer avec l’école au 613 732-8302 pour un accompagnement personnalisé.

Un budget équilibré de 352,1 M$ pour la réussite et le bien-être des élèves du CECCE

Le 7 juin 2017, OTTAWA - Les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont approuvé un budget équilibré de 352,1 M$ lors de la séance ordinaire du 6 juin dernier qui a eu lieu à Kingston. Celui-ci permettra de soutenir la réussite et le bien-être de chaque élève et de mettre en oeuvre la vision stratégique du CECCE pour l’année scolaire 2017-2018.

« La très grande confiance que témoignent les parents au CECCE en  inscrivant leur enfant dans une des écoles catholiques du Centre-Est permet au CECCE de continuer d’innover  dans le domaine de la  transformation de l’expérience d’apprentissage et ainsi de  continuer à assurer la réussite et le bien-être de chaque élève confié au CECCE » exprime Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « L’équilibre budgétaire a été atteint en raison de la croissance des effectifs et, surtout, grâce à une subvention additionnelle au niveau des priorités locales » termine-t-elle.   

Grâce à des injections de sommes additionnelles, le CECCE pourra embaucher du personnel supplémentaire pour répondre aux besoins des élèves et aux besoins opérationnels du système. Ainsi, près de 80 membres du personnel supplémentaires seront embauchés pour mieux répondre aux besoins des élèves.

Des sommes sont également prévues pour assurer la continuité des programmes et services à l’élève, soit 9,5 M$ pour la stratégie en construction identitaire, 2,5 M$ pour l’appui et l’accompagnement en littératie et numératie, 2,5 M$ pour la transformation de l’expérience d’apprentissage et 2,8 M$ pour la stratégie portant sur la bienveillance, la santé et le bien-être.

Ce budget permettra également de mettre en place des stratégies ciblées ainsi que des ressources nécessaires afin d’atteindre les objectifs prioritaires, d’améliorer la performance du conseil et d’actualiser la transformation de l’expérience d’apprentissage et le développement des compétences du Profil de sortie de l’élève.

Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE se dit très satisfait du budget proposé : « Le budget 2017-2018 reflète bien les orientations stratégiques et la vision d’excellence et de bienveillance que se donne le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Grâce à une planification stratégique rigoureuse, le CECCE garde le cap sur les priorités énoncées dans son plan quadriennal sous forme de quatre piliers : la réussite et le bien-être de chaque élève, transformer l’expérience d’apprentissage, affermir le leadership et le rayonnement du conseil et augmenter son attrait, et accroître l’efficacité et l’agilité de l’organisation. J’ai confiance que la répartition budgétaire proposée dans le présent budget reflète bien les engagements formulés dans la planification stratégique du CECCE, qui, soit dit en passant, met l’élève au centre de ses préoccupations.  »

Ce budget représente une augmentation de 17,4 M$, soit 5,2 % par rapport à 2016-2017. Cette hausse est attribuable, entre autres, à une croissance de 464 élèves et à un investissement au niveau des priorités locales. Rappelons que le financement octroyé aux conseils scolaires est calculé en fonction du nombre d’élèves inscrits.

 

Des élèves de l’École secondaire catholique Franco-Cité construisent un vaste jardin pour leur communauté

5 juin 2017, OTTAWA - L’École secondaire catholique Franco-Cité inculque en ses élèves les valeurs de respect et de responsabilité de l’environnement et contribue à former les leaders écologiques de demain.

En effet, pendant la semaine canadienne de l’environnement, des élèves de l’École secondaire catholique Franco-Cité poursuivent la construction d’un jardin communautaire et collectif de près de 1 000 pieds carrés, qui se trouvera directement devant l’établissement scolaire. Celui-ci permettra à la communauté de jardiner et d’y cultiver des fines herbes, des fleurs et des légumes, dont entre autres 26 variétés de tomates et 16 variétés de poivrons. Une des prochaines grandes étapes du projet, qui se déroulera au cours de la semaine du 5 juin, consistera en la transplantation des plants de la serre jusque dans les bacs du potager.

L’idée derrière ce projet provient d’un groupe d’élèves et de Mark Grenier, un enseignant-bibliothécaire passionné par la santé et l’alimentation à l’École secondaire catholique Franco-Cité. Les élèves ont fait la demande de construire un jardin dans l’optique d’aider les gens dans le besoin et de redonner à la communauté. M. Grenier a su appuyer ces derniers dans l’implantation du jardin communautaire avec en tête des objectifs précis, tels que transformer leur expérience d’apprentissage, les sensibiliser à l’importance de manger santé et les conscientiser au concept de sécurité alimentaire. Ce concept existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires pour mener une vie saine et active. Ce laboratoire vivant permettra aux élèves de déguster des produits frais et locaux, d’adhérer au club de jardinage, d’utiliser le fruit de leurs récoltes lors des cours d’alimentation et de donner au suivant.

Les initiatives écoresponsables et d’alimentation saine, locale et durable proposées par le personnel scolaire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont un impact réel sur les actions des élèves, les aidant à faire des choix avisés. Elles favorisent le développement d’une saine relation avec l'environnement ainsi qu’avec les aliments. La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, affirme que : « Les jeunes s’intéressent à la cause pour laquelle ils s’investissent et comprennent bien ses fondements. Ils font preuve d’énormément d’ouverture et de générosité dans le cadre de ce projet. Je suis fière de les voir travailler ensemble vers un but commun, qui sera bénéfique pour toutes et tous. »

« Un projet comme celui-ci démontre l’importance pour le CECCE et ses écoles de prendre des mesures pour conserver et protéger l’environnement naturel de la communauté, tout en encourageant l’adoption d’une saine alimentation. Le CECCE s’engage à créer des occasions authentiques d’apprentissage qui, du même coup, permettent aux  élèves et leur famille de se rapprocher de la nature » de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

Encore une réussite pour la 11e édition des Olympiades spéciales au Collège catholique Samuel-Genest

Le vendredi 19 mai 2017, OTTAWA - Des élèves du cours de leadership-entraide du Collège catholique Samuel-Genest ont organisé les 11es Olympiades spéciales qui avaient lieu aujourd’hui au collège.  Le soleil était au rendez-vous ainsi que le sourire des 185 participants, 90 accompagnateurs et 50 bénévoles qui ont participé à la journée.  

18517951_10154572673883342_6161703166478012908_o.jpg  18491760_10154572675953342_5416875052581207943_o.jpg

Cette année, c’était Camille Rochon, Karl Ambroise et Élissa Donovan qui se sont occupés de planifier cette journée pour les participants qui vivent avec un handicap de développement.  Ils ont débuté les préparatifs dès le mois de janvier afin de s’assurer que la journée soit parfaite, et c’est grâce à leur dévouement que cet événement aux nombreuses activités sportives s’est déroulé à la perfection. La présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Johanne Lacombe, a d’ailleurs affirmé que « C’est inspirant de voir des jeunes avec autant de leadership s’impliquer bénévolement dans leur communauté et développer une responsabilité sociale envers leurs pairs éprouvant des besoins particuliers. »

D’abord, plusieurs organismes et écoles étaient de la partie : le Petit Bonheur du Patro d’Ottawa, le Centre de transition communautaire, Le Rendez-vous, l’Association pour l’intégration sociale d’Ottawa, ainsi que 115 élèves provenant des écoles catholiques du Centre-Est dont l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse, l’École élémentaire catholique Montfort, l’École élémentaire catholique Sainte-Anne, l’École élémentaire catholique Saint-Joseph d’Orléans, l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau, l’École secondaire catholique Garneau, le Collège catholique Mer Bleue, le Collège catholique Franco-Ouest et bien sûr, le Collège catholique Samuel-Genest.  

La journée a commencé avec l’ouverture officielle et ensuite, chaque groupe s’est dirigé vers sa station.  Les participants se sont adonnés au soccer, au lancer du poids, au saut en longueur ainsi qu’à la course.  Lorsque les activités furent terminées, un dîner barbecue bien mérité attendait les athlètes et les organisateurs. La cérémonie de remise de médailles a bien clôturé la journée.  Chaque participant a reçu une médaille ainsi qu’un t-shirt en souvenirs.  Plusieurs se sont dits impatients de pouvoir participer à nouveau, l’an prochain!

« Cette activité est maintenant une tradition au Collège catholique Samuel-Genest et il n’y a rien de plus beau que de voir la joie des participantes et participants et celle des élèves, heureux d’encourager ceux-ci. Je désire d’ailleurs remercier les membres du personnel et les élèves qui se sont engagés à faire de cette journée un succès et qui ont permis à ces jeunes de se dépasser et de s’amuser pleinement » de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

Des élèves de l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges se démarquent au Gala annuel du Programme spécialisé en arts (PSA)

Le vendredi 19 mai 2017, OTTAWA - Hier soir avait lieu le 9e Gala du Programme spécialisé en arts (PSA) organisé par les élèves du cours de Gestion et création d'évènements artistiques de la Majeure Haute Spécialisation (MHS) en arts de l'École secondaire catholique Béatrice-Desloges. Chaque année, ce gala permet de mettre en valeur près de 300 jeunes artistes de l’école en soulignant leurs efforts constants et leurs accomplissements dans leur domaine artistique respectif, soit en arts visuels, théâtre et musique.

IMG_1768.JPGIMG_1767.JPG        

Le prix Artiste de l’année, qui comprend une bourse de 500 $ offerte par la Ferme Proulx, a été remporté par Annabelle Sauvé, élève de 12e année. Danick Gratton, également en 12e année, a reçu le prix Valérie-Goneau de la Majeure haute spécialisation (MHS), incluant une bourse de 500 $ offerte par la Fondation Flutter de Valérie. Quant à Éric Bélanger, élève de 12e année, il s’est vu décerné le Prix de créativité comprenant une bourse de 100 $ offerte par les Filles d’Isabelle.

Les prix de reconnaissance en arts visuels ont été octroyés à Emmanuelle O’Bryan (9e année), Élissa Thomas-Richer (10e année), Kat Holub (11e année) et Carissa Grondin (12e année). Les prix de reconnaissance en théâtre ont été offerts à Ryana Balmir (9e année), Jasmine Fortin (10e année), Laurent Frenette (11e année) et Christopher Adrien (12e année). Aussi, Catherine Gendron (9e année), Nicolas Groulx (10e année), Amanda Clairoux (11e année) et Samuel Boucher (12e année) ont reçu les prix de reconnaissance en musique.

Deux élèves de 12e année se sont également vu remettre une bourse pour poursuivre leurs études postsecondaires. Il s’agit de Cédric Doyle qui a reçu une bourse de 500 $ de la Faculté des arts de l’Université d’Ottawa, et Sydney Desormeaux qui a reçu une bourse de 500 $ de La Cité.

« En voyant le nombre de prix et reconnaissances qui ont été décernés aux élèves lors de cette cérémonie, je peux vous assurer que les arts et la culture franco-ontarienne se portent bien et que la relève artistique est présente, dynamique et prête à changer le monde, une oeuvre à la fois » a affirmé Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).

« Avec les oeuvres présentées par les élèves d’arts visuels et les performances offertes par les élèves de musique et de théâtre durant la soirée, je peux affirmer sans me tromper qu’il y a une source inépuisable de talent dans les écoles du CECCE » de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « D’ailleurs, les divers programmes spécialisés offerts dans les écoles secondaires du CECCE permettent aux élèves de se découvrir des talents et des passions dans le domaine des arts et de se préparer à des études postsecondaires » ajoute-t-il.

4 élèves du CECCE remportent des médailles aux Olympiades de compétences technologiques de l’Ontario

 

Le jeudi 11 mai 2017, OTTAWA - Lors de la 28e édition des Olympiades de compétences technologiques de l’Ontario qui se sont tenues à Toronto du 1er au 3 mai 2017, quatre élèves du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont remporté des médailles dans leurs épreuves respectives dont deux médailles d’or.

Trois élèves du Centre professionnel et technique Minto du CECCE ont remporté des médailles. Karl-André Cousineau a obtenu la médaille d’or en réfrigération. Olivier Séguin a décroché la médaille d’argent en installation électrique et Jacob Parent s’est mérité la médaille de bronze en plomberie.

De plus, le classement d’un élève du Collège catholique Samuel-Genest lui a réservé une place aux 23es Olympiades canadiennes des métiers et des technologies qui auront lieu à Winnipeg au Manitoba du 31 mai au 3 juin prochain.  C’est en remportant la médaille d’or en dessin industriel CAO que Nicholas Effenberger s’est taillé une place à cette compétition nationale.

Durant ces Olympiades, des élèves du secondaire et du postsecondaire de partout en province se sont affrontés dans des épreuves variant des domaines de la plomberie et la menuiserie jusqu’à l’animation 3D et le design de mode. 32 élèves du CECCE ont participé à cette compétition organisée par l’organisme Compétences Ontario.  

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est d’ailleurs très fière de la participation des élèves à cette compétition. « Toutes mes félicitations aux élèves médaillés. Les métiers et les compétences technologiques ont leur place dans les écoles du CECCE. C’est pour cela que Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier d’offrir des programmes spécialisés au secondaire qui permettent aux élèves de découvrir leurs passions et de développer leurs talents et aptitudes. C’est en participant à des compétitions provinciales et nationales comme les Olympiades de compétences technologiques que les élèves peuvent mettre en pratique ces aptitudes et mieux se préparer pour leur avenir » de conclure, madame Lacombe.

« Bravo au personnel des écoles catholiques du Centre-Est qui contribue à l’enseignement des métiers et des compétences technologiques ainsi qu’à la formation spécialisée des élèves dans ces domaines pertinents. Lorsque des élèves du CECCE se méritent des distinctions provinciales comme celles-ci, elles sont partagées avec les enseignantes et enseignants qui passent d'innombrables heures à préparer les élèves à faire partie de la main-d’oeuvre demain  » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.  

Chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et sa synergie avec la communauté, le CECCE, avec plus de 22 600 élèves fréquentant 42 écoles élémentaires, 12 écoles secondaires et une école pour adultes, est le plus grand réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec. Les élèves du CECCE obtiennent les meilleurs résultats en province, et 96 % d’entre eux obtiennent leur diplôme.

Des changements aux équipes de direction des écoles élémentaires et secondaires du CECCE

Le jeudi 11 mai 2017, OTTAWA - Lors de la séance ordinaire du 9 mai dernier, les conseillères et conseillers scolaires ont entériné les changements aux affectations des directions et directions adjointes pour la prochaine année scolaire dans les écoles élémentaires et secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).

Ainsi, les écoles suivantes auront des nouvelles directions à compter d’août prochain :

Alain-Fortin : Chantal Campbell
École à Arnprior : Richard Carrier

​Édouard-Bond : Siobhan Jones
​Franco-Cité : Annick Ducharme
Franco-Ouest : Caroline Tessier (février 2018)

​Jeanne-Lajoie secondaire : Daniel Levasseur
​Laurier-Carrière : Joanne Breau
​Paul-Desmarais : Annie Touchette
Pierre-Savard : Christian Lapalme
Reine-des-Bois : Josée Lapalme
Sainte-Bernadette : Sandra Beauchamp

​Sainte-Geneviève : Mario Asselin
​Sainte-Marie : Gisèle Sonier
​Samuel-Genest : Anik Charette
​Terre-des-Jeunes : Bernard Azzi

Les écoles suivantes auront des nouvelles directions adjointes à compter d’août prochain :

Alain-Fortin : Annie Berniquez (à partir de mai 2017)
​Béatrice-Desloges : Étienne Parenteau
​Bernard-Grandmaître : Louise Guillemette
​Franco-Cité : Alain Arbour
​Horizon-Jeunesse : Laurie-Anne Cyr
La Vérendrye : Angèle Amyot

​Samuel-Genest : Paul Rainville

Au siège social, la direction du Service de soutien à l’apprentissage, volet pédagogie sera assumé France Goulard, direction.

Un poste de direction est toujours à combler au Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie, pavillon élémentaire. Ce poste sera affiché sous peu.

Enfin, les conseillers scolaires ont entériné l’affectation permanente de Danielle Chatelain à titre de surintendante de l’éducation au CECCE. Mme Chatelain occupait ce poste de façon intérimaire depuis janvier 2017.

« Les directions et directions adjointes font du travail exceptionnel dans les écoles du CECCE pour mobiliser les membres du personnel autour de la réussite et du bien-être de chaque élève » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Elles ont démontré un leadership exemplaire et j’ai pleinement confiance en la capacité de ces personnes à relever de nouveaux défis et à actualiser la mission du CECCE en tant que chef de file dans le domaine de l’éducation. »

Ces changements sont nécessaires pour répondre aux besoins opérationnels du CECCE et pour combler des postes laissés vacants, entre autres, par des départs à la retraite.

Une élève de 6e année de l’École élémentaire catholique Montfort remporte la première place nationale du concours Épelle-Moi Canada

Mercredi 10 mai 2017, OTTAWA - La communauté scolaire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), tout particulièrement celle de l’École élémentaire catholique Montfort, est très fière du parcours de Sophie Galuga, élève de 6e année à Montfort, qui a remporté la finale nationale au concours Épelle-Moi Canada.

C’est en épelant les mots: eux, jambon, uniquement, épingle, quitter, habit, xylène, arme, débiteur, menton, habituel, agricultrice, fixer, jonglerie, définir, détente, imbécile, pompon, laboratoire, frapper et bûche que Sophie a remporté le concours dans la catégorie cycle moyen, lors de la compétition qui se déroulait le dimanche 7 mai 2017, au Plaza Hotel de Toronto.

Photo: La grande gagnante Sophie Galuga qui a remporté la 1ère place au cycle moyen
accompagnée de sa soeur, Madeleine Galuga, qui s'est mérité la 5e place au cycle primaire.

« C’est une fierté pour le CECCE qu’une de ses élèves ait monté sur la plus haute marche du podium lors de la première finale pour le volet francophone de Spelling Bee of Canada. En plus d’être une expérience extrêmement enrichissante pour toutes les participantes et tous les participants, cette première édition francophone vient renforcer l’importance de véhiculer la culture franco-ontarienne et l’amour du français aux élèves de l’Ontario » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Par ailleurs, parmi les sept élèves du CECCE qui se sont rendus à Toronto pour accéder à la finale nationale, une autre élève s’est démarquée. Léa Vobonik, élève de l’École élémentaire catholique Saint-Joseph d’Orléans, a remporté la 3e place au cycle primaire.

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, s’est réjoui de la nouvelle: « Je suis emballé d’être ainsi témoin du talent des élèves du CECCE. Les spectateurs ont eu droit à un spectacle incroyable, et les élèves ainsi que leurs familles ont de quoi être fiers. De plus, je tiens à souligner le travail des enseignantes et enseignants qui ont joué un rôle crucial dans la préparation et le succès des élèves, et je remercie également le comité organisateur de cette belle initiative. »

 

Le CECCE soutient l'entrepreneuriat francophone et s’associe au Regroupement des gens d’affaires de la capitale nationale

Lundi 24 avril 2017, OTTAWA - Le 12 mai prochain, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) et ses écoles s’associeront fièrement au Regroupement des gens d’affaires (RGA) de la capitale nationale lors de leur Gala de l’excellence 2017.

La participation du CECCE à cet événement majeur de la communauté d’affaires francophones de la région est un premier pas vers une entente plus globale qui permettra aux élèves du CECCE d’approfondir leur connaissance de l’univers de l’entrepreneuriat et de tisser des liens de premier plan avec des entrepreneurs, employeurs et chefs d’entreprise francophones de leur région.

Ce partenariat d’une valeur de 15 000 $ permettra au CECCE et à ses écoles de côtoyer les membres de la communauté des affaires afin d’explorer différentes avenues bénéfiques à la transformation de l’expérience d’apprentissage en dehors des salles de classe et à l’épanouissement des élèves qui s’intéressent  de plus près à l’entrepreneuriat, dont ceux de la concentration Entrepreneuriat et Innovation à l’École secondaire catholique Paul-Desmarais et ceux du Centre professionnel et technique Minto.

En tant que chef de file en éducation avec une vision de synergie avec la communauté, le CECCE est toujours à la recherche de nouvelles occasions pour permettre à ses 22 600 élèves de réaliser leur plein potentiel. Au même titre que le CECCE le fait dans les domaines des arts et la culture ou dans le domaine des sports, le CECCE cherche à forger des partenariats durables en innovation et entrepreneuriat qui permettront aux élèves intéressés d’apprendre directement des femmes et hommes qui ont cheminé dans ce même parcours.

« Avoir la possibilité, lors de ce rassemblement important, de s’adresser à quelque 600 entrepreneurs et chefs d’entreprise francophones de notre communauté dans un même endroit pour leur parler de la relève que forme le CECCE est une occasion unique. Le RGA et le CECCE travaillent actuellement à l'élaboration d'une entente de collaboration qui permettra aux élèves et au personnel enseignant d'avoir un accès direct aux gens d'affaires et les entreprises francophones de la région qui pourraient agir à titre d’incubateurs ou mentors pour les élèves, leur offrir des occasions de stages ou comme conférenciers afin de livrer des témoignages dans les salles de classe, etc. » d’expliquer Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Le but est vraiment de travailler à l'éducation des jeunes afin de permettre à celles et ceux qui le désirent de vivre des expériences concrètes et de développer leur côté entrepreneurial et poursuivre leurs rêves » termine-t-il.

Chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et sa synergie avec la communauté, le CECCE, avec plus de 22 600 élèves fréquentant 42 écoles élémentaires, 12 écoles secondaires et une école pour adultes, est le plus grand réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec. Les élèves du CECCE obtiennent les meilleurs résultats en province, et 96 % d’entre eux obtiennent leur diplôme.

 

Une vision à long terme pour le pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys grâce à un bail renouvelé

Le 21 avril 2017, KEMPTVILLE - Les familles des enfants fréquentant le pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys peuvent dorénavant avoir l’esprit tranquille sachant qu’un bail à long terme a été signé afin de permettre aux élèves de continuer leurs études sur le campus du Collège Kemptville.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) et le Agricultural Research Institute of Ontario ont signé un bail de 10 ans avec possibilité de deux périodes de prolongation de 5 ans chacune. Ce bail permet à l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys de continuer d’occuper l’édifice Fraser pour l’éducation des élèves de l’élémentaire. Il permet aussi l’usage exclusif de l’édifice Gibson par les élèves du palier secondaire. Celui-ci sera rénové et réaménagé avant que les élèves puissent occuper le bâtiment. Ceux-ci continueront d’occuper les locaux du bâtiment Parish pendant les travaux.

La présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Johanne Lacombe, se réjouit de la signature de ce bail : « La stabilité de l’éducation des enfants est un facteur très important dans le choix d’une école. Les familles de Kemptville et des environs ont fait preuve d’une confiance absolue en inscrivant leurs enfants en si grand nombre au pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys et le CECCE est fier de pouvoir leur annoncer cette bonne nouvelle qui désormais leur garantit une stabilité à long terme. » Mme Lacombe a tenu à remercier les parents qui ont contribué à l’atteinte des objectifs du CECCE pour l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE la signature de ce bail représente une étape importante qui assure à présent un avenir prometteur pour l’éducation catholique de langue française à Kemptville : « Une programmation très intéressante se dessine pour le pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys en lien avec la santé humaine et terrestre avec un accent particulier sur les changements climatiques et ce, dès la rentrée scolaire de 2017. Un bail à long terme permet à la communauté de rêver encore plus loin sachant que l’école est bien située sur le campus du Collège Kemptville pour y rester. »

Une centaine d’élèves des écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est se sont regroupés à l’hôtel de ville d’Ottawa pour faire entendre leur voix

 

21 avril 2017, OTTAWA –  Plus d’une centaine d’élèves des écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se sont regroupés à l’hôtel de ville d’Ottawa, le mercredi 19 avril 2017, pour faire entendre leur voix et représenter celle de tous les élèves du CECCE.

Lors de cette activité, les élèves avaient le devoir de choisir une nouvelle élève conseillère ou un nouvel élève conseiller qui les représentera aux séances ordinaires du Conseil et qui contribuera à l’évolution de la mission éducative du CECCE pour l’année scolaire 2017-2018 et 2018-2019.

Les 7 élèves qui ont soumis leur candidature ont eu la chance de prononcer un discours à saveur électorale et répondu aux questions de leurs pairs afin de gagner le vote des élèves délégués. Suite à la compilation des votes,  Lindsey Alcy de l’École secondaire catholique Pierre-Savard fut  élue pour représenter les élèves à la table politique du CECCE.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, souligne l’importance de la perspective des élèves dans les décisions prises par les conseillères et conseillers scolaires  : « L’exercice démocratique auquel les élèves ont pris part aujourd’hui est très important.  La nouvelle élève conseillère qu’elles et ils ont élue aura comme mandat d'être la voix de l’ensemble des élèves du CECCE à la table politique et d'influencer les décisions. Les conseillères et conseillers scolaires remercient sa prédécesseure Catherine Despatie pour tout son excellent travail et lui souhaitent beaucoup de succès dans ses projets futurs. »

Lors de cette journée tout à fait spéciale, les élèves ont aussi découvert l’envergure que prendront les célébrations d’Ottawa 2017. Le conférencier Guy Laflamme, directeur général d’Ottawa 2017 a su capter l’attention des participants en parlant de son parcours professionnel et du travail qu’il a accompli. C’est en survolant les événements de grande envergure qui ont lieu cette année dans le cadre d’Ottawa 2017 qu’il a démontré aux élèves l’importance de s’engager dans sa communauté, de poursuivre ses rêves et de persévérer. Finalement, Monsieur Laflamme a lancé l’invitation aux élèves à se joindre aux ambassadeurs du 150e anniversaire du Canada. Cette invitation se veut, pour ces élèves déjà impliqués dans leur école et leur communauté, une nouvelle occasion de prendre leur place, de vivre des expériences uniques et de faire une différence dans leur communauté.

« Le CECCE est très reconnaissant du dévouement dont font preuve les membres du personnel pour faire en sorte que les élèves puissent s’engager dans leur vie scolaire, s’exprimer et prendre leur place quant aux orientations du Conseil. De plus, c’est entre autres grâce à des partenariats tels Ottawa 2017 que les élèves du CECCE peuvent s’épanouir et poursuivre leur cheminement pour devenir des citoyens engagés et éthiques » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.  

Chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et sa synergie avec la communauté, le CECCE, avec plus de 22 600 élèves fréquentant 42 écoles élémentaires, 12 écoles secondaires et une école pour adultes, est le plus grand réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec. Les élèves du CECCE obtiennent les meilleurs résultats en province, et 96 % d’entre eux obtiennent leur diplôme.

Le CECCE annonce le secteur de fréquentation de sa nouvelle école à Arnprior

3 avril 2017, OTTAWA - Les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont entériné, lors de la séance ordinaire du 28 mars 2017, le nouveau secteur de fréquentation pour la nouvelle école élémentaire catholique à Arnprior qui ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2018.

Le secteur délimité en rouge, sur la carte ci-dessous, représente le nouveau secteur de fréquentation qui a été déterminé suite à la consultation publique du 7 février 2017 et aux commentaires reçus de la communauté.

Cliquez ici pour une version PDF agrandie

* Le secteur de fréquentation précise quelle école peut fréquenter un élève selon l'adresse de son domicile ou de sa garderie en milieu familial.

Rappelons que le 5 novembre 2015, le CECCE recevait l’approbation pour la construction d’une école élémentaire catholique de langue française à Arnprior pour les élèves de la maternelle à la 8e année. La nouvelle école offrira une éducation catholique de langue française à 250 élèves qui n’ont présentement pas accès à une éducation de langue française dans leur région. Le CECCE prévoit également un service de garde en y construisant une nouvelle garderie pouvant accueillir 49 enfants soit 10 poupons, 15 bambins et 24 préscolaires. Par ailleurs, un service de garde parascolaire sera offert aux élèves.  

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est confiante que la communauté d’Arnprior et des environs sera bien desservie : « Les nouveaux secteurs de fréquentation répondent aux préoccupations et besoins communs des familles des communautés scolaires concernées.  Celles-ci auront accès à une école dans leur communauté et n’auront plus à voyager de grandes distances pour obtenir une éducation catholique de langue française pour leurs enfants. »

Par ailleurs, le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, ajoute que : « Les élèves qui fréquenteront cette nouvelle école et leurs parents pourront être fiers d'être les premiers bâtisseurs de cette nouvelle communauté scolaire. Les élèves bénéficieront d’une excellente éducation catholique, en français, laquelle leur assurera un bilinguisme durable et qui les amènera à poursuivre leurs rêves. »

Les familles qui auraient des questions quant aux secteurs de fréquentation peuvent communiquer avec Karolyn Bois, planificatrice en immobilisations, au planification@ecolecatholique.ca. Quant aux familles intéressées à obtenir davantage d’information au sujet de l’école, elles sont invitées à remplir le formulaire d’intérêt en ligne à l’adresse suivante: http://www.ecolecatholique.ca/fr/Arnprior_161.

Le CECCE réitère son engagement envers ses élèves atteints du trouble du spectre de l’autisme

31 mars 2017, OTTAWA - Dans le cadre de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme qui aura lieu ce dimanche 2 avril 2017, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) s’engage à demeurer à la fine pointe des nouvelles tendances pédagogiques en offrant les meilleurs services et programmes afin d’appuyer et d’accompagner ses élèves atteints du trouble du spectre de l’autisme.

Afin de bien servir les élèves atteints de ce trouble, plusieurs intervenants oeuvrant dans les écoles et au Service du soutien à l’apprentissage (SSA) du CECCE interviennent auprès de ces élèves. Plusieurs intervenants scolaires participent activement au développement académique et social des élèves autistes. Les membres de la direction, les enseignants et les éducatrices connaissent et appliquent des stratégies reliées à l’Analyse comportementale appliquée (ACA). Ces derniers reçoivent également l’appui de la part de divers spécialistes dont des orthophonistes, des coachs en ACA et des éducatrices ressources. Ces spécialistes ont comme rôle d’évaluer ainsi que de former et d’appuyer les membres du personnel pour la mise en oeuvre de la méthode ACA, une méthode préconisée par le ministère de l’Éducation. Quant aux orthophonistes, ils sont chargés d’évaluer et d’élaborer des recommandations et, dans plusieurs cas, de superviser un programme de Stimulation orthophonique intensive (SOI-TSA). Suite aux recommandations des coachs ACA et des orthophonistes, certaines éducatrices ressources du CECCE ont la responsabilité d’en faire la mise en application en collaboration avec les éducatrices en salles de classe.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, rappelle l’importance des services : « Grâce aux services de qualité offerts par l’équipe d’intervenants professionnels,  les élèves atteints du trouble du spectre de l’autisme peuvent continuer leur cheminement académique et social dans nos écoles. » Elle ajoute que « ces services permettent à ces élèves de s’épanouir pleinement dans un environnement scolaire adapté qui répond à leurs besoins bien précis. »

« Le CECCE est très reconnaissant du dévouement dont font preuve les membres du personnel auprès des élèves atteints du trouble du spectre de l’autisme. Ceux-ci ont des besoins particuliers auxquels le Conseil se fait un devoir de répondre afin d’assurer la réussite et le bien-être de chacun, quelle que soit sa condition. » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

Plus de 150 élèves réunis au Sommet des élèves pour discuter de leur école de rêve

23 mars 2017, OTTAWA - Plus de 150 élèves provenant des écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se sont réunis aujourd’hui à Ottawa pour participer à la première édition du Sommet des élèves.

La journée qui se déroulait sous le thème Bâtir mon école de rêve a permis aux élèves  d’assister à la conférence de Jacques Cool et de participer à des ateliers et des blocs de discussions en lien avec la thématique. Cet événement d’envergure se voulait d’ailleurs une occasion pour les élèves de se rencontrer pour échanger sur des enjeux liés à la transformation de l’expérience d’apprentissage. Ils ont ainsi eu l’occasion de visualiser leur école de rêve et d’exprimer leurs attentes envers l’avenir de l'éducation scolaire.

​« L’objectif de ce Sommet vient en tout point rencontrer la vision du CECCE qui est d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Les éléments recueillis suite aux discussions des élèves durant la journée seront rassemblés dans un rapport qui permettra au Conseil d’orienter ses actions afin de transformer l’expérience d’apprentissage tout en assurant la réussite et le bien-être de chaque élève. »

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, tenait d’ailleurs à préciser que « le CECCE, étant reconnu comme chef de file pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques, doit continuellement se renouveler pour être à l’affût des nouvelles tendances dans le monde de l’éducation. Le Sommet d’aujourd’hui était donc l’occasion idéale d’aller chercher le pouls des élèves pour connaître leur vision d’une école de rêve. En tant que futurs citoyens éthiques et engagés dans la société, il importe au CECCE de bâtir des écoles modelées à l’image des élèves et qui répondent à leurs besoins. »

Les participantes et participants étaient impressionnés de voir le résultat d’un long travail qui a mené à l’aboutissement de cet événement d’envergure. Les deux élèves conseillers à l’origine du concept, Catherine Despatie et Pablo Mhanna-Sandoval, ainsi que l’équipe de professionnels qualifiés du CECCE, ont su préparer un programme diversifié, permettant aux élèves de réfléchir sur plusieurs enjeux liés à l’éducation du 21e siècle. Les élèves ont également eu l’occasion de participer à des ateliers portant sur les pédagogies émergentes, les technologies et le bien-être des élèves. Tous les participantes et participants en sont ressortis très enthousiastes, la tête remplie d’idées.  

Le CECCE lance un projet pilote pour les nouveaux arrivants et réfugiés syriens

22 mars 2017, OTTAWA - Les élèves nouvellement arrivés du Conseil des écoles catholiques Centre-Est (CECCE) pourront désormais bénéficier d’un programme d’aide aux devoirs. Le projet pilote, intitulé Programme A3 (accueil, aide, avenir), offrira un soutien scolaire supplémentaire aux élèves nouveaux arrivants pour leur permettre d’atteindre leur plein potentiel scolaire et ainsi assurer une meilleure intégration à l’école et une meilleure réussite scolaire.  

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est convaincue que ce projet pilote sera un franc succès et qu’il sera reconduit en septembre prochain. « Beaucoup d’élèves nouveaux arrivants, incluant des familles syriennes et des réfugiés d’origines diverses, sont confrontés à plusieurs défis. Généralement, ces élèves proviennent des pays où l’éducation est fortement perturbée en raison des conflits armés ou de mauvaises situations politiques. De plus, certains de ces élèves ont vécu dans des camps de réfugiés sans être scolarisés. Par conséquent, ils éprouvent de la difficulté à s’adapter dans leurs nouveaux milieux scolaires. C’est pourquoi le CECCE est convaincu que ce nouveau programme les aidera à mieux s’intégrer au système scolaire catholique francophone. »

Le programme A3 sera offert gratuitement aux élèves nouveaux arrivants ainsi qu’aux réfugiés syriens du niveau élémentaire des écoles du CECCE, en raison d’une fois par semaine, les mercredis soirs entre 18 h et 19 h 30,  dans la bibliothèque de l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse.

Ce programme a été mis en place par le CECCE en partenariat avec le Centre de services à la famille qui s’est chargé de recruter des bénévoles qui apporteront leur appui et leur aide aux élèves. Par ailleurs, des élèves du CECCE appuieront bénévolement les parents et élèves participants au programme en les accueillant et en aidant également les enseignants bénévoles dans l’accomplissement de leurs tâches.

Le CECCE a à coeur la réussite de chaque élève du conseil, quel que soit son parcours scolaire antérieur. C’est pourquoi l’équipe a décidé de concevoir un programme venant en aide aux élèves nouvellement arrivés afin qu’ils progressent dans leurs apprentissages en y intégrant les matières tels que le français, les mathématiques, la technologie et les sciences. Il auront ainsi la possibilité de développer leurs compétences en français et de consolider leurs connaissances acquises antérieurement » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

Cafés-rencontres pour les familles syriennes

Suivant l’initiative d’appuyer les réfugiés, le CECCE a également mis sur pied des cafés-rencontres afin de répondre aux besoins d’intégration dans la société canadienne des familles syriennes nouvellement installées à Ottawa.

Ces rencontres animées par des partenaires communautaires du CECCE permettront aux parents de poser leurs questions et de recevoir des informations pertinentes dont ils auront besoin pour saisir le fonctionnement de la société canadienne en vue de mieux s’y intégrer. Ces rencontres ont également comme objectif de permettre aux familles syriennes de se familiariser avec le système scolaire et le mode de fonctionnement des écoles du CECCE.

Les rencontres auront lieu dans la bibliothèque de l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse, deux samedis par mois, entre 13 h et 16 h. Par ailleurs, afin d'accommoder les parents, un cercle de jeu sera offert aux enfants durant les rencontres et sera animé par des bénévoles dans un local avoisinant pour divertir les enfants avec des jeux éducatifs et des activités créatives.

