Votre enfant est déjà inscrit à une école du CECCE ? Votre enfant n'est pas encore inscrit à une école du CECCE ?
COVID-19 : pour toutes les mises à jour, l'information au sujet de l'autodépistage et le fonctionnement des écoles, cliquez ici.
Inscrire mon enfant Nous joindre

Communiqués de presse

Retour sur les bancs d’école pour près de 26 000 élèves du CECCE

 

Le vendredi 27 août 2021, OTTAWA - C’est dans un climat bienveillant et accueillant que près de 26 000 élèves du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) entameront une nouvelle année scolaire, dès demain 31 août. De ce nombre, certains élèves étaient déjà retournés sur les bancs d’école à l’occasion d’une rentrée scolaire hâtive. C’est notamment le cas des élèves fréquentant les écoles élémentaires catholiques Bernard-Grandmaître et Jonathan-Pitre, qui suivent l’horaire du calendrier équilibré*, et qui ont donc repris les classes le 17 août dernier. Pour sa part, l’École secondaire catholique de l’Innovation a repris le 24 août dernier. 

 

« Ensemble, cultivons le bien-être »

Cette nouvelle année scolaire s’amorce sous le thème du bien-être au CECCE, une thématique qui s’est imposée de façon naturelle pour faire contrepoids à la période sans précédent que nous traversons. Celle-ci se traduira par un appel à toutes et à tous à prendre soin de soi et à s’investir pour le bien-être de son prochain et de la collectivité. Ainsi, le CECCE mobilisera sa communauté scolaire autour de l’importance de la santé mentale et physique, de l’inclusion, de la bienveillance et de l’environnement. 

 

Faits en bref 

  • Près de 26 000 élèves sont inscrits à travers les 45 écoles élémentaires et les 13 écoles secondaires du CECCE pour l’année scolaire 2021-2022.

 

  • Une quinzaine d’élèves de la maternelle et du jardin d’enfants fréquenteront le tout nouveau mode d’apprentissage Explor’A. Ce mode d’apprentissage alternatif permettra aux parents d’accompagner leur enfant dans leur cheminement grâce à une trousse d’apprentissage autonome. Des classes virtuelles en direct et des classes dans la nature sont également offertes.

 

  • Près de 1 200 élèves de la maternelle à la 12e année reprendront les cours de façon virtuelle à temps plein, grâce aux services de l’Académie d’apprentissage virtuel (AAV) qui a connu un très fort engouement de la part des familles depuis sa mise en œuvre à la rentrée scolaire 2020. À titre de comparaison, un total de 2 400 élèves de la maternelle à la 8e année fréquentait l’AAV durant l’année scolaire 2020-2021. 

 

Citations 

Malgré les défis surmontés au courant des deux dernières années scolaires, la présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est convaincue que tous les élèves du Conseil pourront avoir accès à la meilleure éducation, quel que soit leur mode d’apprentissage; en présentiel, en virtuel ou dans la nature. « Les familles qui ont choisi de faire confiance au CECCE peuvent avoir la certitude que leur enfant sera amené à cheminer vers son plein potentiel grâce à une approche moderne et personnalisée ». 

 

Pour sa part, le directeur de l’éducation, Marc Bertrand, ajoute que : « Depuis 2020, les conseils scolaires naviguent dans une toute nouvelle réalité et doivent se préparer à toute éventualité, afin de poursuivre leur mission éducative quel que soit le contexte. Bien sûr, la vie n’est encore pas ce qu’elle était avant la pandémie, mais avec le recul, cette dernière épreuve est tout de même source d’enseignements formidables. Elle nous aura appris à nous réinventer, à redoubler de créativité et de résilience pour pouvoir continuer d’offrir un enseignement et un environnement de grande qualité et ainsi d’assurer la réussite et l’épanouissement scolaires des élèves. J'entame donc cette nouvelle année scolaire avec confiance et enthousiasme ! »  

L’Académie catholique Notre-Dame se dote d’une ruche d’abeilles à miel

 

Le jeudi 17 juin 2021, OTTAWA - Dans le cadre de son plan de réduction de l’empreinte écologique, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) s’est doté d’une première ruche d’abeilles à miel. Celle-ci a été installée hier, sur le terrain du campus de l’Académie catholique Notre-Dame, à Kemptville.

Ce projet-pilote éducatif d’apiculture urbaine, inédit dans les écoles de North-Grenville,  permettra aux élèves d’explorer les liens qui unissent les humains à la faune et la flore. Chaque ruche constitue une occasion d’apprentissage sur la biologie, la biodiversité, la production alimentaire et l’agriculture industrielle. L’an prochain, en suivant les mesures de sécurité qui s’imposent, les élèves seront invitées et invités à participer à l’extraction du miel et à organiser un projet d’entrepreneuriat avec la centaine de pots de miel qu’elles et ils auront récoltés.

Cette expérience exceptionnelle est le fruit d’un partenariat avec Alvéole, une entreprise francophone certifiée B Corporation qui aide les écoles à atteindre leurs objectifs en matière d’engagement et de développement durable, grâce à l’apiculture urbaine. 

Une plus-value pour l’école

La communauté scolaire de l’académie, déjà engagée pour la protection de l’environnement et sensibilisée aux dangers de la disparition des abeilles et à la menace de la sécurité alimentaire, bénéficiera grandement de l’installation de cette ruche. De plus, ce projet représente une valeur ajoutée à la pré-concentration et concentration santé humaine et terrestre, ainsi qu’à la Majeure haute spécialisation en environnement, deux programmes déjà bien implantés à l'Académie catholique Notre-Dame.

Johanne Lacombe, présidente du CECCE se dit très « fière de présider un conseil scolaire qui a autant à cœur le développement durable. Cette initiative démontre une nouvelle fois la volonté constante du CECCE d’offrir des occasions innovantes pour que les élèves s’épanouissent dans leur cheminement scolaire, en plus d’affirmer sa position comme chef de file en développement durable. De plus, ce projet-pilote appuie les efforts de rétention et de recrutement de l’Académie catholique Notre-Dame, une communauté scolaire francophone dynamique en croissance. » 

« Je suis heureux de cette initiative éducative et ludique qui saura très certainement éveiller la sensibilité écologique des plus jeunes et la conscience écoresponsable tant des élèves plus âgés que des membres du personnel. Je suis convaincu que ce sont par des projets originaux, stimulants et concrets comme celui-ci que le CECCE pourra rallier davantage d’élèves mais aussi de membres du personnel à la cause environnementale », se réjouit quant à lui Marc Bertrand, directeur de l’éducation.

Ce projet-pilote éducatif a toutes les chances de prendre de l’ampleur dans les prochaines années puisque plusieurs écoles du CECCE ont indiqué leur intérêt de faire vivre cette expérience en apiculture à leurs élèves. 

Crédit photo: Michael Lalonde Photography

Deux entreprises d’élèves du CECCE récompensées par Junior Achievers Ottawa

Le mercredi 16 juin 2021, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de souligner que des élèves participantes et participants au programme FOCUS Affaires, à l’origine de deux entreprises, ont été récompensées et récompensés dans le cadre du gala Junior Achievers Ottawa. Ce gala, qui s’est tenu le 14 juin dernier, avait comme objectif de souligner la participation des élèves ayant pris part à la compétition du programme « Entreprise étudiante », administré par JA Ottawa. 

Le programme d’entreprise virtuel de 15 semaines a offert à plus de 120 élèves de 30 écoles secondaires situées à Ottawa l’occasion de se familiariser avec les notions de l’entreprenariat et du monde des affaires, en plus de collaborer avec des mentors bénévoles qui les ont aidés à monter leur petite entreprise de toute pièce. Parmi les participantes et les participants, une vingtaine d’élèves provenaient de cinq écoles du CECCE.  

Le CECCE comptait d’ailleurs 18 nominations réparties en deux groupes FOCUS Affaires, dans le cadre desquels les compagnies BEECO et Hope Vision ont été créées. 

Les produits BEECO avaient pour mission de réduire la consommation de plastique dans la cuisine en proposant des films de coton et de cire d’abeille en remplacement du film alimentaire en plastique à usage unique. 

Alexandra Turmelle de l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges a remporté le prix VP Ressources humaines, Matt Savio Irumva de l’École secondaire catholique Garneau celui de VP Santé, sécurité et environnement, Joshua Ross de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais le prix VP Environnement et Chloé Paventi de l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges celui de Vendeuse de l’année avec leur projet BEECO. 

Si les produits de cette dernière entreprise se sont tournés vers la cause environnementale, les bracelets Hope Vision avaient pour mission d’aider plusieurs causes en offrant 30% de leurs profits à des œuvres caritatives diverses. Chaque bracelet étant associé à une cause en particulier, le Ayla avait pour but d’aider la recherche contre le cancer, par exemple. Carine Myre de l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges s’est emparée du prix VP ventes. La compagnie Hope Vision est aussi repartie vainqueure du prix Marketing. 

Des élèves du Collège catholique Franco-Ouest et de l’École secondaire catholique Franco-Cité ont également participé à la création de ces deux entreprises.

« Il est impressionnant de voir des élèves d’écoles secondaires du CECCE démarrer une entreprise et assurer la mise en marché de leurs produits. De plus, la cause associée à leur mission est des plus louables car elle démontre un souci de l’autre. Je suis fière que le CECCE contribue à former des élèves empathiques, déterminées et déterminés à bâtir un monde meilleur », indique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe.

« En tant que directeur de l’éducation, je suis très heureux de voir des élèves qui ont de l’initiative, du leadership et le sens des affaires, comme celles et ceux ayant contribué à la création des deux entreprises récompensées. Des expériences comme celle-ci les forgeront assurément en tant que futures professionnelles et futurs professionnels dans le milieu des affaires ou sur le marché du travail », affirme pour sa part Marc Bertrand.                                          

Une étape de plus de franchie pour la construction d’une nouvelle école à Arnprior : financement additionnel et approbation de lancer l’appel d’offres

Le mardi 15 juin 2021, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se réjouit d’avoir reçu l’approbation du ministère de l’Éducation (ÉDU) qui lui permettra de lancer le processus d’appel d’offres pour la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique francophone dans le secteur Arnprior. Le Ministère accorde également au Conseil un financement supplémentaire du programme des immobilisations pour la concrétisation de ce projet.

Bref historique

Le CECCE doit procéder à un troisième appel d’offres puisque les deux autres processus qui s’étaient tenus en 2017 et en 2018 présentaient des dépassements de coûts importants. Ainsi, en 2019, l’administration annonçait avoir fait appel à la firme d’architecture retenue originalement pour retravailler les plans. Parallèlement à cette démarche, l’administration avait fait la demande d’un financement additionnel à l’ÉDU pour supporter les coûts plus élevés associés aux conditions du marché et les services municipaux pour le site.

Financement additionnel

L’administration est heureuse d’annoncer que l’ÉDU a accordé une enveloppe additionnelle de 996 524 $. Le CECCE a aussi obtenu l’autorisation d’utiliser aux fins de ce projet de construction, des excédents qui avaient été accumulés par le Conseil. Ainsi, le CECCE lancera sous peu son processus d’appel d’offres.

«  Après une décennie de fermetures d’écoles, les élèves d’Arnprior méritent des salles de classe modernes », a affirmé le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce. « La construction de la nouvelle École élémentaire catholique Arnprior s’inscrit dans le cadre de l’engagement de notre gouvernement d’allouer 14 milliards de dollars sur dix ans à la construction d’écoles, à l’amélioration des installations existantes et à la création de places en services de garde d’enfants. »

 « Le financement de cette nouvelle école est une excellente nouvelle pour notre communauté », a déclaré John Yakabuski, député provincial de Renfrew-Nipissing-Pembroke. « Cet investissement favorisera un environnement d'apprentissage vigoureux et l’ajout de nouvelles possibilités éducatives pour les enfants d'Arnprior. »

« Au nom de la Table politique du CECCE, je remercie sincèrement le ministère de l’Éducation pour ce financement additionnel ainsi que pour l’approbation qui permettra de lancer un nouveau processus d’appel d’offres. Je remercie également la communauté qui a su se faire patiente et compréhensive tout au long de ce processus en vue du projet de construction », indique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. 

