Votre enfant est déjà inscrit à une école du CECCE ? Votre enfant n'est pas encore inscrit à une école du CECCE ?
Importantes mises à jour sur la COVID-19. Le CECCE est là pour vous. Plus de détails ici.
TÉLÉPHONER Je veux inscrire mon enfant

Communiqué de presse - 2016

18 nouvelles places en garderie à l’École élémentaire catholique Sainte-Anne

Le 9 décembre 2016, OTTAWA - Ce matin, la députée provinciale d’Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, ainsi que les membres du caucus libéral étaient à l’École élémentaire catholique Sainte-Anne dans la Basse-ville d’Ottawa afin d’annoncer de nouveaux investissements pour les garderies.

 

Ainsi, l’École élémentaire catholique Sainte-Anne bénéficiera de 18 nouvelles places en garderie, soit 8 pour les enfants préscolaires, et 10 places pour les poupons ainsi que l’ajout de 2 nouvelles salles pour la garderie.

 

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est très reconnaissant du financement accordé à l’École élémentaire catholique Sainte-Anne pour l’ajout de places en garderie » explique Johanne Lacombe présidente du CECCE. « Il y avait un criant besoin d’augmenter le nombre de places en garderie francophone dans le secteur de la Basse-ville et ce, particulièrement chez les poupons. Le CECCE est heureux de continuer à répondre aux besoins des familles en partenariat avec les Services à l’enfance Aladin ».

 

L’École élémentaire catholique Sainte-Anne est un havre pour les touts petits. En effet, c’est l’une de 10 écoles du CECCE qui offre la prématernelle à trois ans grâce à son programme Petits pas à trois ainsi qu’un groupe de jeux francophone pour la communauté.

 

L’École élémentaire catholique Sainte-Anne a récemment été reconstruite et rénovée. Dès lors, l’agrandissement réalisé en 2013 prévoyait déjà des ajouts d’espaces au bâtiment.

 
 

Premier Noël pour les familles syriennes des écoles du CECCE

9 décembre 2016, OTTAWA - Un an après l’arrivée des réfugiés syriens au Canada, près de 250 personnes se réuniront samedi soir, le 10 décembre, dès 17 h, au Collège catholique Samuel-Genest pour célébrer Noël.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) qui profite de diverses occasions durant l’année pour se rapprocher de sa communauté tenait à être présent pour le premier Noël des familles syriennes nouvellement arrivées. La fin de l’année 2016, se voulait aussi un moment idéal pour faire le bilan et constater, un an plus tard, comment se portent les familles qui sont maintenant pour la plupart bien établies.

Un an plus tard, la première famille de réfugiés en provenance de la Syrie
à s'inscrire à une école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est se porte à merveille.
Les enfants ont appris le français et réussissent très bien en classe.

« La période de l’Avent est synonyme de partage, d’accueil, de recueillement et de reconnaissance pour les membres du CECCE. Il était donc tout naturel pour le Conseil d’aller à la rencontre de ces familles nouvellement arrivées pour prendre le temps de les remercier de la confiance qu’elles témoignent à l’égard des écoles du CECCE et de la culture catholique francophone » soutient Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a d’ailleurs ajouté que « Fidèles à leurs traditions de partage et de bienveillance, et fiers de leur engagement, les membres du Conseil des écoles catholiques désirent, par l’organisation de telles activités communautaires, affirmer leur soutien et accueil aux nouvelles familles de la communauté. Ainsi, la participation aux célébrations de Noël est une occasion idéale de rencontrer ces familles et de renforcer le lien de confiance qui les unit au CECCE. » 

Vidéo d'une famille syrienne du CECCE: https://youtu.be/5UwPed_-0DQ 

Johanne Lacombe reconduite à la présidence du CECCE

Le 7 décembre 2016, OTTAWA - Lors de sa séance annuelle d’organisation hier soir, où plus d'une centaine de personnes étaient présentent, les conseillères et conseillers scolaires ont choisi de reconduire Johanne Lacombe à la présidence du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour un 2e terme et ont confié le mandat de vice-présidence à Robert Lemelin.

​Johanne Lacombe est conseillère scolaire dans le quartier Orléans depuis 6 ans et a occupé le siège de la vice-présidence pendant 2 ans avant d’être élue à la présidence pour la première fois l’an passé.

« Je suis fière de représenter le conseil scolaire catholique de langue française le plus performant en province à titre de présidente pour une 2e année consécutive. Je remercie mes collègues pour leur confiance soutenue et leur apport incroyable afin d’actualiser la vision du CECCE en tant que chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et la synergie avec la communauté » soutient Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Pour appuyer madame Lacombe, les conseillers scolaires ont élu à la vice-présidence Robert Lemelin, conseiller scolaire du secteur Renfrew South Algonquin qui siège à la table politique du CECCE depuis 3 ans.

Le directeur de l’éducation Réjean Sirois a tenu à présenter les faits saillants de son rapport annuel 2015-2016 lors de cette séance annuelle d’organisation, des résultats attribuables à un travail d’équipe formée de professionnels compétents. « Je suis très fier du personnel et de leur engagement qui ont permis de grandes réalisations tout au long de l'année. Je remercie de tout coeur les familles qui choisissent d’inscrire leur enfant dans l’une des 54 écoles du CECCE » a-t-il précisé.

Il est possible de consulter le rapport annuel 2015-2016 sur le site Web du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est au www.ecolecatholique.ca/rapportannuel.

 

Les Faucons remportent le tournoi de volleyball provincial OFSAA et sont sacrés champions en titre

29 novembre 2016, OTTAWA -  L’équipe masculine senior de volleyball de l’École secondaire catholique Franco-Cité, les Faucons, a remporté le tournoi organisé par  l’Ontario Federation of School Athletic Associations (OFSAA), samedi dernier, le 26 novembre, à Windsor. C’est au cours d’une finale enlevante, opposant les Faucons aux Rams de Stratford Central Secondary School, que l’équipe s’est surpassée pour décrocher la médaille d’or.

Le directeur de l’éducation du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), Réjean Sirois, était d’ailleurs très heureux d’apprendre la nouvelle. « Les joueurs de 11e et 12e année de l’équipe masculine senior de volleyball ont terminé une saison de rêve avec une performance collective incroyable et dominante lors de ce prestigieux tournoi provincial. Il s'agit du 2e titre OFSAA en 3 ans pour l’équipe. Les joueurs ont de quoi être fiers; leurs efforts ont été grandement récompensés », a-t-il souligné.