Les élèves tatouent leur bouteille à l’occasion de la journée mondiale de l’eau

22 mars 2017, OTTAWA - Afin de souligner la Journée mondiale de l’eau, le mercredi 22 mars, les écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) participent à une activité intitulée «Tatoue ta bouteille». Cette activité qui s’inscrit dans la stratégie de réduction des déchets et de développement durable du CECCE a pour but de sensibiliser les élèves aux effets néfastes des bouteilles d’eau en plastique jetables tout en encourageant l’utilisation des bouteilles réutilisables.  

Durant cette semaine, les élèves des écoles secondaires du CECCE recevront la visite des artistes graffiteuses Dominique Boisvenue et Alexandre Aimée. Celles-ci offriront des ateliers sur le graffiti aux élèves afin qu’ils puissent par la suite tatouer leurs propres bouteilles d’eau réutilisables. Par la suite, sur l’heure du dîner, les graffiteurs en herbe tiendront un kiosque afin de distribuer des bouteilles tatouées aux élèves qui s’engageront à éviter l’eau embouteillée jetable et à faire usage de leur nouvelle bouteille unique et écologique.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est d’ailleurs très fière de cette initiative. « Bravo à tout le personnel qui continue de sensibiliser les élèves à l’importance de prendre soin de la planète que nous a offerte le Créateur. Avec ses 31 ÉcoÉcoles, le CECCE est le conseil scolaire de langue française ayant le plus d’écoles qui possèdent cette certification provinciale en Ontario. C’est grâce à des activités comme «Tatoue ta bouteille» que les élèves deviennent soucieux de leur environnement et de leur prochain.» de conclure madame Lacombe.

« Cette activité est une occasion rêvée pour les élèves et le personnel des écoles du CECCE de mettre en pratique les éléments de la stratégie de réduction des déchets du Comité de développement durable et écocitoyenneté du Conseil. Cet engagement des élèves à éviter l’eau embouteillée jetable et à faire usage de bouteilles réutilisables leur permet de renforcer leurs compétences afin de devenir des citoyens engagés et éthiques » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.  

Rappelons que cette initiative s’inscrit dans le Plan de développement durable et d'écocitoyenneté du CECCE, tout comme le nouveau programme de concentration Santé humaine et terrestre avec un focus sur les changements climatiques qui sera disponible dès la rentrée 2017 au pavillon secondaire de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys de Kemptville. Ce programme spécialisé et unique permettra aux élèves de développer leur pensée critique face à des défis importants de société dans des domaines tels que l’environnement, la santé et le développement durable.

Mois de la francophonie : Les élèves du CECCE testent leurs connaissances en lien avec la culture francophone

Le 3 mars 2017, OTTAWA - Pour bien débuter le mois de la francophonie, les élèves de 5e année du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) prennent part à un jeu d’équipe interactif intitulé Folie Furieuse.

La première partie de l'événement s’est déroulée hier, à l’École secondaire catholique Pierre-Savard, et se poursuit aujourd’hui, au Collège catholique Mer Bleue. Des équipes de 8 élèves de 5e année s’affrontent lors d’une compétition amicale visant à apprendre à connaître et apprécier des artistes de la Francophonie.  

Durant la journée, les élèves répondront à des questions quiz et participeront à des compétitions synchro-labiales (lip sync), numéros qui ont été répétés par les écoles au cours des dernières semaines. Pour déterminer les gagnants, les juges vérifient si les lèvres du chanteur ou de la chanteuse suivent les paroles, et donnent des points pour l’aspect physique de la performance (les costumes, les décors, les instruments et les mouvements) ainsi que la performance en général (originalité, créativité, humour, expression, habileté à capter l’attention de l’auditoire).

Selon le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, « toutes les participantes et tous les participants sortiront gagnants de cette activité. Les élèves auront vécu une expérience enrichissante et auront eu beaucoup de plaisir à tester leurs connaissances culturelles francophones, en plus de découvrir de nouveaux artistes et de différentes façons de bâtir leur identité culturelle. »

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est très emballée par cette activité : « Ce rassemblement permet aux élèves de différentes écoles de se réunir pour tisser des liens d’appartenance et de fierté à notre belle communauté catholique et francophone. »

En guise de préparation, les élèves ont étudié depuis quelques mois des fiches d’artistes et joué à des jeux portant sur les carrières et chansons de ces derniers.  Le matériel présenté en classe se retrouvera dans un des grands jeux qui sera animé par les élèves du secondaire au rassemblement du 3 mars au Collège catholique Mer Bleue.    Les élèves et le personnel ont tous bien hâte de vivre l’événement Folie furieuse! 

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est annonce l’ouverture d’une nouvelle école élémentaire à Ottawa pour la rentrée scolaire 2017

1er mars 2017, OTTAWA -  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux d’annoncer l’ouverture d’une nouvelle école élémentaire pour la rentrée scolaire 2017. Cette école élémentaire catholique de langue française accueillera jusqu’à 250 élèves de la maternelle à la 6e année et permettra de desservir les familles des quartiers Glebe, Côte-de-Sable, Centretown, Vieux Ottawa Sud et Vieux Ottawa Est. Le CECCE souhaite également ouvrir une garderie à même cette école pour la prochaine rentrée scolaire.

Le CECCE est toujours à l’affût des nouvelles avancées dans le domaine de l’éducation et souhaite offrir une expérience d’apprentissage transformée à l’image du 21e siècle. C’est pourquoi cette nouvelle école élémentaire ouverte sur le monde s’inspirera du modèle finlandais et offrira le Baccalauréat international au niveau élémentaire. Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, est persuadé que l’offre pédagogique saura emballer plusieurs familles. « Les parents auront l’occasion de choisir un lieu d’apprentissage dont la pédagogie sera basée sur les plus récentes avancées dans le monde de l’éducation. L’apprentissage sera d’ailleurs réparti en périodes d’enseignement de plus courtes durées, et entrecoupées de pauses où l’activité physique et les activités de plein air seront préconisées. Par ailleurs, le concept du développement durable et de l’école verte étant extrêmement important pour le CECCE plusieurs projets abonderont dans ce sens. Je désire par ailleurs mettre l’accent sur le fait que les parents seront activement impliqués dans la vie scolaire de leur enfant afin de travailler en collaboration pour le développement du plein potentiel de chaque élève. »  

Pour la rentrée scolaire 2017, l’école ouvrira ses portes dans les locaux temporaires du 88, rue Main, près de l’Université St-Paul, le temps de terminer les travaux d’aménagement dans l’édifice héritage du site permanent. Ainsi, la rentrée 2018 se fera dans les locaux permanents du 330, rue Gilmour qui seront aménagés par l’entrepreneur Ashcroft Homes. « À plus long terme, le bâtiment moderne de style urbain répondra aux attentes d’une communauté active ayant à coeur l’environnement et le développement durable. Les élèves pourront bénéficier d’une cour d’école et des espaces de verts aménagés sur le toit du bâtiment en toute sécurité » a souligné le développeur du projet, David Choo président de la compagnie Ashcroft Homes.

Concepts de Ashcroft Homes pour l’aménagement du 330, rue Gilmour

« C’est une excellente nouvelle pour les familles de la communauté. Plusieurs parents avaient déjà manifesté leur intérêt à ce que le CECCE ouvre une école catholique francophone dans le secteur » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Chaque famille francophone ou exogame devrait avoir la possibilité d’offrir à son enfant une éducation d’excellence en français correspondant aux valeurs catholiques. Avec l’ouverture de cette nouvelle école, ce sera désormais une possibilité. »

Le secteur de fréquentation de cette nouvelle école sera établi au cours des prochaines semaines en collaboration avec la communauté. Les conseils d’écoles des établissements voisins ont déjà été consultés et une consultation publique est d’ailleurs prévue le jeudi 23 mars.

Tous les détails quant au projet et à la participation à la consultation publique sont disponibles au www.ecolecatholique.ca/nouvelleecole.

Une nouvelle concentration Santé humaine et terrestre pour les élèves du pavillon secondaire de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Kemptville

1er mars 2017, OTTAWA - Dès la rentrée scolaire 2017, les élèves du pavillon secondaire de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Kemptville pourront s’inscrire au programme de préconcentration et de concentration en Santé humaine et terrestre avec un focus sur les changements climatiques. Ce programme spécialisé et inclusif sera accessible à l’ensemble des élèves de 7e à 10e année pour la rentrée scolaire 2017, et s’étendra à la 11e année en 2018 et à la 12e année en 2019.

« L’offre de ce nouveau programme spécialisé au pavillon Kemptville est une excellente nouvelle pour les élèves puisqu’ils auront l’occasion de vivre une expérience immersive en Santé humaine et terrestre avec un focus sur les changements climatiques. Les élèves pourront ainsi développer leur pensée critique face à des défis importants de société dans des domaines tels que l’environnement, la santé et le développement durable. Ils seront par ailleurs amenés à développer, tout au long du programme, une attitude et un comportement écoresponsable » affirme Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).  Mme Lacombe tient par ailleurs à remercier les parents et le personnel qui ont siégé au comité ad hoc afin de valider les paramètres du nouveau programme.  

La concentration Santé humaine et terrestre permettra aux élèves d’aborder des thèmes spécifiques selon leur niveau.

  • 7e année : esprit sain, corps sain (analyser l’importance de l’alimentation, la santé mentale, l’équilibre travail-école sur la santé), valser avec la nature (évaluer les répercussions des phénomènes naturels et des changements climatiques)
  • 8e année : intoxiqué par la santé, intoxiqué par la vie, ceinture de sécurité environnementale
  • 9e année : simplicité volontaire (alimentation, construction)
  • 10e année : l’empreinte de l’or noir (mon empreinte écologique, l’économie du pétrole)
  • 11e année : chasser le naturel (les changements climatiques et le tourisme, la santé et les changements climatiques)
  • 12e année : biotechnologie

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, est emballé par le développement de ce nouveau programme dont le contenu s’inscrit définitivement dans l’orientation des écoles du 21e siècle. « Les impacts des changements climatiques sur l’environnement, la santé, le développement durable sont assurément des enjeux majeurs et préoccupants pour les générations à venir. L’intégration du programme Santé humaine et terrestre permettra en l'occurrence de sensibiliser les élèves à ces réalités et de leur offrir une formation académique  axée sur le développement de la citoyenneté civique et écoresponsable afin de faire d’eux des citoyens engagés et éthiques. Par ailleurs, ce nouveau programme offert en collaboration avec divers partenaires communautaires permettra d’offrir aux élèves des activités d’exploration de carrières, des placements COOP ainsi que des formations et certifications. »
L’offre de cette concentration par le CECCE découle d’une démarche de consultation publique entreprise auprès de la communauté de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys afin de connaître les besoins et intérêts des familles et des élèves. Durant les consultations, un engouement s’est rapidement dessiné en faveur d’un programme en lien avec divers aspects liés aux domaines de la santé et l’environnement.

Plusieurs nouveautés à venir au Collège catholique Franco-Ouest

1er mars 2017, OTTAWA - Plusieurs nouveautés sont à venir au Collège catholique Franco-Ouest, puisque, dès la prochaine rentrée scolaire, les élèves auront la chance de s’inscrire à l’un de deux nouveaux programmes spécialisés. De plus, ils verront leur environnement scolaire amélioré grâce à plusieurs travaux de réaménagement également prévus au cours de l’année 2017.

Ajout de nouveaux programmes spécialisés

Dès la rentrée scolaire 2017, les élèves pourront s’inscrire à la préconcentration ou la concentration en Communication et médias en lien avec la Majeure haute spécialisation (MHS) en technologie de l’information et des communications ainsi que les programmes Focus en graphisme, photo et production télévisuelle déjà offerts à Franco-Ouest. « En cette ère numérique, la communication est l’une des compétences essentielles à la réussite scolaire, sociale et professionnelle. À l’aide d’une approche pédagogique innovatrice, l’élève pourra vivre une expérience d’apprentissage en profondeur par l’entremise de projets engageants et stimulants soutenus par la manipulation d’outils médiatiques et technologiques d’avant-garde » soutient Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).  

De plus, dès la rentrée scolaire 2018, Franco-Ouest élargira la portée du programme de Baccalauréat international (IB) aux élèves de 9e et 10e année, en offrant le Programme d’éducation intermédiaire (PÉI) à l’ensemble des élèves afin qu’ils profitent au même titre que les élèves en 7e et 8e année, des pratiques pédagogiques propres au IB. « La mise en oeuvre de ce programme pour tous les élèves de 7e à 10e année dès 2018 est en lien direct avec le profil de sortie de l’élève du CECCE puisque le programme fait appel à la pensée critique et créative de l’élève, la résolution et l’analyse de problèmes, la discussion des croyances et des valeurs personnelles et mène à la réflexion critique et à l’action dans la communauté » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

Cette offre renouvelée de programmes spécialisés fait suite à des démarches de consultation entreprises par le Collège catholique Franco-Ouest auprès des élèves, du personnel de l’école et des parents dans le but de répondre aux besoins et intérêts des familles. De ces consultations ont découlé plusieurs constats et pistes d’action afin de cibler des programmes permettant aux élèves de la 7e à la 12e année d’obtenir une formation spécialisée et d’approfondir leurs connaissances dans un domaine qui les passionne.

Travaux de réaménagement

Au cours de l’année 2017, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est investira dans des travaux de réaménagement au Collège catholique Franco-Ouest tels que le remplacement de casiers et de tuiles au plafond, la peinture de certains corridors, la réfection de certaines toilettes et le remplacement de la partition pliante du gymnase.  De plus, le CECCE procédera au réaménagement intérieur de la cafétéria, de la salle de musique et des vestiaires du gymnase. Par ailleurs, des travaux seront aussi effectués afin d’ajouter une toilette universelle.

 

L’École élémentaire catholique Sainte-Anne a vibré aux couleurs et saveurs de l’Afrique en hommage au Mois de l’histoire des Noirs

24 février 2017, OTTAWA - L’École élémentaire catholique Sainte-Anne soulignait le Mois de l’histoire des Noirs en grand en organisant une série d’activités durant la semaine du 21 au 24 février. La célébration du patrimoine canadien noir s’est d’ailleurs clôturée de belle façon par la tenue d’un spectacle à saveur africaine.

Pour l’occasion, personnel et élèves de l’école s’étaient rassemblés au gymnase afin d’assister à un défilé de costumes africains présentés par des élèves. Démonstrations de danse, prestations de tam-tam et chants gospels par le groupe les Rachetés de l’Éternel étaient aussi au programme.

Ce fût un après-midi rempli de joie et d’émerveillement pour les élèves qui ont eu l’occasion de célébrer la culture africaine et d’en apprendre davantage sur les coutumes.  L’apport des Noirs à la communauté canadienne étant très importante, ce spectacle permettait de clôre les activités de la semaine qui avaient pour but de faire connaître la contribution des Noirs au patrimoine canadien dans des domaines tels que l’éducation, la science, les affaires, etc.

Ainsi, durant la semaine, en plus de présenter chaque matin à l’interphone une personnalité noire, l’école avait organisé des activités telles que:

  • Célébration d’une messe influencée par des rites africains et présidée par le Vicaire Papy Léonel Manengo de l’église Notre-Dame-de-L'île
  • Bricolage de mains (noires et blanches) sur lesquelles les élèves écrivaient des valeurs  et leur pays d’origine. Ces mains servaient ensuite à fabriquer une couronne qui a été affichée sur le babillard  avec un globe terrestre au milieu;  
  • Exposition artisanale (objets d’art africains);
  • Visite d’invités immigrants tels qu’un pasteur, une militaire, un avocat, une infirmière et un professeur d’université qui discuteront avec les élèves d’immigration, d’intégration et de culture;
  • Visionnement de films portant sur des personnages historiques tels que Nelson Mandela, Rosa Parks et Martin Luther King Jr.


« La diversité, l’inclusion et l’égalité sont au coeur des valeurs que prônent les écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Il est donc important que les écoles mettent sur pied des activités afin de sensibiliser les élèves à la lutte des Noirs et à leurs victoires dans l’atteinte de l’égalité » a affirmé Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).  Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, a d’ailleurs ajouté que « ce genre d’initiative est encouragée puisqu’elle favorise l’amalgame des cultures et des origines ethniques, ce qui constitue une grande richesse pour les écoles du CECCE. »

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est signe une convention de collaboration avec quatre maisons diocésaines d’enseignement en Belgique

21 février 2017, OTTAWA -  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier d’annoncer la signature d’une convention avec quatre maisons diocésaines d’enseignement en Belgique. Le CECCE est d’autant plus fier d’avoir encouragé les sept autres conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario à se joindre à ce partenariat qui permettra aux institutions scolaires participantes de développer un ensemble d’activités éducatives partagées.  Ainsi, chaque partie prenante sera appelée à échanger et à partager ses expériences, ses connaissances, ses méthodes d’enseignement et d’apprentissage ainsi que son matériel pédagogique avec les institutions du pays partenaire.

Les différentes parties favoriseront l’échange d’enseignants dans un contexte de mobilité internationale ou des échanges poste pour poste, et faciliteront les échanges de courte durée des élèves du secondaire et les stages professionnels au sein des divers établissements régis par l’entente. De plus, la convention prévoit des modalités quant à la formation continue du personnel, la réflexion partagée sur les pratiques innovantes en éducation et la mise en place de programmes d’action en matière de conseil pédagogique dans le but d’accroître la qualité de l’éducation.

« Le CECCE étant reconnu comme chef de file dans la transformation de l’expérience d’apprentissage, je suis convaincu que le personnel qualifié du Conseil a beaucoup à apporter dans ce partenariat puisqu’il pourra faire bénéficier aux professionnels en éducation de la Belgique de ses expériences entourant le leadership axé sur l’expérience d’apprentissage, la gestion du changement et la mobilisation d’équipe » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Le Conseil a également beaucoup à retirer de cette collaboration et de ce partage de connaissances, et est particulièrement intéressé à en connaître davantage sur les spécialisations qui existent dans les instituts scolaires belges » ajoute-t-il.

Ayant à coeur le développement, le bien-être et la réussite des élèves, le Conseil est toujours à l’affût de méthodes pédagogiques et d’innovations dans le monde de l’éducation qui pourraient améliorer l’expérience d’apprentissage des élèves. Le CECCE est donc emballé par cette entente qui lui permettra de se familiariser avec les pratiques exemplaires propres au contexte pédagogique de la Belgique, et est aussi très intéressé d’en apprendre davantage sur les partenariats entre le secteur de l’éducation et le secteur privé qui sont fréquents en Belgique. Par ailleurs, tous les instituts d’enseignement belges participants à l’entente étant de confession catholique, cela permettra aux parties prenantes d’appuyer leurs réflexions sur des valeurs communes basées sur les principes de la catholicité.

Ce partage de connaissances et d’expertise n’est d’ailleurs pas nouveau entre le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et les maisons diocésaines de l’enseignement belges puisque récemment des surintendances et des directions d’école du CECCE se sont rendues en Belgique afin d’y donner une formation en lien avec la communauté d’apprentissage professionnelle (CAP). Au printemps 2016, 11 délégués du Service diocésain de l'Enseignement Secondaire Supérieur ont également visité 5 écoles secondaires d’Ottawa afin d’aborder la culture de changement, les stratégies d’interventions en place au CECCE, le Programme axé sur la réussite des élèves, les systèmes d’appui et le travail des équipes de collaboration. Par ailleurs, une autre délégation belge se rendra en Ontario en mai afin de participer à un réseau de directions d'écoles apprenantes en lien avec la gestion d'amélioration et les plans d'amélioration des écoles.

« Ce partenariat allait de soi puisqu’en tant que chef de file en éducation en Ontario, le CECCE est fier de pouvoir réseauter avec des collègues de la Belgique, non seulement pour partager les pratiques réussies en place dans ses écoles, mais pour ouvrir le dialogue et se permettre d’être inspiré par ce qui se vit ailleurs dans le monde. La collaboration avec les instituts scolaires belges favorisera également l’innovation et la transformation de la façon de faire les choses dans l’objectif de permettre aux élèves d’apprendre différemment tout en assurant leur réussite et leur bien-être » de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Une enseignante de l’École élémentaire catholique Élisabeth-Bruyère remporte le Laurier intervenante en éducation de l’année

17 février 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) félicite avec fierté Valérie Meilleur qui a remporté le Laurier intervenante en éducation de l’année lors de la 17e édition des prix Bernard-Grandmaître qui se tenait hier soir au Musée de l’aviation d’Ottawa.

La mise en nomination de Valérie Meilleur allait de soi pour le CECCE puisque Mme Meilleur, enseignante à l’École élémentaire catholique Élisabeth-Bruyère, est un exemple pour la communauté francophone et les élèves de cette école.

« Dans les milieux scolaires, il y a des gens dont l’enthousiasme, la passion et le dynamisme sont contagieux et qui transmettent leur énergie autour d’eux; Mme Meilleur en fait partie. Enseignante et déléguée en animation culturelle à l’élémentaire, Mme Meilleur est à l’origine de plusieurs activités qui mettent en valeur la langue française et la culture francophone dans la communauté scolaire de l’école Élisabeth-Bruyère.  À l’écoute de ses élèves, elle réussit à les motiver par son authenticité, son humour et sa joie de vivre.  Elle a à cœur la fierté et le sentiment d’appartenance à la Francophonie dans toutes ses initiatives. Fervente de l’approche culturelle de l’enseignement, elle sait transmettre sa passion de la culture franco-ontarienne à ses élèves » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Le Conseil désire également souligner la nomination de Catherine Despatie, élève du Collège catholique Franco-Ouest, dans la catégorie Laurier CECCE jeunesse de l’année. Son implication dans le milieu de vie francophone de son école et son engagement auprès du Gouvernement des élèves et du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, font d’elle une représentante véritablement inspirante pour l’ensemble des jeunes francophones.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, était ravi de l’honneur fait à Valérie Meilleur lors du Gala des prix Bernard-Grandmaître. « Plusieurs élèves et membres du personnel des écoles du CECCE s’impliquent activement dans le rayonnement de la francophonie, je suis donc emballé lorsque certains sont reconnus par leurs pairs et par l’ensemble de la communauté pour leur engagement. »

Ces prix, décernés par l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO), rendent hommage à des personnes qui ont marqué la collectivité francophone de la région de la capitale par leur engagement et leur leadership dans la promotion et le développement de la communauté franco-ontarienne et mettent en lumière les réalisations professionnelles et individuelles de personnes ainsi que leur engagement social dans le domaine de la francophonie.

Protocole commun visant la réussite des élèves (PCRE) Faire place aux rêves, ouvrir les portes !

16 février 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est l’un des fiers signataires qui a officiellement adopté le protocole commun visant la réussite des élèves chapeauté par la Société de l’aide à l’enfance d’Ottawa (SAEO). â€‹

​Concrètement, ce protocole qui a pour thème Faire place aux rêves, ouvrir les portes, vise à favoriser une collaboration entre la SAEO et lesconseils scolaires d’Ottawa dans le cadre des efforts déployés en vue de la réussite scolaire des élèves de la maternelle à la 12e année qui sont pris en charge par la Société de l’aide à l’enfance (SAE) ou qui reçoivent des services de la SAE.  

Le protocole signé aujourd’hui contribuera à mieux desservir les élèves pour qu’ils connaissent la réussite et obtiennent leur diplôme d’études secondaires de l’Ontario. En effet, les données provinciales de l’Association ontarienne des sociétés de l’aide à l’enfance démontrent qu’en Ontario, en 2014-2015, seulement 46 % des pupilles de la couronne obtenaient leur diplôme d’études secondaires comparativement à 85,5 % pour l’ensemble des élèves de la province. Parallèlement, le taux de diplomation des élèves du CECCE se situe à 96 %.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est convaincue que le Conseil doit mettre en place toutes les stratégies nécessaires pour permettre à tous les élèves de réaliser leur plein potentiel. « Peu importe les circonstances particulières auxquelles certains élèves ont eu à faire face dans leur milieu familial, le Conseil a la responsabilité de les accompagner et de leur donner les moyens de se réaliser pleinement. »

Afin de faciliter la mise en oeuvre de ce protocole au sein des écoles du CECCE, l’administration a mis sur pied un comité qui assurera la liaison entre la Société de l’aide à l’enfance d’Ottawa, les directions d’écoles et le personnel spécialisé. Ainsi, les intervenants du CECCE pourront assurer un suivi des progrès scolaires de l’élève, veiller à ce qu’il reçoive les mesures de soutien nécessaires pour assurer son bien-être et l’appuyer dans sa réussite.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Réjean Sirois, se réjouit de cet important travail de partenariat : « Ce protocole facilitera l’échange d’information entre les conseils scolaires et la Société de l’aide à l’enfance pour assurer le bien-être et la réussite de chaque élève qui bénéficie de leurs services. »

L’OQRE rend hommage à l’École élémentaire catholique La Vérendrye

Le 15 février 2017, OTTAWA – L’École élémentaire catholique La Vérendrye du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a reçu des honneurs de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) pour avoir mis en place des stratégies gagnantes basées sur l’analyse des données des tests provinciaux.

« Grâce au dévouement, à l’engagement et à l’expertise du personnel scolaire de l’École élémentaire catholique La Vérendrye, un plus grand nombre d’élèves ont pu connaitre la réussite et atteindre la norme provinciale », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « L’analyse des données des tests de l’OQRE et des données recueillies par les membres du personnel scolaire est une approche éprouvée pour mettre en application des stratégies pédagogiques efficaces, adaptées à chaque communauté scolaire. Le succès que connait l’École élémentaire catholique La Vérendrye en est la preuve. J’aimerais également souligner l’excellent travail et le leadership exemplaire de la direction d’école, Suzanne Charron-Houle  » ajoute-t-il.

En effet, 31 % des élèves de 3e année qui avaient fait la composante mathématiques du test provincial se sont améliorés et ont atteint la norme provinciale en 6e année, tandis que 67 % d’entre eux ont maintenu un taux de réussite en mathématiques entre la 3e et la 6e année. Cette amélioration représente 20 pour cent de plus que la moyenne provinciale. En 6e année, 9 élèves sur 10 ont atteint ou dépassé la norme provinciale aux niveaux 3 et 4.

À l’École élémentaire catholique La Vérendrye le personnel enseignant prépare toute l’année des tableaux de pistage très détaillés pour chaque élève. Cela permet d’avoir des informations pertinentes à portée de main pour prendre des décisions, que ce soit pour l’année en cours ou pour les années à venir. Ils peuvent ainsi s’assurer que les intervenantes et les intervenants sont conscients des besoins propres à chaque élève.

Parmi les autres initiatives mises en place pour améliorer le rendement des élèves, la communication prend une place importante au sein de la communauté scolaire. Les enseignantes et les enseignants donnent de façon régulière une rétroaction aux élèves sur des moyens d’améliorer leur rendement.

Le bien‐être des élèves s’inscrit dans une troisième initiative favorable à leur rendement. En ce sens, les enseignantes et enseignants accordent beaucoup d’importance aux liens qu’ils tissent avec chaque élève. Des liens sont d’ailleurs créés avec les élèves avant même qu’ils arrivent en salle de classe. Le personnel enseignant est disponible en tout temps pour aider les élèves, notamment pendant les récréations et à l’heure du dîner. Cela permet aux élèves de se sentir heureux et en sécurité à l’école et se traduit par un renforcement de leur confiance en soi.

« Les parents de l’école la Vérendrye sont choyés d’avoir confié l’éducation de leur enfant à une école où règne une si belle culture de réussite » de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE, en ajoutant que « l’esprit d’équipe, l’entraide ainsi que le soutien et la disponibilité du personnel enseignant font en sorte que les élèves se sentent aimés, bien encadrés et que les parents savent qu’ils sont entre bonnes mains ».

Un projet d’éducation artistique verra le jour à l’école élémentaire catholique Sainte-Anne à l’occasion du 150e anniversaire de la Basse-Ville d’Ottawa

7 février 2017, OTTAWA - L’école élémentaire catholique Sainte-Anne a décidé de célébrer en grand le 150e anniversaire de la Basse-Ville d’Ottawa en s’associant à la compagnie Vox Théâtre afin de créer un projet d’envergure pour la communauté francophone.

Le projet a comme objectif de permettre aux élèves, aux enseignants, aux gens du quartier et aux artistes de vivre une expérience théâtrale et culturelle unique. Les participants prendront part, dès ce printemps, à toutes les étapes de la conception d’une pièce de théâtre jusqu’à la présentation devant public qui devrait avoir lieu à l’automne 2017 au théâtre La Nouvelle Scène.

« Ce projet est en parfaite synergie avec la mission du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) qui est de transformer l’expérience d’apprentissage, puisqu’en plus d’offrir une façon innovante et concrète aux élèves d’apprendre et de développer leurs compétences, les élèves auront l’occasion d’aller à la rencontre des gens de leur communauté. Ce partage de connaissances entre les membres de la communauté tels des personnes âgées, des nouveaux arrivants, des membres d’organismes communautaires et les élèves de l’école Sainte-Anne sera des plus enrichissants pour chaque partie. » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE

La compagnie Vox Théâtre, qui compte plus de 35 ans d’expérience dans le monde du spectacle, dirigera le projet et offrira des ateliers aux participants afin de les guider dans le processus de création. Des ateliers tels que la conception de décor et de marionnettes, l’écriture dramatique, le jeu de comédien, le jeu de choeur (voix et chant), etc., seront offerts aux participants.

« La forme que prendra la pièce de théâtre n’est pas encore tout à fait déterminée, puisque le processus créatif sera évolutif. C’est d’ailleurs ce que je trouve le plus emballant dans ce projet, puisqu’au fil des rencontres avec les élèves et les gens de la communauté, les idées prendront vie et évolueront jusqu’à mener à un produit final tout à fait unique » de dire Pier Rodier, directeur général et artistique.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est d’ailleurs confiante que ce projet apportera un renouveau de l’espace francophone dans la Basse-Ville d’Ottawa. « Ce projet permettra de renforcer les liens avec la communauté francophone du quartier et de présenter la richesse culturelle des gens qui y habitent. Ce sera par ailleurs une expérience unique pour les élèves de l’école Sainte-Anne qui feront la création d’une pièce de théâtre reflétant la vitalité de la francophonie et du multiculturalisme de la Basse-Ville d’Ottawa. »

 

Le CECCE innove en offrant un programme sport-études gymnastique en partenariat avec le club de gymnastique Les Sittelles

31 janvier 2017, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a annoncé, aujourd’hui en conférence de presse, un nouveau programme novateur à Orléans qui s’adressera aux élèves de la 4e à la 12e année, en partenariat avec le club Les Sittelles à compter de l’année scolaire 2017-2018.

« Ce programme sport-études gymnastique francophone est le premier à voir le jour à Ottawa, et c’est une fierté pour le Conseil d’innover en offrant un programme sport-études dès la 4e année » a affirmé Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Ce programme permettra d’ailleurs une meilleure qualité de vie pour les familles qui y prendront part puisque les journées scolaires incluront un minimum de 2,5 heures de gymnastique, ce  qui réduira le nombre d’heures d’entraînements à effectuer en soirée et la fin de semaine. Sans compter que les cours auront lieu directement dans les locaux du club de gymnastique pour les élèves de la 4e à la 8e année, ce qui diminuera le voyagement » a-t-elle ajouté. De plus, de la 4e à la 8e année, aucun devoir à la maison ne sera assigné.

Le nouveau programme annoncé est flexible et adapté à l’élève. Ainsi, les élèves de la 4e à la 8e année suivront le modèle d’enseignement personnalisé dans les locaux du club Les Sittelles et seront encadrés par des enseignants du CECCE. Le modèle du secondaire quant à lui sera conçu sur mesure pour l’élève et adapté selon ses besoins. L’élève suivra ses cours académiques en ligne ou à même son école secondaire de secteur. De plus, selon son itinéraire, l’élève pourrait obtenir un crédit en éducation physique et un crédit dans le cadre du programme COOP pour sa participation au programme sport-études gymnastique.

En plus d’un programme académique flexible et adapté, l’élève-athlète bénéficiera aussi d’un entraînement sur mesure. Chaque athlète sera suivi par une équipe d’entraîneurs dynamiques certifiés par Gymnastics Ontario et par le Programme national de certification des entraîneurs (P.N.C.E.). L’élève s’entraînera du mois d’août au mois de juin afin d’atteindre ses objectifs personnels de mouvement ou de performance basés sur le programme OCP (Ontario Competitive Program) développé par « Gymnastics Ontario », et participera à des compétitions de son niveau.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, est convaincu que ce programme novateur permettra aux élèves d’atteindre un meilleur équilibre de vie. « Les élèves-athlètes pourront combiner leurs 12 à 19 heures d’entraînement par semaine sans sacrifier leurs études ou leur vie sociale. Ils seront aussi amenés à développer leurs compétences physiques, leur discipline personnelle ainsi que leurs habiletés de concentration, de collaboration et de camaraderie dans un climat positif, inclusif et sécuritaire où ils pourront s’épanouir dans un milieu francophone et catholique. »

​La présidente du club de gymnastique Les Sittelles, Monique Lalonde, s’est d’ailleurs dite très emballée par ce partenariat qui facilitera la coordination des horaires d’études et d’entraînements des élèves-athlètes et espère ainsi faire découvrir à davantage de jeunes ce sport merveilleux qu’est la gymnastique.

Puisque les places sont limitées, des évaluations d’admission seront administrées en mars par le club Les Sittelles afin de déterminer les athlètes se qualifiant pour le programme de gymnastique. Les familles intéressées à s’inscrire au programme peuvent obtenir de plus amples renseignements au www.ecolecatholique.ca/gymnastique.

Deux directions du CECCE reconnues aux prix Canada’s Outstanding Principals

31 janvier 2017, OTTAWA - Pour une 4e année consécutive, des directions du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) seront honorées au gala Canada’s Outstanding Principals qui se tiendra le 28 février 2017 à Toronto. Le CECCE est fier d’apprendre que Lucille Plante, directrice à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, et Sylvain Plourde, directeur du Service de soutien à l’apprentissage, volet enfance en difficulté, ont été sélectionnés parmi 40 directeurs d’écoles au Canada récipiendaires du prix national remis par The Learning Partnership. Faisant ainsi partie des 15 directions en Ontario à recevoir ce prix prestigieux.

Sylvain Plourde, pédagogue chevronné, leader engagé et directeur mobilisateur mérite amplement cet honneur en vertu de ses qualités professionnelles et personnelles exceptionnelles ainsi que de son implication et impact dans la réussite scolaire de chaque élève et dans le développement des compétences des employés. Cumulant fièrement plus de 32 années d’expérience au sein du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, M. Plourde a exercé un leadership axé sur la réussite des élèves et il a fait travailler les experts en équipe, offert de la formation, des outils, mais surtout, il a infusé et ancré au sein du Conseil que tout élève en difficulté ou ayant des besoins particuliers doit avoir toutes les chances de réussir.

Quant à Lucille Plante, cela fait maintenant 20 ans qu’elle travaille à mobiliser le personnel et faire des écoles du CECCE des lieux où la bienveillance se conjugue parfaitement avec la réussite des élèves et l’épanouissement de l’équipe et de la communauté. Sa grande ouverture d’esprit, sa capacité à se remettre en question et à accepter la critique, son talent pour favoriser les relations interpersonnelles et son approche humaine font d’elle une leader naturelle et un exemple pour la communauté scolaire. Selon elle, elle exerce tout simplement le meilleur métier du monde et c’est ce qui la pousse chaque jour à se dépasser.

« C’est un honneur pour le Conseil de compter parmi son équipe des directions comme Mme Plante et M. Plourde qui se démarquent en matière de leadership en éducation, d’engagement envers la communauté et de par l’intégration de méthodes innovatrices qui ont un impact direct sur la réussite des élèves. » a affirmé Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Je suis conscient de la valeur des employés qui forment la grande équipe du CECCE, je suis donc très fier lorsque certains ont la chance d’être reconnus par l’ensemble de la communauté. D’ailleurs, plusieurs autres mériteraient cet honneur ».

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a aussi ajouté que « C’est grâce à des directions comme Mme Plante et M. Plourde que le CECCE continue d’être reconnu comme chef de file pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance. Ces personnes ont un impact positif au quotidien sur les élèves et sont des exemples de leadership pour la communauté scolaire. »

Les directions récipiendaires du prix participeront à un programme de formation en leadership exclusif au Rotman School of Management de l’Université de Toronto, une des écoles de commerce les plus réputées au pays.

Elles seront également intronisées à l’Académie nationale du Learning Partnership qui compte plus de 400 membres ; soit tous des leaders en éducation qui ont été reconnus par cette organisation.