Pour sa part, le conseiller scolaire du secteur, Robert Lemelin, affirme qu’ « en tant que conseiller scolaire, je me fais une priorité d’assurer que les ayants droit de ma communauté scolaire soient bien desservis et qu’elles et ils aient accès à une éducation francophone et catholique. Ainsi, aux vues de ces bonnes nouvelles, le CECCE ne peut que se réjouir à l’idée de bientôt pouvoir offrir aux familles francophones de Arnprior cette toute nouvelle école à la fine pointe de la technologie ».

« Les communautés francophones sont en pleine expansion sur l’ensemble du territoire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Je suis donc très heureux de constater qu’une fois de plus, l’ÉDU a su voir le grand besoin de construire une nouvelle école francophone et catholique, cette fois-ci dans le secteur Arnprior », conclut Marc Bertrand, directeur de l’éducation.

Le CECCE s’associe avec des clubs sportifs locaux pour bonifier son programme Sport-études à l’École secondaire catholique Garneau

Le lundi 31 mai 2021, OTTAWA - Le CECCE est fier de s’associer avec le Club de volleyball Maverick, le Ottawa TFC Soccer Club ainsi que l’Association de football mineur d’Orléans (Bengals/Raftsmen) dans le cadre de son programme Sport-études qui prendra forme dès la prochaine année scolaire pour les élèves de la 7e à la 12 année de l’École secondaire catholique Garneau. 

Ce nouveau multipartenariat confirme l'engagement du Conseil de procurer à ses élèves une programmation sportive de qualité supérieure, et offre aux élèves de Garneau inscrits dans le programme Sport-études l’occasion de parfaire leurs habiletés, de développer des relations, et évidemment d’apprendre avec les leaders sportifs de leur communauté. Une série d’ateliers seront d’ailleurs offerts par ces clubs au courant de l’année scolaire 2021-2022. Lors de ces activités d'apprentissage, les élèves participeront à des sessions pratiques guidées par des professionnelles et professionnels aguerris, qui sauront les inspirer et leur permettre d’atteindre un niveau d’expérience inégalable.

​« Les parents font souvent allusion au défi que peut représenter la coordination des études avec la multitude d'engagements sportifs parascolaires de leurs enfants. Ce partenariat répond donc à un réel besoin de la communauté, en offrant une occasion aux élèves de se développer dans plus d’une discipline sportive et ce, pendant la journée scolaire », déclare Johanne Lacombe, présidente du CECCE. 

« Grâce à ce multipartenariat, l'école Garneau saura se distinguer davantage. En effet, je me réjouis pour les élèves, qui pourront profiter d'occasions d’apprentissage riches et uniques avec des athlètes de renom en pratiquant une variété de disciplines sportives. Cette collaboration avec des partenaires de premier plan permettra aux élèves de pousser leurs limites tout en étant soutenus par des organismes reconnus pour leur expertise par la communauté », indique pour sa part Marc Bertrand, directeur de l’éducation au CECCE.

Un partenariat exclusif avec Le centre de la nature Little Ray’s pour l’année scolaire 2021-2022

Le mercredi 26 mai 2021, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a conclu un partenariat exclusif avec Le centre de la nature Little Ray’s. Ainsi, à compter de la prochaine rentrée scolaire, des milliers d’élèves du programme maternelle-jardin et de l’élémentaire du CECCE pourront profiter des ateliers de Little Ray’s, soit en mode virtuel ou lors de classes en nature.

Le CECCE est le premier conseil scolaire francophone à bénéficier de ce partenariat avec Le centre de la nature Little Ray’s. Cette nouvelle offre pédagogique permettra aux élèves de vivre des expériences éducatives stimulantes, divertissantes et authentiques, qui en prime cadrent parfaitement avec l’une des priorités du Conseil, soit de transformer l’expérience d’apprentissage des élèves.

Le centre de la nature Little Ray’s est le plus grand établissement de sauvetage faunique au Canada, et offre également un des programmes d’éducation et de sensibilisation aux animaux les plus étendus en Amérique du Nord. Le centre dispose aussi d’une exposition itinérante primée d’animaux vivants. Le centre est toujours dirigé par Paul et Sheri Goulet, avec la même passion qu’à leur tout début il y a plus de 25 ans.

C’est pour qui?

  • Les élèves de la maternelle et du jardin d’enfants inscrits au tout nouveau mode d’apprentissage flexible Explor’A. Ce mode d’apprentissage comporte également une option Classe en nature. Les élèves inscrits à cette option auront accès, une fois par semaine, à une expérience d’apprentissage unique offerte en pleine forêt ou nature. De plus, quelques fois par année, lors de ces sorties, les élèves pourront profiter de l’expertise de l’équipe du Centre de la nature Little Ray’s pour découvrir les animaux dans la nature qui les entoure, et ainsi s’éveiller à la préservation de la faune ontarienne. Pour obtenir tous les détails au sujet du mode d’apprentissage Explor’A, visitez ce site Web

 

  • Les élèves de la maternelle à la 6e année inscrits à l’Académie d’apprentissage virtuel (AAV) ainsi qu’au Centre d’enseignement personnalisé virtuel (CEPV) du CECCE pourront également bénéficier de sessions virtuelles harmonisées avec le programme cadre de sciences de l’AAV. Les sessions virtuelles, présentées par l’équipe d’experts de Little Ray’s, mettront de l’avant les animaux du monde entier.

 

​« C’est un réel plaisir de pouvoir offrir cette opportunité aux jeunes de nos écoles. C’est une opportunité d’offrir des apprentissages concrets et de sensibiliser les élèves à l’importance de la faune et des écosystèmes. Ce sont des actions qui par la bande contribuent également à former des écocitoyennes et des écocitoyens, l’une des missions très chères au CECCE », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. 

« Avec ce partenariat exclusif, le CECCE innove une fois de plus en offrant aux élèves des opportunités d’apprentissages uniques et novatrices, en pleine nature. Je suis certain que les sorties, tout comme les ateliers virtuels, sauront ravir les élèves, qui développeront peut-être un intérêt pour les animaux qui les suivra toute leur vie », indique pour sa part Marc Bertrand, directeur de l’éducation au CECCE.

​« Le Centre de la nature Little Ray’s est fier de ce partenariat conclu avec le CECCE et toute l’équipe a très hâte de rencontrer les élèves dans le cadre d’activités immersives stimulantes. La programmation éducative inspirante que nous leur réservons cadre parfaitement avec la mission du centre qui est de sensibiliser et de protéger de la faune », ajoute Paul “Little Ray” Goulet, propriétaire du Centre de la nature Little Ray’s. 

 

Le CECCE lance Explor'A, un nouveau mode d’apprentissage flexible pour les tout-petits et des classes en nature

 

Le mercredi 19 mai 2021, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est très fier de lancer Explor’A, le tout nouveau mode d’apprentissage flexible destiné aux enfants de la maternelle et du jardin d’enfants. En effet, après avoir ajouté son Académie d’apprentissage virtuel (AAV) comme mode alternatif d’apprentissage depuis mars 2020, le CECCE innove à nouveau en présentant Explor’A en tant que troisième mode d’apprentissage à la portée des familles.  

     

 

Explor’A offrira un cadre et un appui aux parents choisissant d’accompagner leur enfant de niveau maternelle ou jardin d’enfants dans ses apprentissages, et ce, à domicile, plutôt qu’à l’école. Ce mode d’apprentissage offert en nombre de places limité permettra de respecter le rythme et les intérêts de l’enfant et de la famille et de réduire de façon importante le temps passé devant l’écran. 

Explor’A  propose quelques classes en direct et en différé par semaine, mais le parent pourra aussi accompagner son enfant dans ses apprentissages grâce à la trousse d’apprentissage autonome du CECCE. Celle-ci proposera une série d’activités stimulantes s’intégrant à la routine quotidienne de la famille et parmi lesquelles le parent pourra puiser pour appuyer son enfant dans ses apprentissages. 
 

Des classes en pleine forêt et en nature

Explor’A comporte également l’option Classe en nature qui fera sans l’ombre d’un doute la joie de bien des enfants. Les enfants inscrits à cette option auront accès, une fois par semaine, à une expérience d’apprentissage unique offerte en pleine forêt ou nature. 

Le CECCE est fier d'être le premier conseil scolaire francophone à établir un partenariat avec les Services à l’enfance Andrew Fleck (SEAF) qui se sont forgés une très belle réputation dans la région. Les classes en nature seront donc offertes par le personnel scolaire du CECCE, en collaboration avec SEAF, sur les magnifiques terrains de Parcs Wesley Clover. D’autres sites seront annoncés sous peu dans les secteurs centre et est d’Ottawa ainsi qu’ailleurs, sur le territoire du CECCE. 

La pédiatre infectiologue au CHEO et parent au CECCE, Dre Nisha Thampi, se réjouit de cette annonce : « Je suis contente d’apprendre que le CECCE a développé un programme d'enseignement à l'extérieur – d'autant plus que c'était l'une des raisons pour lesquelles nous tenions à inscrire nos enfants à l’École élémentaire catholique Au Coeur d’Ottawa qui offre également des classes en nature ».  

« Le CECCE a toujours été un leader en éducation et le contexte particulier de la pandémie a inévitablement incité les expertes et les experts du Conseil à se réinventer, pour offrir plus d’options adaptées aux besoins des familles. Explor’A en est une autre belle démonstration. Ce tout nouveau mode d'apprentissage répondra aux besoins exprimés par certaines familles de jeunes enfants pour qui ni l’école en présentiel ni l’apprentissage en ligne ne constituent des options adaptées à leur situation », indique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe.

« Ajouter un troisième mode d’apprentissage pour les tout-petits est une initiative dont nous sommes fiers puisqu’une initiation stimulante à l’apprentissage est la clé pour que les enfants développent les bases les préparant à l’école élémentaire. De plus, je suis convaincu que les classes en nature seront très appréciées par les parents, tutrices et tuteurs, car les enfants pourront apprendre, développer des habiletés sociales et forger de nouvelles amitiés et tout cela, dans un environnement extérieur. Ces classes en nature et la flexibilité de cette option d’apprentissage en feront sans l’ombre d’un doute un grand succès  », affirme pour sa part Marc Bertrand, directeur de l’éducation au CECCE.

Pour obtenir tous les détails au sujet du mode d’apprentissage Explor’A, visitez le site Web suivant. Pour s’inscrire à la séance d’information virtuelle du mercredi 2 juin à 18 h ou pour effectuer une demande d’admission, les parents sont invités à remplir le Formulaire Explor’A.

Minto Group et le CECCE s’associent pour le lancement de l’Académie de construction intelligente

Le mercredi 5 mai 2021, OTTAWA - L’École secondaire catholique de l’innovation s’associe avec Minto Group pour lancer l’Académie de construction intelligente Minto. Ce programme novateur permettra aux élèves de collaborer avec un leader dans l’industrie de la construction.

Le président de division  du Minto Communities Ottawa, Brent Strachan, s’est engagé à soutenir le programme de Minto qui suscite l’intérêt pour tous les aspects de l’industrie du développement immobilier - de l’ingénierie et de la construction à la comptabilité et au marketing.

« Notre équipe d’expertes et d’experts a très hâte d’offrir de la formation et de présenter l’envergure de notre industrie aux apprenantes et aux apprenants, en plus de leur faire part des possibilités d’emploi dans notre entreprise », déclare Brent Strachan, président de division de  Minto Communities Ottawa. « Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’École secondaire catholique de l’innovation consistant à concevoir et à construire une mini-maison. Cela témoigne des valeurs d’innovation et de partenariat que nous incarnons en travaillant avec la prochaine génération. »

Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), est heureuse de ce partenariat qui sera bénéfique pour les élèves. « C’est un privilège pour les élèves de participer à ce projet novateur de construction d’une mini-maison qui renforce les valeurs de développement durable du Conseil et les valeurs d’entraide. Cela leur permet de contribuer à leur communauté tout en apprenant les bases d’un futur métier. »

« C’est un plaisir pour le CECCE de renommer le programme de construction en l’honneur du Groupe Minto, dont la précieuse contribution a soutenu et continuera de soutenir les apprentissages des élèves dans une installation où les programmes et services les engagent et les incitent à réaliser leurs rêves » ajoute Marc Bertrand, directeur de l’éducation au CECCE.


Chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et sa synergie avec la communauté, le CECCE, avec près de 26 000 élèves fréquentant 45 écoles élémentaires, 13 écoles secondaires, une Académie d’apprentissage virtuel et une école pour adultes, est le plus grand réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

Fondé en 1955, le Minto Group est une société immobilière entièrement intégrée proposant de nouvelles maisons et des condos neufs, la location d’appartements, des suites meublées, des espaces commerciaux, ainsi que des propriétés et des services de gestion des placements. L’entreprise a remporté à deux reprises le prix « Green Builder of the Year » décerné par la Building Industry and Land Development Association, à quatre reprises le prix « Ontario Green Builder of the Year » d’EnerQuality et à deux reprises le prix « Home Builder of the Year » de l’Ontario Home Builder Association. D’ailleurs, le Minto Group a été nommé l’un des employeurs les plus verts au Canada en 2019.

 

 

 

Un premier Sommet de l’inclusion avec Gregory Charles et Woody Belfort

 

 

Le lundi 3 mai 2021, OTTAWA - Plus de 200 élèves, membres du personnel, parents, partenaires, politiciennes et politiciens provenant des communautés scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) sont attendus virtuellement, ce samedi, pour participer à la première édition du Sommet de l’inclusion du CECCE. 

Cet événement, animé par la réalisatrice et animatrice de télévision franco-ontarienne et finissante au Collège catholique Samuel-Genest, Sabine Daniel, permettra aux participantes et participants d’assister à la conférence de l’artiste Gregory Charles et à celle de l’athlète conférencier Woody Belfort.  Il sera également possible d’assister à des ateliers et à une discussion entre un panel d’expertes et d’experts franco-ontariens. Cette initiative d’envergure se veut une occasion d’engendrer un dialogue et une réflexion, en plus de recueillir la rétroaction du personnel, des élèves et des partenaires communautaires pour articuler efficacement la stratégie d’inclusion du CECCE, en accordant une attention particulière à tous les points de vue de la communauté.

« Les questions de diversité et d’inclusion sont au cœur des discussions dans l’actualité et le CECCE se fait un devoir de les adresser. À cet effet, plusieurs mesures concrètes ont déjà été mises en place pour appuyer et valoriser les élèves et membres du personnel et refléter la diversité au sein de ses écoles. Je suis donc fière de voir qu’un tel événement suscite l’intérêt d’un grand nombre de personnes de la communauté scolaire et engage le dialogue », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Le directeur de l’éducation, Marc Bertrand, ajoute que « le CECCE est riche de sa diversité et que l'enseignement des différences, la compréhension et la célébration de celles-ci sont plus que nécessaires afin de favoriser une ouverture sur le monde. De plus, le CECCE croit en un système d’éducation basé sur les principes d’acceptation et d’inclusion afin de créer un espace inclusif où toutes et tous peuvent s’épanouir pleinement. »

Woody Belfort, conférencier, est heureux de prendre part à cette initiative. « Je trouve inspirant que des institutions scolaires, comme le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, prennent le temps de mettre sur pied des initiatives permettant de recueillir les points de vue de sa communauté scolaire concernant les questions d’inclusion et de diversité. Faisant moi-même face à plusieurs défis au quotidien, je trouve important de montrer aux jeunes que ce sont ces petites choses qui nous distinguent et qui nous rendent uniques, plus forts, et surtout, qui font que nous avons quelque chose de différent à apporter à la société. »

Nouvelle Académie des habiletés de hockey à l’École élémentaire catholique L’Envol à Trenton

Le mardi 27 avril 2021, TRENTON - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux d’annoncer qu’une deuxième école offrira dès septembre prochain, un programme spécialisé de hockey. C’est à l’École élémentaire catholique L’Envol que sera implantée la nouvelle Académie des habiletés de hockey qui offrira aux élèves de la 4e à la 8e année une occasion unique de participer à des séances d’entraînement axées sur le hockey, et ce, dans un cadre scolaire hors pair dans la région de Trenton. Par ailleurs, l’école est candidate pour le programme Académie des habiletés de hockey de Hockey Canada.

Concrètement, ce programme permettra aux participantes et aux participants de recevoir une formation par un entraîneur certifié par Hockey Canada, d’accéder à du temps de glace à l’aréna Duncan Memorial et de développer leurs habiletés individuelles techniques et tactiques dans un environnement inclusif. Par ailleurs, il sera possible pour les élèves qui le souhaitent de poursuivre leurs apprentissages au sein de ce programme en continuant leurs études en 9e année à l’École secondaire catholique Marie-Rivier, à Kingston, qui a lancé son Académie des habiletés Hockey Canada en 2019. 

« Ce nouveau programme de hockey à Trenton représente une grande source de fierté pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, qui est toujours soucieux d’offrir à ses communautés scolaires des programmes francophones qui rejoignent les intérêts des élèves », indique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « D’ailleurs, les familles de Trenton ont déjà commencé à manifester leur intérêt pour ce programme qui promet de connaître un fort engouement. »

« L’annonce de cette nouvelle Académie est une excellente nouvelle pour les élèves francophones de Trenton. Étant moi-même un ancien enseignant, j’ai été à même de constater les bienfaits de la transformation de l’expérience d’apprentissage sur la motivation des élèves à réussir à l’école, et je suis convaincu que ce programme ne peut qu’être bénéfique sur leur réussite scolaire » affirme Michel Charron, conseiller scolaire. 

Pour sa part, le directeur de l’éducation Marc Bertrand se réjouit de ce programme unique qui permettra à l’école L’Envol de se distinguer parmi les institutions francophones de Trenton. Il ajoute également que « pour plusieurs élèves, le hockey est une passion et de pouvoir le pratiquer durant les heures de classe, et ce, dès la 4e année, a certes des effets positifs non négligeable sur leur engagement scolaire. L’intégration du sport dans la vie des élèves contribue de plus à développer leur estime de soi et leur discipline, tout en leur inculquant des notions de santé physique et mentale pour adopter un mode de vie sain. »

ExpressiON Danse: l’École secondaire catholique Marie-Rivier se dote d’un nouveau programme artistique

Le vendredi 9 avril 2021, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) lançait officiellement hier soir un tout nouveau programme spécialisé en danse de ballet classique, ExpressiON Danse, offert aux élèves de l’École secondaire catholique Marie-Rivier à Kingston. Celui-ci offre aux élèves une occasion en or de vivre leur passion ou de découvrir une nouvelle discipline aux nombreux bienfaits tant pour le corps que pour l’esprit.  

Cet événement virtuel était l’occasion de donner un vibrant aperçu du programme à travers des témoignages et des performances. Le Conseil et l’école espèrent ainsi inciter de nombreux élèves à s'inscrire à ce nouveau programme qui s’adresse à tous les élèves peu importe leur niveau en danse.

Fruit d’un partenariat avec Kingston School of Dance

Ce programme unique à Kingston offre la possibilité aux élèves de la 7e à la 12e année de suivre des cours de ballet classique (méthode Cecchetti) dans les locaux spacieux, de la Kingston School of Dance. Ce partenariat leur permet de s’adonner à leur discipline en plus de bénéficier de l’encadrement personnalisé de madame Diann Denning, coordonnatrice du programme et enseignante au CECCE. Cette professionnelle détient plusieurs années d’expérience en danse et a même été coordonnatrice artistique du studio de 2003 à 2008. 

« Le CECCE est convaincu que le bien-être de ses élèves est une composante majeure dans leur réussite académique. Les disciplines artistiques et sportives leur permettent de s’épanouir et de se réaliser sur le plan personnel, en plus de leur ouvrir les portes d’un avenir aux multiples possibilités », explique Marc Bertrand, directeur de l’éducation du CECCE. 


Un conseil scolaire à l’écoute de sa communauté 

Le programme ExpressiON Danse permet non seulement de soutenir l’engagement scolaire, mais aussi de répondre à la demande croissante de parents, tutrices et tuteurs souhaitant une plus grande présence des arts à l’École secondaire catholique Marie-Rivier. 

« Je suis heureuse de constater que le CECCE continue d’avoir à coeur d’offrir des occasions variées aux jeunes franco-ontariennes et franco-ontariens de s’épanouir selon leurs intérêts et passions, et ce, dans des environnements francophones », s’enthousiasme pour sa part Johanne Lacombe, présidente du CECCE. 

Marie-Rivier, une offre de programmes diversifiée

D’abord le Centre d’Excellence UniverSTEM, puis l’Académie des habiletés Hockey Canada, en quelques années à peine, l’École secondaire catholique Marie-Rivier s’est positionnée comme une école chef de file dans la transformation de l’expérience d’apprentissage, réputée pour l’excellence de ses programmes. 

Avec l’ajout du programme spécialisé ExpressiON Danse, l’école gagne en prestige et rejoint encore les intérêts d’un nombre grandissant d’élèves. De surcroît, il donne définitivement la cadence à l’élargissement de la programmation artistique dans les écoles catholiques du Centre-Est. 

  • Pour visionner le lancement d’ExpressION Danse cliquez ici.  

 

 





 

COUP D’ENVOI DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES NOUVELLES ÉCOLES SECONDAIRES FRANCOPHONES DE KINGSTON!

OTTAWA, le 23 mars 2021 -  Le Conseil des écoles publiques de l’Ontario (CEPEO) et le Conseil des écoles catholiques du Centre Est (CECCE) ont procédé aujourd’hui à la pelletée de terre virtuelle de l’édifice appelé à accueillir l’école secondaire publique Mille-Îles, l’École secondaire catholique Marie-Rivier, un centre de garde pour enfants, un centre pour l’enfant et la famille ON y va, ainsi que le Centre culturel Frontenac.

La construction de l’édifice, situé au coin des rues Wheathill et Demers à Kingston, a notamment été rendue possible grâce à un financement de 39 millions de dollars du gouvernement de l’Ontario. Sa construction répond à un besoin important de la communauté francophone en plein essor de la région, qui milite depuis de nombreuses années pour l’amélioration des structures scolaires existantes.

La cérémonie, diffusée en ligne, a notamment réuni le maire de Kingston, M. Bryan Paterson, le président du CEPEO, M. Denis M. Chartrand, la présidente du CECCE, Mme Johanne Lacombe ainsi que M. Jean Lord, président du Centre culturel Frontenac. L’événement était animé par la directrice de l’éducation du CEPEO, Mme Sylvie C. R. Tremblay et le directeur de l’éducation du CECCE, M. Marc Bertrand.

« Notre gouvernement est plus que jamais déterminé à s’assurer que la population a accès à une éducation en langue française répondant aux plus hautes normes, a déclaré Stephen Lecce, le ministre de l’Éducation. Grâce à notre investissement de 39 millions de dollars, nous pourrons offrir un environnement d’apprentissage en langue française de qualité qui satisfera aux besoins des familles locales et permettra aux enfants de recevoir des bases solides qui favoriseront leur réussite future. »

L’arrivée imminente de cet édifice scolaire, qui se veut un point d’ancrage pour la communauté francophone de la région, est également unanimement saluée par le CEPEO et le CECCE.

« Nous tenons à remercier à nouveau le ministère de l’Éducation pour l’octroi des subventions nécessaires à ce projet rassembleur. Cette pelletée de terre est une étape significative, non seulement dans la construction d’un bâtiment unique, mais également dans la réalisation d’un concept de collaboration novateur qui sera bénéfique pour les communautés scolaires et culturelles francophones de Kingston. La construction de cette école est le reflet d’une communauté francophone unie et est la preuve concrète que la voix citoyenne a été entendue », ont déclaré le président du CEPEO,  Denis M. Chartrand, et la conseillère scolaire Rachel Laforest.