Cette victoire est aussi en partie due à l’implication et au dévouement des entraîneurs, Messieurs Réjean Godmaire et Thierry Lavigne, qui ont su motiver les joueurs et les élever à ce niveau. Par ailleurs, la présidente du CECCE, Johanne Lacombe, ajoute que: « L’École secondaire catholique Franco-Cité mise sur une offre de programmes variée qui répond aux besoins et intérêts des élèves afin de les engager et de les amener à se dépasser. D’ailleurs, les élèves de Franco-Cité se démarquent régulièrement sur le plan sportif puisque l’école s'investit activement dans la santé physique en offrant, en plus du programme scolaire régulier de la 7e à la 12e année, un programme Sports-Études et des Majeures haute spécialisation en Santé et bien-être et
Sports. »

Fin du projet de reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève

27 novembre 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a célébré cet avant-midi, la fin des travaux de reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève située au 2198, rue Arch à Ottawa.

Une des plus vieilles et plus grandes écoles du CECCE, l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève a ouvert ses portes au début des années 1960. Le bâtiment que l’école occupe actuellement a subi de nombreuses modifications au cours des années, entre autres, un ajout en 1967 pour relier l’édifice de la rue Arch à l’édifice de l’avenue Canterbury (ancienne école St-Marks).

Lorsque le projet de reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève a été entrepris en juillet 2015, l’école affichait un taux d’occupation de 96 %. De plus,  6 classes mobiles étaient situées sur le terrain, celui-ci près de 50 % plus petit que le terrain moyen pour une école élémentaire. Il était devenu impossible de continuer à répondre à la demande toujours croissante des parents qui souhaitent inscrire leur enfant à cette école.

Un investissement majeur du ministère de l’Éducation de 9,7 millions de dollars a permis au  CECCE de rénover l’école et de démolir le bâtiment situé sur l’avenue Canterbury. L’établissement rénové comprend 15 nouvelles salles de classe pour un total de 26 classes.

De plus, la bibliothèque a été relocalisée et le gymnase a subi une cure de rajeunissement. L’école peut maintenant accueillir 714 élèves, comparativement aux 598 places élèves qui étaient disponibles avant la rénovation. 

Selon la présidente du CECCE, Johanne Lacombe, cette rénovation était des plus nécessaires : « Les installations physiques de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève ne permettaient pas la gestion efficace d’une école élémentaire. Les modifications apportées à l’édifice et la démolition du bâtiment sur l’avenue Canterbury permettront aux élèves et aux membres du personnel de s’épanouir pleinement, en plus d’accueillir de nouveaux élèves », mentionne-t-elle, en ajoutant que « Le réaménagement de l’espace et la reconfiguration des classes encouragent la collaboration et le travail d’équipe. Des endroits aérés et bien aménagés favorisent la créativité, tandis que des espaces verts dans la cour d’école permettent aux élèves de profiter pleinement de leur environnement. »

Pendant les travaux de construction, la communauté scolaire a été répartie dans deux établissements pour assurer la sécurité des élèves. Ceux-ci ont été rassemblés à nouveau dans la nouvelle École élémentaire catholique Sainte-Geneviève à la rentrée scolaire.

Le directeur de l’éducation du CECCE Réjean Sirois tient à remercier la communauté scolaire : « Les projets de construction entraînent toujours certains changements, mais la communauté scolaire de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève a fait preuve d’une compréhension et d’une patience exemplaires. La direction de l’école, Carole Payant, et son équipe ont travaillé d’arrache-pied pour que ce projet de construction ait le moins d’impact possible sur les élèves et sur la communauté avoisinante. Cette célébration pour clôturer un projet d’une telle envergure est une belle occasion de partager un sentiment de joie immense et de gratitude avec l’ensemble de la communauté. L’événement d’aujourd’hui fut une façon de se rassembler pour marquer la fin d’un chapitre et le début d’un nouveau. »

L’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève offre une éducation catholique de langue française de haute qualité à 594 élèves de la maternelle à la 6e année dans le secteur Alta Vista dans le sud de la ville d’Ottawa.

Le CECCE reçoit le Prix du bâtisseur d’Unique FM

Le 28 novembre 2016, OTTAWA - Le CECCE a été honoré du Prix du bâtisseur qui lui a été remis mercredi dernier par la station de radio communautaire Unique FM lors de son assemblée générale annuelle.

« Ce prix est une reconnaissance du soutien constant et de la générosité d'accueil dont vous faites preuve à l'égard de la radio communautaire depuis sa fondation. Vous avez contribué à la mise sur pied d'Unique FM, à son épanouissement et à son rayonnement. Le Conseil d'administration et sa directrice générale estiment que la radio communautaire est privilégiée d'avoir un allié aussi fidèle qui en assure sa pérennité » explique Ronald Caza, président du conseil d’administration d’Unique FM dans une lettre adressée au CECCE.

 

photo unique fm.jpg


La présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, Johanne Lacombe, s’est dite honorée de recevoir ce prix : « La communauté francophone s’est mobilisée afin de soutenir ce beau projet et tient fermement à l’épanouissement de sa radio communautaire. Le CECCE est ravi de pouvoir fournir à Unique FM des locaux à même l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse et soutenir ce projet important pour les francophones d’Ottawa. J’en profite pour mettre en lumière le leadership de la conseillère scolaire Diane Doré qui a su piloter ce dossier des plus importants pour le CECCE. »


Chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l’excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et sa synergie avec la communauté, le CECCE, avec plus de 22 600 élèves fréquentant 42 écoles élémentaires, 12 écoles secondaires et une école pour adultes, est le plus grand réseau canadien d’écoles de langue française à l’extérieur du Québec. Les élèves du CECCE obtiennent les meilleurs résultats en province, et 96 % d’entre eux obtiennent leur diplôme.

 

- 30 -

 

Renseignements :

Céline Bourbonnais – Gestionnaire, communications et affaires publiques

Ligne médias : 613 746-3525

quesnc@ecolecatholique.ca

 
 
 

Une chorale de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau accompagne Bruno Pelletier lors de son concert de Noël

Le 23 novembre 2016, OTTAWA - Dans le cadre de son concert de Noël ce vendredi à la paroisse St-Joseph d’Orléans, Bruno Pelletier sera accompagné d’une quarantaine d’élèves de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau.