 

L’École élémentaire catholique Saint-Joseph d’Orléans remporte 3 000 $ pour son projet Heure de génie

17 janvier 2017, OTTAWA - L’École élémentaire catholique Saint-Joseph d’Orléans fait partie d’une des 7 écoles en Ontario qui ont  été choisies aux Prix #FondationDesjardins pour leurs propositions de projets innovateurs destinés aux intervenants des milieux scolaires et communautaires. Grâce à un don de 3 000 $ du groupe financier Desjardins 275 jeunes de l’école Saint-Joseph d’Orléans pourront désormais développer leurs passions à travers le projet Heure de génie.                                                              

Ainsi, sous le thème Pensons passions, les élèves de la 1ère à la 6e année de l’école se réunissent en petits groupes, à raison d’une heure par semaine, pour travailler sur un sujet qui les passionne.

Le projet qui a été amorcé au printemps 2016 a d’abord débuté par une consultation auprès  du personnel et des élèves afin de connaître les domaines qui les intéressaient. De cette consultation sont ressortis une douzaine de grands thèmes qui ont permis de former des groupes parmi les élèves. Que ce soit la robotique, la cuisine, l’environnement, la communauté, la construction, la danse, etc., les élèves ont la chance de se regrouper chaque semaine pour faire des recherches et bâtir un projet basé sur leur passion.

« Je trouve génial que les élèves aient la chance d’apprendre sur des sujets qui suscitent leurs intérêts. En travaillant sur des projets qui les passionnent, la recherche démontre que les élèves sont plus motivés et engagés dans leur apprentissage scolaire » a affirmé Réjean Sirois, directeur de l'éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). « Je tiens également à remercier le personnel de l’école pour son engagement et son dévouement envers les élèves. Par ailleurs, le 3 000 $ remporté au concours Prix #FondationDesjardins permettra à l’École élémentaire catholique Saint-Joseph d’Orléans d’acheter du matériel pédagogique pour faciliter la recherche et l’apprentissage des élèves durant la période hebdomadaire Heure de génie. »

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a aussi démontré son enthousiasme envers la nouvelle. « Je suis heureuse d’apprendre que l’École élémentaire catholique Saint-Joseph d’Orléans a reçu un montant d’argent pour appuyer son initiative novatrice en matière d’enseignement. L’engouement des élèves pour ce projet démontre bien qu’il peut être plus amusant d’apprendre et plus facile de réussir lorsque l’apprentissage se fait en collaboration avec ses passions. »

Le directeur de l’école, Stéphane Bergeron, est d’ailleurs très satisfait des impacts positifs de ce projet sur les élèves. Ceux-ci semblent plus impliqués, plus intéressés et motivés par leur apprentissage. Sans compter qu’ils auront la chance de présenter les résultats de leur travail et recherche à leurs pairs et à la communauté scolaire lors de la journée portes ouvertes de l’école, le vendredi 5 mai 2017. Le directeur s’empresse d’ajouter que « ce projet s’est réalisé grâce à la merveilleuse collaboration de l’équipe-école et du travail exceptionnel des enseignantes “lead” à l’école. Devenir un apprenant à vie est l’essence même du projet de l’Heure de génie. » 

Les ministres Hunter et Lalonde marquent le retour en classe au Collège catholique Mer Bleue

10 janvier 2017, OTTAWA -  Pour commencer la nouvelle année 2017 en force, le personnel et les élèves du Collège catholique Mer Bleue recevaient, lundi après-midi, de la grande visite. En effet, la ministre de l’Éducation, l’honorable Mitzie Hunter, et la ministre déléguée aux Affaires francophones, l’honorable Marie-France Lalonde, étaient de passage pour visiter le nouvel établissement scolaire qui a ouvert ses portes en août dernier.

Le vice-président du CECCE, Robert Lemelin, s’est dit très satisfait de la visite des ministres: « J’apprécie beaucoup que les ministres aient pris le temps de discuter avec les conseillers scolaires du CECCE et de s’attarder aux dossiers prioritaires du Conseil. Cette visite fut également l’occasion idéale afin de faire visiter le nouvel établissement récemment inauguré et de présenter aux deux ministres des élèves heureux et fiers de fréquenter leur école. »

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, s’est dit emballé par cette activité, la première visite d’une école du CECCE pour la ministre de l’Éducation. « La présence de la ministre de l’Éducation et de la ministre déléguée aux Affaires francophones dans une des écoles du CECCE est un moment opportun pour faire valoir auprès du gouvernement provincial la qualité des programmes offerts dans les établissements catholiques de langue française. »

Pour l’occasion, les deux ministres ont été accueillies à leur arrivée par l’harmonie de l’école qui jouait dans l’atrium.  Elles ont ensuite fait la visite d’une classe de Design où des élèves ingénieux de 9e année leur présentaient des bolides à souricière qu’ils ont construits. Elles ont aussi été invitées à visiter une classe distincte HD (handicap de développement) où des élèves leur ont remis une carte de voeux qu’ils avaient bricolée durant la matinée.

Au Collège catholique Mer Bleue, les élèves peuvent suivre le curriculum régulier, mais ils ont aussi la chance de se dépasser et d’explorer leurs possibilités d’avenir en s’inscrivant au programme du Baccalauréat international ou à la concentration en Design. Cet établissement à la fine pointe donne accès à une gamme de cours spécialisés centrés autour d’un domaine particulier ainsi qu’un programme d’enrichissement pour les élèves à la recherche de défis académiques plus poussés.

Avec plus de 350 élèves inscrits, le Collège catholique Mer Bleue a largement dépassé les prévisions initiales en terme d’inscriptions. L’école pourra éventuellement atteindre une capacité maximale de 800 élèves, puisque pour sa première année d’opération seulement les niveaux de la 7e à la 10e sont offerts, toutefois la 11e année sera ajoutée en 2017 et la 12e en 2018.

 

18 nouvelles places en garderie à l’École élémentaire catholique Sainte-Anne

Le 9 décembre 2016, OTTAWA - Ce matin, la députée provinciale d’Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, ainsi que les membres du caucus libéral étaient à l’École élémentaire catholique Sainte-Anne dans la Basse-ville d’Ottawa afin d’annoncer de nouveaux investissements pour les garderies.

 

Ainsi, l’École élémentaire catholique Sainte-Anne bénéficiera de 18 nouvelles places en garderie, soit 8 pour les enfants préscolaires, et 10 places pour les poupons ainsi que l’ajout de 2 nouvelles salles pour la garderie.

 

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est très reconnaissant du financement accordé à l’École élémentaire catholique Sainte-Anne pour l’ajout de places en garderie » explique Johanne Lacombe présidente du CECCE. « Il y avait un criant besoin d’augmenter le nombre de places en garderie francophone dans le secteur de la Basse-ville et ce, particulièrement chez les poupons. Le CECCE est heureux de continuer à répondre aux besoins des familles en partenariat avec les Services à l’enfance Aladin ».

 

L’École élémentaire catholique Sainte-Anne est un havre pour les touts petits. En effet, c’est l’une de 10 écoles du CECCE qui offre la prématernelle à trois ans grâce à son programme Petits pas à trois ainsi qu’un groupe de jeux francophone pour la communauté.

 

L’École élémentaire catholique Sainte-Anne a récemment été reconstruite et rénovée. Dès lors, l’agrandissement réalisé en 2013 prévoyait déjà des ajouts d’espaces au bâtiment.

 
 

Premier Noël pour les familles syriennes des écoles du CECCE

9 décembre 2016, OTTAWA - Un an après l’arrivée des réfugiés syriens au Canada, près de 250 personnes se réuniront samedi soir, le 10 décembre, dès 17 h, au Collège catholique Samuel-Genest pour célébrer Noël.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) qui profite de diverses occasions durant l’année pour se rapprocher de sa communauté tenait à être présent pour le premier Noël des familles syriennes nouvellement arrivées. La fin de l’année 2016, se voulait aussi un moment idéal pour faire le bilan et constater, un an plus tard, comment se portent les familles qui sont maintenant pour la plupart bien établies.

Un an plus tard, la première famille de réfugiés en provenance de la Syrie
à s'inscrire à une école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est se porte à merveille.
Les enfants ont appris le français et réussissent très bien en classe.

« La période de l’Avent est synonyme de partage, d’accueil, de recueillement et de reconnaissance pour les membres du CECCE. Il était donc tout naturel pour le Conseil d’aller à la rencontre de ces familles nouvellement arrivées pour prendre le temps de les remercier de la confiance qu’elles témoignent à l’égard des écoles du CECCE et de la culture catholique francophone » soutient Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a d’ailleurs ajouté que « Fidèles à leurs traditions de partage et de bienveillance, et fiers de leur engagement, les membres du Conseil des écoles catholiques désirent, par l’organisation de telles activités communautaires, affirmer leur soutien et accueil aux nouvelles familles de la communauté. Ainsi, la participation aux célébrations de Noël est une occasion idéale de rencontrer ces familles et de renforcer le lien de confiance qui les unit au CECCE. » 

Vidéo d'une famille syrienne du CECCE: https://youtu.be/5UwPed_-0DQ 

Johanne Lacombe reconduite à la présidence du CECCE

Le 7 décembre 2016, OTTAWA - Lors de sa séance annuelle d’organisation hier soir, où plus d'une centaine de personnes étaient présentent, les conseillères et conseillers scolaires ont choisi de reconduire Johanne Lacombe à la présidence du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour un 2e terme et ont confié le mandat de vice-présidence à Robert Lemelin.

​Johanne Lacombe est conseillère scolaire dans le quartier Orléans depuis 6 ans et a occupé le siège de la vice-présidence pendant 2 ans avant d’être élue à la présidence pour la première fois l’an passé.

« Je suis fière de représenter le conseil scolaire catholique de langue française le plus performant en province à titre de présidente pour une 2e année consécutive. Je remercie mes collègues pour leur confiance soutenue et leur apport incroyable afin d’actualiser la vision du CECCE en tant que chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et la synergie avec la communauté » soutient Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Pour appuyer madame Lacombe, les conseillers scolaires ont élu à la vice-présidence Robert Lemelin, conseiller scolaire du secteur Renfrew South Algonquin qui siège à la table politique du CECCE depuis 3 ans.

Le directeur de l’éducation Réjean Sirois a tenu à présenter les faits saillants de son rapport annuel 2015-2016 lors de cette séance annuelle d’organisation, des résultats attribuables à un travail d’équipe formée de professionnels compétents. « Je suis très fier du personnel et de leur engagement qui ont permis de grandes réalisations tout au long de l'année. Je remercie de tout coeur les familles qui choisissent d’inscrire leur enfant dans l’une des 54 écoles du CECCE » a-t-il précisé.

Il est possible de consulter le rapport annuel 2015-2016 sur le site Web du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est au www.ecolecatholique.ca/rapportannuel.

 

Les Faucons remportent le tournoi de volleyball provincial OFSAA et sont sacrés champions en titre

29 novembre 2016, OTTAWA -  L’équipe masculine senior de volleyball de l’École secondaire catholique Franco-Cité, les Faucons, a remporté le tournoi organisé par  l’Ontario Federation of School Athletic Associations (OFSAA), samedi dernier, le 26 novembre, à Windsor. C’est au cours d’une finale enlevante, opposant les Faucons aux Rams de Stratford Central Secondary School, que l’équipe s’est surpassée pour décrocher la médaille d’or.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, était d’ailleurs très heureux d’apprendre la nouvelle. « Les joueurs de 11e et 12e année de l’équipe masculine senior de volleyball ont terminé une saison de rêve avec une performance collective incroyable et dominante lors de ce prestigieux tournoi provincial. Il s'agit du 2e titre OFSAA en 3 ans pour l’équipe. Les joueurs ont de quoi être fiers; leurs efforts ont été grandement récompensés », a-t-il souligné.

Cette victoire est aussi en partie due à l’implication et au dévouement des entraîneurs, Messieurs Réjean Godmaire et Thierry Lavigne, qui ont su motiver les joueurs et les élever à ce niveau. Par ailleurs, la présidente du CECCE, Johanne Lacombe, ajoute que: « L’École secondaire catholique Franco-Cité mise sur une offre de programmes variée qui répond aux besoins et intérêts des élèves afin de les engager et de les amener à se dépasser. D’ailleurs, les élèves de Franco-Cité se démarquent régulièrement sur le plan sportif puisque l’école s'investit activement dans la santé physique en offrant, en plus du programme scolaire régulier de la 7e à la 12e année, un programme Sports-Études et des Majeures haute spécialisation en Santé et bien-être et
Sports. »

Fin du projet de reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève

27 novembre 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a célébré cet avant-midi, la fin des travaux de reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève située au 2198, rue Arch à Ottawa.

Une des plus vieilles et plus grandes écoles du CECCE, l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève a ouvert ses portes au début des années 1960. Le bâtiment que l’école occupe actuellement a subi de nombreuses modifications au cours des années, entre autres, un ajout en 1967 pour relier l’édifice de la rue Arch à l’édifice de l’avenue Canterbury (ancienne école St-Marks).

Lorsque le projet de reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève a été entrepris en juillet 2015, l’école affichait un taux d’occupation de 96 %. De plus,  6 classes mobiles étaient situées sur le terrain, celui-ci près de 50 % plus petit que le terrain moyen pour une école élémentaire. Il était devenu impossible de continuer à répondre à la demande toujours croissante des parents qui souhaitent inscrire leur enfant à cette école.

Un investissement majeur du ministère de l’Éducation de 9,7 millions de dollars a permis au  CECCE de rénover l’école et de démolir le bâtiment situé sur l’avenue Canterbury. L’établissement rénové comprend 15 nouvelles salles de classe pour un total de 26 classes.

De plus, la bibliothèque a été relocalisée et le gymnase a subi une cure de rajeunissement. L’école peut maintenant accueillir 714 élèves, comparativement aux 598 places élèves qui étaient disponibles avant la rénovation. 

Selon la présidente du CECCE, Johanne Lacombe, cette rénovation était des plus nécessaires : « Les installations physiques de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève ne permettaient pas la gestion efficace d’une école élémentaire. Les modifications apportées à l’édifice et la démolition du bâtiment sur l’avenue Canterbury permettront aux élèves et aux membres du personnel de s’épanouir pleinement, en plus d’accueillir de nouveaux élèves », mentionne-t-elle, en ajoutant que « Le réaménagement de l’espace et la reconfiguration des classes encouragent la collaboration et le travail d’équipe. Des endroits aérés et bien aménagés favorisent la créativité, tandis que des espaces verts dans la cour d’école permettent aux élèves de profiter pleinement de leur environnement. »

Pendant les travaux de construction, la communauté scolaire a été répartie dans deux établissements pour assurer la sécurité des élèves. Ceux-ci ont été rassemblés à nouveau dans la nouvelle École élémentaire catholique Sainte-Geneviève à la rentrée scolaire.

Le directeur de l’éducation du CECCE Réjean Sirois tient à remercier la communauté scolaire : « Les projets de construction entraînent toujours certains changements, mais la communauté scolaire de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève a fait preuve d’une compréhension et d’une patience exemplaires. La direction de l’école, Carole Payant, et son équipe ont travaillé d’arrache-pied pour que ce projet de construction ait le moins d’impact possible sur les élèves et sur la communauté avoisinante. Cette célébration pour clôturer un projet d’une telle envergure est une belle occasion de partager un sentiment de joie immense et de gratitude avec l’ensemble de la communauté. L’événement d’aujourd’hui fut une façon de se rassembler pour marquer la fin d’un chapitre et le début d’un nouveau. »

L’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève offre une éducation catholique de langue française de haute qualité à 594 élèves de la maternelle à la 6e année dans le secteur Alta Vista dans le sud de la ville d’Ottawa.

Le CECCE reçoit le Prix du bâtisseur d’Unique FM

Le 28 novembre 2016, OTTAWA - Le CECCE a été honoré du Prix du bâtisseur qui lui a été remis mercredi dernier par la station de radio communautaire Unique FM lors de son assemblée générale annuelle.

« Ce prix est une reconnaissance du soutien constant et de la générosité d'accueil dont vous faites preuve à l'égard de la radio communautaire depuis sa fondation. Vous avez contribué à la mise sur pied d'Unique FM, à son épanouissement et à son rayonnement. Le Conseil d'administration et sa directrice générale estiment que la radio communautaire est privilégiée d'avoir un allié aussi fidèle qui en assure sa pérennité » explique Ronald Caza, président du conseil d’administration d’Unique FM dans une lettre adressée au CECCE.

 

photo unique fm.jpg


La présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Johanne Lacombe, s’est dite honorée de recevoir ce prix : « La communauté francophone s’est mobilisée afin de soutenir ce beau projet et tient fermement à l’épanouissement de sa radio communautaire. Le CECCE est ravi de pouvoir fournir à Unique FM des locaux à même l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse et soutenir ce projet important pour les francophones d’Ottawa. J’en profite pour mettre en lumière le leadership de la conseillère scolaire Diane Doré qui a su piloter ce dossier des plus importants pour le CECCE. »


Chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et sa synergie avec la communauté, le CECCE, avec plus de 22 600 élèves fréquentant 42 écoles élémentaires, 12 écoles secondaires et une école pour adultes, est le plus grand réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec. Les élèves du CECCE obtiennent les meilleurs résultats en province, et 96 % d’entre eux obtiennent leur diplôme.

 

- 30 -

 

Renseignements :

Céline Bourbonnais – Gestionnaire, communications et affaires publiques

Ligne médias : 613 746-3525

quesnc@ecolecatholique.ca

 
 
 

Une chorale de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau accompagne Bruno Pelletier lors de son concert de Noël

Le 23 novembre 2016, OTTAWA - Dans le cadre de son concert de Noël ce vendredi à la paroisse St-Joseph d’Orléans, Bruno Pelletier sera accompagné d’une quarantaine d’élèves de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau.

 

La chorale de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau se pratique tous les midis depuis plusieurs semaines pour être fin prête à participer à un spectacle représentatif de la grande fête de Noël avec l’un des plus grands chanteurs québécois.

 

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier de créer des opportunités où les élèves peuvent s’illustrer dans des événements artistiques d’envergure et de partager la scène avec de grandes vedettes de la chanson francophone. Monter sur les planches avec un artiste reconnu comme Bruno Pelletier est certain d’inspirer plus d’un élève et qui sait, leur permettre de réaliser un rêve!  », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

 

« Une composante importante de l’offre du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est le développement de l’identité culturelle de l’enfant. Quel privilège pour ces élèves de pouvoir participer à un spectacle de Noël dans une église bondée devant toute une communauté chrétienne en compagnie d’un artiste francophone de renom! » déclare la présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est Johanne Lacombe.  

La Médaille du souverain pour les bénévoles remise à une élève du CECCE

OTTAWA, 10 novembre 2016 - Cassandra Joli-Coeur, élève de 9e année de l’Académie catholique Ange-Gabriel du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), s’est vu remettre, le 8 novembre lors de l’événement Unis pour une soirée d’inspiration, la Médaille du souverain pour les bénévoles du Gouverneur général du Canada. Cet honneur est remis au nom du gouverneur général, Son Excellence le très honorable David Johnston, à des bénévoles canadiens qui ont investi leur temps et leur énergie au service des autres.

 « Surnommée Cassie par l’ensemble de ses pairs, cette élève s’est en effet démarquée par son leadership exceptionnel en matière d’engagement communautaire. Étant une jeune adolescente dynamique, intelligente, passionnée, pleine de vie et de gratitude pour tout ce qui l’entoure, elle est un modèle à suivre pour les élèves du Conseil », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Cassie s’implique dans mille et un dossiers sans compter son temps et en n’attendant rien en retour à part le bonheur d’aider les autres qui en ont plus besoin. Elle fait beaucoup de bénévolat à l’école et dans la communauté. Elle a voyagé entre autres en Hollande et aux Philippines avec le groupe de Children’s International Summer Village (CISV) afin de tisser  des liens avec des jeunes d’ailleurs dans le monde; elle s’est occupée d’une collecte de chandails usagés afin de les envoyer en Biélorussie pour les gens défavorisés et elle a participé au triage de linge usagé au Centennial Road Church afin d’aider les gens de la communauté dans le besoin.

Au quotidien, Cassie est brigadière d’autobus; elle est membre du Gouvernement des élèves; elle aide à garder le pointage lors de joutes de basketball; elle contribue aux collectes de nourriture et de bas de son école pour le groupe Me to We et elle sert des soupers à l’église. En plus de tout ça, elle trouve le temps d’être une athlète et de jouer sur l’équipe A de basketball des Blazers de Brockville.

« C’est une élève remarquable qui fait la fierté du Conseil. Elle incarne à merveille les valeurs de bienveillance et d’entraide véhiculées dans les écoles du CECCE. À sa façon, elle fait la différence, une action à la fois! » ajoute Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

Parlons de nos enfants! Une réussite pour le 5e Forum des parents du CECCE

OTTAWA, 10 novembre 2016 - Le 5e Forum des parents organisé par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), qui se déroulait samedi dernier, fut une fois de plus une réussite. Des dizaines de parents se sont déplacés pour assister à des conférences et ateliers sous le thème : Parlons de nos enfants!

Cette année, la formule encourageait davantage l'interactivité entre les parents. Ceux-ci avaient donc la chance de poser leurs questions et d'interagir durant la conférence avec le panel d’experts du CECCE et un organisme partenaire qui étaient présents pour discuter de sujets préalablement proposés par les parents. Ainsi, des experts qualifiés du CECCE et de la communauté avaient été invités pour contribuer aux discussions et aussi présenter les ressources disponibles au Conseil pour les familles. Le panel était composé entre autres du directeur du service de l'enfance en difficulté au soutien à l'apprentissage, d’une lead en santé mentale, ainsi que de travailleuses sociales.

« Les participants ont tellement apprécié la conférence et les ateliers qu’ils auraient voulu que le Forum s’étire davantage tellement les sujets abordés étaient intéressants et pertinents », de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. « Les thèmes discutés par les experts durant le Forum, tels que l’anxiété chez l’enfant, la cyberintimidation et la relation parent-ado, sont très actuels. Il est donc du devoir du CECCE de présenter aux parents les ressources qui sont offertes par le Conseil aux familles qui en éprouvent le besoin. »

« Cet événement tout à fait gratuit pour les familles se veut un lieu de rencontre pour discuter d’un sujet commun et cher à tout parent : le bien-être des enfants. » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Avec le succès de cette 5e édition, cela vient confirmer les efforts du Conseil à mettre en œuvre un forum pour fournir des outils et des réponses aux parents afin qu’ils soient en mesure de mieux comprendre leurs enfants et ainsi mieux les accompagner dans leur développement et leur réussite, car il est indéniable que lorsque les parents s’impliquent dans l’éducation de leurs enfants, cela augmente leur niveau de réussite scolaire. »

Pour celles et ceux qui n’ont pu assister à la rencontre et pour celles et ceux qui désirent obtenir davantage d’information, un rapport du Forum sera mis à la disposition des parents sur le site Web du Conseil (www.ecolecatholique.ca/forum) dans les semaines à venir. 

Les élèves engagés du CECCE participent à WE Day

Le 8 novembre 2016, OTTAWA - Demain, 240 élèves de 9 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est participeront à l’événement annuel, WE Day à Ottawa et avec des dizaines de milliers de jeunes, célébreront une année d’actions qui ont transformé les communautés et changé des vies.

Pour mériter l’occasion de participer à cet événement grandiose, les élèves ont dû agir et apporter un changement social dans leur communauté ou ailleurs dans le monde par le biais du programme Enfants entraide.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE, « ce genre d’initiatives s’insère directement dans le profil de sortie de l’élève du CECCE qui veut que chaque élève, enrichi et animé par son identité catholique et francophone chemine vers le développement de son plein potentiel en devenant un penseur critique et créatif, un jeune adulte affirmé et épanoui et un citoyen engagé et éthique. J’applaudis l’engagement du personnel scolaire qui accompagne chaque élève dans leur cheminement vers la réussite. »

En fait, lors de l’événement, Mélanie Rainville, une enseignante à l’École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis sera honorée pour son engagement et son dévouement à inspirer ses élèves et à vouloir agir et faire une différence. L’an dernier, elle et sa classe ont réalisé plusieurs initiatives qui ont eu un impact important. Entre autres, ils ont organisé une collecte de denrées alimentaires pour le Kanata Food Cupboard, une vente de repas chauds et une vente de pâtisseries qui a permis de remettre les fonds amassés à Enfants Entraide. Mme Rainville et sa classe ont également organisé une collecte de costumes d’Halloween afin de venir en aide aux élèves plus démunis de l’école, une collecte de vêtements d’hiver pour le Snowsuit Fund et une collecte d’articles et de nourriture pour animaux qui ont été remis au Ottawa Humane Society.

Lors de l’événement We Day, les élèves et les membres du personnel scolaire seront inspirés par des gens engagés qui ont un impact réel sur le monde qui les entoure.

« Il est inspirant de voir les élèves et les membres du personnel des écoles du CECCE s’engager dans leur communauté et vouloir faire une différence » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Je suis persuadée que les fondements de l’éducation catholique et des valeurs chrétiennes inspirent les élèves et les membres du personnel afin qu’ils puissent poursuivre leurs rêves et bâtir un monde meilleur. »

Semaine nationale de l’immigration francophone : le CECCE célèbre la diversité qui unit ses élèves

Le 4 novembre 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est profite de la semaine nationale de l’immigration francophonie du 30 octobre au 5 novembre pour mettre en lumière l’ensemble des programmes et services destinés aux élèves et familles nouvellement arrivés au Canada.

À leur arrivée au Canada, les familles démontrant un intérêt pour une éducation catholique en français pour leur enfant sont dirigées vers le CECCE par l’un de nombreux partenaires communautaires. Dès lors, une conseillère en engagement communautaire prend la famille sous son aile pour bien l’informer sur les services communautaires disponibles et pour l’accompagner dans le processus d’inscription à l’école.

Une fois inscrits à l’école, l’élève et sa famille bénéficient de l’appui des travailleurs d’établissement en éducation et des membres du personnel attitrés au Programme d’accueil des nouveaux arrivants (PANA). Ceux-ci s’assurent de sa bonne intégration dans le milieu scolaire et l’appui dans la navigation de nouvelles coutumes, et de la culture franco-ontarienne. Au besoin, des cours de mise à niveau en lien avec la langue française sont offerts à l’élève grâce au programme d’Actualisation linguistique en français.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, il existe une belle culture d’accueil et de bienveillance dans les écoles du CECCE. « De diverses initiatives sont mises en place dans les écoles du CECCE qui accueillent le plus fréquemment des élèves nouvellement arrivés au Canada. L’entraide par les pairs est un bel exemple des valeurs catholiques à l’oeuvre dans les écoles. Les élèves et les membres du personnel collaborent afin d’aider les familles nouvellement arrivées à trouver leur place dans l’école, et dans la communauté. »

De plus, diverses initiatives sont mises en place afin de favoriser l’épanouissement des élèves nouvellement arrivés au Canada. Franc Succès est un programme d’intégration s’adressant aux jeunes nouveaux arrivants âgés entre 14 et 18 ans. Il a comme objectif de favoriser l’adaptation des jeunes nouveaux arrivants à la culture canadienne. Il propose une variété d’activités récréatives et culturelles en français, permet aux jeunes de développer des habiletés de leadership et offre des occasions de faire du bénévolat dans la communauté. Animé par le Centre des services communautaires Vanier, le programme FRANC SUCCÈS est offert gratuitement après les heures scolaires au Collège catholique Samuel-Genest, à l’École secondaire catholique Franco-Cité et au Collège catholique Franco-Ouest.

La présidente du Conseil, Johanne Lacombe, constate la très grande générosité de la communauté : « Grâce à la grande collaboration de nombreux partenaires communautaires et au dévouement ainsi qu’à la générosité de la grande famille du CECCE, de nombreuses initiatives sont mises en place pour appuyer les familles nouvellement arrivées afin de les doter de ce dont ils ont besoin à leur arrivée. Que ce soit des bottes d’hiver, des habits de neige, des sacs à dos ou des casques de vélos, la communauté répond à l’appel année après année pour contribuer à l’établissement des nouveaux arrivants dans leur nouvelle communauté. »

L’an passé seulement, le CECCE a accueilli plus de 250 élèves nouvellement arrivés au Canada au sein de ses écoles.

Une première course haute en couleur à l’École secondaire catholique Paul-Desmarais

Le 4 novembre 2016, OTTAWA – 420 participants se sont inscrits à la première course des Patriotes organisée par l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, qui a eu lieu le samedi 29 octobre dernier dans le quartier Stittsville. 

Cet événement communautaire inaugural pour la nouvelle école consistait en une marche ou une course de 2, 5 ou 10 km, ayant pour objectif de réunir les gens de la communauté de Stittsville afin de soutenir les comptoirs alimentaires de l’ouest d’Ottawa.

Les élèves du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, plus précisément ceux de l’école secondaire catholique Paul-Desmarais, ainsi que des écoles élémentaires Élisabeth-Bruyère, Saint-Jean-Paul-II, J.-L. Couroux, Roger-Saint-Denis et Saint-Rémi, ont entre autres été invités à participer à la course.

Des centaines de participants ont bravé le froid et se sont rassemblés sur le Sentier Transcanadien pour la cause, y compris le personnel scolaire, élèves, familles et gens de la communauté. Le conseiller municipal de Stittsville, Shad Qadri, était aussi présent. De plus, des partenaires importants ont contribué à la course, dont Bushtukah, Run Ottawa et Running Goat Timing, pour ne nommer que ceux-ci.

« Cette première course a eu un effet rassembleur, qui a permis de renforcer les liens au sein de la communauté de Stittsville, tout en supportant une cause qui nous tient à coeur » de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE. Les résultats se sont avérés très positifs : 10 boîtes de denrées ont été récupérées pour le Stittsville Food Bank. Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE, affirme que : « La course des Patriotes est un projet qui a vu le jour grâce au dévouement de l’équipe de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, sous le leadership de l’enseignant Éric Brassard. Ce projet communautaire est mobilisateur et reflète les valeurs de l’école et celles du Conseil. ». Le succès de cette première édition fait de cette initiative, une activité-clé pour la promotion de la santé et de l’activité physique dans la communauté. Il y a ainsi de fortes probabilités que l’événement se répète l’année prochaine et qu’il devienne un rendez-vous annuel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de financement pour de nouvelles écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 31 octobre 2016, OTTAWA - Le CECCE est très déçu d’apprendre qu’aucun financement ne lui a été accordé lors de cette dernière ronde de financement pour la construction des écoles.

L’augmentation constante des effectifs a permis au CECCE de recevoir du financement pour la construction de nouvelles écoles chaque année depuis 10 ans, incluant du financement pour ses deux nouvelles écoles à Orléans et pour le nouveau projet de construction à Arnprior.

Cette année, le CECCE constate une augmentation de plus de 750 élèves comparés au même moment l’an dernier, soit l’équivalent de deux écoles élémentaires.

Le CECCE continue de revendiquer le financement pour son pavillon à Kemptville qu’il finance à lui-même pour permettre à plus de 120 élèves une éducation catholique de langue française à même leur communauté, ainsi que le financement nécessaire pour une école à Kingston et dans le Glebe. Le CECCE a également dans sa mire plusieurs projets prioritaires reliés à des secteurs en pleine croissance afin de permettre à un plus grand nombre de familles de bénéficier de l’excellence de l’éducation catholique de langue française.

Le CECCE est en croissance depuis plus de 10 ans. En ne finançant pas de nouvelles écoles catholiques de langue française sur le territoire du Centre-Est, le ministère de l’Éducation prive les familles d’un droit constitutionnel de choisir une école catholique de langue française pour leurs enfants.

Selon la présidente du CECCE, Johanne Lacombe : « Le Conseil continuera d’exprimer ses besoins en immobilisations auprès des élus provinciaux et du ministère de l’Éducation. Des rencontres permettront de les sensibiliser et de les informer de l’état actuel de son parc immobilier et d’obtenir des explications quant aux critères utilisés pour accorder du financement pour la construction de nouvelles écoles. »

PROJET D’OUVERTURE D’UNE NOUVELLE ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE CATHOLIQUE DE LANGUE FRANÇAISE pour les secteurs Vieux Ottawa Sud, Vieux Ottawa Est et le Glebe

OTTAWA, 27 octobre 2016 - Un comité de parents, appuyé par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), a tenu, mercredi soir, une consultation publique sur la possibilité d’ouvrir une école élémentaire catholique de langue française pour les familles des secteurs Vieux Ottawa Sud, Vieux Ottawa Est, le Glebe et les environs.

La soirée qui se déroulait dans l’amphithéâtre de l’Université St-Paul a suscité l’enthousiasme de plusieurs parents qui s’étaient déplacés afin de venir en apprendre davantage sur le projet, mais surtout, pour faire part de leur vision de ce que devrait être une école élémentaire ainsi que les besoins propres à leur communauté.

« Je suis très heureuse de constater la réceptivité des parents envers ce beau projet », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Lors de la consultation publique, toutes celles et ceux qui le désiraient ont eu la chance de s’adresser au comité de travail pour témoigner de leurs besoins, attentes et surtout de leurs rêves envers ce projet d’école. Cette étape de consultation publique était d’ailleurs cruciale pour le CECCE puisqu’elle s’inscrit dans une logique de bâtir une école à l’image de sa communauté. » ajoute-t-elle.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, s’est aussi dit emballé par ce projet qui lui tient particulièrement à coeur. « La forte présence de familles francophones dans ce secteur de la ville d’Ottawa vient renforcer la vision du Conseil d’ouvrir une école élémentaire catholique de langue française pour desservir cette communauté. Par ailleurs, plusieurs de ces familles recherchent une école ancrée dans des valeurs catholiques synonymes de rigueur et de bienveillance orientée vers des pratiques innovatrices ayant pour but de former des citoyens de demain; et c’est précisément ce que le CECCE a à leur offrir. »

Le projet étant encore à une étape embryonnaire, le comité de parents, appuyé par le CECCE, invite toute personne qui aimerait en apprendre davantage sur le projet et rester informée des étapes à venir à «aimer» la page Facebook du projet auwww.facebook.com/projetecolevieuxottawa et à consulter le mot-clic #cecceGlebe sur Twitter.

Inauguration d’une 12e école secondaire pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est: Collège catholique Mer Bleue

OTTAWA, 28 octobre 2016 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi à l’inauguration officielle de sa 12e école secondaire, soit le Collège catholique Mer Bleue. Pour l’occasion, les membres du personnel, les élèves ainsi que plusieurs invités de marque, tels que la ministre aux Affaires francophones, l’honorable Marie-France Lalonde, le crieur public Daniel Richer et le chanteur Yao, étaient présents à la célébration.

Les élèves et le personnel étaient particulièrement heureux de pouvoir célébrer leur école qui avait longuement été désirée par la communauté et dont le nom a été choisi en référence à l’aire de conservation située tout près et qui a été nommée par les premiers Canadiens-français en raison d’un phénomène écologique propre à cette région.

« Mon travail me remplit de joie et de fierté lorsque je suis à même de constater la réalisation d’un aussi beau projet qu’est l’ouverture d’une nouvelle école. » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « L’inauguration de cette 54e école démontre clairement que l’expérience d’apprentissage offerte dans les écoles catholiques de langue française du Conseil est reconnue par la communauté scolaire du Centre-Est de l’Ontario, et que notre mission d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur se concrétise un peu plus chaque jour. »

« L’inauguration d’une école est un moment marquant pour une communauté. C’est un signe indéniable de croissance » de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le Conseil est fier de célébrer l’ouverture de cette nouvelle école secondaire qui permettra de mieux desservir les familles ayant droit à l’éducation catholique en langue française, et surtout d’offrir des programmes de choix aux élèves tels que le baccalauréat international et la concentration design. »

La contribution du CECCE de 1,25 millions de dollars provenant de ses réserves et la contribution de 21,1 millions de dollars du gouvernement provincial et du ministère de l’Éducation de l’Ontario ainsi que la collaboration du gouvernement municipal ont rendu possible la construction de cette école de deux étages pouvant accueillir 781 élèves de la 7e à la 12e année, et ainsi répondre aux besoins grandissants d’une population en croissance à Orléans pour une éducation catholique et francophone.

Ouverture officielle du pavillon Kemptville de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys

18 octobre 2016, KEMPTVILLE - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé ce matin à l’ouverture officielle du nouveau pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys avec la participation de plusieurs dignitaires, dont le député provincial Steve Clark, le maire de North Grenville, David Gordon, la mairesse adjointe Barb Tobin ainsi que plusieurs conseillers municipaux.

 

 

Cette ouverture officielle représente un important jalon pour la communauté de Kemptville et des environs qui réclamme une école catholique de langue française depuis plusieurs années.