Johanne Lacombe, présidente du CECCE, et Michel Charron, conseiller scolaire du CECCE, abondent dans le même sens. « Les familles francophones de la région, ainsi que toute la communauté de Kingston, peuvent se réjouir du début de ce projet de construction qui réunira sous le même toit un Centre pour l’enfant et la famille ON y va, un centre de garde d’enfants et le Centre culturel Frontenac. Ce complexe deviendra un lieu où le savoir et la culture viendront s’installer sur des assises solides, ce qui contribuera à répondre aux besoins de la collectivité, en plus de la faire vibrer sous un même toit. Nous sommes donc des plus enthousiastes à l’idée de franchir cette étape importante dans ce projet. »

Ces sentiments sont partagés par la directrice de l’éducation du CEPEO, Sylvie C. R. Tremblay. « Je crois qu’il faut parfois bousculer les structures existantes pour bâtir un environnement scolaire et communautaire inclusif et créer un milieu de vie scolaire accueillant, à la hauteur des aspirations de nos jeunes. Je suis donc convaincue que nous prenons la route de l’excellence avec ce projet de carrefour scolaire communautaire en rassemblant, sous un même toit, les ressources nécessaires à l’apprentissage en profondeur et durable, au bien-être de tous et toutes et à l’engagement francophone et citoyen », a mentionné Mme Tremblay.

« C’est avec une grande fierté que je participe aujourd’hui à cette pelletée de terre symbolique, une étape des plus attendues qui marque officiellement le début des travaux de construction de deux nouvelles écoles dont la nouvelle École secondaire catholique Marie-Rivier. Une fois ce projet concrétisé, les élèves de Marie-Rivier pourront témoigner d’une véritable transformation dans leur quotidien, puisqu’ils pourront s’épanouir dans des lieux modernes et inspirants. Soyez assurés que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est continuera de s’impliquer avec cœur dans ce dossier, jusqu’à l'aboutissement de ce projet d’envergure, et bien au-delà », indique Marc Bertrand, le directeur de l’éducation du CECCE.

L’édifice accueillera ses premiers élèves de 7e à la 12e année en 2023.

La vidéo suivante vous propose une visite guidée du chantier.

De gauche à droite sur la photo : Sylvie Mekoulou, directrice de l’École secondaire catholique Marie-Rivier, Michel Charron, conseiller scolaire du CECCE, Jason Dupuis, surintendant de l’éducation du CECCE, Marie-Noël St-Cyr, directrice générale du Centre culturel Frontenac,  Bryan Paterson, maire de Kingston,  Rachel Laforest, conseillère scolaire du CEPEO, Jean Lord, président du conseil d’administration du Centre culturel Frontenac, Amine H. Aïdouni, surintendant de l’éducation du CEPEO et Sylvain Morel, directeur de l’école secondaire publique Mille-Îles

Un brin de répit pour les écoles du CECCE en cette semaine de relâche reportée

Le jeudi 11 mars 2021, OTTAWA - Le ministère de l’Éducation ayant reporté la semaine de relâche scolaire au 12 avril, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a décidé de fournir une trousse d’activités ludiques et éducatives au personnel enseignant afin de les appuyer et d’offrir un brin de répit aux élèves, pour la semaine du 15 au 19 mars. 

Johanne Lacombe, présidente du CECCE est emballée par cette initiative. « Bien que la relâche scolaire ait été reportée, je suis heureuse de constater que le Conseil met en place des initiatives pour égayer le quotidien des élèves et du personnel, qui peut être plus éprouvant ces temps-ci, et leur permettre de souffler un peu. » 

Ainsi, au courant de la semaine prochaine, une multitude de ressources et d’activités, sous le thème du Mois de la Francophonie, seront partagées aux écoles:

  • Jeu-questionnaire (Kahoot) sur les expressions francophones;
  • Trousse de survie culturelle comprenant des jeux et une liste de chansons francophones;
  • Rencontre virtuelle pour le personnel avec l’artiste Samian;
  • Matinées littéraires avec Annie Groovie et Andrée Poulin;
  • Capsules pédagogiques sur des contes africains avec Marie-Eveline Belinga;
  • Capsules d’Ariane Deslions;
  • Sessions de questions/réponses avec l’abbé Jean-François Morin;
  • Liste d’activités en nature;
  • Guide pour favoriser la santé mentale lors de la rentrée hivernale;
  • Liste de ressources créée par et pour les jeunes francophones d’Ottawa;
  • Et encore plus…

Pour clore en grand cette semaine, et également dans le cadre du Mois de la Francophonie, le groupe musical Bleu Jeans Bleu offrira un spectacle virtuel à l’ensemble des écoles du CECCE, le 19 mars à 13 h 30.

« Je suis conscient que la situation actuelle en lien avec la pandémie pèse sur le moral des troupes et que les efforts des membres du personnel et des élèves se sont accumulés à cette période de l’année. J’espère donc que ces activités leur apporteront une petite dose d’énergie. Le travail de toutes et tous est remarquable et la communauté scolaire mérite pleinement de s’amuser un peu et de décrocher de l’horaire habituel, durant cette semaine lors de laquelle ils sont habituellement en congé » affirme Marc Bertrand, directeur de l’éducation.

Le Centre professionnel et technique Minto change de nom !

Le jeudi 28 janvier 2021, OTTAWA - Alors que le Centre professionnel et technique Minto se renouvelle et se modernise en offrant de nouveaux programmes répondant davantage aux réalités du marché du travail, l’école en a profité pour faire peau neuve, revoir son image de marque et changer de nom. Ainsi, l’établissement situé sur le campus du collège La Cité portera désormais le nom d’École secondaire catholique de l’innovation.

« Ce nouveau nom évocateur représente l’essence même de la vocation de cette école, qui intègre les nouvelles technologies au profit des apprentissages des élèves et qui adopte des approches pédagogiques adaptées aux réalités du 21e siècle. En tant que présidente du Conseil, je suis très fière de voir cette école prendre un tournant innovateur », exprime Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Quant au directeur de l’éducation, Marc Bertrand, il est convaincu que cette école gagne à être connue, donnant de multiples occasions aux élèves de découvrir leurs intérêts et passions, tout en cheminant dans leur parcours scolaire. « Grâce à son offre de programmes distincts dans des domaines variés tels que la mode et le design, la gestion des arts culinaires et de l'hôtellerie, son Académie Esports et son Académie de construction intelligente Minto, cette école secondaire s’est positionnée en tant que réel chef de file dans la transformation de l’expérience d’apprentissage des élèves. L’École secondaire catholique de l’innovation est donc un nom qui colle parfaitement avec la vision de l’école, où une culture de dépassement, d’innovation et de créativité est véhiculée. »

Par ailleurs, l’École secondaire catholique de l’innovation étant située sur le campus du collège La Cité, les élèves pourront bénéficier des locaux à la fine pointe de la technologie du Centre de prototypage UniverSTEM - Conseil des écoles catholiques du Centre-Est du Collège La Cité, inauguré en novembre 2019. Cet espace propice à l’innovation et la créativité est tout désigné pour accueillir les projets novateurs des élèves et s'aligne parfaitement à la nouvelle vision de l’école.

Passion Arts, un nouveau programme pour stimuler l'esprit créatif et la fibre artistique des élèves

 

Jeudi 28 janvier 2021, OTTAWA - Dans sa volonté d'élargir sa programmation artistique, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé hier soir au lancement officiel du programme Passion Arts, qui promet de stimuler l’esprit créatif d’un grand nombre d’élèves et de susciter l’engouement de nombreux autres. 

Cet événement virtuel a permis notamment de donner, à la grande communauté scolaire du CECCE, un aperçu vibrant de la richesse et de l’étendue du talent artistique d’élèves, grâce à des témoignages émouvants, mais aussi à des prestations de grande qualité. L’auteur-compositrice-interprète Mélissa Ouimet, ainsi que l’illustrateur et bédéiste Éric Péladeau, tous deux artistes franco-ontariens, ont été de la soirée pour encourager les élèves et divertir le public. 

 

Des disciplines et ateliers variés

C’est inspiré par le talent artistique incroyable des élèves et de celui d’enseignantes et d’enseignants chevronnés, que le CECCE a créé ce tout nouveau programme. Ainsi, cette nouvelle vocation artistique permettra non seulement de bonifier les programmes existants, mais servira également d’appui au développement d’autres programmes ou de projets artistiques variés. 

Par l’entremise du développement d’ateliers artistiques diversifiés - bande dessinée, slam, comédie musicale, dessin graphique, art de la murale, à titre d’exemple -,  Passion Arts donnera des occasions aux élèves de développer leur plein potentiel dans plusieurs branches artistiques, telles que  la musique, la danse, le théâtre, les arts visuels, numériques et médiatiques. Les disciplines et les ateliers offerts pourront varier d’une école à une autre, selon les intérêts de la communauté scolaire.

 

                                                                                

Passion Arts est implanté dès cette année scolaire à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges et sera offert dans les mois à venir aux collèges catholiques Samuel-Genest et Franco-Ouest. Il sera progressivement développé dans les écoles de quartier de ces trois établissements scolaires, la volonté du CECCE étant de faire découvrir les différentes facettes des arts aux élèves dès leur plus jeune âge. À plus long terme, le CECCE caresse le rêve d’étendre le programme Passion Arts à l’ensemble de ses écoles.

« Même en contexte de pandémie, le personnel du CECCE redouble d'efforts pour développer des programmes novateurs et stimulants pour les élèves. Je suis fière, en tant que présidente du CECCE, de voir ce tout nouveau programme émerger », explique Johanne Lacombe.

« Les écoles catholiques du Centre-Est regorgent de talents exceptionnels et le nouveau programme Passion Arts constitue une occasion unique de permettre à ces élèves passionnés de développer leurs compétences, de les encourager et de leur donner davantage d’occasions de briller, peu importe leur bagage artistique. Finalement, Passion Arts offrira un appui de taille aux enseignantes et enseignants pour faire vivre leurs projets artistiques les plus ambitieux », s’enthousiasme pour sa part Marc Bertrand, directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Finalement, Passion Arts semble arriver à point nommé, alors que les arts apparaissent plus que jamais comme essentiels pour l’âme et le cœur. 
 

  • Pour visionner le lancement de Passion Arts qui a eu lieu mercredi 27 janvier, cliquez ici.  

 

L’École secondaire catholique Marie-Rivier de Kingston remporte un concours lancé par Hockey Canada

 

Lundi 7 décembre 2020, OTTAWA - Les aptitudes et performances au hockey des élèves de l’Académie des habiletés de Hockey Canada (AHHC) de l’école secondaire catholique Marie-Rivier, à Kingston, ont été remarquées et récompensées par Hockey Canada dans le cadre d’un concours lancé en marge du championnat mondial junior de hockey sur glace.

Ce concours d’envergure nationale, offert à toutes les académies des habiletés de Hockey Canada, permettait aux jeunes sportifs et à leurs enseignantes et enseignants de démontrer leurs habiletés lors d'un entraînement sur glace et en gymnase. Ces séances filmées seront diffusées sur les plateformes de Hockey Canada et disponibles pour les hockeyeuses et hockeyeurs désirant perfectionner leur technique. 

Les élèves de l’Académie des habiletés de Hockey Canada photographiés avant la pandémie.

En plus d’être reconnus par leurs pairs, gagner ce concours aura été pour les élèves source d’inspiration, leur offrant le privilège de rencontrer virtuellement plusieurs des joueurs  francophones de l’Équipe nationale de hockey junior le 4 décembre dernier. (Cliquez ici  pour visionner la rediffusion de cette rencontre. Mot de passe: 4VV%0qnK) 

Cette victoire sera également l’occasion pour les élèves de poser un geste de bienveillance en offrant l’un de leurs prix. En effet, ils prévoient mettre aux enchères à l’approche des Fêtes les deux chandails autographiés par les joueurs de l’équipe nationale de hockey junior au profit des membres de leur communauté dans le besoin.