 

La chorale de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau se pratique tous les midis depuis plusieurs semaines pour être fin prête à participer à un spectacle représentatif de la grande fête de Noël avec l’un des plus grands chanteurs québécois.

 

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier de créer des opportunités où les élèves peuvent s’illustrer dans des événements artistiques d’envergure et de partager la scène avec de grandes vedettes de la chanson francophone. Monter sur les planches avec un artiste reconnu comme Bruno Pelletier est certain d’inspirer plus d’un élève et qui sait, leur permettre de réaliser un rêve!  », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

 

« Une composante importante de l’offre du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est le développement de l’identité culturelle de l’enfant. Quel privilège pour ces élèves de pouvoir participer à un spectacle de Noël dans une église bondée devant toute une communauté chrétienne en compagnie d’un artiste francophone de renom! » déclare la présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est Johanne Lacombe.  

La Médaille du souverain pour les bénévoles remise à une élève du CECCE

OTTAWA, 10 novembre 2016 - Cassandra Joli-Coeur, élève de 9e année de l’Académie catholique Ange-Gabriel du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), s’est vu remettre, le 8 novembre lors de l’événement Unis pour une soirée d’inspiration, la Médaille du souverain pour les bénévoles du Gouverneur général du Canada. Cet honneur est remis au nom du gouverneur général, Son Excellence le très honorable David Johnston, à des bénévoles canadiens qui ont investi leur temps et leur énergie au service des autres.

 « Surnommée Cassie par l’ensemble de ses pairs, cette élève s’est en effet démarquée par son leadership exceptionnel en matière d’engagement communautaire. Étant une jeune adolescente dynamique, intelligente, passionnée, pleine de vie et de gratitude pour tout ce qui l’entoure, elle est un modèle à suivre pour les élèves du Conseil », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Cassie s’implique dans mille et un dossiers sans compter son temps et en n’attendant rien en retour à part le bonheur d’aider les autres qui en ont plus besoin. Elle fait beaucoup de bénévolat à l’école et dans la communauté. Elle a voyagé entre autres en Hollande et aux Philippines avec le groupe de Children’s International Summer Village (CISV) afin de tisser  des liens avec des jeunes d’ailleurs dans le monde; elle s’est occupée d’une collecte de chandails usagés afin de les envoyer en Biélorussie pour les gens défavorisés et elle a participé au triage de linge usagé au Centennial Road Church afin d’aider les gens de la communauté dans le besoin.

Au quotidien, Cassie est brigadière d’autobus; elle est membre du Gouvernement des élèves; elle aide à garder le pointage lors de joutes de basketball; elle contribue aux collectes de nourriture et de bas de son école pour le groupe Me to We et elle sert des soupers à l’église. En plus de tout ça, elle trouve le temps d’être une athlète et de jouer sur l’équipe A de basketball des Blazers de Brockville.

« C’est une élève remarquable qui fait la fierté du Conseil. Elle incarne à merveille les valeurs de bienveillance et d’entraide véhiculées dans les écoles du CECCE. À sa façon, elle fait la différence, une action à la fois! » ajoute Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

Parlons de nos enfants! Une réussite pour le 5e Forum des parents du CECCE

OTTAWA, 10 novembre 2016 - Le 5e Forum des parents organisé par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), qui se déroulait samedi dernier, fut une fois de plus une réussite. Des dizaines de parents se sont déplacés pour assister à des conférences et ateliers sous le thème : Parlons de nos enfants!

Cette année, la formule encourageait davantage l'interactivité entre les parents. Ceux-ci avaient donc la chance de poser leurs questions et d'interagir durant la conférence avec le panel d’experts du CECCE et un organisme partenaire qui étaient présents pour discuter de sujets préalablement proposés par les parents. Ainsi, des experts qualifiés du CECCE et de la communauté avaient été invités pour contribuer aux discussions et aussi présenter les ressources disponibles au Conseil pour les familles. Le panel était composé entre autres du directeur du service de l'enfance en difficulté au soutien à l'apprentissage, d’une lead en santé mentale, ainsi que de travailleuses sociales.

« Les participants ont tellement apprécié la conférence et les ateliers qu’ils auraient voulu que le Forum s’étire davantage tellement les sujets abordés étaient intéressants et pertinents », de dire Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. « Les thèmes discutés par les experts durant le Forum, tels que l’anxiété chez l’enfant, la cyberintimidation et la relation parent-ado, sont très actuels. Il est donc du devoir du CECCE de présenter aux parents les ressources qui sont offertes par le Conseil aux familles qui en éprouvent le besoin. »

« Cet événement tout à fait gratuit pour les familles se veut un lieu de rencontre pour discuter d’un sujet commun et cher à tout parent : le bien-être des enfants. » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Avec le succès de cette 5e édition, cela vient confirmer les efforts du Conseil à mettre en œuvre un forum pour fournir des outils et des réponses aux parents afin qu’ils soient en mesure de mieux comprendre leurs enfants et ainsi mieux les accompagner dans leur développement et leur réussite, car il est indéniable que lorsque les parents s’impliquent dans l’éducation de leurs enfants, cela augmente leur niveau de réussite scolaire. »

Pour celles et ceux qui n’ont pu assister à la rencontre et pour celles et ceux qui désirent obtenir davantage d’information, un rapport du Forum sera mis à la disposition des parents sur le site Web du Conseil (www.ecolecatholique.ca/forum) dans les semaines à venir. 

Les élèves engagés du CECCE participent à WE Day

Le 8 novembre 2016, OTTAWA - Demain, 240 élèves de 9 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est participeront à l’événement annuel, WE Day à Ottawa et avec des dizaines de milliers de jeunes, célébreront une année d’actions qui ont transformé les communautés et changé des vies.