 

Les parents ont démontré leur appréciation de l’initiative en inscrivant plus de 120 enfants au pavillon Kemptville pour la rentrée scolaire, un chiffre qui dépasse les prévisions initiales du CECCE.

 

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a tenu à remercier les parents de leur confiance, de leur patience et de leur appui continu : « La vision du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est pourra prendre vie à Kemptville grâce à la ténacité de la communauté et la grande collaboration démontrée par les décideurs. Longue vie à l’éducation catholique de langue française à Kemptville. »

 

Pour sa part, le directeur de l’éducation Réjean Sirois a félicité les membres du personnel qui ont travaillé d’arrache-pied en très peu de temps pour s’assurer que les élèves auraient des locaux propices au développement de leur plein potentiel dès la rentrée scolaire. « Il était important pour le CECCE d’offrir l’éducation catholique de langue française aux parents de Kemptville et des environs dans des locaux qui permettent le développement des compétences du 21e siècle et la transformation de l’expérience d’apprentissage. Les classes ont été rénovées au cours de l’été afin d’accueillir les élèves lors de la rentrée en août dernier. »

 

Cette ouverture officielle marque le début de l’offre d’une éducation catholique de langue française à Kemptville, de la maternelle à la 9e année en 2016, une histoire qui ne cessera de s’enrichir avec l’ajout progressif de niveaux scolaires au cours des prochaines années afin d’offrir l’éducation catholique de langue française de la maternelle à la 12e année en 2019.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est inaugure sa 42e école élémentaire - École élémentaire catholique Notre-Place

​OTTAWA, 13 octobre 2016 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi à l’inauguration officielle de sa 42e école élémentaire, soit l’École élémentaire catholique Notre-Place, en compagnie de la ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, d’une cinquantaine d’invités, des membres du personnel et des élèves.

Un hommage à Paul Demers et François Dubé
L’école étant souvent le point rassembleur de la communauté, un lieu porteur d’espoir et d’avenir, le Conseil voulait choisir un nom se voulant un hymne à l’affirmation de notre fierté de faire partie de la francophonie. Le nom attribué à l’École élémentaire catholique Notre-Place fait donc référence à la chanson thème des Franco-Ontariens, Notre-Place, écrite par le chanteur et compositeur Paul Demers, en collaboration avec le compositeur François Dubé. Afin de leur rendre hommage pour la création de cette chanson qui a marqué la communauté franco-ontarienne, la chorale de l’école ainsi que tous les élèves présents ont joint leurs voix pour entonner en choeur cet hymne durant la cérémonie d’inauguration.

« L’ouverture de cette école vient renforcer l’évidence qu’une communauté francophone vibrante et solide, est présente dans ce secteur d’Orléans et qu’elle ne fait que grandir », a affirmé Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Les membres du personnel, les parents, les élèves et l’ensemble de la communauté ont travaillé avec ardeur à bâtir cette école. À l’occasion de l’inauguration d’aujourd’hui, toutes et tous ont pu constater qu’ils ont accompli leur mission haut la main, car c’est une école magnifique où l’on se sent rapidement chez soi», a-t-il ajouté.  

« L’inauguration de cette 42e école élémentaire ne fait que confirmer que l’éducation catholique en langue française est, et demeure, le premier choix des parents. La marque de confiance qu’ils témoignent en inscrivant leurs enfants dans des écoles du CECCE est extrêmement significative, et je les en remercie personnellement», a affirmé Johanne Lacombe, présidente. « Grâce à l’engagement du CECCE à l’endroit des familles francophones et catholiques de la région, je suis convaincue que cette école deviendra un pilier de la communauté en pleine croissance du secteur Avalon d’Orléans, tout comme la chanson Notre-Place de Paul Demers est devenue une icône de la francophonie ontarienne. »

Ce projet de construction d’une nouvelle école élémentaire au coût de 10,1 millions de dollars a pu se réaliser en partie grâce à la contribution du gouvernement provincial, du ministère de l’Éducation de l’Ontario ainsi que la collaboration du gouvernement municipal. La construction d’une école de deux étages pouvant accueillir 412 élèves et une garderie ayant la capacité d’accueillir 39 enfants, permettra au Conseil de répondre aux besoins grandissants d’une population en croissance à Orléans pour une éducation catholique et francophone.

 

Enseignante, enseignant… une profession à célébrer!

OTTAWA, 4 octobre  2016 - À l’occasion de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est désire souligner le travail remarquable qu’effectue au quotidien son personnel enseignant dans les  écoles du CECCE. Grâce à lui, l’accès à l’éducation devient réalité pour les jeunes des générations catholiques francophones actuelles et futures. Cette journée est l'occasion de constater et d'apprécier le parcours d'une profession historique et d'en célébrer les acquis. Il est important de réitérer la confiance, le soutien et la reconnaissance du Conseil envers celles et ceux qui, chaque jour, enseignent, facilitent l’acquisition des connaissances et transmettent la culture et le goût d'apprendre aux jeunes.

« S’il ne fallait choisir que quatre mots pour décrire les enseignantes et enseignants du CECCE, ce serait : compétence, passion, dévouement et bienveillance! Ils donnent sans compter en ayant toujours la ferme conviction que chaque élève peut réussir si on lui fournit  l’encadrement et l’accompagnement nécessaires. Ils font une réelle différence dans la réussite scolaire, et surtout dans le bien-être des élèves. Chacune et chacun à leur façon, dans leurs matières respectives, contribuent à former des citoyens de demain; des citoyens engagés et surtout fiers de leur identité francophone et catholique » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

« Les enseignantes et enseignants du CECCE ont une énorme responsabilité sur leurs épaules, soit celle de transformer l’expérience d’apprentissage pour toujours pousser l’excellence à un niveau supérieur. En tant que présidente du Conseil, j’ai la chance de constater la qualité de leur travail et les résultats qui en découlent. Ils poussent les élèves à se dépasser et à s’engager. Ils agissent à titre de modèle pour plusieurs de ces jeunes et ont un impact majeur sur leur vie scolaire et même personnelle » confirme Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Les élèves, les parents et tous les cadres du CECCE unissent leurs voix pour remercier les enseignantes et enseignants de faire des écoles catholiques du Centre-Est des endroits propices à l’épanouissement des élèves au niveau scolaire, personnel, professionnel, catholique et francophone.

180 élèves du CECCE rassemblés en forêt pour développer leur leadership

Le 3 octobre 2016, OTTAWA - Du 4 au 6 octobre prochain, 180 élèves des 12 écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) sont rassemblés au Centre de formation du lac Bark à Irondale en Ontario.

 

Ces élèves, élus par leurs pairs et membres du gouvernement des élèves de leur école secondaire, suivront un stage de formation en leadership pour les appuyer dans le rôle qu’ils jouent au sein de leur école, au conseil, et dans leur communauté scolaire.

 

Ainsi, ces jeunes leaders apprendront à mieux travailler en équipe, à communiquer de façon efficace, à mieux se connaître et à connaître les autres. Ils profiteront de cette retraite pour planifier toute une année scolaire d’activités pour les élèves de leur école respective. À l’horaire : des cordes hautes, une activité d’évasion, les chants de Taizé, des contes autour d’un feu de camp et une danse 100 % franco.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe est ravie de constater que cette activité est grandement appréciée par les participants, et ce, depuis sa mise sur pied il y a 10 ans : « Ce genre d’activité pédagogique et éducative, hors de la salle de classe, permet aux élèves de dépasser leurs limites et de jouer un rôle significatif dans leur cheminement scolaire. Ce qu’ils apprennent lors de ce stage de leadership est appliqué à l’école et dans la communauté, au profit de tous leurs pairs ».

 

« L’objectif de cette activité annuelle est d’outiller l’élève dans son rôle de leader au sein du gouvernement des élèves de son école » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Chaque année, de plus en plus de jeunes du secondaire souhaitent s’engager dans leur milieu scolaire et communautaire. En tant que conseil scolaire, il faut créer les occasions pour encourager la jeunesse à atteindre son plein potentiel. C’est une des façons que le CECCE transforme l’expérience d’apprentissage » termine-t-il.

 

Ces 180 élèves reviendront de leur séjour avec des idées plein la tête, les compétences pour les mettre en branle et le désir de faire en sorte que leurs pairs et eux aient la meilleure année scolaire à date.

Participation d’élèves et de représentants du CECCE au Sommet One Young World 2016

OTTAWA, 28 septembre 2016 - Du 28 septembre au 1er octobre, le plus important forum jeunesse au monde, le sommet One Young World se tiendra à Ottawa. Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de prendre part aux activités en une ambassadrice et un ambassadeur parmi son personnel enseignant à titre de participants. De plus, le CECCE démontre son engagement envers la jeunesse en organisant une composante du sommet  dans l’une de ses écoles.

Catherine Despatie et François Bérubé feront partie de la délégation qui représentera le Canada. Au total, ce sont 1 300 jeunes leaders âgés entre 18 et 30 ans, provenant des quatre coins du monde, qui participeront à ce forum international.

Ces deux enseignants ont été choisis pour leur leadership et leur engagement auprès du CECCE et de leur communauté scolaire. Au cours du forum, ils auront l’occasion d’échanger avec  de jeunes leaders provenant de diverses nationalités et cultures sur des sujets qui les interpellent, tel que l’éducation. Ce sera pour eux une expérience extrêmement enrichissante qui sera tout autant bénéfique pour leurs élèves et leurs collègues, puisqu’ils pourront leur transmettre les connaissances acquises durant ce sommet.

« Le Conseil est fier d’assurer la participation de ces deux enseignants au Sommet One Young World. Ils sont des modèles pour la jeunesse de demain et de fiers ambassadeurs puisqu’ils représentent très bien la mission que s’est donnée le CECCE, soit d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur » affirme Johanne Lacombe, présidente du Conseil.

Par ailleurs, le CECCE sera également l’hôte d’une activité et accueillera une vingtaine de délégués lors d’une activité portant sur la pensée critique. Ainsi, des élèves de niveau élémentaire et secondaire se regrouperont ce vendredi, à l’École élémentaire catholique Montfort, pour participer à l’activité en compagnie de la délégation internationale. Les élèves profiteront des échanges avec ces jeunes leaders pour trouver des solutions reliées  à des problèmes de société réels et complexes. De plus, les experts du CECCE partageront les pratiques pédagogiques qui ont fait leurs preuves en salle de classe pour transformer l’expérience d’apprentissage et le développement des compétences du 21e siècle telle que la pensée critique.  

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, se dit emballé par la participation des experts du CECCE au Sommet One Young World. « Comme c’est la première fois que le forum se déroule au Canada, ce sera une expérience unique pour les membres du personnel de partager leurs expertises avec des participants de partout au monde. Je souhaite donc qu’ils en retirent le maximum et qu’ils ressortent de cette rencontre inspirés. »

Cette semaine, le Canada tout entier aura les yeux rivés sur Ottawa. Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est donc très fier de s’associer à un forum d’envergure mondial qui permet de rassembler de jeunes leaders pour s’assurer que leurs préoccupations, opinions et pistes de solutions soient entendues par les instances au pouvoir. C’est un bel exemple d’engagement et de leadership à transmettre aux élèves qui démontre que lorsqu’on croit en ses convictions, il est possible de faire avancer des causes sociales, environnementales et humanitaires.

Vous êtes invités à suivre l’aventure de Catherine Despatie et François Bérubé sur les réseaux sociaux du CECCE, en consultant la page www.facebook.com/ecolecatholique et le compte Twitter (@ecolecatholique). Vous pouvez aussi suivre François Bérubé sur Twitter sous le nom de @fberube86 et Catherine Despatie sous le nom de @cdesp001 et les mots clics #OYW et #CECCE.

Lancement de la campagne Centraide 2016

OTTAWA, 29 septembre 2016 Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de s’associer au lancement de la campagne 2016 de Centraide Ottawa afin que chaque famille soit outillée pour appuyer la réussite de leur enfant.

 

Au Centre éducatif du CECCE, ainsi que dans toutes les écoles du Conseil, des activités seront organisées en octobre et novembre afin d’amasser des fonds pour Centraide. Les dons des parents et de la communauté seront aussi sollicités afin d’aider l’organisme à atteindre ses objectifs et accomplir sa mission, soit d’apporter des changements durables et mesurable dans la communauté.

 

« En tant que membres d’un système public d’enseignement catholique francophone, le CECCE a la responsabilité de s’assurer du bien-être des enfants dans le besoin et de veiller à leur inclusion et leur pleine réalisation » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.   «Les enfants devraient tous avoir la chance de se développer pleinement dans les meilleures conditions possibles. C’est pourquoi le CECCE a mis sur pied la Fondation des écoles catholiques du Centre-Est (FECCE). Il est ainsi possible de contribuer à l’atteinte des objectifs de Centraide tout en redirigeant son don vers la FECCE » termine-t-elle.

 

« La campagne de financement de Centraide est très importante pour la FECCE, puisqu’elle constitue une de ses principales sources de revenus » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « L’argent amassé par l’entremise de la FECCE est systématiquement redistribué aux élèves du Conseil provenant de familles à faible revenu afin de soulager la pauvreté en subvenant à des besoins essentiels tels que l’achat de nourriture et de vêtements. Les sommes amassées permettent aussi de défrayer les coûts associés à des soins de santé spécialisés pour les enfants défavorisés, et de favoriser la participation des enfants défavorisés à des activités scolaires, parascolaires, sportives, récréatives et culturelles en fournissant du matériel scolaire et en défrayant leurs frais d’inscription et d’équipement. »

 

Le surintendant en éducation au CECCE et directeur général de la FECCE, Jean-François Bard,  est heureux d’annoncer que: « Depuis son lancement en 2011, la Fondation a versé plus de 120 000 $ pour lutter contre les effets de la pauvreté sur les élèves qui fréquentent les écoles catholiques de langue française du Centre-Est afin qu’ils puissent surmonter les difficultés auxquelles ils font face quotidiennement. »

Projet d’une nouvelle école élémentaire catholique de langue française à Arnprior relancé

27 septembre 2016, OTTAWA - L’achat du terrain convoité officialisé, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) peut maintenant donner suite à son projet d’ouverture d’une nouvelle école élémentaire catholique de langue française à Arnprior.

La nouvelle école catholique de langue française sera construite sur le chemin Baskin, près de l’actuelle école élémentaire de langue anglaise AJ Charbonneau.

« Le terrain sur le chemin Baskin a été choisi pour diverses raisons. La sécurité des élèves étant une des grandes priorités du CECCE, la présence d’un passage piétonnier déjà en place était un grand avantage. De plus, la disponibilité des services d’égouts et d’aqueduc à court terme permet l’ouverture de l’école plus rapidement » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Enfin, le terrain sur le chemin Baskin est assez grand pour planifier un agrandissement possible de l’école, pour éventuellement pouvoir offrir une éducation catholique de langue française de la maternelle à la 12e année aux familles d’Arnprior et des environs » termine-t-il.

La préparation du terrain devrait débuter dès le dégel du sol le printemps prochain. La construction du bâtiment y compris les services municipaux, s'étalera ensuite sur environ 12 mois. Il est prévu que la nouvelle école ouvrira ses portes à la rentrée 2018.

« Le Conseil est très encouragé de l’intérêt que démontre la communauté de Arnprior envers son projet. Dès la première rencontre d’information l’automne dernier, une vingtaine de familles ont démontré leur désir d’obtenir plus d’information sur la nouvelle école » selon Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « De plus en plus de parents choisissent l’éducation catholique de langue française pour leur enfant et le CECCE est ravi de pouvoir desservir les familles d’Arnprior. Celles-ci pourront constater d’eux-mêmes l’excellence et la bienveillance des écoles catholiques du Centre-Est » rajoute-t-elle.

Rappelons que le CECCE avait annoncé en novembre 2016 que le ministère de l’Éducation de l’Ontario lui avait accordé le financement nécessaire pour la construction d’une école élémentaire pouvant accueillir 250 élèves.

Depuis et suite à la consultation de la communauté, les services d’un architecte pour le design et la préparation des plans et devis de l’école ont été retenus. L’échéancier a été ajusté en fonction d’une ouverture de l’école prévue en 2018.

Pour suivre l’évolution du projet, il est possible d’ajouter la page facebook.com/ArnpriorCECCE à ses favoris.

Félicitations aux élèves du CECCE... Encore premiers aux tests provinciaux!

21 septembre 2016, OTTAWA - Encore une fois cette année, les élèves de 3e et 6e année du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se placent au premier rang dans les résultats aux tests provinciaux administrés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE).

En effet, les élèves de la 3e année du CECCE ont surpassé les résultats provinciaux, en démontrant une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) en lecture (taux de réussite de 88 %), en écriture (taux de réussite de 87 %) et en mathématiques (taux de réussite de 82 %), dépassant ainsi de 5 à 6 points de pourcentage la moyenne provinciale.

Pour les élèves de la 6e année, les résultats dans ces mêmes domaines d’études sont également supérieurs à la moyenne provinciale. Le pourcentage des élèves de 6e année du CECCE, avec un rendement de niveau 3 ou 4, se situe à 94 % en lecture et à 89 % en écriture et en mathématiques. Ces taux de rendement sont ainsi 3 à 5 points de pourcentage plus élevés en comparaison avec la moyenne provinciale.

«Je suis fier de constater que les élèves de la 3e et 6e année ont maintenu des niveaux de rendement élevés dans les trois disciplines (écriture, lecture et mathématiques) et qu’ils l’ont même augmenté dans certaines matières comparativement à 2015. C’est signe que la programmation académique offerte dans les écoles catholiques de langue française du Centre-Est répond aux besoins des élèves et que la réussite de chacun est la priorité du personnel. La poursuite constante de l’excellence, le leadership des directions d’école, ainsi que l’engagement du personnel scolaire, se reflètent directement dans le rendement des élèves du CECCE», affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

Quant aux élèves de 9e année, le pourcentage d’élèves avec un rendement de niveau 3 ou 4 au cours théorique de mathématiques est de 90 %, et de 56 % au cours appliqué. En ce qui a trait au cours théorique, les résultats reflètent un nouveau sommet pour le CECCE alors que le cours appliqué s’inscrit près de la moyenne des trois dernières années. Lorsque mis en comparaison avec la moyenne provinciale, le CECCE affiche une avance de 5 et 6 points de pourcentage, respectivement.

Enfin, le pourcentage d’élèves de 10e année ayant réussi le Test provincial de compétences linguistiques (TPCL) a augmenté de 1 point de pourcentage et se situe à 94 %, soit 3 points de pourcentage de plus que la moyenne provinciale.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est elle aussi très emballée par les résultats dévoilés aujourd’hui. « Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est continue, année après année, à se démarquer au niveau provincial. Le leadership dont font preuve les membres du personnel dans leurs approches pédagogiques préconisées fait toute la différence dans l’expérience d’apprentissage des élèves, ce qui permet d’atteindre des résultats inégalés. Par ailleurs, la confiance que témoignent les parents en confiant l’éducation de leurs enfants au CECCE n’est jamais tenue pour acquise, c’est pourquoi les membres du personnel se dévouent à toujours améliorer les pratiques pour assurer la réussite de chaque élève. »

Le CECCE est également heureux d’annoncer que l’École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé Édouard-Bond, à Ottawa, s’est vu atteindre un taux de réussite de 100 % en 6e année, et ce, dans les trois disciplines. D’ailleurs, près d’une vingtaine d’écoles élémentaires du CECCE peuvent se vanter d’avoir atteint un taux de réussite de 100 % dans au moins une des trois disciplines.

Au secondaire, l’Académie catholique Ange-Gabriel à Brockville et le Centre professionnel et technique Minto affichent tous deux des taux de réussite de 100 % aux tests de mathématiques théoriques et appliqués ainsi qu’au Test provincial de compétences linguistiques. Les élèves de l’École secondaire catholique Marie-Rivier à Kingston ont eux aussi tous réussi au TPCL.

Une rentrée scolaire sous le signe de la croissance et de l’excellence pour les écoles catholiques du Centre-Est

29 août 2016, OTTAWA — Demain, plus de 22 500 élèves de la maternelle à la 12e année franchiront les portes des 54 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour commencer une toute nouvelle année scolaire. Ils seront accueillis par plus de 2 650 membres du personnel fébriles de commencer une nouvelle année dans des établissements reconnus pour la transformation de l’expérience d’apprentissage et l’excellence en éducation.

 

Pour certains, la rentrée s’est amorcée en douceur avec le début des classes à la mi-août à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, le 17 août dernier, et au Centre professionnel et technique Minto, le 23 août.

 

« Cette année, c’est sous le signe de la croissance que s’entame une toute nouvelle rentrée scolaire. Une croissance en terme d’écoles, avec l’ouverture de deux nouveaux établissements et d’un nouveau pavillon, mais aussi une croissance d’élèves, avec une prévision d’environ 700 élèves de plus que l’an passé dans les écoles du CECCE. Cette hausse des effectifs est attribuable, entre autres, à l’excellente expérience d’apprentissage offerte dans les établissements du CECCE, aux résultats des élèves et au taux de diplomation élevé encourageant ainsi les parents à inscrire leurs enfants dans les écoles catholiques de langue française. D’ailleurs, il est important de souligner que l’atteinte de ces hauts standards de rendement est possible grâce à un personnel passionné, engagé et compétent qui démontre un grand souci quant à la qualité de l’éducation offerte aux élèves. Les efforts soutenus des membres du personnel permettent de maintenir la tradition d’excellence et la synergie avec la communauté et les partenaires » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation et secrétaire-trésorier au CECCE.

 

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations du personnel scolaire, et cela transparaît dans leurs pratiques quotidiennes ainsi que dans l’enthousiasme des élèves à vouloir apprendre et se dépasser. Je remercie donc les parents de la confiance qu’ils témoignent en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE. C’est une responsabilité que tous les membres du CECCE sont très fiers d’assumer » ajoute Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

 

Du nouveau pour 2016

 

La construction de deux nouvelles écoles dans le secteur Orléans est achevée et des centaines d’enfants auront la chance, dès le 30 août, d’être les premiers à fouler les corridors et à participer à l’ouverture officielle.

 

L’École élémentaire catholique Notre-Place, située dans le secteur Avalon Ouest d’Orléans, au 665, promenade des Aubépines, pourra accueillir plus de 400 élèves de la maternelle à la 6e année. Quant au Collège catholique Mer Bleue, situé dans le secteur Notre-Dame-des-Champs d’Orléans, au 6401, chemin Renaud, il pourra accueillir près de 800 élèves de la 7e à la 12e année. À Mer Bleue, les élèves pourront suivre le curriculum régulier, ou encore s’inscrire au programme du Baccalauréat international ou à la concentration en design. L’école accueillera, le 30 août, des élèves de la 7e à la 10e année, puis un niveau sera ajouté par année pour qu’en 2018-2019 les 11e et 12e années y aient aussi accès.

 

De plus, pour cette rentrée, les élèves de la maternelle à la 9e année de Kemptville et des environs  auront accès à un tout nouveau pavillon de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys en plus d’une offre de service en arts bonifiée en partenariat avec l’École des Arts d’Ottawa.

Une rentrée hâtive pour deux écoles du CECCE

Le 22 août 2016, OTTAWA - Depuis la mi-août, le CECCE se prépare activement pour la rentrée du 30 août prochain. Par contre, l’une de ses écoles a déjà accueilli ses élèves et une autre, ouvre ses portes demain pour commencer une nouvelle année scolaire.


Mercredi passé, grâce au calendrier scolaire équilibré, près de 600 élèves de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître ont déjà commencé leur année scolaire, 2 semaines avant la majorité des écoles.

 


Depuis 10 ans, la communauté scolaire de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître fonctionne selon un calendrier scolaire équilibré. Ainsi, trois semaines des 9 semaines de congé qui sont habituellement allouées pendant l’été, sont réparties au cours de l’année scolaire, soit au mois d’octobre, de mars et de mai.


« Bien que le calendrier scolaire équilibré est bien apprécié par ceux qui en font l’expérience, il n’est pas imposé aux familles. Les parents de ce secteur ont le choix d’envoyer leur enfant dans l’une des deux écoles élémentaires du CECCE, soit à Bernard-Grandmaître, avec son calendrier scolaire équilibré, soit à Sainte-Bernadette avec son calendrier scolaire régulier » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Chaque année, l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître accueille de plus en plus d’élèves, ce qui témoigne de l’appréciation pour ce modèle scolaire » conclut-elle.


Demain, c’est au tour des élèves de la 9e à la 12e année du Centre professionnel et technique Minto d’entamer leur année scolaire. Puisqu’ils commencent une semaine avant les autres élèves, ils auront droit à une semaine de congé au mois de mai.

Le Centre professionnel et technique Minto est une école secondaire n’offrant que la concentration dans les métiers pour les élèves de la 9e à la 12e année.

 

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier de pouvoir offrir des alternatives et des programmes spécialisés pour répondre aux souhaits des familles et des élèves » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Tout est en place pour favoriser le bien-être et la réussite de chaque élève. »

Changements d’affectation des directions dans les écoles catholiques du Centre-Est

21 juillet 2016, OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est annonce aujourd’hui les changements d’affectation des directions d’écoles qui prendront effet en août 2016 pour la prochaine année scolaire.

Voici donc la liste des écoles qui auront un nouveau leadership :

  • École élémentaire catholique l’Étoile-de-l’Est : François Dumont
  • École élémentaire catholique Montfort : Louise Gervais
  • École élémentaire catholique Saint-Rémi : Heather McFarlane

« Les directions d’école jouent un rôle clé de leadership au sein des établissements. Elles guident les membres du personnel scolaire vers la collaboration centrée sur la réussite et le bien-être de chaque élève, ce qui contribue à l’engager à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur » a souligné Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

 

Le CECCE signe une entente de partenariat avec la Belgique

11 juillet 2016, OTTAWA - Une nouvelle convention de partenariat, cette fois avec des instituts belges, a été officialisée en Belgique la semaine dernière. L’objectif de ce partenariat entre les Services diocésains pour l’enseignement fondamental, secondaire et supérieur Namur-Luxembour et le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) vise le développement d’un ensemble d’activités éducatives partagées.


Sur la photo, Philippe Engelbert, directeur (SeDESS), Josiane Claude, Accompagnement des directions -  SeDESS Namur-Luxembourg, Marie-France Ricard, surintendante au CECCE et Eric Daubie, Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique - secondaire (SeGEC) en Communautés française et germanophone de Belgique.



Entre autres, les deux parties favoriseront l’échange d’enseignants dans un contexte de mobilité internationale ou des échanges poste pour poste, faciliteront les échanges de courte durée des élèves du secondaire et les stages professionnels au sein des divers établissements régis par l’entente.


La convention prévoit également des modalités quant à la formation continue du personnel, la réflexion partagée sur les pratiques innovantes en éducation et la mise en place de programmes d’action en matière de conseil pédagogique dans le but d’accroître la qualité de l’éducation.


Selon la présidente du CECCE Johanne Lacombe : « Le Conseil est heureux de partager ses expériences entourant le leadership axé sur l’apprentissage, la gestion du changement et la mobilisation d’équipe et se familiariser avec les pratiques exemplaires propres à leur contexte pédagogique. »


« En tant que chef de file en éducation en Ontario, le CECCE est fier de pouvoir encadrer ces échanges amorcés il y a plus d’un an avec une entente sur trois ans » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Cette entente de partenariat entre ces deux parties mènera à de beaux projets conjoints pour le bien-être et la réussite des élèves du CECCE et ceux de la Belgique » rajoute-t-il.


Rappelons que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et certaines de ses écoles secondaires catholiques avaient accueilli, en mai dernier, une délégation de la Maison Diocésaine de l’enseignement - Namur-Luxembour de la Belgique afin de partager certaines expériences en lien avec la mise en oeuvre des pratiques réussies dans les écoles catholiques du CECCE.

Une nouvelle surintendance nommée au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 8 juillet 2016, OTTAWA - À compter de l’automne prochain, une nouvelle personne se joindra à l’équipe de gestion du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). Il s’agit de Marie-France Paquette, qui a été nommée surintendante de l’éducation.

 


Marie-France Paquette oeuvre dans le domaine de l’éducation depuis 18 ans, plus récemment à titre de direction de la toute nouvelle École élémentaire catholique Notre-Place à Orléans. Elle a précédemment oeuvré à la direction de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau où, grâce à son travail, elle a obtenu le prix Canada’s Outstanding Principals. Mme Paquette est également membre du Conseil administratif de la Fondation des écoles catholiques du Centre-Est.


« Je suis heureux de pouvoir accueillir Mme Paquette au sein de l’équipe de gestion du CECCE » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.
« Elle complétera bien l’équipe en place et permettra au CECCE de continuer à se positionner en tant que chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l'excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et la synergie avec la communauté. »


Marie-France Paquette continuera d’assurer la direction de l’École élémentaire catholique Notre-Place jusqu’à la fin septembre et s’assurera une transition tout en douceur avec la nouvelle direction d’école, dès qu’elle sera nommée, pour le bien-être de cette toute nouvelle communauté scolaire.


 

Une année scolaire empreinte de succès

Le 23 juin 2016, OTTAWA - L’année scolaire 2015-2016 s’est terminée en grand aujourd’hui, avec la dernière remise des diplômes des écoles secondaires. Plus de 1 100 élèves ont reçu leur diplôme, ce qui permet au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est d’afficher l’un des meilleurs taux de diplomation en province et l’un des taux de décrochage les plus bas.

 

Une autre année scolaire terminée, le CECCE se penche sur les événements marquants de l’année scolaire 2015-2016.

 

De nouvelles installations pour les élèves

 

L’année 2015-2016 fut remplie de bonnes nouvelles quant à l’obtention de financement pour la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique à Arnprior et l’ouverture d’un nouveau pavillon élémentaire et secondaire à Kemptville. Si la construction de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais à Stittsville s’est terminée à l’hiver, la construction des nouvelles écoles élémentaires et secondaires à Orléans se poursuit pendant l’été afin qu’elles soient en mesure d’accueillir les élèves pour la rentrée le 30 août prochain. De plus, la démolition et la reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève se poursuivent cet été pour se terminer à temps pour la rentrée.

 

Des enseignants, des élèves récompensés

 

En janvier dernier, Marie-France Paquette a eu l’honneur de recevoir le prestigieux prix “Canada’s Outstanding Principals”, l’un de seulement 40 prix décernés au Canada.

 

Aux Lauriers et Prix Bernard Grandmaître de l’ACFO d’Ottawa, William Burton, un élève du Collège catholique Franco-Ouest a remporté le Laurier Jeunesse de l’année pour son engagement dans la communauté francophone.

 

Le Réseau d’Ottawa pour l’éducation a reconnu six membres du personnel enseignant lors de la soirée ÉduGala, dont deux ont reçu un Prix d’excellence en enseignement de la capitale, soit Krista Ohmayer, enseignante à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître et Patrick Doucet, enseignant au Centre professionnel et technique Minto.

 

Enfin, l’Association des gestionnaires de l’éducation franco-ontarienne (AGÉFO) a remis le prestigieux prix de Mérite à la surintendante Marie-France Ricard, qui, au cours de sa carrière, a contribué de façon exceptionnelle à l’éducation franco-ontarienne.

 

Un ajout de programmes pour la réussite des élèves

 

L’offre de trois nouveaux programmes se sont ajoutés à l’offre de services du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est au cours de l’année scolaire 2015-2016. En effet, le CECCE a annoncé l’offre du programme du Baccalauréat international et de la concentration en design au Collège catholique Mer Bleue tandis qu’un nouveau programme d’enrichissement sera offert à l’École secondaire catholique Marie-Rivier à compter de la rentrée.

 

Le CECCE laisse sa trace à l’étranger

 

La réputation du CECCE à l’extérieur de la région n’est plus à faire. Au cours de l’année scolaire, le CECCE a officialisé un partenariat avec l’Académie de Lyon pour l’élaboration de programmes de coopération et se rendra en Belgique la semaine prochaine pour signer une entente de collaboration et de partenariat. De plus, de nombreux conseils scolaires de partout au Canada ont rendu visite aux écoles du CECCE au cours de l’année pour s’inspirer de pratiques gagnantes établies par le Conseil dans ses écoles.

 

Le CECCE engagé dans la communauté

 

Le CECCE s’est démarqué lors de l’année scolaire 2015-2016 par son grand accueil des familles en provenance de la Syrie. De nombreux efforts ont été déployés pour venir en aide aux familles nouvellement arrivées au Canada. De plus, dans un peu moins d’un mois, les écoles du CECCE ont réussi à amasser 25 000 $ pour venir en aide aux familles éprouvées par les feux de forêt en Alberta. Ces deux initiatives s’ajoutent aux nombreuses autres causes supportées par les écoles au cours de l’année.

 

« Cette année scolaire fut couronnée de succès grâce à la grande expertise et au dévouement des 2 600 membres du personnel du CECCE, de l’engagement des élèves et de leurs parents, ainsi que de l’appui des partenaires communautaires » d’expliquer Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est bel et bien chef de file en éducation, car il met en place tous les éléments gagnants qui permettent la réussite de chaque élève » de rajouter Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Un enseignant du CECCE devient ambassadeur de la Semaine d’accueil à Ottawa

22 juin 2016, OTTAWA – Pour souligner l’importance de l’intégration des nouveaux arrivants, le CECCE a célébré la nomination de M. Gilles Bourgeois, enseignant à l’École élémentaire catholique Montfort, qui a été nommé ambassadeur de la Semaine d’accueil à Ottawa et qui a reçu un des prix offerts par le comité organisateur de cet événement.

 

M. Bourgeois est un enseignant se spécialisant dans le domaine de l’actualisation de la langue française et l’offre du programme d’accueil des nouveaux arrivants aux élèves de la 1re à la 6e année. En 2015, M. Bourgeois a pris sous son aile un élève de 5e année, Kevin, nouvellement arrivé au Canada et originaire de la Côte d’Ivoire, et lui a appris à faire du vélo pour l’aider à s’intégrer dans son nouveau pays. À force de s’entraîner pendant les derniers jours de l’année scolaire avec M. Bourgeois, Kevin est devenu plus confiant et a réussi à pédaler durant les vacances d’été en utilisant le vélo de son grand frère. Suite à la demande de l’École élémentaire catholique Montfort, Kevin a reçu un nouveau vélo au début de l’année scolaire 2015-2016 grâce au don du Club Optimiste Vanier.

 

« M. Bourgeois a fait preuve de beaucoup d’ouverture, de bienveillance et de respect en aidant cet élève nouvellement arrivé au Canada », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. « Il a épaulé et accompagné un élève afin de lui permettre de rebâtir sa confiance. Le geste de M. Bourgeois est l’exemple parfait d’une action concrète que l’on peut porter en tant que communauté hôte pour faciliter la participation des nouveaux arrivants à tous les aspects de leur nouvelle communauté », ajoute-t-il.

 

Pour ses actions quotidiennes et pour son accueil et son accompagnement hors pair des élèves nouvellement arrivés au Canada, le comité organisateur de la Semaine d’accueil à Ottawa lui ont non seulement confié le rôle d’ambassadeur, mais lui ont également remis l’un de trois Prix des ambassadeurs accueillants d’Ottawa.  

 

Établis en 2014 comme partie intégrante de la Semaine d’accueil à Ottawa, les Prix des ambassadeurs accueillants d’Ottawa reconnaissent les citoyens ottaviens qui ont fait un pas vers des immigrants et des réfugiés pour les aider à s’établir et à faire d’Ottawa leur nouveau foyer et leur nouvelle communauté.

Les deux nouvelles écoles catholiques d’Orléans officiellement baptisées

 

Le 22 juin 2016, OTTAWA - Les nouveaux noms des deux écoles catholiques d’Orléans qui ouvriront leurs portes à la rentrée 2016 sont maintenant connus. Les conseillères et conseillers scolaires ont répondu aux souhaits de la communauté de nommer les deux nouvelles écoles : École élémentaire catholique Notre-Place et Collège catholique Mer Bleue.

 

« Je suis heureuse de constater l’importance que donne la communauté aux noms de leurs nouvelles écoles. La communauté scolaire a participé activement aux choix des noms qui reflètent bien le caractère francophone et local des deux écoles. Ils évoquent de belles images qui permettront de créer un sentiment d’appartenance aux nouveaux établissements » explique Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

 

Selon les étapes établies de la démarche du choix du nom d’une nouvelle école, les membres du Comité du choix du nom de chacune des nouvelles écoles ont consulté la liste de noms pour une nouvelle école afin d’identifier 5 noms documentés répondant aux critères de sélection. Des 5 noms proposés, le Conseil a retenu trois noms. Le CECCE a ensuite consulté les communautés scolaires respectives des deux écoles afin de connaître leur préférence face aux trois noms retenus. Les parents, élèves et membres du personnel se sont prononcés majoritairement en faveur des noms Notre-Place et Mer Bleue. Les conseillères et conseillers scolaires ont répondu aux souhaits des communautés et ont entériné les noms des écoles lors de la dernière séance du Conseil, le 21 juin 2016.