« Je suis heureuse du partenariat avec Hockey Canada qui représente une grande source de motivation et d’inspiration pour les élèves, en plus de leur offrir des compétences extraordinaires dans leur discipline sportive. Je remercie cette institution prestigieuse et félicite les élèves », indique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Pour sa part, le directeur de l’éducation Réjean Sirois exprime sa reconnaissance envers les élèves, qui permettent à l’Académie de se distinguer non seulement parmi les institutions francophones de Kingston, mais également parmi celles de la province. « Je suis très fier de ces jeunes athlètes qui par leurs performances au hockey, mais également par leur générosité, viennent renforcer la réputation d’excellence et de bienveillance des écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).»

«Le comité de sélection de Hockey Canada a été grandement impressionné par la créativité et l’inclusion dont ont fait preuve les élèves de l’École secondaire catholique Marie-Rivier par l’entremise de ce concours. Nous sommes reconnaissants des efforts constants du personnel scolaire à bonifier l’éducation de ses élèves en offrant le programme de l’Académie des habiletés Hockey Canada pendant ces temps difficiles. Ainsi, nous sommes ravis de permettre aux élèves de rencontrer des joueurs et des entraîneurs de l’équipe nationale junior, afin que ces jeunes puissent en tirer de précieux apprentissages», commente pour sa part Teal Gove, responsable du développement du hockey chez Hockey Canada.

L’École secondaire catholique Marie-Rivier inaugurait son Académie des habiletés Hockey Canada en septembre 2019. Seule école à offrir ce programme à Kingston, Marie-Rivier offre aux élèves de la 7e à la 10e année une occasion unique de développer les habiletés sportives des joueuses et joueurs, tout en développant leur confiance, leur estime de soi et leur discipline.

20 écoles du CECCE munies de panneaux solaires

Le jeudi 3 décembre 2020, OTTAWA - Près de 1 700 panneaux solaires ont été installés récemment sur les toits du Collège catholique Mer Bleue, à Orléans, et de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, à Stittsville, ce qui porte à 20 le total des écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) bénéficiant de ces installations. 

Dans le cadre de son plan pour le développement durable et l’écocitoyenneté, le CECCE mise entre autres sur l’énergie verte générée par les panneaux solaires pour réduire son empreinte écologique. De plus, le Conseil est fier d’agir en tant que modèle pour les générations futures, en sensibilisant ses élèves à l’impact des changements climatiques tout en les exposant à de telles technologies qui contribuent à la production d’énergie renouvelable en Ontario. 

Johanne Lacombe, présidente du CECCE, espère également que ces initiatives puissent avoir un impact encore plus grand, en inspirant la communauté à réfléchir à sa consommation d'énergie et à adopter un mode de vie plus écoresponsable. « Par des initiatives concrètes comme celle-ci, le CECCE réitère sa volonté d’être un chef de file en développement durable. Je suis fière de présider un conseil scolaire qui contribue quotidiennement à former des écocitoyennes et des écocitoyens, engagés à bâtir un monde meilleur ».

« Les élèves et le personnel des écoles qui sont munies de panneaux solaires peuvent témoigner des avantages d’un tel système à tout moment grâce à un écran qui leur indique, entre autres choses, la quantité d'énergie produite. Ainsi, les élèves bénéficient d'une valeur ajoutée pour leurs apprentissages relatifs à l'énergie renouvelable puisque les panneaux font l'objet d'analyses et de discussions en salle de classe », indique fièrement Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

« La Coopérative d’énergie renouvelable d’Ottawa est fière d’avoir réalisé deux autres projets d’énergie solaire avec le CECCE », affirme le président de la CÉRO, Dick Bakker. La CÉRO sait rassembler la communauté autour de projets en capitaux qui permettent de développer et de financer des projets d’énergie renouvelable. « Les membres de notre coopérative sont enthousiastes à l’idée d’investir dans des projets d’énergie solaire qui prévoient aider ces écoles à réduire leurs bilans carbones, ainsi que leurs coûts d’exploitation. Parallèlement, nous sommes reconnaissants de l’opportunité que nous avons d’améliorer la résilience locale des réseaux d’électricité dans notre communauté ».  

Ce tout nouveau système au Collège catholique Mer Bleue devient ainsi la plus grande installation de panneaux solaires du CECCE sur une même école, avec une capacité de 351 kilowatts ou 334 000 kWh, soit l’équivalent de la consommation énergétique annuelle de 39 maisons typiques. Pour sa part, l’installation de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais représenterait une capacité de 281 kilowatts ou 274 500 kWh et est la deuxième plus grande installation du CECCE. Pour ce site, la production représente l’équivalent de la consommation énergétique annuelle de 32 maisons typiques.

Un cinquième mandat à la présidence du CECCE pour Johanne Lacombe

Le mardi 1er décembre 2020,  OTTAWA - À l’issue de la séance annuelle d’organisation, les conseillères et conseillers scolaires ont reconduit par acclamation madame Johanne Lacombe à la présidence du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). C’est également par acclamation que la Table politique s’est prononcée en faveur de la réélection de monsieur Daniel Boudria à la vice-présidence.

Madame Lacombe, qui occupe les fonctions de conseillère scolaire du secteur d’Orléans depuis 2010, entreprend donc un cinquième mandat consécutif à titre de présidente. Monsieur Boudria aura l’occasion d’appuyer Madame Lacombe pour une troisième année consécutive en tant que vice-président, lui qui siège comme conseiller scolaire pour le secteur de Cumberland depuis 2006. 

La présidente du Conseil, madame Johanne Lacombe, se dit honorée de la confiance que lui témoignent les membres de la Table politique. « Je suis emballée de pouvoir occuper pour une cinquième année la fonction de présidente et de représenter les intérêts des familles en cette période exceptionnelle où la collaboration avec l'administration est d'autant plus nécessaire. Au courant des dernières années, j‘ai eu le privilège d’assister aux réalisations et succès du CECCE et je ne peux qu’être enthousiaste par tous les projets à venir afin de bonifier l’offre de services aux familles francophones, selon de hauts standards de qualité. »

Quant au vice-président, monsieur Daniel Boudria, il se dit également privilégié d’avoir la chance de servir un conseil scolaire si performant, mais surtout si bienveillant. « C’est un honneur d'œuvrer pour un conseil scolaire qui a à cœur la réussite, mais surtout le bien-être de chaque élève, et qui ne lésine pas sur les moyens pour transformer l’expérience d’apprentissage afin que chaque élève soit encadré et accompagné selon ses besoins. »

La séance annuelle d’organisation, qui s’est tenue exceptionnellement de façon virtuelle, a également donné lieu au dépôt du rapport annuel 2019-2020 du directeur de l’éducation Réjean Sirois. Monsieur Sirois félicite d’ailleurs tous les membres du personnel du CECCE à qui ces réalisations sont attribuables. « Les membres du personnel, en collaboration avec les élèves et les familles, ont réalisé l’impossible lorsque les écoles ont dû fermer en mars dernier, afin de poursuivre la mission éducative du Conseil, et ce, à distance. Je ne peux qu’être admiratif devant tant de dévouement, de résilience et d’innovation. Je suis impressionné de constater que, malgré la situation particulière, le CECCE a réalisé de grandes choses, vécu de nombreux succès et mis sur pied de nouvelles structures et stratégies pédagogiques pour maintenir sa tradition d’excellence et le climat de bienveillance qui règne au sein de ses écoles. »

Le CECCE se munit de 120 boîtes TerraCycle dans le but de recycler les équipements de protection individuelle

Le mercredi 28 octobre 2020, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux d’annoncer qu’il mettra à la disposition de sa communauté scolaire, 120 boîtes TerraCycle qui permettront de recycler les masques et les gants de protection jetables dans les écoles et au Centre éducatif. Cette initiative permettra au CECCE de réduire son empreinte écologique, tout en se rapprochant de son objectif de réduction de 20 % des déchets envoyés aux sites d'enfouissement en 2022.

« Les équipements de protection individuelle sont nécessaires pour le bien-être et la sécurité de tout un chacun, et le CECCE se fait un devoir de prôner les mesures de protection et d’hygiène prescrites par les autorités en santé dans ses établissements. Toutefois, les masques et les gants jetables représentent également une autre source de pollution. Un masque chirurgical peut d’ailleurs prendre jusqu’à 500 ans pour se décomposer. Bien que le CECCE encourage le port du masque réutilisable, il se devait de trouver une solution éco responsable pour celles et ceux qui préfèrent ou qui doivent adopter des équipements à usage unique. Le fait de munir les écoles de boîtes TerraCycle s’inscrit donc dans la volonté du Conseil de réduire son empreinte écologique », indique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe

« Le Conseil vise une fois de plus à offrir ce qu’il y a de mieux pour sa communauté scolaire, en valorisant les meilleurs environnements d’apprentissage possibles. De plus, ce sont des actions concrètes et significatives comme celle-ci qui montrent l’exemple aux futures citoyennes et aux futurs citoyens du monde, et qui leur permettent de développer leur pensée critique, en plus de forger leur caractère écocitoyen, pour un monde plus juste, plus vert et plus solidaire », ajoute monsieur Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

Les deux élèves ambassadrices des changements climatiques du CECCE, Janessa Sabourin et Rachel Vigneault, sont également très fières que le CECCE entame cette étape importante de réduction des déchets en cette période de pandémie. « L’environnement et la protection de notre planète, c’est l’affaire de toutes et de tous et nous sommes très heureuses de voir que même durant cette crise sanitaire, le CECCE poursuit ses efforts afin de diminuer les effets néfastes de cette pandémie. Et surtout, nous aimerions rappeler à toutes et à tous de réutiliser les masques en tissu si vous le pouvez, et de les recycler sinon!» 

L’entreprise TerraCycle, auprès de laquelle le Conseil a collaboré pour l’achat des boîtes de recyclage, travaille à l’élimination de la notion de « déchet » en recyclant le « non recyclable », ce qui fait de l’entreprise un leader mondial de la collecte et de la réutilisation des déchets non recyclables post-consommation.

En tout, 120 boîtes TerraCycle ont été distribuées au Centre éducatif et dans toutes les écoles du Conseil, soit une boîte par petite école et deux boîtes pour les grandes écoles afin de recycler les masques et les gants. Une boîte peut contenir jusqu’à 3 260 unités. Cette initiative permettra au CECCE de recycler environ 392 200 masques et gants.

Marc Bertrand prendra la barre du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 27 octobre 2020, OTTAWA - À compter du 1er janvier 2021, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pourra compter sur Marc Bertrand, à titre de nouveau directeur de l’éducation et secrétaire-trésorier pour diriger le plus grand conseil scolaire du réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec.

« Nous sommes heureux que Marc Bertrand prenne la relève de la direction du Conseil. Je suis persuadée qu’avec sa connaissance du domaine de l’éducation, ses nombreuses années d’expérience au sein du CECCE, ainsi que ses compétences en leadership, Marc saura guider le CECCE vers de nouveaux sommets » indique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Détenteur d’une maîtrise en éducation avec concentration en leadership, évaluation, programme et politiques éducationnelles et d'un brevet d'agent de supervision en éducation, monsieur Bertrand compte 21 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation et de service au CECCE. Avant d’accepter le poste de directeur de l’éducation, monsieur Bertrand a gravi les échelons au sein de l'organisation où il a occupé les postes d'enseignant, de direction adjointe, de direction d'école et de surintendant de l'éducation. Il a été, notamment, direction adjointe au Collège catholique Samuel-Genest pendant trois (3) ans, a assuré la direction de l’École secondaire catholique Franco-Cité pendant quatre (4) ans pour ensuite assurer la direction de l’École secondaire catholique Garneau de 2015 jusqu’à sa nomination à la surintendance.