Pour mériter l’occasion de participer à cet événement grandiose, les élèves ont dû agir et apporter un changement social dans leur communauté ou ailleurs dans le monde par le biais du programme Enfants entraide.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE, « ce genre d’initiatives s’insère directement dans le profil de sortie de l’élève du CECCE qui veut que chaque élève, enrichi et animé par son identité catholique et francophone chemine vers le développement de son plein potentiel en devenant un penseur critique et créatif, un jeune adulte affirmé et épanoui et un citoyen engagé et éthique. J’applaudis l’engagement du personnel scolaire qui accompagne chaque élève dans leur cheminement vers la réussite. »

En fait, lors de l’événement, Mélanie Rainville, une enseignante à l’École élémentaire catholique Roger-Saint-Denis sera honorée pour son engagement et son dévouement à inspirer ses élèves et à vouloir agir et faire une différence. L’an dernier, elle et sa classe ont réalisé plusieurs initiatives qui ont eu un impact important. Entre autres, ils ont organisé une collecte de denrées alimentaires pour le Kanata Food Cupboard, une vente de repas chauds et une vente de pâtisseries qui a permis de remettre les fonds amassés à Enfants Entraide. Mme Rainville et sa classe ont également organisé une collecte de costumes d’Halloween afin de venir en aide aux élèves plus démunis de l’école, une collecte de vêtements d’hiver pour le Snowsuit Fund et une collecte d’articles et de nourriture pour animaux qui ont été remis au Ottawa Humane Society.

Lors de l’événement We Day, les élèves et les membres du personnel scolaire seront inspirés par des gens engagés qui ont un impact réel sur le monde qui les entoure.

« Il est inspirant de voir les élèves et les membres du personnel des écoles du CECCE s’engager dans leur communauté et vouloir faire une différence » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Je suis persuadée que les fondements de l’éducation catholique et des valeurs chrétiennes inspirent les élèves et les membres du personnel afin qu’ils puissent poursuivre leurs rêves et bâtir un monde meilleur. »

Semaine nationale de l’immigration francophone : le CECCE célèbre la diversité qui unit ses élèves

Le 4 novembre 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est profite de la semaine nationale de l’immigration francophonie du 30 octobre au 5 novembre pour mettre en lumière l’ensemble des programmes et services destinés aux élèves et familles nouvellement arrivés au Canada.

À leur arrivée au Canada, les familles démontrant un intérêt pour une éducation catholique en français pour leur enfant sont dirigées vers le CECCE par l’un de nombreux partenaires communautaires. Dès lors, une conseillère en engagement communautaire prend la famille sous son aile pour bien l’informer sur les services communautaires disponibles et pour l’accompagner dans le processus d’inscription à l’école.

Une fois inscrits à l’école, l’élève et sa famille bénéficient de l’appui des travailleurs d’établissement en éducation et des membres du personnel attitrés au Programme d’accueil des nouveaux arrivants (PANA). Ceux-ci s’assurent de sa bonne intégration dans le milieu scolaire et l’appui dans la navigation de nouvelles coutumes, et de la culture franco-ontarienne. Au besoin, des cours de mise à niveau en lien avec la langue française sont offerts à l’élève grâce au programme d’Actualisation linguistique en français.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, il existe une belle culture d’accueil et de bienveillance dans les écoles du CECCE. « De diverses initiatives sont mises en place dans les écoles du CECCE qui accueillent le plus fréquemment des élèves nouvellement arrivés au Canada. L’entraide par les pairs est un bel exemple des valeurs catholiques à l’oeuvre dans les écoles. Les élèves et les membres du personnel collaborent afin d’aider les familles nouvellement arrivées à trouver leur place dans l’école, et dans la communauté. »

De plus, diverses initiatives sont mises en place afin de favoriser l’épanouissement des élèves nouvellement arrivés au Canada. Franc Succès est un programme d’intégration s’adressant aux jeunes nouveaux arrivants âgés entre 14 et 18 ans. Il a comme objectif de favoriser l’adaptation des jeunes nouveaux arrivants à la culture canadienne. Il propose une variété d’activités récréatives et culturelles en français, permet aux jeunes de développer des habiletés de leadership et offre des occasions de faire du bénévolat dans la communauté. Animé par le Centre des services communautaires Vanier, le programme FRANC SUCCÈS est offert gratuitement après les heures scolaires au Collège catholique Samuel-Genest, à l’École secondaire catholique Franco-Cité et au Collège catholique Franco-Ouest.

La présidente du Conseil, Johanne Lacombe, constate la très grande générosité de la communauté : « Grâce à la grande collaboration de nombreux partenaires communautaires et au dévouement ainsi qu’à la générosité de la grande famille du CECCE, de nombreuses initiatives sont mises en place pour appuyer les familles nouvellement arrivées afin de les doter de ce dont ils ont besoin à leur arrivée. Que ce soit des bottes d’hiver, des habits de neige, des sacs à dos ou des casques de vélos, la communauté répond à l’appel année après année pour contribuer à l’établissement des nouveaux arrivants dans leur nouvelle communauté. »

L’an passé seulement, le CECCE a accueilli plus de 250 élèves nouvellement arrivés au Canada au sein de ses écoles.

Une première course haute en couleur à l’École secondaire catholique Paul-Desmarais

Le 4 novembre 2016, OTTAWA – 420 participants se sont inscrits à la première course des Patriotes organisée par l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, qui a eu lieu le samedi 29 octobre dernier dans le quartier Stittsville. 

Cet événement communautaire inaugural pour la nouvelle école consistait en une marche ou une course de 2, 5 ou 10 km, ayant pour objectif de réunir les gens de la communauté de Stittsville afin de soutenir les comptoirs alimentaires de l’ouest d’Ottawa.

Les élèves du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, plus précisément ceux de l’école secondaire catholique Paul-Desmarais, ainsi que des écoles élémentaires Élisabeth-Bruyère, Saint-Jean-Paul-II, J.-L. Couroux, Roger-Saint-Denis et Saint-Rémi, ont entre autres été invités à participer à la course.

Des centaines de participants ont bravé le froid et se sont rassemblés sur le Sentier Transcanadien pour la cause, y compris le personnel scolaire, élèves, familles et gens de la communauté. Le conseiller municipal de Stittsville, Shad Qadri, était aussi présent. De plus, des partenaires importants ont contribué à la course, dont Bushtukah, Run Ottawa et Running Goat Timing, pour ne nommer que ceux-ci.

« Cette première course a eu un effet rassembleur, qui a permis de renforcer les liens au sein de la communauté de Stittsville, tout en supportant une cause qui nous tient à coeur » de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE. Les résultats se sont avérés très positifs : 10 boîtes de denrées ont été récupérées pour le Stittsville Food Bank. Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE, affirme que : « La course des Patriotes est un projet qui a vu le jour grâce au dévouement de l’équipe de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, sous le leadership de l’enseignant Éric Brassard. Ce projet communautaire est mobilisateur et reflète les valeurs de l’école et celles du Conseil. ». Le succès de cette première édition fait de cette initiative, une activité-clé pour la promotion de la santé et de l’activité physique dans la communauté. Il y a ainsi de fortes probabilités que l’événement se répète l’année prochaine et qu’il devienne un rendez-vous annuel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de financement pour de nouvelles écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 31 octobre 2016, OTTAWA - Le CECCE est très déçu d’apprendre qu’aucun financement ne lui a été accordé lors de cette dernière ronde de financement pour la construction des écoles.