 

« Les écoles sont souvent le point rassembleur de la communauté, un lieu porteur d’espoir et d’avenir. En leur donnant un nom, leurs couleurs commencent à se définir, et avec leur ouverture à la rentrée, la communauté scolaire s’appropriera son école et la moulera à son image et selon les aspirations des élèves qui fréquenteront le bâtiment » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

 

Le nom de la nouvelle école élémentaire fait entre autres référence à la chanson thème des Franco-ontariens, Notre-Place, écrite par le chanteur et compositeur Paul Demers, en collaboration avec le compositeur François Dubé.

 

Pour sa part, le nom de la nouvelle école secondaire fait référence à l’aire de conservation située tout près de l’école qui a été nommée par les premiers Canadiens-français pour un phénomène écologique propre à cette région.

 

L’École élémentaire catholique Notre-Place est située dans le secteur Avalon d’Orléans, au 665, promenade des Aubépines. Cette école pourra accueillir 412 élèves de la maternelle à la 6e année.

 

Le Collège catholique Mer Bleue est situé dans le secteur Notre-Dame-des-Champs au nord d’Orléans est située au 6401, chemin Renaud. Cette école secondaire pourra accueillir 781 élèves de la 7e à la 12e année. Lors de la rentrée scolaire le 30 août 2016, les élèves de la 7e à la 10e année pourront suivre le curriculum régulier, où encore s’inscrire au programme du Baccalauréat international ou de la concentration en Design.

 

 

Un partenariat pour les arts et le début de la rénovation du nouveau pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys

21 juin 2016, KEMPTVILLE - À compter de la rentrée le 30 août prochain, les élèves de Kemptville, Merrickville, Smiths Falls et des environs auront accès à des installations totalement rénovées et à une offre de service en arts bonifiée au pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys.

C’est ce qu’a annoncé le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) aujourd’hui lors d’une activité rassemblant décideurs politiques, partenaires communautaires, parents et élèves de la région.

Les travaux de rénovation ont commencé à la mi-juin et s’étaleront jusqu’à la mi-août, afin que les locaux situés au collège de Kemptville soient fins prêts à accueillir les élèves le 30 août lors de la première journée de classe. Nécessitant un peu plus qu’un coup de pinceau, l’intérieur de l’édifice Fraser où seront situées les classes de la maternelle à la 6e année sera réaménagé afin de bien répondre aux besoins des élèves et de fournir les espaces nécessaires pour le plein épanouissement de ceux-ci dans un contexte d’éducation au 21e siècle.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a également annoncé un partenariat avec l’École des Arts d’Ottawa pour une offre de service bonifiée pour les arts au pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation : « Le CECCE est très heureux de s’associer avec l’École des Arts d’Ottawa pour cette première initiative unique en son genre soit celle d’avoir un programme artiste-à-l’école. Les deux institutions ont à coeur la place des arts dans le curriculum et l’apprentissage de l’élève comme moyen d’acquérir  des compétences essentielles de niveau supérieur et pour favoriser le rendement et la réussite scolaire. Les arts permettent le développement de la créativité et de l’innovation, des compétences qui sont transférables dans tous les domaines. »

« Ce partenariat respecte le souhait des parents, du personnel et de la communauté qui ont exprimé l’importance d’intégrer les arts dans le programme éducatif lors des récentes consultations pour rêver leur école » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le Conseil a pris bonne note du désir de la communauté de Kemptville de voir les jeunes avoir accès à des occasions concrètes pour célébrer leur culture et leur langue française en s’exprimant et en vivant des expériences positives initiées par le milieu de l’éducation et le milieu artistique » ajoute-t-elle.

 

Selon Clayton Powell, président du conseil d’administration : « The Ottawa School of Art (OSA) is extremely pleased to be working with the Conseil des écoles catholiques du Centre-Est to present this unique artist-in-the-school program. OSA is the second oldest art school in Canada and our motto is “Teaching art to everyone”. This program will help us achieve that goal in a new and unique way. We have been very impressed with the Conseil’s enthusiasm for and commitment to the ideal of enriching education through the arts. OSA shares the Conseil’s belief that children’s education is richer and more profound when they are able to include art activities as part of their learning process. This is an exciting partnership for both our organizations and we look forward to working with the students of École Sainte-Marguerite-Bourgeoys (Kemptville pavilion) during the upcoming school year. »

Rappelons que le CECCE avait annoncé en décembre 2015 l’ouverture d’un nouveau pavillon de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Kemptville pour les élèves de la maternelle à la 9e année dès la rentrée 2016. Les niveaux subséquents seront ajoutés au fil des ans pour être en mesure d’offrir un continuum d’éducation de la maternelle à la 12e année.

Avec un emplacement à Merrickville et un autre à Kemptville, l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys pourra mieux desservir les familles de ces communautés, celles de Smiths Falls et les autres communautés avoisinantes.

 

Un budget équilibré axé sur les services aux élèves pour le CECCE

Le 8 juin 2016, OTTAWA - Lors de sa séance ordinaire du 7 juin 2016, les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont approuvé un budget équilibré de 325,7 M$ pour soutenir le bien-être et la réussite des élèves.


« Au fil des ans, le CECCE a investi dans l’amélioration des programmes, des services et des installations, des éléments essentiels pour l’épanouissement des élèves et du personnel » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « L’administration fait preuve de saine gestion et de diligence pour préparer un budget équilibré qui, malgré les pressions financières éprouvées par les conseils scolaires partout en province, assure le maintien d’un niveau de service de haute qualité pour l’ensemble des élèves inscrits au CECCE. »


Représentant une augmentation de 6,5 M$ par rapport à l’année en cours, le budget pour l’année scolaire 2016-2017 prévoit l’embauche d’une quarantaine de membres du personnel supplémentaires pour mieux répondre aux besoins des élèves et soutenir l’ouverture de deux nouvelles écoles. Entre autres, 28 membres du personnel enseignant à l’élémentaire et au secondaire ainsi que 5 membres du personnel éducateur en enfance en difficulté seront embauchés pour la prochaine année scolaire.


Des investissements importants sont également prévus pour assurer la continuité de stratégies, programmes et services pour le bien-être et la réussite des élèves. Le budget 2016-2017 prévoit 8,7 M$ pour assurer la livraison de la stratégie en construction identitaire des élèves et 2,4 M$ pour la transformation de l’expérience d’apprentissage.


Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE : « En tout, 74 % du budget est alloué à l’enseignement. Ces investissements permettent la livraison de programmes et de services qui répondent aux besoins des élèves. Grâce à l’investissement directement en salle de classe, depuis plusieurs années, les élèves du CECCE obtiennent des résultats qui surpassent les attentes et les normes provinciales. »


Rappelons que le financement des conseils scolaires est majoritairement attribué selon le nombre d’élèves inscrits dans les écoles. Le budget du CECCE est élaboré annuellement en fonction de ses objectifs prioritaires annuels, qui, pour 2016-2017 comprennent : l’amélioration des résultats de performance et les indicateurs qui requièrent des efforts supplémentaires, la transformation de l’expérience d’apprentissage, le recrutement et la rétention d’un plus grand nombre d’élèves, l’optimisation des processus et la saine gestion et la gestion des risques.



 

Marie-France Ricard, surintendante de l’éducation au CECCE, récipiendaire du Prix de Mérite de l’AGÉFO

Le 8 juin 2016, OTTAWA - Vendredi dernier, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a souligné le départ à la retraite de 62 membres de son personnel, dont la surintendante Marie-France Ricard. Celle-ci s’est distingué récemment en reportant le prestigieux prix de Mérite décerné par l’Association des gestionnaires de l’éducation franco-ontarienne (AGÉFO). Cette distinction est remise annuellement à une personne qui a apporté, au cours de sa carrière, une contribution exceptionnelle à l’éducation franco-ontarienne.

Native de Shawinigan, Marie-France Ricard a débuté sa carrière comme éducatrice au Centre Jules-Léger à Ottawa en 1981. Dès lors, on lui reconnaît plusieurs talents et compétences de pédagogue qui l’amèneront à poursuivre sa formation en éducation et une carrière de 35 ans dans les écoles de langue française d’Ottawa et au sein du CECCE.

En 1987, Marie-France accepte un poste d’enseignante au sein du Centre Jules-Léger. Elle y démontre sa grande passion de l’éducation et de l’enfance en difficulté, dossier qui lui tiendra à coeur tout au long de sa carrière.

En 1989, Marie-France accepte un poste d’enseignante au Conseil des écoles catholiques de langue française d’Ottawa-Carleton et par la suite, elle relève le défi de conseillère pédagogique en dépistage précoce et continu. Au fil du temps, Marie-France développe son leadership, donne des cours à l’Université d’Ottawa et poursuit ses études à la maîtrise en administration éducationnelle.

Sa soif de bien servir la communauté francophone, sa mission d’offrir la meilleure qualité d’éducation et ses qualités de rassembleuse l’amènent à accepter un poste de direction adjointe et par la suite, en 1998, un poste de direction de l’école. En 2001, Marie-France souhaite contribuer à la vision systémique du CECCE et plus particulièrement au profil de sortie de l’élève. Elle accepte donc un poste de surintendante adjointe et en 2002, un poste de surintendante de l’éducation au sein du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

À titre de surintendante, Marie-France met à contribution son vaste éventail d’expériences et gère plusieurs dossiers. Elle pilote habilement les dossiers systémiques en enfance en difficulté, en dotation, de la participation des parents, à la petite enfance ainsi qu’à la supervision de plusieurs écoles élémentaires et secondaires.

Douée d’une implication marquée au sein de la communauté, elle a été représentante pendant deux ans du secteur de l’éducation au cabinet du bureau de Centraide Ottawa et en 2010, elle devient récipiendaire du Prix des bâtisseurs communautaires de Centraide Ottawa.

Marie-France a été, en 2011, finaliste dans la catégorie Dirigeant-e de l’année, secteur parapublic au Gala d’excellence des gens d’affaires de la capitale nationale. De 2007 à 2009, Marie-France a été présidente du RSE (Regroupement des surintendances de l’éducation) et elle a accepté par la suite d’en être la secrétaire.

En 2011, elle accepte un mandat de trois ans au Centre Jules-Léger et depuis son retour à la surintendance au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, elle contribue à faire du CECCE un chef de file dans le domaine de l’éducation.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE : « J’ai eu le privilège de pouvoir compter sur l’expertise, le savoir-faire et sur le dynamisme de Marie-France Ricard depuis mon entrée en poste au CECCE. Son énergie et sa passion sont contagieuses et le CECCE a grandement profité de son dévouement au cours des années. Elle a laissé une empreinte significative dans l’actualisation des priorités pédagogiques, stratégiques et politiques du CECCE et ce fut un honneur et un privilège de la côtoyer professionnellement. »

À la veille d’une retraite bien méritée, Marie-France Ricard devient la plus récente membre de l’équipe du CECCE décorée du prix du Mérite de l’AGÉFO. Son nom s’ajoute à ceux de François Massé, Mario Lajoie, Alain Fortin et Pierre Filiatrault, tous des leaders dans le monde de l’éducation qui ont eu un impact significatif au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Des membres du personnel enseignant du CECCE honorés par le Réseau d’Ottawa pour l’éducation

Le 20 mai 2016, OTTAWA - Six membres du personnel enseignant du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont été honorés hier soir lors d’ÉduGala, la soirée de remise des prix d’excellence en enseignement de la capitale décernés par le Réseau d’Ottawa pour l’éducation (ROPE).


En effet, Geneviève Arpin, enseignante de 4e année à l’École élémentaire catholique Saint-Jean-Paul II, Patrick Doucet, enseignant de la 9e à la 12e année au Centre professionnel et technique Minto, Marie-Pierre Ferragne, enseignante de théâtre et de science à l’École secondaire catholique Garneau, Krista Ohmayer, enseignante de 5e année à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, Véronic Proulx, enseignante de 7e et 8e année au Collège catholique Franco-Ouest et Lynne Vachon, enseignante de maternelle à l’École élémentaire catholique Alain-Fortin figuraient parmi les 63 finalistes pour les Prix d’excellence en enseignement de la capitale.


Ces finalistes ont été reconnus pour avoir utilisé des méthodes d’enseignement qui ont un impact considérable sur l’apprentissage des élèves. Ils inspirent la confiance chez leurs élèves, transmettent la passion d’apprendre, utilisent des pratiques novatrices et mettent en place un environnement positif d'apprentissage et d'enseignement essentiel à la réussite de leurs élèves.


« Si le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est jouit d’une excellente réputation basée sur l’excellence de l’éducation prodiguée à 22 000 élèves, c’est entre autres grâce au travail hors pair et au dévouement des enseignantes et des enseignants » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.


« Le domaine de l’éducation est l’un des domaines les plus positifs qui soit, malgré qu’il soit extrêmement exigeant » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.  « Je lève mon chapeau aux personnes qui ont été reconnues par le ROPE pour leur excellence en enseignement, et au nom des parents et de toute la communauté scolaire du CECCE, je vous remercie pour tout ce que vous faites pour assurer le bien-être et la réussite des élèves. »


Au terme de cette soirée des plus inspirantes, Krista Omayer et Patrick Doucet ont chacun reçu un des 18 prix convoités par les finalistes.


Enseignante de 5e année, Krista Omayer est passionnée et dévouée à son travail. Très généreuse de son temps, de ses ressources et de ses idées, elle n’hésite pas à appuyer ses collègues afin d’aider des élèves dans le besoin ou de partager ses connaissances pour faciliter le travail de ses pairs. Elle agit à titre de mentor pour d’autres enseignantes, leur prodigue des conseils et les inspire dans la profession.


Krista a mis sur pied de nombreux projets qui visent la réussite des élèves et la transformation de l’expérience d’apprentissage. Elle a, entre autres, adopté le concept de “whole brain teaching” en

salle de classe, élaboré un jardin pour les élèves, créé des vidéos pour démontrer les apprentissages des élèves et développé un site web pour que les parents y aient accès.


Patrick Doucet enseigne le français à des élèves de la 9e à la 12e année qui se spécialisent dans l’apprentissage d’un métier. Il est très dévoué et se rend disponible non seulement pour aider ses élèves à réussir, mais aussi pour les aider à s’épanouir. Ses attentes sont élevées, mais il croit fermement que chaque élève peut réussir et il les accompagne vers la réussite.


Dans sa classe, les élèves sont engagés et motivés. Ils font preuve de collaboration, de pensée critique et ne cessent de s’améliorer. D’ailleurs, dans les trois dernières années, les élèves de l’école ont obtenu un résultat de 100 % de réussite au Test provincial de compétences linguistiques.


Il est reconnu pour son professionnalisme, son ouverture d’esprit et son respect. Il est un modèle pour plusieurs stagiaires, collègues et élèves et il n’hésite pas à partager ses stratégies et ressources pour permettre à tous les élèves de réussir.

À Paris, le CECCE officialisera son entente avec l'Académie de Lyon

17 mai 2016, OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est actuellement en visite à l’Académie de Lyon en France dans le but de solidifier les liens qui unissent déjà les deux établissements et de confirmer leur intérêt à poursuivre leur collaboration au cours des prochaines années.

La raison principale de la mission du CECCE à Lyon est d’élaborer des programmes de coopération tels des appariements entre établissements, des échanges d'enseignants, la formation continue du personnel et la formation professionnelle, linguistique et culturelle d'élèves.

Les trois axes de coopération sur lesquelles l’Académie de Lyon et le CECCE poursuivront leur collaboration sont la bienveillance en milieu scolaire, la gestion de l’amélioration et l’inclusion des élèves à besoins particuliers. Des engagements secondaires tels des échanges poste à poste entre enseignants et les échanges virtuels entre classes dans le but d’élaborer des projets en développement durable seront également envisagés.

«Cette mission en France permet au CECCE d’apprécier les initiatives entreprises par ses cousins français dans le domaine de l’éducation. Des échanges pédagogiques forts constructifs ont été réalisés jusqu’à maintenant sur différents sujets et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que le CECCE envisage cette nouvelle collaboration avec l’Académie de Lyon», a précisé la présidente du CECCE Johanne Lacombe.

Le 1er mars dernier, une convention de partenariat entre le CECCE et l’Académie de Lyon a été signée à Ottawa suite à la visite de M. Christian Caron, délégué académique aux relations européennes et internationales et à la coopération à l’Académie de Lyon, dans la capitale canadienne. Des visites d’écoles du Centre-Est a permis à la délégation française de confirmer qu’ils avaient plusieurs points en commun sur lesquels ils aimeraient coopérer.

«Cette collaboration est d’une richesse inestimable pour le CECCE. Certains défis vécus en France sont relativement similaires aux réalités du CECCE et le partage de connaissances de part et d’autre est porteur de nouvelles idées. Un grand merci au personnel de l’Académie de Lyon qui a généreusement accordé de son temps pour que le CECCE puisse partager sa vision de l’éducation», souligne Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

Cette mission en France s'inscrit dans une initiative de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones et du Regroupement national des directions générales de l'éducation qui encouragent des occasions de partenariats avec la France.

De nouveaux visages autour de la table exécutive du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 11 mai 2016, OTTAWA - Au cours des prochaines semaines, deux nouvelles personnes se joindront à l’équipe de gestion du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).


Afin de constituer la relève au sein de l’équipe à la surintendance, la nomination de Marc Bertrand à titre de surintendant de l’éducation a été entérinée à la réunion du Conseil du 10 mai 2016. M. Bertrand détient un baccalauréat en sciences avec concentration en biologie et une maîtrise en éducation avec concentration en leadership, évaluation, programmes et politiques éducationnelles. Il compte près de 17 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation, dont 3 années en tant que direction adjointe au Collège catholique Samuel-Genest, 4 années en tant que direction de l’École secondaire catholique Franco-Cité, et, plus récemment, à la direction de l’École secondaire catholique Garneau.


De plus, le Conseil a entériné la nomination de Anouar Nemry à titre de directeur exécutif des communications, marketing et engagement communautaire. M. Nemry est détenteur d’une maîtrise en gestion de projets et d’un baccalauréat en administration avec concentration marketing. M. Nemry compte plus de 18 ans d’expérience dans le domaine du marketing et du développement d’affaires. Après avoir oeuvré dans le domaine du marketing pendant 10 ans, il a fondé deux entreprises dans la région de la capitale nationale.


« La nomination de M. Bertrand à titre de surintendant de l’éducation et de M. Nemry à titre de directeur exécutif des communications, marketing et engagement communautaire vient bonifier la gamme d’expertise au sein de l’équipe de cadres supérieurs du CECCE »  explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « La vaste connaissance des écoles secondaires de M. Bertrand et le profil marketing de M. Nemry seront des atouts indéniables pour l’équipe. »

Échange de pratiques pédagogiques exemplaires : Le CECCE accueille la Belgique

 

5 mai 2016, OTTAWA - Cette semaine, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et certaines de ses écoles secondaires catholiques accueillent une délégation de la Maison Diocésaine de l’enseignement - Namur-Luxembour de la Belgique afin de partager certaines expériences en lien avec la mise en oeuvre des pratiques réussies dans les écoles catholiques du CECCE.


En effet, 11 délégués du Service diocésain de l'Enseignement Secondaire Supérieur visiteront 5 écoles secondaires d’Ottawa afin d’aborder la culture de changement, la pyramide d’interventions en place au CECCE, le Programme axé sur la réussite des élèves, les systèmes d’appui et le travail des équipes de collaboration.


Selon la présidente du CECCE Johanne Lacombe : « Le Conseil est heureux d’accueillir ses homologues belges afin de partager ses expériences entourant le leadership axé sur l’apprentissage, la gestion du changement et la mobilisation d’équipe. Un membre de l’équipe de directions du CECCE avait été merveilleusement bien accueilli lors d’un échange d’expertise en Belgique l’an dernier. C’est donc un honneur de les accueillir à Ottawa pour poursuivre cette collaboration. »


« En tant que chef de file en éducation en Ontario, le CECCE est fier de pouvoir réseauter avec des collègues de la Belgique, non seulement pour partager les pratiques réussies en place dans ses écoles, mais pour ouvrir le dialogue et se permettre d’être inspiré par ce qui se vit ailleurs au monde pour innover et transformer la façon de faire les choses afin de permettre aux élèves d’apprendre différemment tout en assurant leur réussite et leur bien-être » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Cette collaboration mènera à une entente de partenariat entre nos deux établissements. »


« Nous avions été séduits en mars 2015 lors de la visite de Mme Caroline Tessier par l’approche globale de l’élève, et par le regard très collectif porté par les acteurs de l’enseignement sur les apprentissages » explique Philippe Englebert, directeur diocésain. « Nous avons pris connaissance aujourd’hui que la réflexion permanente sur le devenir de chacun, que la prise en considération de l’enseignant comme expert en apprentissage - faveur de haute estime de soi - sont d’autres leviers intéressants. Enfin, la nécessaire collaboration entre les écoles pour développer collégialement la qualité de l’apprentissage et du développement de chacun est une autre piste qui nous interpelle aussi. Merci au CECCE pour ce premier contact, riche, ouvert et combien chaleureux. »


La délégation belge visitera les écoles secondaires Paul-Desmarais, Béatrice-Desloges, Pierre-Savard ainsi que les collèges catholiques Franco-Ouest et Samuel-Genest.

 

Le CECCE lève le voile sur son projet de nouveau pavillon à Kemptville

29 avril 2016, OTTAWA – Près d’une centaine de parents et autant d’enfants ont participé lundi à une soirée d’information sur les récents développements concernant l’ouverture prochaine du nouveau pavillon de l’école catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Kemptville.

L’administration du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé à une mise à jour quant au nouveau pavillon, au transport scolaire et au service de garde ainsi qu’au sujet des inscriptions pour la rentrée scolaire 2016 de la maternelle à la 9e année. Des plans d’aménagement des locaux et l’organisation des classes et des programmes scolaires ont été présentés durant la rencontre.

« Le CECCE est fier de pouvoir répondre à la demande des parents en offrant à Kemptville une éducation basée sur l’excellence de l’école catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Merrickville depuis plus de 20 ans » explique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe. «  Malgré le fait que le CECCE n’a pas encore reçu le financement nécessaire pour la construction d’une nouvelle école, grâce à une saine gestion financière, le Conseil a choisi d’investir les sommes nécessaires pour la création de ce nouveau pavillon à Kemptville et le maintien de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Merrickville. »

« Pendant toute la démarche, le CECCE a travaillé étroitement avec les parents pour bien répondre à leurs besoins ainsi qu’à leurs attentes » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « D’ailleurs, un sous-comité du conseil d’école a été formé afin de travailler étroitement avec l’administration sur l’orientation pédagogique du pavillon. »

Jusqu’à maintenant, le nouveau pavillon a reçu 113 inscriptions, ce qui assure l’offre d’un programme éducatif à la hauteur des attentes des parents. Rappelons que le pavillon Kemptville de l’école Sainte-Marguerite-Bourgeoys accueillera les élèves de la maternelle à la 9e année à la rentrée 2016. Les niveaux secondaires seront subséquemment ajoutés en 2017, 2018 et 2019 pour que l’ensemble des élèves de la maternelle à la 12e année puisse fréquenter cet établissement.

Du nouveau à l’équipe de la surintendance au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 27 avril 2015, OTTAWA - Un nouveau surintendant de l’éducation se joindra à l’équipe de leaders chevronnés du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) au cours des prochaines semaines. Jean-François Bard assurera la relève en vue du départ à la retraite de certaines surintendances.

Détenteur d’une maîtrise en éducation, d’un Baccalauréat en éducation et un autre en communications, Jean-François Bard oeuvre dans le milieu de l’éducation depuis plus de 15 ans. Il a d’abord  été titulaire de classe à l’élémentaire et enseignant en intervention préventive en lecture-écriture pendant 6 ans avant d’effectuer un contrat d’un an et demi à titre d’enseignant en affectation spéciale au CECCE pour ensuite prendre le poste de directeur adjoint à l’École élémentaire catholique de la Découverte et, depuis 2012, oeuvrer à titre de direction pour cette même école.

« Un pédagogue chevronné, M. Bard a une grande expérience au cycle préparatoire et à la petite enfance. De plus, ses grandes compétences de leader et sa vision systémique du CECCE seront de grands atouts pour l’équipe à la surintendance » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Monsieur Bard est également décrit par ses collègues comme un joueur d'équipe et rassembleur. »
 

Baccalauréat international et Design à la nouvelle école secondaire catholique à Orléans

Ottawa, le 24 février 2016 – À compter de la prochaine rentrée scolaire, les élèves du secondaire de l’est de la ville d’Ottawa auront quelques options de plus! En effet, les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont approuvé, hier soir, la mise en oeuvre d’une concentration en design ainsi que du programme baccalauréat international pour la nouvelle école secondaire catholique à Orléans.

 

Ces deux programmes ont été retenus suite à de nombreuses consultations qui ont été entreprises auprès des élèves, du personnel enseignant, des conseils d’école et des parents afin d’identifier leurs besoins et leurs souhaits. La concentration en design englobe des éléments très populaires ressortis lors des consultations, notamment la technologie, la création, la robotique, le génie et l’architecture. Le programme du baccalauréat international sera offert aux élèves et ses composantes seront intégrées, flexibles et personnalisées aux clientèles étudiantes.

 

« L’aspect création, conception et fabrication dans un environnement qui intègre la pensée critique et les nouvelles technologies s’insèrent très bien dans le profil de sortie de l’élève qui veut que chaque élève développe son plein potentiel en devenant un penseur critique et créatif, un jeune adulte affirmé et épanoui et un citoyen engagé et éthique », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « En plus de la concentration en design et du bac international, les élèves pourront profiter d’une gamme d’activités qui contribueront à leur épanouissement et leur bien-être, dont les sports, les arts et les activités culturelles ».

 

Cette concentration et ce programme permettront aux élèves d’obtenir une formation spécialisée et d’approfondir leurs connaissances dans un domaine qui les passionne. « Les écoles du CECCE offrent des programmes spécialisés dans le but de répondre aux besoins des élèves, des parents et de la communauté. L’offre de ces deux programmes à la nouvelle école secondaire d’Orléans permettra aux élèves de s’engager dans leurs apprentissages et poursuivre leurs rêves », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

 

La nouvelle école secondaire catholique à Orléans accueillera ses premiers élèves de la 7e à la 10e année dès la rentrée 2016.

 

 

L’inscription dans les écoles catholiques du Centre-Est, c’est en cours !

5 février 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) invite les familles qui ont un enfant né en 2012, les familles nouvellement arrivées dans la région, et les familles à la recherche d’excellence en éducation à communiquer avec leur école de secteur afin d’en apprendre davantage sur l’école, le CECCE, et les modalités d’inscription.

 

Effectivement, bien que les inscriptions dans les écoles catholiques du Centre-Est sont possibles en tout temps, le Conseil se mobilise pour rencontrer ses nouvelles familles depuis le début février, et ce, jusqu’au 12 février prochain. L’inscription à ce temps-ci de l’année permet aux écoles de bien préparer l’arrivée de nouveaux élèves en vue de la prochaine année scolaire 2016-2017.

 

 

Les raisons d’inscrire son enfant dans une école catholique du Centre-Est sont nombreuses :

 

 

  • L’enseignement et la vie scolaire se déroulent uniquement en français. La construction identitaire des élèves prend une place d’importance dans les écoles du CECCE. La culture et les valeurs chrétiennes y jouent un grand rôle.

  • De nombreuses ressources sont disponibles pour les élèves qui ont besoin d’aide supplémentaire en français à leur arrivée à l’école.

  • L’anglais est enseigné aux élèves à partir de la 4e année. Il ne s’agit pas des cours de langue seconde, mais bien les mêmes cours d’English enseignés dans les écoles anglophones.

  • À la fin de leurs études, les élèves sont bilingues, utilisent les deux langues officielles couramment, reçoivent un certificat de bilinguisme reconnu à l’international et ont accès à plus d’avenues postsecondaires que les élèves ayant fréquenté une école anglaise.

  • Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a le meilleur taux de diplomation en Ontario, chez les francophones et chez les anglophones. En effet, 96 % des élèves inscrits en 9e année en 2011 ont obtenu leur diplôme en juin dernier. De plus, le taux d’abandon scolaire au CECCE se situe à 1 % depuis plusieurs années.

 

 

« Les initiatives pour engager les élèves dans leur apprentissage et pour assurer leur réussite sont nombreuses au CECCE, et de toute évidence, elles fonctionnent très bien » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Des programmes spécialisés au secondaire, des activités parascolaires, en plus de l’appui des équipes de la réussite, bref, tous les éléments sont en place pour permettre aux élèves de s’épanouir pleinement et de réussir. »

 

 

  • Le taux de satisfaction des parents se situe à plus de 94 % selon les sondages administrés aux deux ans.

 

 

« Je suis très fière des hauts taux de satisfactions exprimés par les parents qui choisissent l’éducation catholique de langue française pour leur enfant » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « C’est un beau témoignage de la confiance qu’ils ont envers l’école de leur enfant et nous en sommes reconnaissants. Les parents qui choisissent une école du CECCE ont typiquement trois autres choix. Ils font le meilleur choix pour leur enfant et les taux de satisfaction confirment que les écoles du CECCE répondent à leurs attentes. »

 

 

L’inscription dans les écoles catholiques du Centre-Est est en cours! Les parents intéressés peuvent en savoir davantage en communiquant avec leur école de secteur, ou encore, en communiquant avec le bureau d’accueil au 613 744-2555.

 


 



 

Le CECCE inaugure officiellement sa nouvelle école secondaire catholique à Stittsville

4 février 2016, OTTAWA – C’est avec une grande fierté que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé à l’inauguration officielle de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, situé à Stittsville. Les élèves, les parents, les membres du personnel, les conseillères et conseillers scolaires et les membres de la communauté se sont rassemblés cet après-midi pour célébrer le début d’une nouvelle étape.


En effet, les élèves ont emménagé dans leur nouvelle école le 1er février dernier, après avoir passé le premier semestre de l’année scolaire 2015-2016 à l’École secondaire catholique Pierre-Savard en attente de la finalisation du projet de construction.

Les invitées ont pu visiter la toute nouvelle école et admirer les aires ouvertes, la luminosité naturelle et le design de l’école choisi pour favoriser l’apprentissage au 21e siècle. « Les élèves, les parents et les membres du personnel de Paul-Desmarais ont fait preuve de patience durant les travaux de construction et sont aujourd’hui récompensés par l’ouverture de cette superbe école qui leur permettra de s’épanouir dans un endroit propice à la créativité, à l’innovation et à l’apprentissage » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

Cette première école secondaire catholique à Stittsville vient combler un grand besoin pour la communauté francophone grandissante dans l’ouest d’Ottawa. Comme mentionné par Johanne Lacombe, présidente du CECCE « L’ouverture de cette école secondaire vient renforcer l’évidence qu’une communauté francophone vibrante et solide est présente dans ce secteur de la ville et qu’elle ne fait que grandir. »

Le nom de cette 11e école secondaire du CECCE fut choisi par la communauté scolaire de la nouvelle école. Honorant un grand homme d’affaires, Franco-Ontarien et philanthrope, l’école fut baptisée École secondaire catholique Paul-Desmarais, en mai dernier. La vie et l’œuvre de Paul Desmarais reflètent les valeurs d’innovation, de leadership et d’entrepreneuriat : des valeurs importantes pour la communauté scolaire de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais.

Ainsi, l’école Paul-Desmarais offrira la concentration Entrepreneuriat et innovation dès l’année scolaire 2016-2017. La concentration a pour but d’outiller les élèves dans divers projets créatifs afin de développer leur leadership et d’encourager la collaboration au sein de leur école et de leur communauté.

Pour sa première année d’opération, l’école accueillera les élèves de la 7e à la 9e année, et s’ajoutera ensuite un niveau par année pour enfin accueillir les élèves de la 7e à la 12e année en 2018-2019.

Le CECCE souligne la Journée nationale de la petite laine!

4 février 2016, OTTAWA - Aujourd’hui, 43 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) soulignent la Journée nationale de la petite laine.


La Journée nationale de la p’tite laine est l’occasion de souligner, de façon ludique, l’importance d’économiser de l’énergie, tout en sensibilisant la population à l’importance de diminuer leur consommation de chauffage. Selon des données de WWF Canada, le chauffage représente 80 % de la consommation d’énergie du secteur résidentiel au Canada et est une source importante d’émissions de gaz à effet de serre.


Plusieurs initiatives des écoles du CECCE sont donc prévues pour célébrer cette journée : des collectes de vêtements chauds, des rassemblements dans le gymnase,  des danses en bas de laine pour créer de la chaleur en bougeant et des journées thématiques en sont quelques exemples.
 

« Le CECCE a une responsabilité d’encourager chez ses élèves des comportements responsables envers la planète et ses habitants » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « Des initiatives « vertes » telles que la Journée nationale de la petite laine permettent aux élèves de participer à un mouvement à plus grande échelle et d’être sensibilisés afin de contribuer à créer un monde plus juste, plus vert et plus solidaire. »


« Ce n’est pas sans raison que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est compte un nombre impressionnant d’établissements certifiés ÉcoÉcoles. À ce jour, 30 écoles ont reçu cette certification!  » rajoute Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le conseil multiplie les efforts pour diminuer son impact sur la planète et ce sont des valeurs que nous tenons absolument à transmettre à nos élèves pour qu’ils deviennent des écocitoyennes et des écocitoyens responsables. »


Pour découvrir toutes les initiatives en développement durable du CECCE, visitez ecolecatholique.ca/fr/developpement-durable_101. Pour plus d’informations sur l’événement, consultez jourdelapetitelaine.ca.

Marie-France Paquette, nommée Directrice remarquable du Canada

Le mardi 26 janvier 2016, OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux de compter Marie-France Paquette, directrice de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau, parmi l’une de 40 directions d’écoles récipiendaires du prix national Canada’s Outstanding Principals remis par Partenariat en Éducation (The Learning Partnership).

Partenariat en Éducation reconnaît chaque année 40 directions d’écoles exceptionnelles qui se sont démarquées en matière de leadership en éducation, d’engagement envers la communauté et de par l’intégration de méthodes innovatrices qui ont eu un impact direct sur la réussite des élèves.

Selon Marie-France Ricard, surintendante de l’éducation au CECCE, « Marie-France Paquette se démarque tant par son leadership mobilisateur, sa passion de l’éducation, son respect envers tous les élèves peu importe leurs besoins et leur milieu socio-économique, son accueil de toutes les diversités culturelles et sa détermination d’offrir les meilleurs programmes et services pédagogiques. »

« Sous le leadership de Marie-France Paquette, la culture de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau s’est transformée pour favoriser le bien-être et la réussite de chaque élève » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Elle a laissé sa marque dans la communauté scolaire de l’école Marius-Barbeau et ce prix arrive à point pour elle qui amorcera un nouveau défi dans sa carrière, soit celui d’ouvrir la nouvelle école élémentaire catholique en construction à Orléans. » 

Les directions récipiendaires du prix participeront à un programme de développement du leadership exclusif au Rotman School of Management de l’Université de Toronto, une des écoles de commerce les plus réputées au pays. Elles seront également intronisées à l’Académie nationale des directrices et directeurs remarquables du Canada qui compte 400 membres ; soit tous des leaders en éducation qui ont été reconnus par cette organisation Partenariat en Éducation.

Les directions seront honorées lors du gala annuel qui se déroulera le 23 février prochain à Toronto.

Le CECCE souhaite le bilinguisme pour la ville d'Ottawa

Le 13 janvier 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est désire unir sa voix aux organismes francophones qui ont récemment dévoilé une démarche législative proposée pour demander la reconnaissance officielle du caractère bilingue de la capitale nationale.

 

« Il est grand temps que la ville d’Ottawa, la capitale nationale, soit reconnue officiellement comme ville bilingue » déclare Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « La capitale d’un pays bilingue doit être reconnue comme étant bilingue, non seulement pour ses résidents, mais pour tous les francophones et francophiles qui souhaitent faire du Canada leur terre d’accueil. » Effectivement, l’attrait d’une ville bilingue pour les francophones cherchant à immigrer au Canada pourrait avoir un impact énorme sur le choix de s’établir à Ottawa et de contribuer à la richesse de la communauté francophone.

 

« Cette désignation viendrait valoriser les élèves francophones en pleine quête de leur identité propre et augmenterait, chez l’ensemble des élèves, la fierté de bien parler les deux langues officielles du pays. Nous avons une responsabilité en vertu de la politique d’aménagement linguistique d’assurer la vitalité et la pérennité de nos écoles, mais cette responsabilité doit être partagée par le palier municipal et la communauté. »

Le CECCE ouvre ses portes aux réfugiés et aux nouveaux arrivants

Ottawa, le 12 janvier 2016 - Cette semaine, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) accueillera ses premiers élèves en provenance de la Syrie suite à l’accord permettant à 25 000 réfugiés de s’établir au Canada.