Depuis le 10 mai 2016, monsieur Bertrand occupe le poste de surintendant de l’éducation. Outre la supervision d’écoles élémentaires et secondaires sous sa responsabilité, il a assumé le rôle de surintendant du Service des immobilisations, de la planification, de la construction et de l'utilisation communautaire et du Service de l'entretien au sein du CECCE. Il a également eu sous sa gouverne à superviser les dossiers systémiques de la sécurité et des mesures d’urgence, de la santé et du bien-être, de l'équité et de l'inclusion, du Programme d'accueil des élèves internationaux et de l’Éducation permanente.

« C’est avec grand plaisir que j’ai accepté le poste de direction de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Je suis emballé de pouvoir travailler avec un personnel si dévoué au sein de cette grande communauté scolaire » explique Marc Bertrand. « Le CECCE est un chef de file dans le monde de l’éducation et je suis privilégié d’avoir l’occasion de contribuer davantage à l’atteinte de la mission du Conseil  ».

À compter du 28 octobre 2020, M. Bertrand agira à titre de directeur associé de l'éducation et pourra compter sur l’appui de l’actuel directeur de l’éducation, M. Sirois, afin d’assurer une transition harmonieuse. «  Au nom du CECCE, je désire remercier sincèrement Réjean Sirois pour ses années de service à titre de directeur de l'éducation et je lui offre mes meilleurs vœux de bonheur à l'occasion de son départ pour une retraite bien méritée  » partage Johanne Lacombe.

Le ministère de l’Éducation finance l’achat du bâtiment qui hébergera l’École élémentaire catholique Au Coeur d’Ottawa

Le lundi 26 octobre 2020, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est emballé par l’octroi d’un financement de 5,7 M$ qui permettra l’acquisition définitive du bâtiment Deschatelets pour héberger l’École élémentaire catholique Au Coeur d’Ottawa. L’adjoint parlementaire au ministre de l’Éducation, monsieur Sam Oosterhoff en a fait l’annonce ce matin, au nom de l’honorable Stephen Lecce, ministre de l’Éducation. 

 « Notre gouvernement est très heureux d’annoncer cette nouvelle école de langue française, Au Cœur d’Ottawa, qui sera dotée de places en services de garde d’enfants fournis en français, a déclaré Sam Oosterhoff, l’adjoint parlementaire au ministre de l’Éducation. Nous savons que notre gouvernement investit dans l’avenir de nos enfants et de toute la province en faisant l’acquisition d’un établissement scolaire qui offrira des places additionnelles en services de garde d’enfants en vue de répondre aux besoins croissants de nos communautés francophones catholiques. »                 

« Notre gouvernement est fermement convaincu que vos enfants méritent d’apprendre dans des écoles bien équipées et modernes, connectées et accessibles, a déclaré Stephen Lecce, le ministre de l’Éducation. Nous continuerons à prendre les mesures nécessaires, et la nouvelle École élémentaire catholique Au Cœur d’Ottawa en est un exemple, pour veiller à la sécurité des élèves, aujourd’hui et demain, en approuvant des projets de construction de nouvelles écoles et d’agrandissements permanents et en améliorant l’accès aux services de garde d’enfants pour les parents qui travaillent. »

Pour Johanne Lacombe, présidente du CECCE, le financement du ministère de l’Éducation (EDU) représente l’aboutissement d’un travail rigoureux de longue haleine, en concertation avec différents partenaires et plusieurs membres du paysage politique. « Je remercie personnellement le ministre de l’Éducation, l'honorable Stephen Lecce qui a su cerner les particularités de ce projet puisque l’école offre un modèle d’enseignement réinventé inspiré du modèle finlandais. Les parents de la communauté francophone de ce secteur de la ville seront heureux de savoir que les démarches entreprises par le CECCE et ses partenaires portent fruit et que les enfants continueront d’avoir accès à des programmes de qualité, en français. »

La conseillère scolaire du CECCE, Valérie Assoi, tenait également à adresser ses remerciements. « Je souhaite remercier les précieux partenaires du Conseil qui sont de réels alliés dans ce projet, soit le regroupement communautaire Old Ottawa East Community Association (OOECA), le Community Activities Group (CAG) et Regional Group, propriétaire actuel de l'édifice. De plus, que dire de l'appui indéniable du conseiller municipal Shawn Menard dans ce projet. Je tiens également à souligner l’implication exceptionnelle des parents et des membres de la communauté qui depuis le début ont appuyé la vision du Conseil pour le projet et ont fait valoir la nécessité d’une école élémentaire catholique francophone au coeur de la capitale nationale ».

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a été un partenaire exemplaire pour ce projet. L’équipe a répondu aux inquiétudes de la communauté, et s’est engagée à construire un établissement intégré qui incorpore les qualités du Vieil Ottawa Est. Nous sommes ravis d’entendre que la province appuiera ce projet, et nous avons hâte d’enrichir nos options pour la communauté avec une école élémentaire catholique de langue française dans l’édifice historique Deschâtelets », ajoute le conseiller municipal Shawn Menard.


« Je tiens à souligner le travail de la Table politique pour toutes les actions politiques entreprises afin de faire valoir le mérite de ce projet. L’octroi de ce financement est l’aboutissement de trois (3) ans d’efforts et de rencontres afin d’offrir à la communauté scolaire d’Au Coeur d’Ottawa une école permanente », indique le directeur de l’éducation, monsieur Réjean Sirois.

Le CECCE reçoit du financement pour la construction de sa 59e école

 

Le mercredi 21 octobre 2020, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se réjouit de l’annonce de l’honorable Stephen Lecce, ministre de l’Éducation, quant à l’octroi d’un financement qui permettra la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique dans le secteur Avalon-Ouest.

« J’aimerais tout d’abord remercier le ministre de l’Éducation, l'honorable Stephen Lecce, qui a su voir les besoins de la communauté francophone, qui est d’ailleurs en pleine croissance dans ce secteur d’Orléans. C’est un réel bonheur de savoir que davantage d’élèves pourront s’épanouir et se développer pleinement dans des établissements catholiques où l’enseignement dispensé en français répond aux plus hauts standards de qualité » indique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Le conseiller scolaire pour Cumberland et vice-président du Conseil, Daniel Boudria, ajoute: « Ce financement qui permettra la construction d’une école élémentaire catholique représente une excellente nouvelle pour la communauté du secteur Avalon Ouest. La Table politique et moi-même sommes enthousiastes à l’idée d’entamer ce projet de grande envergure, qui permettra, une fois de plus, au Conseil de poursuivre sa mission éducative en répondant aux besoins d’un plus grand nombre de familles francophones. De plus, je remercie les parents, tutrices, tuteurs qui ont choisi de confier l’éducation de leur enfant au CECCE ».

Finalement, le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, tient à émettre ses remerciements. « Je remercie la Table politique pour toutes les actions politiques entreprises afin que chaque étape soit franchie en respectant à la fois les attentes du Ministère et de la municipalité ainsi que les besoins de la population. L’obtention de ce financement n'aurait pu voir le jour sans la participation active des conseillères et des conseillers scolaires et des efforts de l'équipe administrative. » Il poursuit en indiquant que la prochaine étape pour le CECCE sera de déterminer le terrain où sera érigée la nouvelle école, dans le sud-ouest d’Orléans.

Ginette Perreault reçoit le Prix du Premier ministre pour l’excellence en enseignement, pour son engagement au sein des écoles du CECCE

 

Le mercredi 7 octobre 2020, OTTAWA - Alors que plus que jamais la profession d’enseignante et d’enseignant mérite d’être valorisée, dans ce contexte de pandémie, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux d’annoncer que Ginette Perreault est lauréate du Prix du Premier ministre pour l’excellence en enseignement

Cette enseignante nouvellement retraitée a su laisser sa marque au sein des écoles catholiques du Centre-Est par sa créativité et son leadership. Elle a également eu l’occasion de déployer sa vision du développement global de l’élève et sa pratique pédagogique dans la mise en oeuvre de la vocation MATIS à l’École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis.

« Étant à l'affût des pratiques pédagogiques innovantes et des nouvelles technologies, Mme Perreault a contribué sans aucun doute à faire du CECCE un chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage. Les nombreux projets qu’elle a mis en place et la créativité dont elle a fait preuve pour amener les élèves à toujours pousser plus loin leurs connaissances et compétences sont tout simplement remarquables » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. 

« C’est une fierté pour le CECCE d’avoir pu compter au sein de sa grande famille de professionnelles et de professionnels en éducation, une enseignante aussi dévouée, engagée et passionnée que Mme Perreault. Je suis profondément convaincu que par ses pratiques innovantes, elle a su marquer et inspirer plusieurs jeunes qui ont eu la chance de la côtoyer. » ajoute Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

« Par son professionnalisme et son dévouement, elle a permis de bâtir très tôt chez les élèves les fondements de leurs méthodes d'apprentissage et fait une immense différence en leur offrant un cours préparatoire d'une rare richesse » de dire Marie Chantal Desrosiers, directrice de l’École élémentaire catholique Jonathan-Pitre qui a eu le plaisir de côtoyer Mme Perreault, lorsqu’elle occupait le poste de direction à l’École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis.  

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est profite également de l’occasion pour souligner le travail de l’ensemble des enseignantes et enseignants du CECCE. Le personnel oeuvrant dans le domaine de l’éducation joue un rôle essentiel dans la société, et les membres du CECCE sont des acteurs majeurs dans l’éducation de quelque 26 000 élèves qui fréquentent les différentes écoles.

Première rentrée scolaire à l’école nommée en l’honneur de Jonathan Pitre

Le mercredi 19 août 2020, OTTAWA - Ce sont quelque 240 élèves qui ont eu l’occasion, ce matin, de franchir les portes de la nouvelle École élémentaire catholique Jonathan-Pitre nommée en l’honneur de l’« enfant papillon ». Bien que la rentrée scolaire se soit déroulée dans un climat plutôt spécial en raison de la pandémie, la communauté scolaire était très heureuse de pouvoir enfin se retrouver.

Les écoles élémentaires catholiques Jonathan-Pitre et Bernard-Grandmaître sont les deux écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) à effectuer leur rentrée scolaire deux semaines avant l'ensemble des écoles du CECCE en raison de leur calendrier équilibré. 

« Cela est très symbolique pour le CECCE de débuter l’année scolaire par l'ouverture de la toute nouvelle école Jonathan-Pitre dans le secteur Riverside-Sud. Ce jeune homme décédé en avril 2018 à l’âge de 17 ans, des suites d’une maladie dégénérative, l’épidermolyse bulleuse, a su inspirer toute une génération de jeunes et moins jeunes par sa force, son courage, sa résilience et son optimisme. Cela donne donc un exemple d’espoir et de résilience aux élèves et membres du personnel pour amorcer cette année scolaire dont la réalité sera bien différente des années précédentes », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

« Je tiens à remercier les parents qui ont choisi de faire confiance aux écoles catholiques francophones du Centre-Est pour l’éducation de leur enfant. Les membres de la Table politique ont déployé de grands efforts pour obtenir cette école et sont fiers que le CECCE puisse finalement desservir les francophones du secteur Riverside-Sud. Par ailleurs, le Conseil est heureux de constater une demande accrue des familles pour le calendrier équilibré qui est en partie dû au fait que ce modèle répond à des besoins spécifiques en termes d’horaires familiaux, de travail et de vacances », précise Chad Mariage, conseiller scolaire.