L’augmentation constante des effectifs a permis au CECCE de recevoir du financement pour la construction de nouvelles écoles chaque année depuis 10 ans, incluant du financement pour ses deux nouvelles écoles à Orléans et pour le nouveau projet de construction à Arnprior.

Cette année, le CECCE constate une augmentation de plus de 750 élèves comparés au même moment l’an dernier, soit l’équivalent de deux écoles élémentaires.

Le CECCE continue de revendiquer le financement pour son pavillon à Kemptville qu’il finance à lui-même pour permettre à plus de 120 élèves une éducation catholique de langue française à même leur communauté, ainsi que le financement nécessaire pour une école à Kingston et dans le Glebe. Le CECCE a également dans sa mire plusieurs projets prioritaires reliés à des secteurs en pleine croissance afin de permettre à un plus grand nombre de familles de bénéficier de l’excellence de l’éducation catholique de langue française.

Le CECCE est en croissance depuis plus de 10 ans. En ne finançant pas de nouvelles écoles catholiques de langue française sur le territoire du Centre-Est, le ministère de l’Éducation prive les familles d’un droit constitutionnel de choisir une école catholique de langue française pour leurs enfants.

Selon la présidente du CECCE, Johanne Lacombe : « Le Conseil continuera d’exprimer ses besoins en immobilisations auprès des élus provinciaux et du ministère de l’Éducation. Des rencontres permettront de les sensibiliser et de les informer de l’état actuel de son parc immobilier et d’obtenir des explications quant aux critères utilisés pour accorder du financement pour la construction de nouvelles écoles. »

PROJET D’OUVERTURE D’UNE NOUVELLE ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE CATHOLIQUE DE LANGUE FRANÇAISE pour les secteurs Vieux Ottawa Sud, Vieux Ottawa Est et le Glebe

OTTAWA, 27 octobre 2016 - Un comité de parents, appuyé par le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), a tenu, mercredi soir, une consultation publique sur la possibilité d’ouvrir une école élémentaire catholique de langue française pour les familles des secteurs Vieux Ottawa Sud, Vieux Ottawa Est, le Glebe et les environs.

La soirée qui se déroulait dans l’amphithéâtre de l’Université St-Paul a suscité l’enthousiasme de plusieurs parents qui s’étaient déplacés afin de venir en apprendre davantage sur le projet, mais surtout, pour faire part de leur vision de ce que devrait être une école élémentaire ainsi que les besoins propres à leur communauté.

« Je suis très heureuse de constater la réceptivité des parents envers ce beau projet », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Lors de la consultation publique, toutes celles et ceux qui le désiraient ont eu la chance de s’adresser au comité de travail pour témoigner de leurs besoins, attentes et surtout de leurs rêves envers ce projet d’école. Cette étape de consultation publique était d’ailleurs cruciale pour le CECCE puisqu’elle s’inscrit dans une logique de bâtir une école à l’image de sa communauté. » ajoute-t-elle.

Le directeur de l’éducation du CECCE, Réjean Sirois, s’est aussi dit emballé par ce projet qui lui tient particulièrement à coeur. « La forte présence de familles francophones dans ce secteur de la ville d’Ottawa vient renforcer la vision du Conseil d’ouvrir une école élémentaire catholique de langue française pour desservir cette communauté. Par ailleurs, plusieurs de ces familles recherchent une école ancrée dans des valeurs catholiques synonymes de rigueur et de bienveillance orientée vers des pratiques innovatrices ayant pour but de former des citoyens de demain; et c’est précisément ce que le CECCE a à leur offrir. »

Le projet étant encore à une étape embryonnaire, le comité de parents, appuyé par le CECCE, invite toute personne qui aimerait en apprendre davantage sur le projet et rester informée des étapes à venir à «aimer» la page Facebook du projet auwww.facebook.com/projetecolevieuxottawa et à consulter le mot-clic #cecceGlebe sur Twitter.

Inauguration d’une 12e école secondaire pour le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est: Collège catholique Mer Bleue

OTTAWA, 28 octobre 2016 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi à l’inauguration officielle de sa 12e école secondaire, soit le Collège catholique Mer Bleue. Pour l’occasion, les membres du personnel, les élèves ainsi que plusieurs invités de marque, tels que la ministre aux Affaires francophones, l’honorable Marie-France Lalonde, le crieur public Daniel Richer et le chanteur Yao, étaient présents à la célébration.

Les élèves et le personnel étaient particulièrement heureux de pouvoir célébrer leur école qui avait longuement été désirée par la communauté et dont le nom a été choisi en référence à l’aire de conservation située tout près et qui a été nommée par les premiers Canadiens-français en raison d’un phénomène écologique propre à cette région.

« Mon travail me remplit de joie et de fierté lorsque je suis à même de constater la réalisation d’un aussi beau projet qu’est l’ouverture d’une nouvelle école. » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « L’inauguration de cette 54e école démontre clairement que l’expérience d’apprentissage offerte dans les écoles catholiques de langue française du Conseil est reconnue par la communauté scolaire du Centre-Est de l’Ontario, et que notre mission d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur se concrétise un peu plus chaque jour. »

« L’inauguration d’une école est un moment marquant pour une communauté. C’est un signe indéniable de croissance » de dire Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le Conseil est fier de célébrer l’ouverture de cette nouvelle école secondaire qui permettra de mieux desservir les familles ayant droit à l’éducation catholique en langue française, et surtout d’offrir des programmes de choix aux élèves tels que le baccalauréat international et la concentration design. »

La contribution du CECCE de 1,25 millions de dollars provenant de ses réserves et la contribution de 21,1 millions de dollars du gouvernement provincial et du ministère de l’Éducation de l’Ontario ainsi que la collaboration du gouvernement municipal ont rendu possible la construction de cette école de deux étages pouvant accueillir 781 élèves de la 7e à la 12e année, et ainsi répondre aux besoins grandissants d’une population en croissance à Orléans pour une éducation catholique et francophone.