 

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a un rôle important à jouer afin de renseigner les réfugiés et les nouveaux arrivants de l'existence d’écoles catholiques de langue française financées par les fonds publics. Effectivement, ailleurs dans le monde monde, les écoles catholiques sont majoritairement privées.

 

Il est important pour la vitalité de la communauté francophone en Ontario que les familles nouvellement arrivées au Canada sachent qu’elles ont le droit d’inscrire leur enfant dans une école catholique de langue française. En plus d’attirer les familles qui parlent le français, le CECCE a aussi le mandat d’attirer les familles qui ne parlent aucune des deux langues officielles du Canada.

 

Pour se faire, le CECCE privilégie le travail effectué en collaboration avec ses partenaires communautaires dont le mandat est l’établissement des familles nouvellement arrivées. « Nous sommes choyés de pouvoir compter sur des relations solides avec les paroisses des diverses communautés ethnoculturelles et les organisations qui accueillent directement les familles lorsqu’elles arrivent au Canada. Le travail que font ces organisations permettent aux familles de s’établir rapidement et de trouver les services dont ils ont besoin, ainsi que l’information en lien avec l’inscription à l’école pour les enfants » explique Johanne Lacombe, la présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Les agentes aux relations communautaires et les travailleurs d’établissement dans les écoles du CECCE travaillent sans relâche pour appuyer et accompagner les familles nouvellement arrivées au Canada. »

 

L’accueil et l’accompagnement des familles nouvellement arrivées au Canada sont des plus importants pour le CECCE. D’ailleurs, les 22 000 élèves inscrits dans les 52 écoles du CECCE proviennent de 110 pays différents, faisant du CECCE un conseil scolaire inclusif. Chaque jour, un personnel compétent et dédié à l’intégration des élèves nouvellement arrivés au Canada se mobilise afin d’assurer le bien-être et la réussite de ces élèves.

 

Une fois les élèves inscrits dans les écoles, un travail important d’intégration et d’accompagnement est offert par les membres du personnel du CECCE et des écoles pour assurer la réussite et le bien-être des élèves. « Les programmes d’appui offerts dans les écoles catholiques du Centre-Est sont bien établis et font leurs preuves depuis plusieurs années. Des milliers d’élèves ont bénéficié du Programme d’accueil des nouveaux arrivants, et ces élèves redonnent à leur tour en participant à une vaste gamme d’initiatives visant l’entraide et l’accompagnement par les élèves, pour les élèves » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « En fonction des besoins exprimés par les familles réfugiées, le CECCE a prévu de l’appui additionnel en lien avec l’offre de services des professionnels pour pallier aux expériences vécues par les enfants issus de pays en conflits. »  

En plus d’appuyer les élèves dans leur parcours scolaire, le CECCE appuie les familles, directement, grâce au travail d’agents aux relations communautaires et des travailleurs d’établissement dans les écoles, mais aussi par le biais de sa Fondation. Les parents désireux d’apprendre le français ou l’anglais peuvent également avoir recours aux services de l’Éducation permanente, l’établissement d’éducation aux adultes du CECCE.

Le CECCE mobilise également sa communauté scolaire et encourage, par le biais de Centraide (www.ecolecatholique.ca/contribuer), les dons. Il est aussi possible de s’impliquer auprès de partenaires tels Réfugié613.

Joanne Plante, bibliothécaire en chef au CECCE, reçoit le Prix Micheline-Persaud de l’Association des bibliothèques de l’Ontario ​

12 janvier 2016, OTTAWA - L’Association des bibliothèques de l’Ontario a annoncé les récipiendaires de ses prix 2015 soulignant la contribution et les réalisations dans les bibliothèques de l’Ontario.

 

Joanne Plante, bibliothécaire en chef au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) depuis plus de trois ans, s’est vu attribuer le Prix Micheline-Persaud. Cet honneur est destiné à une personne qui s’est distinguée dans le développement et la promotion des services de bibliothèque en français en Ontario.

 

Mme Plante supervise une équipe de 20 bibliotechniciennes et bibliotechniciens dans un réseau comptant plus de 50 bibliothèques. En plus de siéger au comité de la Fédération internationale des associations et institutions des bibliothèques, elle est également présidente d’ABO-FRANCO, le volet francophone de l’Association des bibliothèques de l’Ontario, où elle travaille activement au développement des services en français dans les bibliothèques de la province.

 

Mme Johanne Lacombe, présidente et M. Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE s’entendent sur le rôle capital des bibliothèques en Ontario français. « Les bibliothèques ont beaucoup évolué, mais demeurent des milieux de vie stimulants, qui contribuent à la promotion du français et au développement culturel des citoyens. Avec l’intégration des nouvelles technologies, les bibliothèques sont plus que jamais un outil important d’accès à l’information », affirme Mme Lacombe.

 

De son côté, Réjean Sirois rappelle l’importance de savoir s’adapter aux nouvelles réalités et mentionne que le CECCE a entrepris la modernisation de ses bibliothèques il y a déjà plusieurs années. « Lors du processus, le CECCE a pu bénéficier de la grande expertise de Joanne Plante, qui fait d’ailleurs un travail remarquable dans la promotion des services en français dans les bibliothèques des écoles», note-t-il.

 

Les prix seront présentés aux gagnants lors de la conférence annuelle de l’Association des bibliothèques de l’Ontario se déroulant du 20 au 27 janvier 2016.

Une nouvelle école catholique maternelle - 12e année de langue française à Kemptville

Le 16 décembre 2015, OTTAWA –  À compter de septembre 2016, les élèves de la maternelle à la 9e année pourront fréquenter l’école catholique de langue française à même leur communauté, sur le campus du collège de Kemptville.  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se réjouit de pouvoir répondre à la demande des parents de la communauté qui avaient demandé auprès des instances gouvernementales l’ouverture d’une école catholique de langue française en 2012.

La concrétisation de ce projet n’aurait pas pu se réaliser sans le partenariat avec la municipalité de North Grenville qui a endossé la vision du CECCE de mettre en place un nouveau pavillon de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys au collège de Kemptville. L’administration de la municipalité a travaillé de concert avec ARIO et l’Université de Guelph pour permettre la réalisation de ce projet.

David Gordon, le maire de North Grenville a mentionné que : « this is a great day for the future of Kemptville College.  Having a new French Catholic school in North Grenville, utilizing the amazing assets at Kemptville College fits perfectly with the vision we have for the future of Kemptville College. I want to personally thank the staff at ARIO and the University of Guelph for their support and cooperation in helping to make this venture happen. This is just the beginning of the announcements we hope to make in coming weeks and months. »

L’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys est bien ancrée dans sa communauté de Merrickville depuis 20 ans. Les familles de ces régions peuvent compter sur l’excellente éducation catholique de langue française de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys pour assurer la réussite et le bien-être de leurs enfants. C’est pour poursuivre cette tradition d’excellence que le CECCE ouvre un nouveau pavillon de cette école à Kemptville.

« Les parents de Kemptville nous ont fait une demande pour une école secondaire catholique en 2013, et nous sommes heureux d’avoir trouvé une solution qui permettra aux enfants d’avoir accès à une éducation catholique de langue française à même leur communauté, sur un site enchanteur offrant de nombreuses possibilités éducatives, dès la rentrée 2016 » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Effectivement, pour sa première année d’opération, l’offre d’un programme éducatif de la maternelle à la 9e année sera disponible à Kemptville à compter de septembre 2016. Les niveaux secondaires subséquents seront ajoutés en 2017, 2018 et 2019 pour que l’ensemble des élèves de la maternelle à la 12e année puisse fréquenter cet établissement.

Selon Steve Clark, député provincial de Leeds-Grenville : « I want to congratulate the Conseil des écoles catholiques du Centre-Est and the Municipality of North Grenville for reaching this agreement. It’s an exciting announcement which is going to improve the access to French Catholic education for families in my riding. »

Le CECCE étudie également la possibilité de mettre en place un centre de la petite enfance sur le campus pour offrir un vrai continuum d’éducation de langue française à Kemptville.

Bien qu’il y ait des détails à finaliser, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a de  grands plans pour le pavillon Kemptville de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite Bourgeoys. Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE : « Ce projet n’est pas uniquement une école : c’est un projet communautaire qui permettra d’insuffler de la vitalité sur le campus du collège de Kemptville et de contribuer à la pérennité de cette institution vitale à l’économie locale. Le campus est un endroit de rêve pour établir la première école de langue française de Kemptville. Je rêve déjà aux programmes qui pourront être mis en place, du partenariat avec la ville de Kemptville axée sur les changements climatiques et l’agriculture et d’une école ouverte sur le monde afin de bâtir un monde meilleur. »

Pour l’instant, le pavillon Kemptville de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys aura le même secteur de fréquentation de l’école originale et les parents pourront faire le choix d’inscrire leur enfant au pavillon Kemptville ou au pavillon Merrickville de l’école. Les modalités d’inscriptions et tous détails supplémentaires seront disponibles au www.ecolecatholique.ca/kemptville.

 

Johanne Lacombe élue à la présidence et Daniel Boudria à la vice-présidence du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

2 décembre 2015, OTTAWA - Les conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont procédé à l’élection des postes à la présidence et à la vice-présidence du Conseil hier soir lors de la séance organisationnelle du CECCE.
 

Ainsi, suite à deux mandats à la vice-présidence du Conseil, Johanne Lacombe, conseillère scolaire dans le quartier Orléans a été élue par acclamation à la présidence du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

 

« Le leadership de Denis Poirier en tant que président au cours des deux dernières années nous a permis de faire avancer des dossiers importants pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est au point de vue de l’offre d’une éducation catholique de langue française de qualité supérieure aux familles résidant sur le territoire du CECCE » de dire Johanne Lacombe, nouvellement élue en tant que présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « C’est avec enthousiasme que j’entreprends ce mandat à la présidence du CECCE pour actualiser la vision du CECCE d’être chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et la synergie avec la communauté. »

 

Pour appuyer la présidente, Daniel Boudria a été élu à titre de vice-président pour le présent terme. Daniel Boudria siège à la table politique depuis 2006 et représente les contribuables du secteur Cumberland.

 

Le directeur de l’éducation Réjean Sirois a profité de cette séance organisationnelle pour présenter les faits saillants du rapport annuel 2014-2015, « des résultats attribuables à une équipe chevronnée de professionnels compétents »  a-t-il précisé, sous le leadership de son prédécesseur Bernard Roy. Dans sa présentation faisant état des réussites du CECCE au cours de la dernière année scolaire, le directeur de l’éducation a tenu à souligner l’importance de la confiance accordée par la table politique : « Sans le questionnement probant et les décisions éclairées des conseillères et conseillers scolaires, le CECCE ne serait pas reconnu comme chef de file en éducation en Ontario et au Canada. »

 

Il est possible de consulter le rapport annuel 2014-2015 sur le site Web du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est au www.ecolecatholique.ca/rapportannuel.

 

 

Les écoles élémentaires catholiques Saint-Guillaume et Arc-en-ciel reconnues par All Things PLC

OTTAWA, le 27 novembre 2015 –  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se réjouit de la reconnaissance des écoles élémentaires catholiques Saint-Guillaume et Arc-en-ciel comme étant des modèles dans la mise en œuvre des communautés d’apprentissage professionnelles et l’amélioration du rendement des élèves. Ce sont les deux seules écoles de langue française au Canada à obtenir cette reconnaissance.

« Cette reconnaissance de All Things PLC témoigne de l’engagement de ces écoles à mettre en place des pratiques pédagogiques favorisant la réussite de chaque élève » explique Denis Poirier, président du CECCE. Afin d’être reconnues par l’All Things PLC, ces écoles ont soumis leur profil et démontré à l’aide de preuves concrètes les mesures qui font en sorte que les résultats d’élèves se sont améliorés sur plusieurs années. Elles ont aussi démontré que ses améliorations sont durables et soutenues par une vision de réussite pour tous et une culture de collaboration pour laquelle “mes élèves” devient plutôt “nos élèves”.

« Les écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est se distinguent en province par leurs excellents résultats ainsi que par le leadership des directions et du personnel scolaire » de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « L’excellence des écoles catholiques du Centre-Est est bien connue et appréciée des parents qui choisissent une éducation catholique de langue française pour leur enfant, année après année. La hausse continue des effectifs et le très haut taux de satisfaction des parents sont des évidences concrètes ! »

All Things PLC est composé de chercheurs tels que Richard et Becky Dufour, auteurs et conférenciers internationaux qui ont la responsabilité d’étudier les profils d’écoles et de recommander les candidatures. Les dossiers soumis par ses deux écoles se trouvent à http://www.allthingsplc.info/evidence/ et fournissent plus de renseignements sur les stratégies adoptées et les résultats obtenus.

Les meilleurs résultats en province pour les élèves du CECCE

Le 18 novembre 2015 OTTAWA – Les élèves de 3e année du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) obtiennent les meilleurs résultats en province en lecture, écriture et mathématiques. C’est ce que relève l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation selon les données publiées aujourd’hui.

En effet, les élèves de la 3e année du CECCE ont surpassé les attentes fixées par la province, en démontrant une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) en lecture (taux de réussite de 88 %) en écriture (taux de réussite de 86 %) et en mathématiques (taux de réussite de 86 %), les plus hauts taux en province.

En 6e année, les résultats des élèves dans ces mêmes domaines d’études sont également supérieurs aux taux provinciaux. Le taux de réussite des élèves de 6e année du CECCE se situe à 93 % en lecture, trois points de pourcentage de plus que le résultat provincial. En écriture, le CECCE a atteint un taux de réussite de 90 %, le plus haut taux observé en Ontario, et 88 % en mathématiques, soit respectivement cinq et trois points de pourcentage de plus que le résultat provincial.

Le président du CECCE, Denis Poirier, se réjouit des résultats obtenus par les élèves aux tests de l’OQRE : « Année après année, de plus en plus de parents choisissent d’inscrire leur enfant dans une école catholique du Centre-Est pour que leur enfant puisse développer son plein potentiel dans un environnement catholique et francophone. Ces résultats sont une preuve tangible de l’excellence de l’éducation offerte dans nos écoles. »

Réjean Sirois souligne le travail incroyable des membres du personnel scolaire sous l’habile direction de son prédécesseur, Bernard Roy : « Je suis fier de constater les bons résultats des élèves des écoles catholiques du Centre-Est aux tests provinciaux. C’est une indication de l’efficacité des approches pédagogiques préconisées en salle de classe » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « C’est grâce au leadership des directions d’écoles et du personnel scolaire ainsi qu’à l’appui offert à chaque élève que ceux-ci connaissent des réussites à tous les niveaux. Les élèves sont engagés à apprendre, à poursuivre leurs rêves et à bâtir un monde meilleur. »

Avec 22 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 11 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Début de la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique de langue française à Orléans

OTTAWA, lundi 9 novembre 2015 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi à la levée de la première pelletée de terre qui marque le début de la construction tant attendue d’une nouvelle école élémentaire catholique de langue française dans le secteur Orléans dans l’est d’Ottawa, au 665 promenade des Aubépines.

Ce projet, évalué à 14,7 millions de dollars, permettra la construction d’une école de deux étages pouvant accueillir 412 élèves. Une garderie avec la capacité d’accueillir 39 enfants sera également intégrée à la nouvelle école.

Selon Marie-France Lalonde, députée provinciale : « L’éducation est certes un secteur prioritaire pour notre gouvernement et pour ma circonscription d’Ottawa-Orléans. Aujourd’hui, je suis fière de participer à la première pelletée de terre d’une nouvelle école catholique élémentaire de langue française dans le secteur Avalon. Notre investissement de $8,56 millions permettra de répondre aux besoins de nos étudiants et d’une population grandissante à Orléans.»

Le nouvel établissement comprendra :

16 salles de classe

1 local d'art

1 local d'enfance en difficulté

1 local ressource

1 bibliothèque

1 gymnase simple

La construction de cette nouvelle école a pour but de soulager l’École élémentaire catholique Alain-Fortin qui est à sa pleine capacité.

« Suite à une consultation publique au printemps 2015, les membres du Conseil ont approuvé des changements aux secteurs de fréquentation de certaines écoles  permettant de soulager le surpeuplement à l’École élémentaire catholique Alain-Fortin » explique Denis Poirier, président du CECCE. «Les élèves pourront donc recevoir une éducation catholique de qualité dans un établissement répondant pleinement à leurs besoins. Avec une communauté francophone grandissante dans l’est d’Ottawa, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est met tout en œuvre afin d’offrir à ses élèves un milieu d’apprentissage stimulant, où tous peuvent s’épanouir et se réaliser pleinement. »  

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE : « Cette nouvelle école élémentaire dans le secteur d’Orléans permettra à un plus grand nombre d’élèves de bénéficier de l’excellente éducation catholique offerte dans les écoles du CECCE. Comme à chaque nouvelle construction, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est s’engage à fournir un milieu de vie enrichissant et bienveillant, où chaque élève pourra apprendre, poursuivre ses rêves et bâtir un monde meilleur.»

L’ouverture de ce nouvel établissement est prévue dès août 2016.

Une nouvelle école catholique de langue française à Arnprior

Le 5 novembre 2015, OTTAWA - Suite à l’annonce du financement de 498 M$ du ministère de l’Éducation de l’Ontario pour la construction ou pour la réfection d’écoles, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de confirmer l’obtention d’un financement pour une nouvelle école élémentaire catholique de langue française à Arnprior d’une capacité d’accueil de 250 élèves.

Celle-ci permettra d’offrir une éducation catholique de langue française aux élèves qui n’ont présentement pas accès à une école de langue française dans leur région. L’école élémentaire catholique la plus proche est celle de Saint-Rémi à Kanata qui est située à près de 50 km d’Arnprior. En raison de sa distance, celle-ci n’accueille que 18 élèves en provenance de cette région bien qu’habitent sur ce territoire plus de 265 enfants qui ont un droit constitutionnel à une éducation catholique de langue française.

 

Le CECCE prévoit également un service de garde en y construisant une garderie pour 36 enfants.

 

Le président du CECCE, Denis Poirier, se réjouit de cette annonce : « Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est heureux de pouvoir bâtir une nouvelle école dans la région d’Arnprior. Les familles auront accès à une école dans leur communauté et n’auront plus à voyager de grandes distances pour obtenir une éducation catholique de langue française pour leurs enfants. En plus de l’école de la maternelle à la 8e année, la garderie vient bonifier les services offerts pour répondre aux besoins réels des familles. »

 

« Les élèves qui fréquenteront cette nouvelle école et leurs parents pourront être fiers d'être les premiers bâtisseurs de cette nouvelle communauté scolaire. Les élèves pourront bénéficier d’une excellente éducation catholique, en français, laquelle leur assurera un bilinguisme durable et qui les amènera à poursuivre leurs rêves » de rajouter Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

 

Le CECCE prévoit l’achat d’un terrain de 6 acres qui permettra la construction de l’école. La communauté aura l’occasion de se prononcer lors de consultations publiques en lien avec le secteur de fréquentation qui sera à définir pour cette école. L’ouverture de cette école est prévue en août 2017.

Du progrès en mathématiques appliquées pour les élèves du CECCE

Le 29 octobre 2015, OTTAWA - Les élèves de 9e année du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) qui suivent le cours appliqué de mathématiques se distinguent au testing provincial. En effet, ils sont les plus nombreux à atteindre ou à dépasser la norme provinciale en 2014-2015. C’est ce que révèle l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) aujourd’hui dans son rapport provincial du Test de mathématiques, 9e année.


En effet, au CECCE, 59 % des élèves suivant le cours appliqué de mathématiques rencontrent ou dépassent la norme provinciale, tandis qu’en Ontario, 49 % d’entre eux réussissent ce test. Il s’agit du plus haut pourcentage en province. Ce taux de réussite a grimpé de 2 % cette année au CECCE, démontrant l’efficacité des stratégies employées en enseignement des mathématiques.


Selon Denis Poirier, président du CECCE : « Les résultats des élèves démontrent la qualité de l’enseignement dispensé dans nos écoles catholiques. Les parents peuvent être assurés qu’aucun moyen n’est épargné pour la réussite et le bien-être de leurs enfants. »  


« Nous évaluons les résultats des élèves afin d’identifier des pistes d’amélioration permettant d’outiller le personnel enseignant pour qu’il puisse par la suite accompagner chaque élève vers la réussite » ajoute Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Les résultats des élèves de 9e année au cours appliqué de mathématiques en témoignent. C’est d’ailleurs essentiel pour nous de mettre en place des initiatives pour que nos élèves connaissent des succès. »


Au chapitre du cours théorique de mathématiques, on constate une légère diminution de 2 % des élèves ayant atteint ou dépassé la norme provinciale. Toutefois, cette tendance a été notée à la fois en province (82 %) et au CECCE (86 %) qui a tout de même dépassé de 4 points de pourcentage le résultat provincial.  

Les élèves du CECCE récidivent: Les meilleurs résultats en province

23 septembre 2015, OTTAWA — Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier des résultats obtenus par ses élèves de 10e année au test provincial de compétences linguistiques (TPCL) administré par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE). Encore une fois, les élèves du CECCE se sont classé les premiers en province avec un taux de réussite de 93 %. Il s’agit d’une hausse de 1 point de pourcentage par rapport à l’année précédente. Le taux de réussite pour l’ensemble des élèves de 10e année des écoles secondaires de langue française de l’Ontario est de 88 %. Le résultat global des élèves du CECCE est 5 points de pourcentage supérieur à la moyenne provinciale.


« Les bons résultats de nos élèves au TPCL sont la preuve que nos élèves apprennent bien », mentionne Denis Poirier, président du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Même les élèves issus de familles où un seul des deux parents parle français réussissent très bien ce test. »

« En effet, nous avons un personnel compétent qui veille toujours à répondre aux besoins différenciés de nos élèves. De la maternelle à la douzième année, toutes les intervenantes et tous les intervenants en éducation au CECCE s’engagent à aider chaque élève à connaître des réussites » affirme Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE. « Voilà pourquoi, encore une fois cette année, nos élèves se classent au premier rang des élèves francophones de l’Ontario. »

Du nouveau à la direction d’écoles du CECCE

Mercredi 23 septembre, OTTAWA –  À la séance ordinaire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est du mardi 22 septembre dernier, le Conseil a adopté les nominations de nouvelles personnes à la direction d’écoles. Marie-Claude Veilleux, actuelle directrice du Service de soutien à l’apprentissage – volet pédagogique, a été nommée directrice de la nouvelle école secondaire d’Orléans à compter du 1er février 2016.  L’ouverture de l’école présentement en construction est prévue à l’automne 2016.

De plus, la directrice adjointe de l’École élémentaire catholique Des Pionniers, Carole Chaput, a été nommée directrice de cette même école à compter du 1er janvier 2016. Madame Chaput succèdera à Monique Ménard-Saint-Martin qui prendra sa retraite en décembre 2015.

«Je suis convaincu que ces nouvelles personnes relèveront avec brio leurs nouveaux défis», affirme Bernard Roy, directeur de l’éducation, «puisqu’elles ont à cœur la réussite de chaque élève.»

Une nouvelle direction des ressources humaines au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

17 septembre 2015, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier d’annoncer la nomination de Laurie-Eve Bergeron à titre de directrice exécutive des ressources humaines à compter du 21 septembre 2015.


“Madame Bergeron a un grand éventail de compétences et d’expériences qui viendront appuyer la mise en oeuvre du plan stratégique du CECCE en plus de voir au développement des ressources humaines pour l’organisation” explique Bernard Roy, directeur de l’éducation sortant au CECCE.


Détentrice d’un baccalauréat en relations industrielles et d’une maîtrise en administration publique, elle a oeuvré pendant plus de 10 ans dans des postes-cadres au sein de la fonction publique fédérale.


Au cours de sa carrière, Madame Bergeron a eu l’occasion de diriger de grandes équipes multidisciplinaires et de mener de vastes initiatives ayant eu un impact positif, notamment la mise en oeuvre de systèmes d’information en gestion des ressources humaines. Laurie-Eve Bergeron est également chargée de cours à l’Université du Québec en Outaouais depuis 2011 et membre de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec.

C’est la rentrée au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

31 août 2015, OTTAWA - Demain, premier jour de la nouvelle année scolaire au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), près de 22 000 élèves franchiront les portes de 41 écoles élémentaires et 11 écoles secondaires à Ottawa, Merrickville, Brockville, Kingston, Trenton et Pembroke.

La rentrée s’amorce en douceur depuis la mi-août avec le début des classes, en vertu de calendriers scolaires équilibrés, à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, le 19 août dernier, et au Centre professionnel et technique Minto, le 25 août.

« Encore une fois cette année, nous constatons déjà une augmentation du nombre d’inscriptions dans nos écoles », explique Bernard Roy, directeur de l’éducation sortant au CECCE. « Cette hausse constante depuis plus de 10 ans est attribuable, entre autres, à l’excellence de l’éducation offerte au CECCE. Celle-ci s’explique par la qualité de notre personnel scolaire qui s’assure du bien-être et de la réussite de chaque élève. En effet, nos élèves obtiennent d’excellents résultats aux tests provinciaux, année après année, et les parents nous font confiance. »

Dans l’ouest de la ville d’Ottawa, les quelque 200 élèves de la nouvelle École secondaire catholique Paul-Desmarais pourront intégrer les installations de leur nouvelle école, présentement en construction, en février 2016. Entre temps, ils fréquenteront une section de l’École secondaire catholique Pierre-Savard qui leur a été réservée en attendant la fin de la construction de leur nouvelle école à Stittsville. L’horaire des classes et la composition des cours sont déjà organisés selon le programme scolaire de la nouvelle école, faisant en sorte que la transition vers le nouvel immeuble pourra se faire en douceur. La nouvelle École secondaire catholique Paul-Desmarais offrira aux élèves une concentration en entrepreneuriat et en innovation en plus d’offrir le curriculum régulier et toute une gamme d’activités sportives et parascolaires.

Le CECCE compte de nombreux projets d’envergure en 2015-2016. Au sud d’Orléans, les travaux de construction d’une nouvelle école secondaire catholique de langue française ont bien progressé au cours de l’été et se poursuivront jusqu’à l’été 2016. De plus, dans le secteur Alta Vista de la ville d’Ottawa, la démolition et la reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève se poursuivront pendant toute l’année scolaire.

« Grâce à la confiance que nous témoignent les parents en inscrivant leurs enfants dans une école catholique du Centre-Est, nous sommes fiers de leur offrir des installations de qualité dans les secteurs où le besoin se fait grandement ressentir » explique Denis Poirier, président du Conseil.

L’automne sera également marqué par l’arrivée d’un nouveau directeur de l’éducation au CECCE. Réjean Sirois prendra la barre du plus grand conseil scolaire francophone hors Québec à partir du 5 octobre 2015. Celui-ci se dit emballé des nouveaux défis qui l’attendent : « Le domaine de l’éducation est un milieu inspirant, passionnant et gratifiant. J’ai bien hâte de me joindre à l’équipe du CECCE pour poursuivre avec passion une vision commune axée sur la collaboration et l’innovation en éducation. »

Le CECCE entame d’ailleurs la première année de mise en œuvre de sa nouvelle vision stratégique, Transformation 2018. En effet, le Conseil vise à transformer l’expérience d’apprentissage des élèves afin de leur permettre de développer les compétences dont ils auront besoin pour réussir à l’ère numérique. Cela se manifestera notamment par le biais du développement de projets d’innovation dans les écoles, de la modernisation des bibliothèques scolaires et de l’engagement du personnel en salle de classe. De plus, l’équipe du CECCE continuera à travailler le climat de bienveillance de ses écoles catholiques, comme le dit si bien la mission du CECCE, en engageant «chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur». 

Avec près de 22 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 11 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Un nouveau surintendant au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 27 juillet 2015, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est heureux d’annoncer la nomination de Jason Dupuis en tant que surintendant de l’éducation par intérim.

Détenteur d’une maîtrise en leadership éducatif et administration, M. Dupuis compte près de 20 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Il a assuré la direction de l’École secondaire catholique Garneau pendant 5 ans, a été directeur adjoint au Collège catholique Franco-Ouest pendant 3 ans et a enseigné dans diverses écoles à Ottawa et en Malaisie.

Lors de la dernière année, M. Dupuis a reçu le prix national Canada’s Outstanding Principal et a été nommé Personnalité de la semaine Radio-Canada/LeDroit en reconnaissance du leadership qu’il exerce en éducation, son engagement envers la communauté et pour l’intégration de méthodes innovatrices qui ont eu un impact direct sur la réussite des élèves.

Selon Bernard Roy, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est : “La nomination de M. Dupuis au poste à la surintendance vient bonifier la gamme d’expertise au sein de l’équipe des cadres supérieurs. Il possède de solides compétences en gestion et en leadership pédagogique et saura contribuer à actualiser la mission du CECCE d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur.”

Monsieur Dupuis accédera à ses nouvelles fonctions pour le début de l’année scolaire tout en assurant une rentrée scolaire réussie à l’École secondaire catholique Garneau et une transition harmonieuse avec la nouvelle direction de l’école qui sera nommée prochainement.

Réjean Sirois prendra la barre du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

3 juillet 2015, OTTAWA - À compter d’octobre prochain, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pourra compter sur Réjean Sirois, à titre de nouveau directeur de l’éducation pour diriger le plus grand conseil scolaire de langue française en province.

Réjean Sirois termine avec brio un mandat de 6 ans à titre de directeur de l’éducation au Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud (CSDCCS) à Toronto : 13 nouvelles écoles ont été construites, les effectifs ont connu une croissance de 2 % par année et les résultats des tests provinciaux ont augmenté dans tous les domaines. De plus il laisse le CSDCCS en bonne posture financière.

« Nous sommes heureux d’accueillir Réjean Sirois au sein du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est » de dire Denis Poirier, président du CECCE. « Son expérience à la tête d’un conseil scolaire en croissance comme le nôtre, dans un milieu diversifié, sera certainement un atout pour permettre au CECCE de poursuivre sa trajectoire vers l’excellence. »

M. Sirois connaît bien la région puisqu’il a assumé la fonction de surintendant de l’éducation pendant 8 ans au Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario. Les grands défis de l’éducation en milieu minoritaire ne lui sont pas étranges puisqu’il a été directeur général de conseils scolaires en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve et enseignant au Nouveau-Brunswick, principalement.

“C’est avec grand plaisir que j’ai accepté le poste de direction de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et je suis très emballé des défis qui m’attendent cet automne” explique Réjean Sirois. “Le CECCE est un chef de file dans le monde de l’éducation et je suis privilégié d’avoir l’occasion de contribuer à l’atteinte de la mission du Conseil.”

Détenteur d’une maîtrise en administration scolaire, d’une maîtrise en administration publique et d’un baccalauréat en éducation physique, M. Sirois a été responsable des dossiers de l’enfance en difficulté, du programme d’intervention préventive en lecture et en écriture, de la petite enfance et des écoles sécuritaires.

Il est président du Conseil ontarien des directrices et des directeurs des conseils catholiques (CODEC) depuis 2012 et a été vice-président du Conseil ontarien des directrices et directeurs de l’éducation de langue française (CODELF) pendant un an.

Réjean Sirois accédera au poste de direction de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est à compter d’octobre prochain. D’ici là, l’actuel directeur de l’éducation, Bernard Roy, reportera sa retraite de quelques mois afin d’assurer une transition harmonieuse en début d’année scolaire.

Budget 2015-2016 : Un budget qui optimise les ressources

Jeudi 4 juin 2015 OTTAWA —  Lors de sa séance ordinaire du 2 juin, les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont approuvé un budget équilibré de 316,6 M$ pour la prochaine année scolaire. Ce budget représente une augmentation de 6,3 M$ (ou 2 %) par rapport à 2014-2015. L’augmentation est directement liée à la prévision d’une croissance de 370 élèves dans les écoles catholiques du Centre-Est pour la prochaine rentrée scolaire.

Le budget comprend des pressions budgétaires de l’ordre de 3,7 M$ lesquelles ont été absorbées par une diminution des budgets à l’extérieur de la salle de classe sans aucune coupure de postes.

Voici donc les faits saillants du budget 2015-2016 :

Embauche de 38 personnes pour mieux répondre aux besoins des élèves

L’approbation du budget 2015-2016 permet d’embaucher 38 membres du personnel supplémentaires, dont 25 enseignantes et enseignants, 2 directions et directions adjointes, 4 secrétaires d’écoles,1,8 concierge, 1 agente aux relations communautaires, 1 agente de petite enfance, 0,5 travailleur social et 0,2 bibliotechnicienne. De plus, 2,5 postes ont été créés en soutien à l’ouverture de nouvelles écoles dont  la nouvelle école secondaire catholique Paul-Desmarais (secteur Fernbank à Ottawa), la nouvelle école secondaire à Orléans ainsi que la nouvelle école élémentaire Avalon Ouest (Orléans).

Un budget équilibré axé sur 4 priorités

Le budget a été planifié en fonction des 4 objectifs de performance prioritaires établis pour la prochaine année scolaire. Voici donc les principales dépenses associées aux priorités annuelles 2015-2016 :

1.       Réduire les écarts de rendement

-          1,6 M$ pour la stratégie d’appui des écoles moins performantes

-          1,8 M$ pour l’appui et l’accompagnement pour la littératie et numératie

-          1,4 M$ pour l’accompagnement du personnel enseignant et éducateur en enfance en difficulté

2.       Offrir un milieu scolaire bienveillant et sécuritaire

-          704 000$ pour un milieu scolaire sécuritaire et bienveillant

-          140 000$ pour la stratégie liée à la santé mentale

-          140 000$ pour les équipements de sécurité dans les écoles élémentaires

-          10 000$ pour la prévention et le traitement des commotions cérébrales

3.       Soutenir la construction identitaire catholique et francophone

-       404 000$ pour l’accompagnement et l’appui du personnel enseignant

-       336 000$ pour des activités culturelles dans les écoles

-       170 000$ pour la stratégie de la vision catholique et de la bienveillance

4.       Recruter et retenir un plus grand nombre d’élèves

-       225 000$ pour le programme et le développement de la stratégie internationale

-       150 000$ pour les campagnes de recrutement, de rétention et de notoriété

-       80 000$ pour le programme de bilinguisme

Autres initiatives organisationnelles

-       8,4 M$ pour le programme des apprenants du français et nouveaux arrivants
-       1,5 M$ pour la petite enfance
-       1,2 M$ pour la formation du personnel enseignant
-       595 000$ pour les programmes spécialisés au secondaire
-       400 000$ pour le développement durable
-       322 800$ pour le maintien de 6 postes en appui à l’utilisation des technologies pour l’apprentissage
-       260 000$ pour la modernisation des bibliothèques à l’ère numérique
-       100 000$ pour mettre en place des projets d’innovation pédagogique dans les écoles

«  Ce budget est le résultat d’un travail de réflexion rigoureux pour optimiser nos ressources pour la réussite et le bien-être des élèves» affirme Denis Poirier, président du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Il s’agit d’un budget qui nous permet de poursuivre notre quête de l’excellence.»

« Nous sommes fiers d’avoir réussi, particulièrement cette année, à maintenir les programmes et services axés sur la réussite et le bien-être des élèves, malgré les défis budgétaires» de dire Bernard Roy, directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Il s’agit d’un budget équilibré qui répond aux besoins des élèves tout en respectant les exigences ministérielles».

L’entrepreneuriat et l’innovation au cœur de la programmation scolaire de la nouvelle École secondaire catholique Paul-Desmarais



Le 17 juin 2015, OTTAWA - Lors de sa séance ordinaire hier soir, les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont voté en faveur de la recommandation de la communauté scolaire en approuvant une nouvelle concentration pour l’École secondaire catholique Paul-Desmarais basée sur l’entrepreneuriat et l’innovation.

Les écoles secondaires du CECCE à Ottawa sont dotées de programmes spécialisés dans le but de répondre aux besoins des élèves, des parents et de la communauté. Ces concentrations permettent aux élèves de la 7e à la 12e année d’obtenir une formation spécialisée et d’approfondir leurs connaissances dans un domaine qui les passionne.