Pour sa part, le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, indique « Je suis confiant que les élèves et membres du personnel s’habitueront très vite aux mesures mises en place dans les écoles. Le personnel a travaillé avec ardeur ces derniers mois afin de tout préparer pour respecter les directives ministérielles et assurer un accueil bienveillant aux élèves. »

La directrice de la nouvelle école Jonathan-Pitre, Marie Chantal Desrosiers, était emballée d’accueillir les élèves pour leur première journée. « Les membres de mon équipe et moi sommes très heureux de faire enfin la rencontre de nos élèves et avons hâte de réaliser de grands projets tous ensemble. C’est une fierté pour notre belle école de pouvoir desservir des centaines d’élèves francophones du secteur Riverside-Sud. »

Rentrée scolaire dans l’ensemble des écoles du CECCE

Le 27 août prochain, ce sera au tour des élèves du Centre professionnel et technique Minto de retourner sur les bancs d’école. Les autres élèves du CECCE feront pour leur part leur entrée le 3 septembre. Ce sont d’ailleurs plus de 26 000 élèves qui fréquenteront les 45 écoles élémentaires, les 13 écoles secondaires ainsi que l’Académie d’apprentissage virtuel du CECCE. 

De plus, le Conseil qui est chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage travaille depuis déjà quelques années à mettre sur pied un service d’apprentissage virtuel. Le contexte exceptionnel en lien avec la pandémie a donc favorisé l’implantation de la nouvelle Académie d’apprentissage virtuel qui accueillera virtuellement plus de 3 000 élèves à la rentrée scolaire. 

Du nouveau au Centre d’excellence UniverSTEM de l’École secondaire catholique Marie-Rivier

Nouveau partenariat, nouveau programme spécialisé STEM, nouveau programme en danse et élargissement de l’offre pour l’Académie des habiletés Hockey Canada

Le mardi 16 juin 2020, KINGSTON – C’est avec enthousiasme que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) annonce la conclusion d’un partenariat entre l’École secondaire catholique Marie-Rivier et l’école d’animation canadienne de Vancouver, une organisation canadienne mondialement reconnue. Sa plateforme éducative FAME Arts and Technology viendra en appui à l’école Marie-Rivier dans le déploiement de sa vocation et de son nouveau programme spécialisé STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques).

Alexandra Labelle, directrice de l’École secondaire catholique Marie-Rivier, explique l’importance de ce partenariat : « L’école Marie-Rivier fait figure de précurseure de la vocation STEM au CECCE. C’est pourquoi je tenais à doter l’école de ressources et d’un soutien technique de pointe, que ce soit au bénéfice de l’équipe à la direction, du personnel enseignant ou des élèves. C’était aussi essentiel pour l’école de travailler avec une institution canadienne, qui puisse s’adapter à la réalité du curriculum ontarien et d’une école catholique et francophone. Et c’est précisément ce qu’offre la plateforme FAME Arts and Technology. »

Basée à Vancouver,  la plateforme se démarque par une approche intégrée du soutien aux institutions éducatives, en tenant compte de leur contexte particulier. Mario Pochat, président directeur de l’école d’animation de Vancouver, souligne l’intérêt de ce nouveau partenariat : « Nous sommes très heureux de pouvoir contribuer au développement de l'enseignement des arts et des technologies de l'École secondaire catholique Marie-Rivier. Notre objectif, c’est de toujours appuyer une éducation de qualité dans les matières créatives ».

« L’école Marie-Rivier sera la première à offrir une telle valeur ajoutée au CECCE, mais aussi la seule à bénéficier d’un tel partenariat dans toute la région entre Ottawa et Toronto, et qui plus est en français. Ce partenariat démontre une nouvelle fois le caractère visionnaire du CECCE qui maintient sa position de chef de file et fait de l’éducation catholique en français la référence », exprime Johanne Lacombe, présidente du Conseil.

Michel Charron, conseiller scolaire du secteur Hastings, Prince Edward, Frontenac, Lennox et Addington, précise que : « Les partenariats déjà conclus l’an dernier avec de grandes institutions comme le Musée des sciences et de la technologie du Canada (MSTC) et l’Université d’Ottawa (Complexe STEM) nourrissent l’expérience vécue par l’équipe-école et les élèves. Le nouveau partenariat annoncé avec l’école d’animation de Vancouver contribuera sans aucun doute à créer encore plus d’émulation à l’école comme dans la communauté autour du Centre d’excellence de l’Ontario UniverSTEM ».

Le nouveau programme spécialisé au Centre d’excellence de l’Ontario UniverSTEM dès la rentrée 2020 
La vocation STEM a été instaurée à l’école Marie-Rivier en 2019, en mettant sur pied le Centre d’excellence de l’Ontario UniverSTEM. L’école francophone catholique de Kingston ajoutera une corde à son arc dès la rentrée en offrant un programme spécialisé aux élèves de la 9e à la 12e année. 

Celui-ci sera axé sur la recherche, le jeu, l’imagination, la résolution de problèmes, la pensée critique, l’innovation, la collaboration et l’apprentissage individualisé. Il permettra aux élèves d’acquérir des habitudes de travail et de faire des apprentissages qu’ils pourront utiliser dans d’autres disciplines de la vie. Afin de découvrir le monde qui les entoure, les élèves utiliseront le processus d’enquête par le biais des disciplines STEM, notamment à l’occasion de projets collaboratifs, de concours et de compétitions.

Un nouveau programme spécialisé de danse
Un nouveau programme spécialisé en danse, ExpressiON Danse, sera également offert aux élèves de la 7e à la 12e année, en partenariat avec la Kingston School of Dance et en accord avec la méthode Cecchetti Canada. 

Il offrira aux danseuses débutantes et aux danseurs débutants, récréatifs et élites l’opportunité de s’entraîner 4 heures par semaine dans un contexte scolaire. Il permettra de développer des habiletés liées aux compétences artistiques et offrira l’occasion aux participants de partager leur passion pour la danse dans un environnement où elles et ils pourront se divertir, se surpasser et s’amuser.

L’Académie des habiletés Hockey Canada 
Déjà offerte l’an dernier aux élèves de la 7e à la 10e année, l’Académie des habiletés Hockey Canada sera désormais offerte jusqu’à la 12e année pour répondre au grand engouement entourant ce programme. De nombreux élèves pourront donc vivre leur passion pour ce sport dans le cadre de leur parcours scolaire, encadrés par des entraîneurs certifiés par Hockey Canada.

Peut-être auront-ils la chance de connaître le même succès que leur jeune camarade Kevin Fitzgerald, repêché par l’équipe des Firebirds de Flint dans la ligue de hockey de l’Ontario (LHO) en avril 2020. 

Une chose est certaine, les participantes et les participants  pourront non seulement améliorer leurs habiletés individuelles techniques et tactiques, mais aussi nourrir leur motivation, en bénéficiant d’au moins 50 sessions sur glace et 50 sessions hors glace. 

Une offre exceptionnelle à l’école Marie-Rivier
« La création de programmes variés en partenariat avec des institutions sportives et culturelles  ainsi que le partenariat conclu avec l’école d’animation de Vancouver vont permettre aux élèves de l’École Marie-Rivier de prendre une part toujours plus active dans leur éducation, en lien direct avec la transformation de l’expérience d’apprentissage et les compétences du 21e siècle. L’ensemble de ces initiatives illustrent aussi combien l’école Marie-Rivier et le Conseil sont ancrés dans leur communauté et déploient tous les efforts pour offrir un milieu scolaire aussi stimulant qu’innovant », affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation du Conseil.

Contacts pour les médias

Ligne téléphonique pour les médias

613 746-3525
communications@ecolecatholique.ca

Isabelle Beaudoin, gestionnaire par intérim des affaires publiques et communications 

613 744-2555, poste 33654
819 500-9195 (cellulaire)
beaudis@ecolecatholique.ca

Sandy Chirol, conseillère en communications et relationniste médias

613 744-2555, poste 33414
613 204-8117​ (cellulaire)
chiros@ecolecatholique.ca

L’Académie Esports CECCE voit le jour au Centre professionnel et technique Minto

Le jeudi 28 mai 2020, OTTAWA -  Le Centre professionnel et technique Minto (CPTM) est fier d’annoncer le lancement de sa toute nouvelle Académie Esports CECCE. Suite à l’engouement généré par le cours de sports électroniques lancé en septembre dernier, la Table politique a approuvé la mise sur pied d’un programme spécialisé complet unique en Ontario, qui sera offert aux élèves de la 9e à la 12e année dès la prochaine année scolaire. 

Le CPTM, qui fait figure de centre d’excellence et d’innovation, offre des programmes d’études flexibles et dynamiques qui répondent aux besoins émergeants à l’ère du 21e siècle et qui permet aux apprenantes et apprenants de se démarquer sur le marché du travail. 

La création de l’Académie Esports CECCE s’inscrit dans le virage qu’a entrepris le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour transformer l’expérience d’apprentissage de ses élèves, en leur permettant d’être au cœur de l’innovation. Ainsi, les élèves qui s’inscriront au programme Esports auront l’occasion de vivre des expériences d’apprentissage engageantes, profondes et durables, tout en baignant dans un environnement propice pour le développement des compétences du 21e siècle, telles que la pensée critique, la collaboration et la créativité.

Le directeur du Centre professionnel et technique Minto, Mathieu Gagné, précise que « l’accompagnement à travers le jeu s’avère être une formule très positive et intéressante pour favoriser l’engagement des élèves dans leurs études, en plus de renforcer leur sentiment d’appartenance à leur école. De plus, dans le cadre de ce programme, les élèves seront amenés à développer leur pensée critique, l’autorégulation et leur sens de la responsabilité. »

Les sports électroniques connaissent un véritable essor à l’échelle internationale et les opportunités d’emploi dans ce domaine sont grandissantes. En effet, les élèves désirant se vouer à une carrière dans un domaine connexe, autre que joueur amateur ou professionnel, entraîneur ou commentateur de sports électroniques, pourront aspirer à travailler en programmation, design, arts médiatiques, organisation d'événements, affaires et commerce en ligne, marketing, publicité, pour ne nommer que ceux-ci. 

La présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Johanne Lacombe, ajoute quelques mots sur l’implication de la Table politique dans la mise en oeuvre de ce programme. « J’aimerais souligner la vision des conseillères et conseillers scolaires dans la mise en oeuvre d’un programme novateur qui valorise la transformation de l’expérience d’apprentissage et l’innovation comme levier pour assurer la réussite et le bien-être des élèves. D’ailleurs, l’expérience de la dernière année démontre bien que ce programme a sa raison d’être, vu ses nombreux bienfaits au niveau de l’engagement des élèves et de leur taux de réussite académique. » 

Finalement, le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, affirme que « le développement d’un tel programme au Centre professionnel et technique Minto est un ajout considérable à la programmation offerte dans les écoles secondaires du CECCE. Encore une fois, le Conseil démontre qu’il est à l’écoute des besoins de sa communauté scolaire et à l'affût des grandes tendances universelles, ce qui fait de lui un chef de file en matière d’éducation, reconnu à l’échelle internationale. Le Conseil est d’ailleurs très heureux de profiter de l’expertise de l’Académie Esports Canada, dans le cadre d’un partenariat entre les deux organisations. »

L’École secondaire catholique Pierre-Savard remporte un Prix Fairtrade

 

Le dimanche 15 mars 2020, OTTAWA - L’École secondaire catholique Pierre-Savard a été récompensée hier pour ses efforts à engager et sensibiliser sa communauté scolaire au commerce équitable en remportant le Prix canadien Fairtrade dans la catégorie Militant Fairtrade. Ces prix sont remis annuellement pour souligner la vision, le leadership et l’engagement constant de groupes citoyens et du milieu des affaires canadiens envers le rce durable. La cérémonie de remise des prix organisée par Fairtrade Canada se déroulait au Festival Hall à Calgary le 14 mars, en marge du 8e Congrès national canadien du commerce équitable.         ​

Depuis la création de la concentration en Santé environnementale et des Majeures Hautes spécialisations en Environnement, en Justice et en Santé, les enseignants s’efforcent de faire comprendre les liens qui existent entre l’approvisionnement alimentaire, les producteurs et la santé. Ils offrent à leurs élèves des occasions extraordinaires d’explorer les impacts de leurs choix de consommation sur leurs communautés et sur celles des pays du Sud de l’Équateur.