Ouverture officielle du pavillon Kemptville de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys

18 octobre 2016, KEMPTVILLE - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé ce matin à l’ouverture officielle du nouveau pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys avec la participation de plusieurs dignitaires, dont le député provincial Steve Clark, le maire de North Grenville, David Gordon, la mairesse adjointe Barb Tobin ainsi que plusieurs conseillers municipaux.

 

 

Cette ouverture officielle représente un important jalon pour la communauté de Kemptville et des environs qui réclamme une école catholique de langue française depuis plusieurs années.

 

Les parents ont démontré leur appréciation de l’initiative en inscrivant plus de 120 enfants au pavillon Kemptville pour la rentrée scolaire, un chiffre qui dépasse les prévisions initiales du CECCE.

 

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, a tenu à remercier les parents de leur confiance, de leur patience et de leur appui continu : « La vision du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est pourra prendre vie à Kemptville grâce à la ténacité de la communauté et la grande collaboration démontrée par les décideurs. Longue vie à l’éducation catholique de langue française à Kemptville. »

 

Pour sa part, le directeur de l’éducation Réjean Sirois a félicité les membres du personnel qui ont travaillé d’arrache-pied en très peu de temps pour s’assurer que les élèves auraient des locaux propices au développement de leur plein potentiel dès la rentrée scolaire. « Il était important pour le CECCE d’offrir l’éducation catholique de langue française aux parents de Kemptville et des environs dans des locaux qui permettent le développement des compétences du 21e siècle et la transformation de l’expérience d’apprentissage. Les classes ont été rénovées au cours de l’été afin d’accueillir les élèves lors de la rentrée en août dernier. »

 

Cette ouverture officielle marque le début de l’offre d’une éducation catholique de langue française à Kemptville, de la maternelle à la 9e année en 2016, une histoire qui ne cessera de s’enrichir avec l’ajout progressif de niveaux scolaires au cours des prochaines années afin d’offrir l’éducation catholique de langue française de la maternelle à la 12e année en 2019.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est inaugure sa 42e école élémentaire - École élémentaire catholique Notre-Place

​OTTAWA, 13 octobre 2016 - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé cet après-midi à l’inauguration officielle de sa 42e école élémentaire, soit l’École élémentaire catholique Notre-Place, en compagnie de la ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, d’une cinquantaine d’invités, des membres du personnel et des élèves.

Un hommage à Paul Demers et François Dubé
L’école étant souvent le point rassembleur de la communauté, un lieu porteur d’espoir et d’avenir, le Conseil voulait choisir un nom se voulant un hymne à l’affirmation de notre fierté de faire partie de la francophonie. Le nom attribué à l’École élémentaire catholique Notre-Place fait donc référence à la chanson thème des Franco-Ontariens, Notre-Place, écrite par le chanteur et compositeur Paul Demers, en collaboration avec le compositeur François Dubé. Afin de leur rendre hommage pour la création de cette chanson qui a marqué la communauté franco-ontarienne, la chorale de l’école ainsi que tous les élèves présents ont joint leurs voix pour entonner en choeur cet hymne durant la cérémonie d’inauguration.

« L’ouverture de cette école vient renforcer l’évidence qu’une communauté francophone vibrante et solide, est présente dans ce secteur d’Orléans et qu’elle ne fait que grandir », a affirmé Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Les membres du personnel, les parents, les élèves et l’ensemble de la communauté ont travaillé avec ardeur à bâtir cette école. À l’occasion de l’inauguration d’aujourd’hui, toutes et tous ont pu constater qu’ils ont accompli leur mission haut la main, car c’est une école magnifique où l’on se sent rapidement chez soi», a-t-il ajouté.  

« L’inauguration de cette 42e école élémentaire ne fait que confirmer que l’éducation catholique en langue française est, et demeure, le premier choix des parents. La marque de confiance qu’ils témoignent en inscrivant leurs enfants dans des écoles du CECCE est extrêmement significative, et je les en remercie personnellement», a affirmé Johanne Lacombe, présidente. « Grâce à l’engagement du CECCE à l’endroit des familles francophones et catholiques de la région, je suis convaincue que cette école deviendra un pilier de la communauté en pleine croissance du secteur Avalon d’Orléans, tout comme la chanson Notre-Place de Paul Demers est devenue une icône de la francophonie ontarienne. »

Ce projet de construction d’une nouvelle école élémentaire au coût de 10,1 millions de dollars a pu se réaliser en partie grâce à la contribution du gouvernement provincial, du ministère de l’Éducation de l’Ontario ainsi que la collaboration du gouvernement municipal. La construction d’une école de deux étages pouvant accueillir 412 élèves et une garderie ayant la capacité d’accueillir 39 enfants, permettra au Conseil de répondre aux besoins grandissants d’une population en croissance à Orléans pour une éducation catholique et francophone.

 

Enseignante, enseignant… une profession à célébrer!

OTTAWA, 4 octobre  2016 - À l’occasion de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est désire souligner le travail remarquable qu’effectue au quotidien son personnel enseignant dans les  écoles du CECCE. Grâce à lui, l’accès à l’éducation devient réalité pour les jeunes des générations catholiques francophones actuelles et futures. Cette journée est l'occasion de constater et d'apprécier le parcours d'une profession historique et d'en célébrer les acquis. Il est important de réitérer la confiance, le soutien et la reconnaissance du Conseil envers celles et ceux qui, chaque jour, enseignent, facilitent l’acquisition des connaissances et transmettent la culture et le goût d'apprendre aux jeunes.

« S’il ne fallait choisir que quatre mots pour décrire les enseignantes et enseignants du CECCE, ce serait : compétence, passion, dévouement et bienveillance! Ils donnent sans compter en ayant toujours la ferme conviction que chaque élève peut réussir si on lui fournit  l’encadrement et l’accompagnement nécessaires. Ils font une réelle différence dans la réussite scolaire, et surtout dans le bien-être des élèves. Chacune et chacun à leur façon, dans leurs matières respectives, contribuent à former des citoyens de demain; des citoyens engagés et surtout fiers de leur identité francophone et catholique » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

« Les enseignantes et enseignants du CECCE ont une énorme responsabilité sur leurs épaules, soit celle de transformer l’expérience d’apprentissage pour toujours pousser l’excellence à un niveau supérieur. En tant que présidente du Conseil, j’ai la chance de constater la qualité de leur travail et les résultats qui en découlent. Ils poussent les élèves à se dépasser et à s’engager. Ils agissent à titre de modèle pour plusieurs de ces jeunes et ont un impact majeur sur leur vie scolaire et même personnelle » confirme Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Les élèves, les parents et tous les cadres du CECCE unissent leurs voix pour remercier les enseignantes et enseignants de faire des écoles catholiques du Centre-Est des endroits propices à l’épanouissement des élèves au niveau scolaire, personnel, professionnel, catholique et francophone.