« C’est entre autres grâce à nos programmes spécialisés au secondaire que nous avons le meilleur taux de diplomation en province » précise Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE. « Parce que les élèves du secondaire apprennent dans un contexte qui les passionne, ils sont heureux à l’école et motivés à apprendre. Ces programmes spécialisés leur donnent un avantage concurrentiel lorsque vient le temps de poursuivre leurs études postsecondaires, d’apprendre un métier ou de se diriger vers le marché du travail. »

La nouvelle concentration en entrepreneuriat et innovation a été choisie en fonction d’une large consultation effectuée auprès des élèves, des parents et de la communauté. Plusieurs grands domaines ont été dégagés dont trois qui ont été étudiés dans l’optique d’une concentration pour cette école : technologie et innovation, entrepreneuriat, et arts visuels et digitaux.

Considérant l’arrimage avec des programmes existants, la faisabilité et les liens possibles à tisser avec la communauté étaient plus évidents dans les domaines de l’entrepreneuriat et de l’innovation, c’est cette concentration qui a été retenue.

« Le Conseil est très heureux de voir que la concentration retenue pour la nouvelle École secondaire catholique Paul-Desmarais répond bien au souhait des élèves et de la communauté. L'innovation et l'entrepreneuriat sont des compétences clés qu'il nous est important d'inculquer chez nos jeunes pour assurer la compétitivité de nos entreprises au sein de nos communautés » explique Denis Poirier, président du CECCE.

Dès la première année scolaire en 2015-2016 les élèves de la 7e à la 9e année de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais auront un avant-goût de la nouvelle concentration puisque ses grands concepts seront intégrés au curriculum ainsi qu’aux activités et aux projets de l’école. Les élèves pourront choisir de s’inscrire à la préconcentration en 7e et 8e année ou à la concentration en 9e et 10e année dès février 2016 en prévision de la prochaine année scolaire.

L’École secondaire catholique Paul-Desmarais accueillera ses premiers élèves de la 7e à la 9e année à la rentrée 2015. Ils seront temporairement logés à l’École secondaire catholique Pierre-Savard en attendant que leur nouvel immeuble de la rue Abbott soit prêt, en février 2016.
 

Nouveau programme Focus Zone Sportive à l’école secondaire catholique Marie-Rivier

KINGSTON, le 4 juin 2015 –  L’École secondaire catholique Marie-Rivier a aujourd’hui procédé au lancement officiel de son tout nouveau programme Focus Zone Sportive. Offert dès la rentrée scolaire 2015, ce programme sera axé sur le sport, la santé et le leadership. Conçu pour les élèves de 11e et 12e années et offert aux élèves de 9e et 10e années en préconcentration, il s’adresse aux élèves passionnés par le sport qui souhaitent augmenter leurs capacités physiques et relever des défis.

Bien que l’école offre déjà le programme Sports-vie Active aux élèves en 11e et 12e année, le nouveau programme Focus Zone sportive se distingue en permettant aux athlètes de développer des outils de pointe qui leur permettront de devenir de meilleurs athlètes. Ainsi, les élèves inscrits auront la possibilité d’établir et de suivre un plan d’entraînement physique et de nutrition sportive conçu pour leurs besoins spécifiques. Ils étudieront l’anatomie et la physiologie du corps humain, en lien avec l’activité physique et la prévention de blessures sportives.

Le président du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Denis Poirier, est heureux de cette nouvelle : « Cet ajout de programme démontre bien l’importance d’écouter notre communauté scolaire afin d’améliorer et de développer de nouveaux programmes qui répondent aux besoins de nos élèves. Ce programme Focus permettra aux élèves de développer des outils de pointe leur permettant de devenir de meilleurs athlètes tout en apprenant à  atteindre un équilibre personnel et à travailler en équipe.  »

« Le besoin pour un nouveau programme sportif à l’école fût identifié autant par les élèves que les parents. Il était primordial pour nous d’offrir un programme qui ciblait la santé et le bien-être tout autant que l’activité physique et le leadership, affirme Judith Sincennes, directrice de l’École secondaire catholique Marie-Rivier. « Le programme s’adapte aux élèves selon leur niveau de compétence, il répond à leurs besoins actuels, les pousse à se dépasser tout en encourageant un style de vie équilibré au quotidien. »

L’École secondaire catholique Marie-Rivier offre le programme scolaire de la 7e à la 12e année en plus d’une majeure haute spécialisation en santé, un programme Sports-vie Active et maintenant le programme FOCUS Zone Sportive.

Début de la reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève

OTTAWA, jeudi 4 juin 2015 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi, à la levée de la première pelletée de terre qui marque le début des travaux de reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève située au 2198, rue Arch, Ottawa.

Ce projet, évalué à 6,6 millions de dollars, permettra la rénovation de l’école qui pourra accueillir 714 élèves, comparativement aux 598 places élèves déjà en place. Débutant en juillet 2015, la reconstruction et les rénovations seront complétées pour la rentrée 2016.

L’établissement rénové comprendra :

-          10 nouvelles salles de classe,
-          4 classes additionnelles à la maternelle-jardin,
-          la relocalisation de la bibliothèque, et
-          la rénovation du gymnase.

Selon Denis Poirier, président du CECCE, « Une levée de terre, c’est un geste rempli d’espoir représentant l’engagement de notre Conseil à toujours vouloir offrir les meilleures installations pour l’épanouissement et le bien-être de celles et de ceux qui fréquentent nos écoles. L’événement d’aujourd’hui représente un pas de plus vers un avenir meilleur pour nos élèves. »

« Non seulement, l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève aura de nouveaux locaux, mais tout sera mis en place pour favoriser l’apprentissage à l’ère numérique » explique Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE. « Pour favoriser la collaboration et le travail d’équipe, nous prévoyons l’aménagement des salles de classe reconfigurables. Ces endroits aérés et bien aménagés favoriseront la créativité des élèves. Rien ne sera épargné pour favoriser la réussite et le bien-être de chaque élève. »
 

Choix d’un nom pour la nouvelle école secondaire catholique à Fernbank

Le 28 mai, OTTAWA – À la séance régulière du 26 mai 2015, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a adopté un nom pour l’école secondaire catholique en construction dans le secteur Fernbank de Stittsville (Ottawa). Il s’agira de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais.

«La vie et l’œuvre de Paul Desmarais reflètent les valeurs d’innovation, de leadership et d’entrepreneurship : des valeurs importantes pour la communauté scolaire de la nouvelle école secondaire, affirme Bernard Roy, directeur de l’éducation du CECCE.»

En mars dernier, le Conseil avait demandé au comité du nom de consulter la communauté scolaire en lien avec l’éventuel nom de la nouvelle école secondaire. Une consultation par le biais d’un sondage a été effectuée auprès des membres du personnel et des parents, tutrices et tuteurs des élèves inscrits à la nouvelle école secondaire catholique Fernbank, dont les élèves de 6e, 7e et 8e années des écoles élémentaires nourricières et ceux du Collège catholique Franco-Ouest qui résident dans le secteur de la nouvelle école secondaire. 

«Le Conseil est heureux de la participation de la communauté scolaire et a été à son écoute durant le processus pour choisir le nom de la future École secondaire catholique Paul-Desmarais», affirme Denis Poirier, le président du Conseil.  «Il s’agit d’un excellent choix de la part de la communauté scolaire d’honorer ce grand Franco-Ontarien, homme d’affaires et philanthrope.»

Les élèves de la nouvelle École secondaire catholique Paul-Desmarais seront accueillis temporairement à l'École secondaire catholique Pierre-Savard à la rentrée 2015. Cette mesure est temporaire en attendant l'ouverture du nouvel immeuble en février 2016. Une proposition de programme spécialisé pour l’école, souvent appelée «concentration», sera présentée aux conseillères et conseillers scolaires en juin.

Début de la construction de la nouvelle école secondaire catholique à Orléans

OTTAWA, jeudi 7 mai 2015 — Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi, en compagnie de la députée provinciale d’Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde, à la levée de la première pelletée de terre qui marque le début de la construction tant attendue d’une nouvelle école secondaire catholique de langue française dans le secteur Orléans dans l’est d’Ottawa au 6280, chemin Renaud.

« Cette nouvelle école répondra à un besoin réel exprimé par les familles désirant une éducation catholique de langue française de niveau secondaire pour leur enfant » explique Denis Poirier, président du CECCE. « La hausse des effectifs dans nos deux écoles secondaires dans l’est d’Ottawa est une preuve tangible de la vitalité de la communauté francophone dans ce secteur de la ville. Par le biais de cette nouvelle école, la communauté catholique et francophone ne pourra que continuer à s’épanouir. »  

Ce projet de construction, évalué à 23,4 millions de dollars, permettra la construction d’une école de deux étages pouvant accueillir 781 élèves.

Selon la députée Lalonde : « L’éducation a toujours été une priorité pour notre gouvernement et pour ma circonscription d’Ottawa-Orléans. Aujourd’hui, je suis fière de participer à la première pelletée de terre d’une nouvelle école catholique secondaire de langue française. Notre investissement de $20,6 millions permettra certes de répondre aux besoins de nos étudiants et d’une population grandissante à Orléans. »

« Cette école à la fine pointe permettra aux élèves de développer les compétences du 21e siècle », de dire Bernard Roy, directeur de l’éducation du CECCE. « Nous mettrons en place les programmes et services nécessaires pour que les élèves puissent devenir de jeunes adultes affirmés et épanouis. Je suis confiant que notre personnel dévoué et compétent s’assurera de créer un milieu de vie bienveillant et inspirant pour engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur. »

Le nouvel établissement comprendra :

  • 20 salles de classe
  • 5 laboratoires de sciences
  • 4 laboratoires informatiques et techniques
  • 4 locaux pour la musique, les arts
  • 2 locaux pour l’appui aux élèves
  • 1 scène, centre de ressources, cafétéria, chapelle
  • 1 gymnase triple, 1 salle d’exercice et 4 vestiaires

Pour sa première année d’opération, la nouvelle école secondaire accueillera les élèves de la 7e à la 10e année. S’ajoutera ensuite un niveau par année pour enfin accueillir les élèves de la 7e à la 12e année en 2018-2019.

Dès la rentrée scolaire 2016-2017, le programme d’enrichissement sera offert aux élèves de 7e et 8e année qui sont à la recherche d’un défi académique plus poussé. De plus, suite à la consultation de la communauté scolaire, la nouvelle école secondaire sera dotée d’une concentration qui permettra à tous les élèves d’Ottawa d’avoir accès à une gamme de cours spécialisés centrés autour d’un domaine particulier.

Environ 200 élèves de la 7e à la 9e année habitant dans le secteur de fréquentation des écoles élémentaires catholiques Notre-Dame-des-Champs et Alain-Fortin pourront intégrer le nouvel immeuble en août 2016, date prévue de l’ouverture.

Reconstruction de l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse

OTTAWA, le 10 avril 2015 – Lors d’une conférence de presse cet après-midi, Mme Madeleine Meilleur, députée d’Ottawa-Vanier, a annoncé la reconstruction de l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse. Le ministère de l’Éducation de l’Ontario a accordé une somme de 8,2 millions de dollars pour financer la reconstruction de l’école, qui débutera à l’été 2016.

Selon Denis Poirier, président du Conseil : « Au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, notre souci est toujours d’offrir un milieu de vie où chaque élève est – comme le dit notre mission - engagé à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur. Cette reconstruction permettra de fournir à nos élèves de Vanier des installations de qualité à la hauteur des attentes des familles. »

Les raisons derrière cette reconstruction sont nombreuses. Le bâtiment, construit en 1949, a été doté de sept ajouts au fil des ans. L’édifice qui à l’origine a été construit pour accommoder 886 élèves, la capacité d’une école secondaire, en accueille présentement environ 340. Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se réjouit de la décision du Ministère d’accepter de financer la reconstruction de l’école.

La nouvelle école sera reconstruite sur le même site, et aura une capacité de 390 élèves. Le nouvel établissement plus petit, mais beaucoup plus efficient, permettra au CECCE de faire des économies énergétiques et en entretien annuel de près de 5 millions $ sur 20 ans. De plus, une nouvelle école à la fine pointe permettra de favoriser l’apprentissage des élèves et le développement de leurs compétences à l’ère numérique.

Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE, se réjouit de cette nouvelle pour la communauté. « Horizon-Jeunesse a toujours été un modèle qui répond pleinement aux besoins des élèves et de leurs familles. Il existe dans cette école une grande fraternité entre les parents, la communauté et les membres du personnel. Elle est un phare de la francophonie, un lieu de ralliement de la communauté grâce à ses nombreux partenaires communautaires. »

Situé à Vanier, au 349, rue Olmstead, cet immeuble a connu plusieurs vocations et a vécu le passage de nombreux élèves. Au temps de sa construction, l’établissement servait d’école secondaire. D’abord, c’était l’école secondaire bilingue Eastview High School, ensuite il est devenu l’École  secondaire André-Laurendeau. Par la suite, l’immeuble a abrité, en même temps, deux écoles élémentaires catholiques distinctes : Le Petit Prince, qui accueillait les enfants de la maternelle à la 3e année, et Vision-Jeunesse qui accueillait les élèves de la 4e à la 6e année. En 2010, les deux écoles élémentaires ont été fusionnées en une seule pour former l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse que nous connaissons aujourd’hui.

Le début de la construction est prévu à l’été 2016, et on prévoit la fin des travaux de construction à l’automne 2017.

Bernard Roy finaliste aux Prix d’excellence 2015 du RGA

Le jeudi 12 mars 2015 OTTAWA - Hier soir, le Regroupement des gens d’affaires de la région de la capitale nationale (RGA) a dévoilé les noms des finalistes de ses Prix d’excellence 2015.

Bernard Roy, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) depuis 2010, a été choisi comme finaliste dans la catégorie Dirigeant de l’année, secteur parapublic. Sous son leadership, le conseil scolaire a connu une croissance fulgurante. Il a piloté des projets favorisant la réussite de chaque élève comme la vision technologique au secondaire, le développement durable et l’apprentissage à l’ère numérique.

«Bernard Roy dirige les destinées du CECCE, un réseau de choix pour sept parents francophones sur dix qui demandent un milieu scolaire où leurs enfants pourront s’épanouir et devenir les futurs leaders de leur milieu», de dire Denis Poirier, président du Conseil. «Sous sa direction, le CECCE a obtenu un taux de diplomation de 93 %, une croissance moyenne des effectifs de 2,5 % par année - soit 3 000 élèves en 5 ans - et un taux de satisfaction des parents de 95 %.»

Monsieur Roy s’est dit très touché par la nomination reçue hier : «Au cours des 5 dernières années à la barre du CECCE, ça a été un privilège pour moi de diriger une organisation dont le personnel est pleinement engagé à l’épanouissement et à la réussite de milliers d’enfants», affirme-t-il avec émotion. «Au terme d’une carrière de 34 ans au service des élèves francophones et catholiques, à la veille de ma retraite, cette nomination me fait chaud au coeur.»

Les lauréats seront annoncés le 25 avril prochain dans le cadre du Gala de l’excellence du RGA.

Bernard Roy tire sa révérence du CECCE

Le 11 février 2015, OTTAWA –  Après cinq ans à la barre du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Bernard Roy quitte son poste de directeur de l’éducation et secrétaire-trésorier. Sa carrière de 34 ans s’est entièrement déroulée dans le milieu de l’éducation de la grande région d’Ottawa où il a été au service des élèves et du personnel des écoles catholiques de langue française.

Selon Denis Poirier, président du CECCE, « Bernard Roy est l’illustre produit du système qu’il a aidé à bâtir : il a grandi dans nos écoles comme élève, ensuite il y a consacré toute sa vie professionnelle à titre d’enseignant, de conseiller pédagogique, de directeur d’école, de surintendant et finalement comme directeur de l’éducation. Il a mené une carrière remarquable dans le monde de l’éducation », affirme-t-il. « Les conseillères et conseillers scolaires le remercie pour son leadership visionnaire, son innovation, son souci de la transparence et sa rigueur professionnelle. Son engagement à la réussite et au bien-être de chaque élève et à l’excellence des écoles, services et programmes sont indéniables ».

Un conseil en croissance

Depuis l’entrée en fonction de Bernard Roy à la direction de l’éducation en 2010, le CECCE a attiré 3 000 nouveaux élèves. L’offre d’installations et de services de qualité a été une priorité pour lui. Pas moins de 150 millions $ ont été investis dans la construction de quatre nouvelles écoles élémentaires et deux écoles secondaires, ainsi que dans l’agrandissement de huit écoles élémentaires et de trois écoles secondaires. Une telle croissance a permis l’embauche de 415 membres du personnel supplémentaires au service des élèves. Le CECCE est donc un moteur économique important et le plus important employeur francophone de la région d’Ottawa avec 2 461 employés réguliers et occasionnels.

La réussite sous tous ses angles

Bernard Roy laisse l’organisation avec une nouvelle vision stratégique en vue « d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur », comme le dit la mission du CECCE. À sa sortie du secondaire, l’élève, enrichi et animé par son identité catholique et francophone, aura développé son plein potentiel en devenant un penseur critique et créatif, un adulte épanoui et affirmé, ainsi qu’un citoyen engagé et éthique.

C’est d’ailleurs sous la direction de Bernard Roy que les élèves du CECCE se sont démarqués à plusieurs reprises aux tests de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation de l’Ontario (OQRE). Depuis plusieurs années, ils sont au premier rang en Ontario en lecture, écriture, mathématiques (3e année), en mathématiques (6e année) et au test provincial de compétences linguistiques (10e année). De plus, le taux de diplomation est de 93 % et le taux de décrochage des élèves se maintient à 1,1 % depuis cinq ans.

Place à l’innovation

Parmi les projets innovants dont Bernard Roy est particulièrement fier, il y a les programmes spécialisés, dont l’ajout de 19 programmes FOCUS, qui permettent aux élèves du secondaire de vivre des expériences authentiques d’apprentissage dans un domaine du monde du travail.

La mise en œuvre de l’apprentissage à l’ère numérique amène les élèves à s’adapter à un monde en perpétuel changement par des activités de collaboration. C’est sous la direction de Bernard Roy que toutes les écoles ont été équipées de la technologie d’accès sans fil à Internet. En cinq ans, pas moins de 10 000 ordinateurs et 1 000 tableaux interactifs ont été acquis pour soutenir les initiatives pédagogiques et technologiques. Les écoles sont maintenant bien outillées pour intégrer la pédagogie et les nouvelles technologies permettant aux élèves de développer leur citoyenneté numérique.

C’est sous la gouverne de Bernard Roy que le Programme d’accueil des élèves internationaux a pris son envol. Le CECCE a d’ailleurs été le premier conseil scolaire de langue française en Ontario à offrir un tel programme.

Il a également veillé à la mise en place d’une certification de bilinguisme faisant du CECCE le premier conseil scolaire de langue française à l’extérieur du Québec à utiliser le Test of English for International Communication (TOEIC), un outil reconnu internationalement.

C’est donc avec le sentiment du devoir accompli que Bernard Roy se retire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est : « Je songe aux cinq dernières années à la barre du CECCE avec énormément de fierté. C’est grâce au travail d’équipe des membres du personnel que nous avons pu relever de beaux défis et réaliser de grandes choses », dit-il. « Grâce à notre personnel engagé et bienveillant, les écoles catholiques du Centre-Est seront toujours reconnues pour l’excellence de leurs programmes et services, et surtout, pour leur souci de la réussite et du bien-être de chaque élève. Le Conseil est en excellente posture pour demeurer un chef de file du monde de l’éducation. »

Bernard Roy quittera ses fonctions en juillet 2015. Les conseillères et conseillers scolaires mettront prochainement en place un processus de sélection d’une nouvelle personne à la direction de l’éducation.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Installation de panneaux solaires sur deux écoles secondaires catholiques d’Ottawa

Le lundi 9 février 2015, OTTAWA — Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de s’associer à la Coopérative d’énergie renouvelable d’Ottawa (CÉRO) pour la mise sur pied de deux nouveaux projets d’énergie solaire sur les toits de deux écoles secondaires. Un premier système de 150 kilowatts, installé sur le toit de l’École secondaire catholique Franco-Cité, générera 244 000 kilowatts-heure et 185 000 $ de revenus de location par an. Un deuxième système de 100 kilowatts érigé sur le toit du Collège catholique Franco-Ouest produira 140 000 kilowatts-heure d’énergie verte. La location de la toiture de l’école par la CÉRO permettra de verser 60 000 $ de revenus au CECCE pour ses projets de développement durable.

« Les élèves pourront bénéficier d’une valeur pédagogique ajoutée pour l’apprentissage relié à l’énergie renouvelable puisque les panneaux pourront faire l’objet d’analyses et de discussions en salle de classe » de dire Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE. « Ainsi, nous formons une génération d’écocitoyens qui seront en mesure de contribuer activement à la création d’un monde plus juste, plus vert, et plus solidaire. »

Ces deux nouveaux projets communautaires d’énergie solaire s’ajoutent aux dix autres écoles du CECCE branchées au système d’électricité ontarien. Les revenus de location seront générés en vertu d’un contrat de 20 ans que la CÉRO a signé avec l’Office de l’électricité de l’Ontario (OEO).  Il est prévu que les nouvelles installations solaires à l’École secondaire catholique Franco-Cité et au Collège catholique Franco-Ouest soient intégrées au réseau électrique provincial en février 2015.

Selon le président du CECCE, Denis Poirier, ce projet reflète l’engagement du Conseil en matière de développement durable – une composante importante de la vision stratégique du CECCE : « Le Conseil vise à agir en écocitoyen et à former des écocitoyens », affirme-t-il. « Voilà pourquoi nous estimons que l’élève doit être un citoyen engagé et éthique ayant une vision et un comportement écoresponsables ».

Le CECCE a mis en place son plan de développement durable en 2009. En plus des nombreuses initiatives visant la réduction de la consommation de papier, l’économie d’énergie, les systèmes de récupération d’eau et la réduction des déchets, le Conseil intègre le développement durable dans l’enseignement à l’élémentaire et au secondaire.

Le CECCE s’est déjà associé à la Coopérative d’énergie renouvelable d’Ottawa pour un premier projet solaire de 74 kilowatts déjà installé au Collège catholique Samuel-Genest. Celui-ci a commencé à produire de l’électricité en juillet 2014. On s’attend à ce qu’il fournisse plus de 100 000 kilowatts-heure par année au réseau électrique de l’Ontario, de quoi alimenter 2,5 millions d’ampoules de 40 watts pendant une heure. Il s’agit d’une opération qui, en 20 ans, rapportera 140 000 $ de revenus de location aux initiatives de développement durable du CECCE.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Le CECCE présente Fier et métissé

OTTAWA, le 9 février 2015 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) en partenariat avec le ministère de l’Éducation de l’Ontario et la troupe de théâtre L’Écho d’un peuple est fier de présenter le 12 février prochain à l’École secondaire catholique Franco-Cité, le spectacle Fier et métissé.

En effet, le CECCE orchestre la production d’un spectacle haut en couleur mettant en scène plus de 150 comédiens, danseurs et chanteurs de la 7e année et à la 12e année. L’objectif de ce spectacle adapté avec la collaboration de la troupe de théâtre de renom L’Écho d’un peuple est de permettre à plus de 1 300 élèves de 8e année du CECCE de se familiariser avec les valeurs et l’histoire des Premières Nations et Métis. Une représentation de soirée est également offerte aux parents des élèves, au grand public et aux membres de la communauté intéressés à y assister.

«Une fois de plus, le CECCE démontre son engagement dans la construction et la promotion d’une identité inclusive aux cultures autochtones, l’affirmation de l’identité métisse et la célébration de la fierté franco-ontarienne. La diffusion de ce spectacle revêt également une importance capitale pour le CECCE dans la transmission de connaissances patrimoniale et historique à nos élèves et plus largement à l’ensemble de la communauté.», a déclaré le président du CECCE, Monsieur Denis Poirier.

Bernard Roy, directeur de l’éducation du CECCE, a également tenu a précisé : «Cette initiative qui sera dorénavant présentée annuellement dans nos écoles secondaires, fait état de la grande importance qu’accorde notre organisation à la création de milieux scolaires accueillants et valorisants pour l’ensemble de nos élèves, incluant nos élèves issus des communautés des Premières Nations, métisses et inuites. »

Pour obtenir plus de détails concernant la représentation ouverte au grand public et l’initiative Fier et métissé du CECCE, communiquez avec Roxanne Dupont au 613 744-2555 poste 33326 ou  duponr@ecolecatholique.ca.

 

Jason Dupuis, récipiendaire du prix Canada’s Outstanding Principals

Le mardi 27 janvier, OTTAWA –  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier d’apprendre que Jason Dupuis, directeur de l’École secondaire catholique Garneau, a été sélectionné comme l’un de 40 directeurs d’écoles récipiendaires du prix national remis par The Learning Partnership. Il devient ainsi le premier directeur d’une école secondaire de langue française à recevoir ce prix prestigieux.

The Learning Partnership reconnaît chaque année 40 directions d’écoles exceptionnelles qui se sont démarquées en matière de leadership en éducation, d’engagement envers la communauté et par l’intégration de méthodes innovatrices qui ont eu un impact direct sur la réussite des élèves.

« Monsieur Dupuis répond aux critères de leadership en éducation qui servent de référence à la sélection des directeurs d’école susceptibles de recevoir le prix. Il se distingue au niveau de sa créativité, de sa  pensée critique et de sa grande ouverture d’esprit » de dire Julie Matte, surintendante de l’éducation au CECCE. « Il est constamment à la recherche de solutions dynamiques en collaboration avec son personnel, ses élèves et sa communauté  - notamment en ce qui a trait à l’amélioration des résultats académiques et du bien-être de ses élèves. »

« Sous le leadership de M. Dupuis, l’École secondaire catholique Garneau a vécu une vague de transformation de l’apprentissage en salle de classe. Il a su mobiliser son équipe, les élèves et leurs parents autour de ce grand projet qu’est l’apprentissage à l’ère numérique » de dire Bernard Roy, Directeur de l’éducation du CECCE. « Ce virage mène à une pédagogie engageante, différenciée, propice aux échanges et à l’épanouissement de chaque élève. Il l’incite  découvrir son monde avec curiosité tout en cultivant la pensée critique. »

Les directions récipiendaires du prix participeront à un programme de formation en leadership exclusif au Rotman School of Management de l’Université de Toronto, une des écoles de commerce les plus réputées au pays.

Elles seront également intronisés à l’Académie nationale du Learning Partnership qui compte 350 membres ; soit tous des leaders en éducation qui ont été reconnus par cette organisation. Les directions seront honorées lors du gala annuel qui se déroulera le 24 février prochain à Toronto.

Du nouveau à la table politique du CECCE

OTTAWA, le 4 décembre 2014 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a procédé mardi soir à sa séance inaugurale et organisationnelle. C’était l’occasion d’assermenter les conseillères et conseillers scolaires pour un nouveau mandat de quatre ans.

L’honorable Madeleine Meilleur, procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones, était présente pour officialiser l’engagement des onze conseillères et conseillers scolaires. Notons qu'il y a deux nouveaux visages à la table politique du Conseil, soit le conseiller Robert Lemelin qui représente les contribuables de Renfrew et South Algonquin, et la conseillère Anouk Tremblay, représentante de Lanark, Leeds et Grenville.

Denis Poirier, conseiller scolaire dans le quartier Beacon Hill-Cyrville et Rideau-Rockcliffe a été reconduit à la présidence du conseil : « Je suis fier de pouvoir faire vivre la nouvelle vision du CECCE avec les autres membres du Conseil » a-t-il déclaré. « Nous continuerons à revendiquer auprès du ministère de l’Éducation de l’Ontario des installations de qualité pour nos élèves, leurs familles et toute la communauté ». De plus, la conseillère Johanne Lacombe a été reconduite à son poste de vice-présidente pour un 2e mandat.

Le directeur de l’éducation Bernard Roy en a profité pour présenter les faits saillants du rapport annuel 2013-2014. Dans sa présentation faisant état des réussites du CECCE au cours de la dernière année scolaire, le directeur de l’éducation a tenu à souligner l’apport de plusieurs acteurs: « Les conseillères et conseillers scolaires font une importante contribution en prenant les bonnes décisions pour le plus grand bien de nos élèves et de nos communautés scolaires », a-t-il dit. Monsieur Roy en a profité pour remercier les parents de leur confiance. Il a d’ailleurs tenu à reconnaître la passion de tous les membres du personnel qui travaillent pour assurer le bien-être et le succès de chaque élève.

La vidéo présentée à la séance est disponible en cliquant ici. Le rapport annuel complet est disponible en ligne au 2013-2014.ecolecatholique.ca.  

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Début de la construction de la nouvelle école secondaire catholique à Fernbank

OTTAWA, vendredi 7 novembre 2014 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé ce matin à la levée de la première pelletée de terre qui marque le début de la construction tant attendue d’une nouvelle école catholique de langue française dans le secteur Fernbank dans l’ouest d’Ottawa au 5315, rue Abbott.

Ce projet de construction, évalué à 27,1 millions de dollars, permettra la construction d’une école de deux étages pouvant accueillir 759 élèves.

Le nouvel établissement comprendra :

17 salles de classe
5 laboratoires de sciences
5 laboratoires informatiques et techniques
5 locaux pour la musique, les arts
3 locaux pour l’appui aux élèves
1 scène, centre de ressources, cafétéria, chapelle
1 gymnase triple, 1 salle d'exercice et 4 vestiaires

Pour sa première année d’opération, la nouvelle école secondaire accueillera les élèves de la 7e à la 9e année, et s’ajoutera ensuite un niveau par année pour enfin accueillir les élèves de la 7e à la 12e année en 2018-2019.

Puisque la construction ne sera pas terminée à la rentrée 2015, les élèves seront logés de façon temporaire à l’École secondaire catholique Pierre-Savard pour le premier semestre, jusqu’en février 2016.

Dès la rentrée scolaire 2015-2016, le programme d’enrichissement sera offert aux élèves de 7e et 8e année qui sont à la recherche d’un défi académique plus poussé. De plus, suite à la consultation de la communauté scolaire, la nouvelle école secondaire sera dotée d’une concentration qui permettra à tous les élèves d’Ottawa d’avoir accès à une brochette de cours spécialisés centrés autour d’un thème global.

“Cette nouvelle école répondra à un besoin réel exprimé par les familles désirant une éducation catholique de langue française de niveau secondaire pour leur enfant” explique Denis Poirier, président du CECCE. “La hausse des effectifs dans nos deux écoles secondaires dans l’ouest d’Ottawa est une preuve tangible de la vitalité de la communauté francophone dans ce secteur de la ville. Par le biais de cette nouvelle école, la communauté francophone de l’ouest d’Ottawa ne pourra que continuer à s’épanouir.”  

Selon Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE : “La levée de la première pelletée de terre est beaucoup plus que l’action de remuer le sol avec une pelle. Nous préparons symboliquement le terrain pour ce qui s’y construira bientôt, soit un milieu de vie bienveillant dans lequel chaque élève pourra apprendre, poursuivre ses rêves et bâtir un monde meilleur.”

Environ 300 élèves de la 7e à la 9e année habitant dans le secteur de fréquentation des écoles élémentaires catholiques Élisabeth-Bruyère (excluant Bells Corners), J.-L.-Couroux, Saint-Jean-Paul-II, Roger-Saint-Denis (excluant Crystal Beach) et Saint-Rémi pourront intégrer le nouvel immeuble en février 2016, date prévue de l’ouverture.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

École secondaire catholique Fernbank : Le CECCE annonce les détails de l’ouverture et le secteur de fréquentation

OTTAWA, le mercredi 29 octobre 2014 À la séance ordinaire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est du 28 octobre, les conseillères et conseillers scolaires ont pris d’importantes décisions en lien avec la date d’ouverture et le secteur de fréquentation de la nouvelle école secondaire catholique Fernbank, dans le secteur Kanata de la Ville d’Ottawa.

Ouverture du nouvel édifice reportée

L’édifice en construction au 5315, rue Abbott, ouvrira en février 2016, au lieu de  septembre 2015, en raison, entre autres, des retards dans l’achat du terrain (occasionnés par le zonage, la disponibilité des services municipaux) et de l’approbation du permis de construction de la Ville d’Ottawa. Les travaux de construction n’ont donc pu débuter qu’en septembre 2014.

Site temporaire

À la rentrée 2015, les élèves de la 7e à la 9e année de l’école secondaire Fernbank seront logés, de façon temporaire, à l’École secondaire catholique Pierre-Savard, dans le secteur Barrhaven d’Ottawa. Le premier semestre se déroulera donc à l’école Pierre-Savard (de septembre 2015 à janvier 2016). Ce plan de contingence est nécessaire étant donné que le Collège catholique Franco-Ouest (CCFO) a atteint sa capacité maximale et ne peut accueillir davantage d’élèves en septembre 2015.

Une transition harmonieuse

Le CECCE s’assurera d’une transition harmonieuse des élèves à l’horaire et au fonctionnement de leur nouvelle école. À titre d’exemple, les groupes-classes de la future école secondaire seront déjà formés au site temporaire de Pierre-Savard et ils seront transférés au nouvel édifice en février 2016. De plus, même sur le site temporaire, l’heure d’ouverture des classes des élèves de l’école Fernbank sera à 9 h 15 (comme sur le nouveau site) alors que les élèves de Pierre-Savard débuteront les classes à 8 h 10 selon leur horaire habituel.

Afin de s’assurer de la bonne répartition des élèves en fonction de la capacité d’accueil des 3 écoles secondaires de l’ouest d’Ottawa, les élèves qui seront en 10e-11e-12e années en 2015-2016 poursuivront leurs études dans leur école secondaire d’origine (Franco-Ouest ou Pierre-Savard), jusqu’à l’obtention de leur diplôme. La nouvelle école secondaire Fernbank, quant à elle, offrira la 7e, 8e et 9e année en 2015-2016 et s’ajouteront la 10e année en 2016-2017, la 11e en 2017-2018 et la 12e année en 2018-2019.

Nouveaux secteurs de fréquentation

Le 20 mai dernier, le CECCE a consulté les communautés scolaires des écoles élémentaires de l’ouest d’Ottawa ainsi que les parents des élèves des écoles secondaires catholiques Pierre-Savard et Franco-Ouest. En tout, 90 personnes ont participé à la consultation publique. La présentation avait de plus été affichée sur le site Internet du CECCE pour la rétroaction des parents.

Voici comment seront répartis les élèves des secteurs de fréquentation des écoles élémentaires nourricières par école secondaire (les nouveautés sont en caractères gras) :

Écoles secondaires

Écoles nourricières

Franco-Ouest

Partie d’Édouard-Bond, secteur Bells Corners d’Élisabeth-Bruyère, Laurier-Carrière, secteur Crystal Beach de Roger-Saint-Denis, Saint-François-d’Assise, Terre-des-Jeunes.

Pierre-Savard

 

Partie de Bernard-Grandmaître et de Sainte-Bernadette, Jean-Robert-Gauthier, Pierre-Elliott-Trudeau, Sainte-Kateri et Sainte-Thérèse-d’Avila, Sainte-Marguerite-Bourgeoys (partie nord).

Fernbank

 

Élisabeth-Bruyère (excluant Bells Corners), J.-L.-Couroux, Saint-Jean-Paul II, Roger-Saint-Denis (excluant Crystal Beach), Saint-Rémi.

 

À la demande des parents, le secteur environnant Crystal Beach (Kanata) sera maintenu dans le secteur de fréquentation du Collège catholique Franco-Ouest. Le secteur nord de Sainte-Marguerite-Bourgeoys (Merrickville), qui fait présentement partie du secteur de fréquentation du Collège catholique Franco-Ouest, sera intégré au secteur de l’École secondaire catholique Pierre-Savard. Les élèves de la 7e année à la 9e année du secteur de Laurier-Carrière seront redirigés au Collège Franco-Ouest dès la rentrée 2015. Cependant, les élèves de la 10e à la 12e année pourront continuer à Pierre-Savard avec transport.

Pour consulter la carte du secteur de fréquentation de la nouvelle école secondaire catholique de Fernbank cliquez ici.
Pour consulter la carte du nouveau secteur de fréquentation du Collège catholique Franco-Ouest, cliquez ici.
Pour consulter la carte du nouveau secteur de fréquentation de l'École secondaire catholique Pierre-Savard, cliquez ici.

Le président du CECCE, Denis Poirier, est confiant que la communauté de l’ouest sera bien desservie : «Les nouveaux secteurs de fréquentation répondent aux préoccupations et besoins communs des familles des communautés scolaires concernées», dit-il. «Tels que tracés, les nouveaux secteurs assurent la viabilité des 3 écoles secondaires catholiques de langue française de l’ouest d’Ottawa.»

Bernard Roy, directeur de l’éducation du CECCE, constate les avantages: «À court-terme, les nouveaux secteurs de fréquentation permettent de soulager le surpeuplement du Collège catholique Franco-Ouest. À long-terme, les effectifs sont répartis de façon à optimiser les taux d’occupation de chacune des écoles secondaires et d’élargir l’offre d’une éducation francophone de qualité dans l’ouest de la ville d’Ottawa.»