C’est d’ailleurs à la suite d’un voyage humanitaire marquant en 2015, dans une caféière du Costa Rica, que l’École secondaire catholique Pierre-Savard a entamé des démarches en vue d’obtenir sa certification équitable en concordance avec la mission qu’elle poursuit, soit  de bâtir un monde plus équitable, durable et juste.

L’école Pierre-Savard est d’ailleurs particulièrement fière, par l’entremise de son engagement social, des liens tissés et du travail de collaboration effectué tant avec les producteurs locaux que les pays du Sud.  La communauté scolaire multiplie également les initiatives de promotion et de valorisation de produits équitables en plus d’appuyer des modes de production et de consommation durables par l’utilisation de produits équitables.

ÉcoÉcole certifiée Platine​

Si cette école est certifiée équitable depuis l’an passé, son engagement en matière d’écocitoyenneté et de développement durable est reconnu depuis de nombreuses années. L’école est notamment une ÉcoÉcole certifiée Platine, plus haute distinction de ce programme et compte parmi ses rangs des enseignantes et enseignants dévoués telle que madame Johanne Cardin-Beale, instigatrice du virage vert entrepris par l’établissement scolaire. « Madame Cardin-Beale est une leader et une source d’inspiration extraordinaire qui est à l’origine d’un grand nombre d’initiatives écocitoyennes.  Au nom de l’École secondaire catholique Pierre-Savard, je tiens à la remercier et à remercier Fairtrade Canada pour cette distinction qui représente le fruit de tous les efforts de la communauté scolaire », s’est exprimé Christian Lapalme, directeur de l’École secondaire catholique Pierre-Savard. 

Johanne Cardin-Beale a pour sa part ajouté que « cette reconnaissance confirme l’importance de relier les principes du commerce équitable aux objectifs du développement durable. À l’École secondaire catholique Pierre-Savard, nous avons à coeur le respect de notre environnement et de notre milieu, la collaboration avec les communautés et la responsabilité de nos élèves vis-à-vis l’environnement. Ces valeurs représentent vraiment les principes du commerce équitable. »

« Cet honneur décerné par Fairtrade Canada démontre une fois de plus de l’excellence des écoles du CECCE en terme de durable et d’écocitoyenneté  », s’est quant à elle réjouie Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Je tiens à rappeler que le Conseil a atteint en juin dernier le cap des 50 ÉcoÉcoles, ce qui fait de lui un véritable chef de file en environnement. »

« Je suis extrêmement fier de voir cette communauté scolaire agir en tant que leader dans la mise en œuvre  de pratiques bénéfiques à l’environnement. J’espère qu’elle sera capable d’inspirer d’autres écoles à obtenir leur certification équitable. Alors qu’au CECCE,  l’année scolaire en cours porte la marque du développement durable et de l'écocitoyenneté, je me réjouis de constater une nouvelle fois les efforts, tant des élèves que des membres du personnel, qui multiplient les gestes écocitoyens pour soutenir le virage vert entrepris par le Conseil au cours des dernières années », a poursuivi Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. 

De son côté, Julie Francoeur, directrice générale de Fairtrade Canada, souligne : « le grand dévouement du CECCE et plus particulièrement de l’École secondaire catholique Pierre-Savard à l’égard des productrices et des producteurs des pays du Sud qui font partie du mouvement Fairtrade.» « Votre volonté à promouvoir et sensibiliser votre communauté aux enjeux du commerce équitable permet aux productrices et aux producteurs d’améliorer leurs pratiques agricoles, leurs conditions de travail ainsi que le bien-être de leurs communautés. Bravo! » a-t-elle conclu.

Cliquez ici pour visionner la vidéo réalisée par la communauté scolaire de l’École secondaire catholique Pierre-Savard en réaction au Prix canadien Fairtrade reçu.

La future école à Riverside Sud nommée en l’honneur de Jonathan Pitre

Le mardi 25 février 2020, OTTAWA - La future école élémentaire catholique en construction dans le secteur Riverside Sud portera le nom de Jonathan Pitre en l’honneur du jeune homme qui est décédé en avril 2018 à l’âge de 17 ans, des suites d’une maladie dégénérative, l’épidermolyse bulleuse. Les membres de la Table politique ont adopté ce nouveau nom ce soir, lors de la séance ordinaire du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). 

Aussi connu sous le nom de « l’enfant papillon » en raison de sa maladie qui rendait sa peau extrêmement fragile, Jonathan a été un ambassadeur important pour DEBRA Canada, un organisme à but non lucratif dédié à offrir un soutien aux familles touchées et à accroître la sensibilisation face à cette maladie. 

« Malgré l’adversité, ce jeune homme n’a jamais cessé de sourire à la vie. Il a su inspirer toute une génération de jeunes et moins jeunes par sa force, son courage, sa résilience et son optimisme », indique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

« Le fait de nommer la nouvelle école du Conseil en son honneur est un geste marquant qui permettra d’immortaliser la mémoire de ce jeune homme, tout en transmettant ses grandes valeurs d’humanité aux élèves des écoles catholiques du Centre-Est par le biais de son histoire », ajoute Chad Mariage, conseiller scolaire. 

Jean-François Bard, surintendant de l'éducation, Johanne Lacombe, présidente, Réjean Sirois, directeur de l'éducation, Micheline Boileau-Bougon, tante de Jonathan Pitre, Tina Boileau, mère de Jonathan Pitre, Daniel Boudria, vice-président, Jason Dupuis, surintendant de l'éducation

La communauté s’est prononcée en faveur de la suggestion de nommer la nouvelle école Jonathan Pitre, à la suite d’un sondage proposant cinq (5) noms finalistes, administré par le comité chargé du choix du nom. Le comité était formé du conseiller scolaire Chad Mariage, du surintendant de l’éducation Jean-François Bard, de l'équipe à la direction d’école, d'une enseignante de l'école Bernard-Grandmaître et de plusieurs parents de la future école.

« J’aimerais remercier le comité qui a fait un excellent travail et le félicite d’avoir su mobiliser la communauté scolaire de Riverside Sud tout au long du processus. Les membres du comité ont su identifier des noms évocateurs et représentatifs de la foi catholique et de l’enseignement en français. Je suis d’ailleurs très touché du nom qui a été officialisé hier soir, en l’honneur d'un jeune leader francophone de l’Est ontarien », exprime Réjean Sirois, directeur de l’éducation. 

« Je tiens à témoigner ma reconnaissance envers le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est ainsi qu’envers les membres de la communauté du sud d’Ottawa qui ont choisi de célébrer les exploits de ce jeune héros local, mon fils, Jonathan Pitre. Je suis émue qu’une nouvelle école porte son nom, et je suis convaincue que Jonathan sera une source d’inspiration pour cette communauté scolaire catholique », affirme Tina Boileau, la mère de Jonathan Pitre.

Réjean Sirois, directeur de l'éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, tire sa révérence

Le lundi 10 février 2020, OTTAWA - Le mardi 28 janvier dernier, les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont accepté la démission du directeur de l’éducation, monsieur Réjean Sirois, annonçant ainsi sa retraite. Il tirera sa révérence le 31 décembre prochain, après avoir oeuvré pendant 19 ans comme directeur de l’éducation dans différents conseils scolaires et une carrière de 30 ans dans le domaine de l’éducation catholique et francophone. 

La présidente du CECCE, madame Johanne Lacombe, félicite monsieur Sirois pour l’ensemble de sa carrière et affirme que : « Le CECCE est choyé d’avoir eu à sa tête cet homme de conviction. Chaque action qu’il a menée au cours de sa carrière a été motivée par son désir le plus profond d’offrir le meilleur de l’éducation aux élèves francophones. »

Son parcours, riche de nombreuses réalisations, est entre autres marqué par sa participation à la mise sur pied du premier et seul conseil scolaire de langue française en Nouvelle-Écosse. Grâce à sa vision novatrice, et son engagement à offrir le meilleur à tous les élèves, il a su établir des bases solides pour ce conseil scolaire qui est maintenant en pleine croissance. 

Il a également mis sur pied, avec une équipe de professionnelles et de professionnels de l’éducation, un programme d’intervention préventive en lecture, qu’il a produit et adapté en français, selon un programme de la Nouvelle-Zélande. Les stratégies qui ont découlé de cette initiative sont encore utilisées aujourd’hui, entre autres grâce à la création d’un guide d’enseignement efficace de la lecture.

Un de ses legs les plus précieux est probablement sa participation à la construction de plus de 30 écoles francophones dans plusieurs communautés au pays, soit au Nouveau-Brunswick, à Terre-Neuve, en Nouvelle-Écosse et finalement en Ontario. Sachant que la proximité des écoles est l’un des facteurs les plus importants dans le recrutement et la rétention des élèves, il a ainsi contribué à la croissance de nombreux conseils scolaires, et à l’élargissement de l’espace francophone. Le CECCE a d’ailleurs connu une forte croissance sous sa direction, en enregistrant un bon de 4 000 élèves.

Arrivé en 2015 à la tête du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, monsieur Sirois a accepté de relever un grand défi, celui de maintenir le cap sur la tradition d’excellence et la performance académique qui prévalent au sein du plus grand conseil scolaire de langue française en Ontario. Il pourra partir avec la conviction qu’il a rempli son devoir, sachant qu’il a donné le meilleur de lui-même chaque jour afin que les élèves francophones reçoivent la meilleure éducation possible. 

Entouré d’excellentes professionnelles et d’excellents professionnels, il est fier d’avoir participé à la construction de l’Académie catholique Notre-Dame à Kemptville et de l’École élémentaire catholique Au Coeur d’Ottawa. L’ouverture du Centre d’accueil et d’admission du CECCE représente également une grande source de fierté pour lui, soucieux d’offrir un accueil bienveillant à chaque famille nouvellement arrivée au Canada. 

La présidente du CECCE, madame Lacombe, indique que : « Monsieur Sirois, Réjean pour la Table politique, n’a jamais manqué l’occasion de témoigner son immense reconnaissance pour l’excellent leadership des directions et des directions adjointes d'école, et de vanter les mérites de tous les membres du personnel dans les écoles et au Centre éducatif. Mais aujourd’hui, c’est à moi de lui faire part de toute ma gratitude. En tant que présidente, j’ai eu le grand privilège d'oeuvrer aux côtés de cet homme d’exception, partageant avec lui la mission d’offrir aux élèves, des milieux d’apprentissage où ils peuvent se développer à leur plein potentiel. » 

Pour sa part, monsieur Réjean Sirois souligne qu’il a été choyé et chanceux d’avoir eu l’opportunité d’oeuvrer 30 superbes années dans le merveilleux monde de l’éducation.

 « J’ai le bonheur de côtoyer d’excellentes professionnelles et d’excellents professionnels tout au long de ma belle carrière. Ces personnes exceptionnelles m’ont fait don de leur savoir, savoir-faire et savoir-être, mais elles m’ont surtout transmis le goût du dépassement de soi, donné la force et le courage de sortir de ma zone de confort et encouragé à repousser constamment le plus loin mes limites, afin d’offrir la meilleure éducation possible à tous les élèves des 7 conseils scolaires au sein desquels j’ai oeuvré. C’est un privilège et un honneur pour moi d’avoir oeuvré au sein du plus grand et du plus performant conseil scolaire francophone en Ontario pour terminer ma carrière ».

Finalement, le processus afin de désigner la prochaine directrice ou le prochain directeur de l’éducation du CECCE est déjà entamé. La transition devrait s'effectuer lors de la prochaine rentrée scolaire 2020.

Ensemble pour la réussite
et le bien-être de chaque élève
© Tous droits réservés 2021. CECCE - Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.
Hébergé par : Impeka

Bien que le site web de l'école n'est pas traduit, il est possible de faire traduire ce site par Google en choisissant la langue que vous désirez dans le menu déroulant.

Although this website is in French only, it is possible to use this drop down menu to choose a language and have it automatically translated by Google.

While our Board and our schools offer services in French, we try our best to accommodate English-speaking parents and members of the school community.

For registration information, please contact the school board's Family Welcome Office at 613 746-3837 or toll free at 1 888 230-5131 extension 3837.