180 élèves du CECCE rassemblés en forêt pour développer leur leadership

Le 3 octobre 2016, OTTAWA - Du 4 au 6 octobre prochain, 180 élèves des 12 écoles secondaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) sont rassemblés au Centre de formation du lac Bark à Irondale en Ontario.

 

Ces élèves, élus par leurs pairs et membres du gouvernement des élèves de leur école secondaire, suivront un stage de formation en leadership pour les appuyer dans le rôle qu’ils jouent au sein de leur école, au conseil, et dans leur communauté scolaire.

 

Ainsi, ces jeunes leaders apprendront à mieux travailler en équipe, à communiquer de façon efficace, à mieux se connaître et à connaître les autres. Ils profiteront de cette retraite pour planifier toute une année scolaire d’activités pour les élèves de leur école respective. À l’horaire : des cordes hautes, une activité d’évasion, les chants de Taizé, des contes autour d’un feu de camp et une danse 100 % franco.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe est ravie de constater que cette activité est grandement appréciée par les participants, et ce, depuis sa mise sur pied il y a 10 ans : « Ce genre d’activité pédagogique et éducative, hors de la salle de classe, permet aux élèves de dépasser leurs limites et de jouer un rôle significatif dans leur cheminement scolaire. Ce qu’ils apprennent lors de ce stage de leadership est appliqué à l’école et dans la communauté, au profit de tous leurs pairs ».

 

« L’objectif de cette activité annuelle est d’outiller l’élève dans son rôle de leader au sein du gouvernement des élèves de son école » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Chaque année, de plus en plus de jeunes du secondaire souhaitent s’engager dans leur milieu scolaire et communautaire. En tant que conseil scolaire, il faut créer les occasions pour encourager la jeunesse à atteindre son plein potentiel. C’est une des façons que le CECCE transforme l’expérience d’apprentissage » termine-t-il.

 

Ces 180 élèves reviendront de leur séjour avec des idées plein la tête, les compétences pour les mettre en branle et le désir de faire en sorte que leurs pairs et eux aient la meilleure année scolaire à date.

Participation d’élèves et de représentants du CECCE au Sommet One Young World 2016

OTTAWA, 28 septembre 2016 - Du 28 septembre au 1er octobre, le plus important forum jeunesse au monde, le sommet One Young World se tiendra à Ottawa. Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de prendre part aux activités en une ambassadrice et un ambassadeur parmi son personnel enseignant à titre de participants. De plus, le CECCE démontre son engagement envers la jeunesse en organisant une composante du sommet  dans l’une de ses écoles.

Catherine Despatie et François Bérubé feront partie de la délégation qui représentera le Canada. Au total, ce sont 1 300 jeunes leaders âgés entre 18 et 30 ans, provenant des quatre coins du monde, qui participeront à ce forum international.

Ces deux enseignants ont été choisis pour leur leadership et leur engagement auprès du CECCE et de leur communauté scolaire. Au cours du forum, ils auront l’occasion d’échanger avec  de jeunes leaders provenant de diverses nationalités et cultures sur des sujets qui les interpellent, tel que l’éducation. Ce sera pour eux une expérience extrêmement enrichissante qui sera tout autant bénéfique pour leurs élèves et leurs collègues, puisqu’ils pourront leur transmettre les connaissances acquises durant ce sommet.

« Le Conseil est fier d’assurer la participation de ces deux enseignants au Sommet One Young World. Ils sont des modèles pour la jeunesse de demain et de fiers ambassadeurs puisqu’ils représentent très bien la mission que s’est donnée le CECCE, soit d’engager chaque élève à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur » affirme Johanne Lacombe, présidente du Conseil.

Par ailleurs, le CECCE sera également l’hôte d’une activité et accueillera une vingtaine de délégués lors d’une activité portant sur la pensée critique. Ainsi, des élèves de niveau élémentaire et secondaire se regrouperont ce vendredi, à l’École élémentaire catholique Montfort, pour participer à l’activité en compagnie de la délégation internationale. Les élèves profiteront des échanges avec ces jeunes leaders pour trouver des solutions reliées  à des problèmes de société réels et complexes. De plus, les experts du CECCE partageront les pratiques pédagogiques qui ont fait leurs preuves en salle de classe pour transformer l’expérience d’apprentissage et le développement des compétences du 21e siècle telle que la pensée critique.  

Le directeur de l’éducation, Réjean Sirois, se dit emballé par la participation des experts du CECCE au Sommet One Young World. « Comme c’est la première fois que le forum se déroule au Canada, ce sera une expérience unique pour les membres du personnel de partager leurs expertises avec des participants de partout au monde. Je souhaite donc qu’ils en retirent le maximum et qu’ils ressortent de cette rencontre inspirés. »

Cette semaine, le Canada tout entier aura les yeux rivés sur Ottawa. Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est donc très fier de s’associer à un forum d’envergure mondial qui permet de rassembler de jeunes leaders pour s’assurer que leurs préoccupations, opinions et pistes de solutions soient entendues par les instances au pouvoir. C’est un bel exemple d’engagement et de leadership à transmettre aux élèves qui démontre que lorsqu’on croit en ses convictions, il est possible de faire avancer des causes sociales, environnementales et humanitaires.

Vous êtes invités à suivre l’aventure de Catherine Despatie et François Bérubé sur les réseaux sociaux du CECCE, en consultant la page www.facebook.com/ecolecatholique et le compte Twitter (@ecolecatholique). Vous pouvez aussi suivre François Bérubé sur Twitter sous le nom de @fberube86 et Catherine Despatie sous le nom de @cdesp001 et les mots clics #OYW et #CECCE.

Lancement de la campagne Centraide 2016

OTTAWA, 29 septembre 2016 Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est fier de s’associer au lancement de la campagne 2016 de Centraide Ottawa afin que chaque famille soit outillée pour appuyer la réussite de leur enfant.