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

-30-

Renseignements : Roxanne Deevey, Directrice des communications et relations communautaires - ligne médias : 613-746-3525

courriel : deever@ecolecatholique.ca

Les séances du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est Web-diffusées

OTTAWA, le 24 octobre 2014 –  Dans un souci d’informer le public au sujet des décisions prises par les conseillères et conseillers scolaires, les séances publiques du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) seront diffusées en direct sur le Web à partir du mardi 28 octobre 2014 à 19 h

Rendez-vous sur le www.ecolecatholique.ca/seances et choisissez l’option "Diffusion en direct" ou "Live Streaming". Les membres du public peuvent également assister en personne en se rendant au Centre éducatif du CECCE, 4000, rue Labelle (près du Centre commercial St-Laurent), Ottawa.

SUJETS À L’ORDRE DU JOUR DU 28 OCTOBRE 2014 – 19 h
  • Honneurs et mérites - Reconnaissance certification Éco-Écoles
  • Réaménagement des communautés scolaires : Ouverture de la nouvelle école secondaire de Fernbank en septembre 2015 – Plan de contingence
  • Réaménagement des communautés scolaires : Modification des secteurs de fréquentation scolaire du collège catholique Franco-Ouest et l’école secondaire catholique Pierre-Savard, et création du secteur de fréquentation scolaire de l’école secondaire catholique de Fernbank
  • Situation et activités financières : Financement d’un projet de panneaux solaires à même la réserve d’économie d’énergie
  • Traitement des parents et des élèves : Données
  • Cheminement professionnel : Nombre de crédits attendu et Taux de décrochage
  • Structure des comités : Nomination de membres de l’APFED au Comité consultatif pour l’enfance en difficulté.

Le calendrier des séances du Conseil est disponible auwww.ecolecatholique.ca/seances.
 
Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Journée mondiale de la santé mentale - Le CECCE procède au lancement de nouveaux outils!

OTTAWA, 10 octobre 2014 –  En ce 10 octobre, Journée mondiale de la santé mentale, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de procéder au lancement de 18 trousses d’information portant sur la santé mentale, créées en partenariat avec le Centre Psychosocial et la Fondation Cowan.

La santé mentale revêt une importance capitale au CECCE puisque le bien-être et la santé sont des facteurs essentiels à la réussite scolaire des élèves. Comme l’indique Bernard Roy, directeur de l’éducation, « nous sommes heureux de remettre ces trousses d’information sur la santé mentale à nos travailleurs sociaux, nos psychologues et nos intervenants, afin qu’ils continuent de fournir l'encadrement et l'accompagnement nécessaires au développement du plein potentiel de chaque élève ».

Les trousses sont divisées en plusieurs thématiques et offrent des liens rapides vers des agences ou des ressources spécialisées en santé mentale afin que les intervenants, les enseignants et les parents puissent mieux appuyer les élèves. Les trousses sont disponibles sur le site Web du Centre Psychosocial.

Une trousse portant sur le traumatisme psychique a de plus été lancée aujourd’hui et est disponible sur le même site Web. Deux trousses sont aussi en voie de finalisation et y seront affichées sous peu.

Le CECCE a donc pu s’unir au Centre Psychosocial et à la Fondation Cowan afin d’outiller le personnel scolaire, les intervenants et les familles, tout en contribuant à réduire la stigmatisation et inciter la communauté à promouvoir une bonne santé mentale.

Le directeur général du Centre Psychosocial, René-Guy Cantin, affirme que le projet s’inscrit de plus dans la continuité : « nous nous engageons à poursuivre notre projet commun en produisant d’autres trousses qui pourront répondre à des problématiques spécifiques ou émergentes et qui seront mises à la disposition des intervenants dès leur conception ».

Lucie Leroux, experte-conseil principale du Groupe Assurance Cowan, affirme aussi que la Fondation Cowan est « fière de s’être associée à une telle initiative qui se veut un outil de support qui fait la différence dans la vie des enfants et des jeunes ».

La Journée mondiale de la santé mentale vise à sensibiliser le grand public aux problèmes de santé mentale et aux ressources disponibles. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les écoles sont l’endroit parfait pour promouvoir la santé mentale chez les enfants et les jeunes.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Un vent de nouveauté souffle sur l’École élémentaire catholique Sainte-Anne

OTTAWA, 3 octobre 2014 –  Suite aux trois phases de construction, rénovation et démolition, l’École élémentaire catholique Sainte-Anne a procédé aujourd’hui à l’inauguration de ses nouvelles installations situées sur la promenade Beausoleil, en Basse-Ville d’Ottawa. Ce projet de construction de 7,2 millions de dollars visait à donner un vent de fraîcheur à cet établissement scolaire construit en 1955.

Les nouvelles installations comprennent 5 salles de classe, une bibliothèque, une salle de collaboration et une nouvelle garderie. Cette dernière peut d’ailleurs accueillir 30 bambins et enfants d’âge préscolaire. Toutes les anciennes classes ont de plus été rénovées afin de créer des locaux aérés favorisant la créativité des élèves.

Grâce à ces nouveaux espaces de travail modernes, les élèves peuvent modifier la disposition des locaux à l’aide de mobiliers facilement reconfigurables, de tableaux blancs interactifs sur roues, d’ordinateurs portables et de tablettes électroniques. Ainsi seront facilités le développement des compétences au niveau de la collaboration, de la communication et de la pensée critique à l’ère numérique. Avec l’accès Internet sans fil partout dans l’école, les élèves ont de plus la mobilité qu’il leur faut pour travailler dans un endroit qui les inspire et qui répond à leurs besoins. 

L’école Sainte-Anne est aussi nouvellement munie d’équipements qui rendent l’ensemble de l’école complètement accessible à tous les élèves. Notons d’ailleurs que l’école Sainte-Anne est la seule école de la Basse-Ville d'Ottawa qui répond directement aux besoins des enfants polyhandicapés.

La rénovation des infrastructures de l’école était plus que nécessaire pour cette école qui s’avère être l’une des plus anciennes du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). Selon Denis Poirier, président du CECCE, « par l’agrandissement et la rénovation de l’établissement, nous sommes heureux de pouvoir répondre aux besoins des familles de la Basse-Ville et des environs qui désirent une éducation catholique de langue française de qualité pour leurs enfants ».

Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE, indique aussi que ces nouvelles installations contribueront à la réussite et au bien-être des élèves de l’école selon l’évolution des nouvelles pédagogies et des technologies émergentes à l’ère numérique : « Nous souhaitons que les nouvelles installations mises à la disposition des élèves continuent à leur donner ce sentiment d’appartenance et cette fierté de faire partie de la grande famille de l’École élémentaire catholique Sainte-Anne ».

L’École élémentaire catholique Sainte-Anne offre une éducation catholique de langue française à 180 élèves de la maternelle à la 6e année, ainsi que le programme « Petits pas à trois », une prématernelle pour les enfants de trois ans. L’établissement scolaire est de plus la seule école catholique de langue française du Centre-Ville, de la Côte-de-Sable et de la Basse-Ville.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Le CECCE et le Centre Culturel Frontenac forgent un partenariat

 Le 26 septembre 2014

KINGSTON –  À l’ouverture de la saison artistique 2014-2015 du Centre Culturel Frontenac (CCF), le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier d’annoncer un nouveau partenariat unissant les deux organismes afin de promouvoir la culture francophone auprès des élèves de la région fluviale. Dans le cadre de l'entente s’échelonnant sur quatre ans, les écoles catholiques de langue française des régions de Kingston, Merrickville, Brockville et Trenton auront accès à des billets gratuits aux spectacles présentés au Théâtre L'Octave à Kingston.

Le CECCE et ses écoles de la région fluviale bénéficieront d’une visibilité accrue lors des spectacles et dans les promotions du CCF. De plus, des billets au tarif étudiant «J'Vais» sont mis à la disposition des élèves dans le but de faire rayonner la culture francophone auprès de la jeunesse. Les écoles comprises dans l’entente sont l’École secondaire catholique Marie-Rivier (Kingston), l’École élémentaire catholique Monseigneur-Rémi-Gaulin (Kingston), l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys (Merrickville), l’Académie catholique Ange-Gabriel (Brockville) et l’École élémentaire catholique L’Envol (Trenton).

La possibilité de renforcer la synergie entre le CECCE et la communauté de la région fluviale réjouie Anne Gutknecht, Directrice générale du Centre Culturel Frontenac : «Il n’y a pas d’éducation sans culture comme il n’y a pas de culture sans éducation. Le Centre culturel Frontenac est fier de compter le CECCE parmi ses partenaires artistiques pour les quatre prochaines années. Ce partenariat contribuera à valoriser la culture francophone au sein de la communauté de Kingston et les Mille Îles et notamment auprès de la relève. Prenons ensemble notre envol artistique.»

« Une entente de cette envergure fourni à nos élèves des occasions de s’imprégner  de la culture francophone pour ainsi devenir des citoyens engagés et des membres actifs de la grande famille franco-ontarienne»,  explique Bernard Roy, Directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Denis Poirier, le président du CECCE est du même avis : « Le Centre culturel Frontenac est déjà un pilier culturel de la région fluviale et ce partenariat va rendre la culture francophone encore plus accessible à nos élèves. »

Test provincial de compétences linguistiques - Les meilleurs résultats en province pour les élèves du CECCE

OTTAWA, 24 septembre 2014 — Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier des résultats obtenus par ses élèves de 9e et 10e années aux tests provinciaux administrés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) au printemps dernier. Selon l’information diffusée aujourd’hui par l’OQRE, les résultats des élèves de 10e année au Test provincial de compétences linguistiques (TPCL) sont les meilleurs en province et les résultats des élèves de 9e année dépassent les exigences provinciales en mathématiques.

En effet, le taux de réussite des élèves de 10e année du CECCE au TPCL est de 92 %. Les élèves de 9e année, quant à eux, ont démontré à 88 % une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) au test théorique de mathématiques. Notons aussi une augmentation de 6 % du taux de réussite au test appliqué de mathématiques pour les élèves de 9e année, comparativement à l’année précédente.

Deux écoles se sont de plus démarquées par leurs résultats. À l’Académie catholique Ange-Gabriel, 100 % des élèves ont atteint les exigences provinciales pour le test théorique de mathématiques tandis qu’au Centre professionnel technique Minto, le même pourcentage a été obtenu pour le test appliqué de mathématiques. Notons aussi que le taux de réussite au TPCL pour ces deux écoles est de 100 %.

Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE, souhaite souligner que « les excellents résultats obtenus par nos élèves de 9e et 10e années aux tests provinciaux s’ajoutent à ceux diffusés la semaine dernière pour les élèves de 3e et 6e années. Ces résultats démontrent que de la maternelle à la 12e année, le personnel de nos écoles travaille en collaboration pour appuyer et engager chaque élève dans son apprentissage afin qu’il chemine vers le développement de son plein potentiel ».

Les résultats des élèves de 9e année en mathématiques réjouissent aussi Denis Poirier, président du CECCE : « Nous sommes fiers de constater que les stratégies pédagogiques préconisées dans les écoles du CECCE fonctionnent en mathématiques. Ces résultats confirment notre vision de chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage ».

Rappelons qu’en 3e et 6e années, les résultats des élèves du CECCE aux tests provinciaux administrés par l’OQRE se situent premiers en Ontario dans 4 des 6 résultats diffusés le 17 septembre dernier, soit en mathématiques pour les élèves de 3e et 6e années ainsi qu’en lecture et écriture pour les élèves de 3e année.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Des résultats en tête de file aux tests provinciaux pour les élèves du CECCE

Pour diffusion immédiate

Le mercredi 17 septembre 2014

OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier des résultats obtenus par ses élèves de 3e et 6e année lors des tests provinciaux administrés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) au printemps dernier. Les résultats obtenus par les élèves sont les meilleurs en province dans 4 des 6 résultats diffusés aujourd’hui, soit en mathématiques pour les élèves de 3e et 6e année ainsi qu’en lecture et écriture pour les élèves de 3e année.

La très grande majorité des élèves de 3e et de 6e année ont surpassé les attentes fixées par la province, en démontrant une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) des matières évaluées. En effet, 88 % des élèves de 3e année ont obtenu un rendement de niveau 3 ou 4 en lecture et en écriture, et 85 % au test de mathématiques. Les élèves de 6e année ont eux aussi obtenu des résultats très satisfaisants; 93 % des élèves ont obtenu un rendement de niveau 3 ou 4 en lecture, 92 % en écriture, et 86 % en mathématiques.

Le CECCE souhaite aussi souligner les résultats de quatre écoles où 100 % des élèves ont obtenu un rendement de niveau de 3 ou 4 à la fois en lecture, en écriture et en mathématiques. Il s’agit des élèves de 3e année de l’École élémentaire catholique J.-L.-Couroux ainsi que des élèves de 6e année de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau, l’École élémentaire catholique Saint-Guillaume et l’École élémentaire catholique Sainte-Kateri.

Dans le rapport provincial de l’OQRE diffusé aujourd’hui, notons de plus la sélection de l’équipe-école de l’École élémentaire catholique Saint-François-d’Assise, qui a été reconnue pour la façon dont le personnel utilise les données fournies par l’OQRE afin d’améliorer son approche pédagogique. (disponibie ici)

Encore une fois, les élèves des écoles catholiques du Centre-Est se sont démarqués par l’excellence de leurs résultats. Comme l’indique Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE, « La réussite des élèves ne serait possible sans l’appui de tous les membres du personnel du CECCE qui tous les jours, offrent aux élèves l’encadrement et l’accompagnement nécessaires à leur bien-être et à leur réussite. C’est grâce à leur dévouement qu’il est possible d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur ».

Le président du CECCE, Denis Poirier, se réjouit lui aussi des résultats obtenus par les élèves aux tests de l’OQRE : « Ces résultats démontrent que le CECCE continue à se démarquer par ses pratiques pédagogiques novatrices, qui transforment l’expérience d’apprentissage des élèves et aident ces derniers à développer leur plein potentiel ».

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Projet de construction d’une nouvelle garderie pour l’École élémentaire catholique George-Étienne-Cartier

OTTAWA, le 8 septembre 2014 -  Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier d’annoncer l’ouverture d’une nouvelle garderie préscolaire ainsi qu’un service de garde parascolaire à l’École élémentaire catholique George-Étienne-Cartier dans le quartier Hunt Club-Ottawa Sud dès septembre 2015.

«Il est impératif pour le Conseil d’offrir une gamme de services qui appuient les familles » de dire Denis Poirier, président du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. «L’apprentissage du français est fondamental à l’épanouissement de l’enfant dans nos écoles catholiques de langue française. Ces nouveaux services répondent pleinement aux besoins des familles ».

Garderie pour les enfants de 18 mois à 4 ans

Le nouvel ajout à l’école pourra accueillir 15 enfants de 18 à 30 mois ainsi que 24 préscolaires de 2 ans et demi à 4 ans. On y offrira des services de garde de qualité dans un environnement entièrement francophone au cœur de la communauté urbaine de Hunt Club - Ottawa Sud. La garderie sera accessible à tous les enfants d’âge préscolaire à compter de septembre 2015.

Programmes parascolaires pour enfants de la maternelle à la sixième année

En lien avec la garderie préscolaire, les services offerts  incluront un programme parascolaire pour les enfants d’âge scolaire avant ou après l’école. Ce service remplacera les services présentement offerts à l’école et visera à desservir un plus grand nombre de familles.

« L’École élémentaire catholique George-Étienne-Cartier permet déjà aux francophones et aux familles bilingues de recevoir les services dont ils ont besoin pour assurer l’encadrement et l’accompagnement nécessaires au développement de leur enfant. Cette nouvelle garderie confirme cet engagement auprès de la communauté » explique Bernard Roy, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Les parents intéressés par le service de garderie préscolaire ou par les services de garde avant et après l’école peuvent s’inscrire à la liste d’attente de l’École George-Etienne-Cartier - garderie et programme de journée prolongée au www.ottawa.ca/gardedenfants .

Un financement de 720 000 $ octroyé par une entente Canada-Ontario permet la construction des locaux qui permettront d’offrir ce service à même l’école.

Avec l’offre d’un service de garde et d’un service parascolaire, en plus de l’offre de son programme scolaire régulier de la maternelle à la 6e année, l’École élémentaire catholique George-Étienne-Cartier accueille plus de 330 élèves dans son école d’Ottawa.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Les écoles élémentaires catholiques d’Ottawa ouvrent leurs portes aux enfants âgés de 0 à 6 ans

OTTAWA, le 3 septembre 2014 – Un jour par semaine, pendant toute l’année scolaire, les enfants de 0 à 6 ans seront invités à participer à un groupe de jeux dans 5 écoles élémentaires catholiques d’Ottawa.

Ce sont les éducatrices du programme de prématernelle Petits pas à trois qui accueilleront les bébés, les bambins et les enfants, ainsi que leur parent ou responsable de garde, dans les locaux de l’école, aménagés spécialement pour les tout-petits.

Pendant les groupes de jeux d’une durée de deux heures, les enfants pourront compter sur un personnel spécialisé pour leur apprendre des comptines et des chansons, lire des livres et animer des histoires pendant l’heure du conte, faire des bricolages et s’amuser, et ce, entièrement en français.

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier de pouvoir ouvrir ses portes à ses futurs élèves et aux familles de la communauté qui cherchent des activités en français pour leurs tout-petits » de dire Denis Poirier, président du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). « C’est également une occasion pour les parents et les responsables de garde de se familiariser avec l’école de leur quartier ».
 
« Puisque nos programmes de prématernelle pour les enfants de 3 ans, Petits pas à trois, ne peuvent qu’accueillir un nombre limité d’enfants pendant l’année scolaire, cette initiative permettra à beaucoup plus d’enfants de bénéficier d’un environnement francophone, adapté à leurs besoins pour jouer, pour se développer et pour apprendre » explique Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE.

Des partenariats prisés avec des organismes d’Ottawa permettront également aux parents et aux responsables de garde d’obtenir des renseignements et des conseils de spécialistes de tous genres qui visiteront les groupes de jeux.

Les groupes de jeux seront offerts pendant l’année scolaire à partir de cette semaine dans les écoles suivantes, selon l’horaire établi :
 

École élémentaire catholique
Horizon-Jeunesse
349, rue Olmstead
les lundis de 10 h à 12 h
et de 13 h à 15 h
École élémentaire catholique
La Vérendrye
614, pr. Eastvale
les lundis de 9 h à 11 h
et de 12 h 30 à 14 h 30
École élémentaire catholique
Sainte-Bernadette
3781, rue Sixth
les mercredis de 8 h 45 à 10 h 45
et de 13 h à 15 h
École élémentaire catholique Marius-Barbeau
1345, av. Nottinghill
les vendredis de 9 h à 11 h
et de 13 h à 15 h
École élémentaire catholique
Sainte-Anne
235, promenade Beausoleil
les vendredis de 9 h à 11 h
et de 13 h à 15 h
 

 
Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

De nouveaux locaux pour les Faucons de l’École secondaire catholique Franco-Cité

 Vendredi 29 août 2014 – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi à l’inauguration des nouvelles installations sportives de l’École secondaire catholique Franco-Cité. C’est avec joie qu’à la suite de la cérémonie protocolaire, les invités ont pu visiter les nouveaux gymnases doubles et les salles d’entrainement qui s’y rattachent ainsi que 6 nouvelles salles de classe. L’ajout de ces gymnases fait de Franco-Cité l’école secondaire possédant le plus de surfaces de gymnase en Ontario.

« Le CECCE tient à offrir à ses élèves un environnement à la hauteur de leurs ambitions, de leurs défis, et de leurs rêves.  L’ajout de ces nouveaux gymnases leur donnera le goût de continuer à se dépasser et de s’épanouir », affirme Denis Poirier, président du CECCE. « Le CECCE peut compter sur de nouvelles installations sportives dont la qualité rejaillit sur notre mission : engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur. »

Rappelons que l’École secondaire catholique Franco-Cité est un des rares établissements scolaires à offrir un programme Sports-Études en Ontario. Grâce à un financement du ministère de l’Éducation et d’un partenariat avec le Ottawa Internationals Soccer Club, le projet de réaménagement des installations sportives de Franco-Cité,  d’une valeur totale de 7 millions de dollars, s’inscrit bel et bien dans la raison d’être des écoles catholiques du Centre-Est. 

« Nous sommes heureux de pouvoir à fournir à Franco-Cité des installations de haute qualité qui sont dignes du calibre des programmes offerts à l’école. Les installations vont bonifier nos programmes et permettre à nos élèves de perfectionner leur sport dans un milieu optimal » affirme Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE.

L’École secondaire catholique Franco-Cité offre le programme scolaire de la 7e à la 12e année à près de 1 300 élèves en plus d’un programme Sports-Études, un programme FOCUS football et des majeures hautes spécialisations en santé et bien-être et en sports.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Informations :

Patrik Guillotte, Agent aux communications - Conseil des écoles catholiques du Centre-Est
Ligne téléphonique pour les médias : 613 746-3525

guillp@ecolecatholique.ca
www.ecolecatholique.ca

La province de l’Ontario approuve la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique de langue française dans le sud du secteur Orléans

Mardi, 26 août 2014 OTTAWA –  La ministre de l’Éducation de l’Ontario, Liz Sandals, a annoncé aujourd’hui l’approbation d’un projet de construction pour une école élémentaire catholique de langue française dans le quartier Avalon d’Orléans.  Le projet, surnommé « Avalon II », au coût d’un peu plus de 8,6 millions $, accueillera 412 places-élèves.

Le nouvel établissement scolaire désengorgera l’École élémentaire catholique Alain-Fortin située dans le quartier Avalon – un secteur en pleine expansion à Orléans. Avec une population scolaire prévue de 689 élèves pour 2014-2015, cet établissement scolaire est à pleine capacité. Au départ, elle avait été construite pour 464 places-élèves. Afin de composer avec le surpeuplement, l’école dispose de 9 classes mobiles et d’un ajout modulaire de 10 salles de classe.

 « Il est important de construire de nouvelles écoles dans les secteurs où se trouvent nos familles francophones », de dire Denis Poirier, président du CECCE. « Chaque année, le CECCE travaille en collaboration avec les parents des communautés scolaires pour déterminer sa liste de projets prioritaires. Ce nouveau projet de construction voit le jour grâce à la collaboration qui s’est établie entre le CECCE et la communauté de l’École élémentaire catholique Alain-Fortin ». Le président du Conseil tient à souligner l’apport de la communauté scolaire dans l’avancement de ce dossier auprès du gouvernement de l’Ontario. Il remercie d’ailleurs le ministère de l’Éducation d’avoir reconnu le besoin d’aller de l’avant avec ce projet de construction tant attendu.

Marie-France Lalonde, députée d’Ottawa-Orléans, est fière de cette initiative : « Les investissements de notre gouvernement soutiennent des installations sécuritaires et modernes qui répondent aux besoins des élèves et du personnel scolaire à Ottawa et spécialement à Orléans. En aidant nos conseils scolaires locaux à améliorer et à agrandir leur infrastructure, nous aidons le personnel enseignant et le personnel de soutien à se concentrer sur ce qui compte le plus – l’épanouissement et la réussite des élèves. »

« Nous mettrons tout en place pour accueillir les élèves dans un milieu de vie enrichissant qui favorise le développement des compétences dont ils auront besoin pour réussir et réaliser leurs rêves », affirme Bernard Roy, directeur de l’éducation du CECCE.  « Je suis convaincu que la nouvelle école répondra pleinement aux besoins de cette communauté.» 

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) prévoit commencer les travaux de construction de la nouvelle école élémentaire d’Avalon au printemps 2015. Le conseil scolaire est en voie de faire l’acquisition d’un terrain dans le secteur Avalon-ouest d’Orléans.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

-30-

Renseignements : Roxanne Deevey, Directrice des communications et relations communautaires, Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Cellulaire : 613 298-4221, Ligne téléphonique pour les médias : 613 746-3525, courriel :deever@ecolecatholique.ca

C’est la rentrée des élèves des écoles catholiques du Centre-Est

Lundi 25 août 2014 – Demain, plus de 21 600 élèves de la maternelle à la 12e année franchiront les portes des 51 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour commencer une toute nouvelle année scolaire. Ils seront accueillis par plus de 2 450 membres du personnel qui préparent aujourd’hui leur arrivée afin d’assurer leur bien-être et leur réussite, tout au long de l’année.

Depuis la mi-août, les activités ont repris graduellement leur cours dans certaines écoles. Les élèves de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître ont repris la routine le 14 août dernier grâce à leur calendrier scolaire équilibré. Les élèves du secondaire qui font une concentration dans les métiers au Centre professionnel et technique Minto, pour leur part, ont commencé leurs cours le 19 août dernier.

« C’est sous le thème Croire que tout est possible que nous entamons une toute nouvelle année scolaire sous le signe de l’espoir, de la réussite et de la croissance » explique Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE. En effet, la croissance d’effectifs prévue d’environ 480 élèves et la construction de deux écoles secondaires marqueront une autre année de croissance pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Cette croissance est attribuable à la confiance que nous témoignent les parents en inscrivant leur enfant dans l’une de nos écoles. C’est valorisant de voir à quel point les parents apprécient les services offerts par le CECCE et ses écoles » de dire Denis Poirier, président du CECCE. Au dernier sondage effectué auprès des parents, plus de 94% affirmaient être satisfaits de l’école de leur enfant.

L’année scolaire 2013-2014 a été marquée par des travaux de construction d’importance pour plusieurs écoles du CECCE. 

À l’École élémentaire catholique Sainte-Anne dans la Basse-Ville, les travaux sont presque terminés et les enfants pourront bénéficier de locaux tout neufs et une école réaménagée suite à une démolition et une reconstruction partielle de l’ordre de 7,1 M$. La communauté sera invitée à constater d’elle-même la qualité des nouvelles installations en en octobre prochain lors de l’inauguration officielle de l’École élémentaire catholique Sainte-Anne.

Du côté de l’École secondaire catholique Franco-Cité, les élèves auront maintenant accès à l’ensemble des nouveaux locaux qui ont été construits au cours des derniers mois. L’établissement qui offre un programme Sports-Études a été bonifié de deux gymnases doubles ainsi que des locaux connexes, dont une salle d’entrainement et 6 salles de classe. Les sportifs et partenaires communautaires inaugureront ce nouvel ajout de 7 M$ le 29 août prochain.

Au cours des prochains mois, la pelle sera mise en terre pour la construction d’une nouvelle école secondaire catholique dans la communauté de  Fernbank, dans l’ouest  d’Ottawa.

Nouveauté 2014-2015

Suite au lancement de son Programme d’accueil des élèves internationaux en mars 2013, le CECCE se réjouit d’accueillir ses premiers élèves provenant de divers pays. Ceux-ci pourront bénéficier d’un accueil et d’un accompagnement extraordinaires dans l’une de trois écoles secondaires catholiques : Béatrice-Desloges, Franco-Cité et Pierre-Savard.

Dans 5 des 10 écoles qui offrent la prématernelle Petits pas à trois, les parents, tuteurs et responsables de garde pourront dès septembre prochain bénéficier de deux groupes de jeux par semaine pour les enfants de 0-6 ans. Les enfants seront encadrés des éducatrices de la petite enfance du programme Petits pas à trois à même les locaux adaptés des écoles en question.

Les quelque 400 élèves qui fréquentent l’école catholique de Stittsville passeront les portes d’un établissement avec un nom légèrement modifié. Suite à la canonisation du Pape Jean-Paul II au printemps dernier, l’école sera dorénavant nommée l’École élémentaire catholique Saint-Jean-Paul II.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Informations :

Céline Bourbonnais
Agente principale aux communications
Conseil des écoles catholiques du Centre-Est
Ligne téléphonique pour les médias : 613 746-3525
quesnc@ecolecatholique.ca
www.ecolecatholique.ca
 

Communiqués de presse 2013-2014

C’est la rentrée des élèves des écoles catholiques du Centre-Est

Lundi 25 août 2014 – Demain, plus de 21 600 élèves de la maternelle à la 12e année franchiront les portes des 51 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour commencer une toute nouvelle année scolaire. Ils seront accueillis par plus de 2 450 membres du personnel qui préparent aujourd’hui leur arrivée afin d’assurer leur bien-être et leur réussite, tout au long de l’année.

Depuis la mi-août, les activités ont repris graduellement leur cours dans certaines écoles. Les élèves de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître ont repris la routine le 14 août dernier grâce à leur calendrier scolaire équilibré. Les élèves du secondaire qui font une concentration dans les métiers au Centre professionnel et technique Minto, pour leur part, ont commencé leurs cours le 19 août dernier.

« C’est sous le thème Croire que tout est possible que nous entamons une toute nouvelle année scolaire sous le signe de l’espoir, de la réussite et de la croissance » explique Bernard Roy, directeur de l’éducation au CECCE. En effet, la croissance d’effectifs prévue d’environ 480 élèves et la construction de deux écoles secondaires marqueront une autre année de croissance pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Cette croissance est attribuable à la confiance que nous témoignent les parents en inscrivant leur enfant dans l’une de nos écoles. C’est valorisant de voir à quel point les parents apprécient les services offerts par le CECCE et ses écoles » de dire Denis Poirier, président du CECCE. Au dernier sondage effectué auprès des parents, plus de 94% affirmaient être satisfaits de l’école de leur enfant.

L’année scolaire 2013-2014 a été marquée par des travaux de construction d’importance pour plusieurs écoles du CECCE. 

À l’École élémentaire catholique Sainte-Anne dans la Basse-Ville, les travaux sont presque terminés et les enfants pourront bénéficier de locaux tout neufs et une école réaménagée suite à une démolition et une reconstruction partielle de l’ordre de 7,1 M$. La communauté sera invitée à constater d’elle-même la qualité des nouvelles installations en en octobre prochain lors de l’inauguration officielle de l’École élémentaire catholique Sainte-Anne.

Du côté de l’École secondaire catholique Franco-Cité, les élèves auront maintenant accès à l’ensemble des nouveaux locaux qui ont été construits au cours des derniers mois. L’établissement qui offre un programme Sports-Études a été bonifié de deux gymnases doubles ainsi que des locaux connexes, dont une salle d’entrainement et 6 salles de classe. Les sportifs et partenaires communautaires inaugureront ce nouvel ajout de 7 M$ le 29 août prochain.

Au cours des prochains mois, la pelle sera mise en terre pour la construction d’une nouvelle école secondaire catholique dans la communauté de  Fernbank, dans l’ouest  d’Ottawa.

Nouveauté 2014-2015

Suite au lancement de son Programme d’accueil des élèves internationaux en mars 2013, le CECCE se réjouit d’accueillir ses premiers élèves provenant de divers pays. Ceux-ci pourront bénéficier d’un accueil et d’un accompagnement extraordinaires dans l’une de trois écoles secondaires catholiques : Béatrice-Desloges, Franco-Cité et Pierre-Savard.

Dans 5 des 10 écoles qui offrent la prématernelle Petits pas à trois, les parents, tuteurs et responsables de garde pourront dès septembre prochain bénéficier de deux groupes de jeux par semaine pour les enfants de 0-6 ans. Les enfants seront encadrés des éducatrices de la petite enfance du programme Petits pas à trois à même les locaux adaptés des écoles en question.

Les quelque 400 élèves qui fréquentent l’école catholique de Stittsville passeront les portes d’un établissement avec un nom légèrement modifié. Suite à la canonisation du Pape Jean-Paul II au printemps dernier, l’école sera dorénavant nommée l’École élémentaire catholique Saint-Jean-Paul II.

Avec plus de 21 000 élèves fréquentant 41 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et son école pour adultes, le CECCE est le plus important réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Informations :

Céline Bourbonnais
Agente principale aux communications
Conseil des écoles catholiques du Centre-Est
Ligne téléphonique pour les médias : 613 746-3525
quesnc@ecolecatholique.ca
www.ecolecatholique.ca
 



                                                 Six nouvelles garderies dans les écoles catholiques de langue française à Ottawa

OTTAWA
- Le 16 avril 2014 Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est confirme officiellement l’ouverture de six nouveaux services de garde dans les écoles catholiques d’Ottawa.

« L’excellente réputation de nos écoles doit être accompagnée de services de garde accessibles pour mieux répondre aux besoins des familles. Voilà pourquoi nous valorisons les partenariats solides avec nos fournisseurs de services de garde et l’excellent travail des éducatrices et éducateurs de la petite enfance nous permettent d’offrir aux familles les services de garde en français dont elles ont besoin » de dire Denis Poirier, président du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

À l'École élémentaire catholique Marius-Barbeau, 24 enfants âgés de 2 1/2 à 4 ans seront accueillis à même les locaux de l’école, dans le sud de la ville d’Ottawa, dès la prochaine rentrée scolaire. Du côté de l'École élémentaire catholique d’enseignement personnalisée Edouard-Bond dans le secteur Nepean, la construction d'une nouvelle garderie à même l'école permettra d’offrir un service de garde à 26 enfants âgés de 18 mois à 4 ans à partir de janvier 2015. Dans ces deux écoles, le CECCE poursuit son partenariat avec les Services à l'enfance Grandir Ensemble qui fournissent des programmes de garderie aux tout-petits en plus de continuer à desservir les élèves d'âge scolaire avant et après les heures de classe.

Dans la basse-ville d’Ottawa, le CECCE est fier d'annoncer un nouveau partenariat avec le Centre éducatif Aladin qui offrira le service de garderie aux enfants âgés de 18 mois à 4 ans et prendra la relève des services parascolaires après l'école destinés aux élèves de la maternelle à la 6e année de l’École élémentaire catholique Sainte-Anne. Ces nouveaux services débuteront dès la rentrée 2014.

L'École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse à Vanier ouvrira ses portes aux tout-petits âgés de 18 mois à 4 ans qui seront accueillis dans une toute nouvelle garderie à même l'école au cours de l'année 2015. Ce service sera assuré par les Services à l'enfance Brin de Soleil qui offriront également des services de garde avant et après l'école aux élèves de la maternelle à la 6e année dès la rentrée 2014.

À l'École élémentaire catholique des Pins c'est le Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO) qui élargira les services actuellement offerts pour inclure les enfants de 18 mois à 4 ans. La construction de cette garderie permettra également d'accueillir les tout-petits dans des locaux neufs au cours de l'année 2015.

Enfin, un nouveau partenaire, La garderie des amis, offrira le programme de journée prolongée avant et après l'école aux élèves de la maternelle à la 6e année de l’École élémentaire catholique Sainte-Thérèse d’Avila à compter de la prochaine rentrée scolaire.

«  Nous sommes fiers de pouvoir offrir des services de garde entièrement en français pour préparer les enfants en bas âge à la réussite dans nos écoles catholiques de langue française. Le service de garde en français permet aux enfants de socialiser et de grandir encadrés d’éducatrices et d’éducateurs qui ont à cœur leur bien-être et leur développement global » explique Bernard Roy, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Pour de plus amples renseignements au sujet de ces nouveaux programmes, communiquez avec le bureau de la petite enfance du CECCE au 613 744-2555.

– 30 –

Renseignements :
Céline Bourbonnais
Agente principale aux communications
Ligne téléphonique pour les médias : 613 746-3525
quesnc@ecolecatholique.ca

 



                                       L’inauguration du premier projet communautaire d’énergie solaire réalisé à une école d'Ottawa                                                                                                                                          
Jeudi 5 juin 2014

OTTAWA –  Cet après-midi, dans le cadre de la Journée mondiale de l’environnement, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) et la Coopérative d’énergie renouvelable d’Ottawa (OREC) ont célébré leur projet concerté d’énergie solaire. L’événement a eu lieu au Collège catholique Samuel-Genest, l’école secondaire sur laquelle les panneaux solaires sont installés.

« C’est la toute première fois que le CECCE a l’occasion de participer à un projet solaire en partenariat avec un organisme communautaire » de dire Denis Poirier, président du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.  « Ce genre de partenariat s’insère parfaitement dans le plan de développement durable du Conseil ».

Le projet de panneaux solaires d’une puissance de 75 kilowatts a été financé entièrement grâce aux contributions versées par plus de 100 résidentes et résidents d’Ottawa, par l’entremise de la Coopérative d’énergie renouvelable d’Ottawa. Le conseil scolaire recevra 140 000 $ au cours de la durée de vie du contrat pour l’utilisation de l’espace sur le toit de son école. Les élèves et les membres du personnel pourront observer les données de production d’énergie au moyen d’un écran installé dans le hall de l’école. Les membres du personnel enseignant du secteur sciences pourront s’en servir pour enseigner de façon concrète la physique, par exemple. Le projet procurera non seulement des avantages sur le plan financier et éducatif, mais également sur le plan environnemental. On prévoit que l’initiative contribuera à réduire les émissions de