 

Au Centre éducatif du CECCE, ainsi que dans toutes les écoles du Conseil, des activités seront organisées en octobre et novembre afin d’amasser des fonds pour Centraide. Les dons des parents et de la communauté seront aussi sollicités afin d’aider l’organisme à atteindre ses objectifs et accomplir sa mission, soit d’apporter des changements durables et mesurable dans la communauté.

 

« En tant que membres d’un système public d’enseignement catholique francophone, le CECCE a la responsabilité de s’assurer du bien-être des enfants dans le besoin et de veiller à leur inclusion et leur pleine réalisation » affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.   «Les enfants devraient tous avoir la chance de se développer pleinement dans les meilleures conditions possibles. C’est pourquoi le CECCE a mis sur pied la Fondation des écoles catholiques du Centre-Est (FECCE). Il est ainsi possible de contribuer à l’atteinte des objectifs de Centraide tout en redirigeant son don vers la FECCE » termine-t-elle.

 

« La campagne de financement de Centraide est très importante pour la FECCE, puisqu’elle constitue une de ses principales sources de revenus » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « L’argent amassé par l’entremise de la FECCE est systématiquement redistribué aux élèves du Conseil provenant de familles à faible revenu afin de soulager la pauvreté en subvenant à des besoins essentiels tels que l’achat de nourriture et de vêtements. Les sommes amassées permettent aussi de défrayer les coûts associés à des soins de santé spécialisés pour les enfants défavorisés, et de favoriser la participation des enfants défavorisés à des activités scolaires, parascolaires, sportives, récréatives et culturelles en fournissant du matériel scolaire et en défrayant leurs frais d’inscription et d’équipement. »

 

Le surintendant en éducation au CECCE et directeur général de la FECCE, Jean-François Bard,  est heureux d’annoncer que: « Depuis son lancement en 2011, la Fondation a versé plus de 120 000 $ pour lutter contre les effets de la pauvreté sur les élèves qui fréquentent les écoles catholiques de langue française du Centre-Est afin qu’ils puissent surmonter les difficultés auxquelles ils font face quotidiennement. »

Projet d’une nouvelle école élémentaire catholique de langue française à Arnprior relancé

27 septembre 2016, OTTAWA - L’achat du terrain convoité officialisé, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) peut maintenant donner suite à son projet d’ouverture d’une nouvelle école élémentaire catholique de langue française à Arnprior.

La nouvelle école catholique de langue française sera construite sur le chemin Baskin, près de l’actuelle école élémentaire de langue anglaise AJ Charbonneau.

« Le terrain sur le chemin Baskin a été choisi pour diverses raisons. La sécurité des élèves étant une des grandes priorités du CECCE, la présence d’un passage piétonnier déjà en place était un grand avantage. De plus, la disponibilité des services d’égouts et d’aqueduc à court terme permet l’ouverture de l’école plus rapidement » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Enfin, le terrain sur le chemin Baskin est assez grand pour planifier un agrandissement possible de l’école, pour éventuellement pouvoir offrir une éducation catholique de langue française de la maternelle à la 12e année aux familles d’Arnprior et des environs » termine-t-il.

La préparation du terrain devrait débuter dès le dégel du sol le printemps prochain. La construction du bâtiment y compris les services municipaux, s'étalera ensuite sur environ 12 mois. Il est prévu que la nouvelle école ouvrira ses portes à la rentrée 2018.

« Le Conseil est très encouragé de l’intérêt que démontre la communauté de Arnprior envers son projet. Dès la première rencontre d’information l’automne dernier, une vingtaine de familles ont démontré leur désir d’obtenir plus d’information sur la nouvelle école » selon Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « De plus en plus de parents choisissent l’éducation catholique de langue française pour leur enfant et le CECCE est ravi de pouvoir desservir les familles d’Arnprior. Celles-ci pourront constater d’eux-mêmes l’excellence et la bienveillance des écoles catholiques du Centre-Est » rajoute-t-elle.

Rappelons que le CECCE avait annoncé en novembre 2016 que le ministère de l’Éducation de l’Ontario lui avait accordé le financement nécessaire pour la construction d’une école élémentaire pouvant accueillir 250 élèves.

Depuis et suite à la consultation de la communauté, les services d’un architecte pour le design et la préparation des plans et devis de l’école ont été retenus. L’échéancier a été ajusté en fonction d’une ouverture de l’école prévue en 2018.

Pour suivre l’évolution du projet, il est possible d’ajouter la page facebook.com/ArnpriorCECCE à ses favoris.

Félicitations aux élèves du CECCE... Encore premiers aux tests provinciaux!

21 septembre 2016, OTTAWA - Encore une fois cette année, les élèves de 3e et 6e année du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) se placent au premier rang dans les résultats aux tests provinciaux administrés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE).

En effet, les élèves de la 3e année du CECCE ont surpassé les résultats provinciaux, en démontrant une compréhension approfondie (niveau 4) ou une bonne compréhension (niveau 3) en lecture (taux de réussite de 88 %), en écriture (taux de réussite de 87 %) et en mathématiques (taux de réussite de 82 %), dépassant ainsi de 5 à 6 points de pourcentage la moyenne provinciale.

Pour les élèves de la 6e année, les résultats dans ces mêmes domaines d’études sont également supérieurs à la moyenne provinciale. Le pourcentage des élèves de 6e année du CECCE, avec un rendement de niveau 3 ou 4, se situe à 94 % en lecture et à 89 % en écriture et en mathématiques. Ces taux de rendement sont ainsi 3 à 5 points de pourcentage plus élevés en comparaison avec la moyenne provinciale.

«Je suis fier de constater que les élèves de la 3e et 6e année ont maintenu des niveaux de rendement élevés dans les trois disciplines (écriture, lecture et mathématiques) et qu’ils l’ont même augmenté dans certaines matières comparativement à 2015. C’est signe que la programmation académique offerte dans les écoles catholiques de langue française du Centre-Est répond aux besoins des élèves et que la réussite de chacun est la priorité du personnel. La poursuite constante de l’excellence, le leadership des directions d’école, ainsi que l’engagement du personnel scolaire, se reflètent directement dans le rendement des élèves du CECCE», affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation.

Quant aux élèves de 9e année, le pourcentage d’élèves avec un rendement de niveau 3 ou 4 au cours théorique de mathématiques est de 90 %, et de 56 % au cours appliqué. En ce qui a trait au cours théorique, les résultats reflètent un nouveau sommet pour le CECCE alors que le cours appliqué s’inscrit près de la moyenne des trois dernières années. Lorsque mis en comparaison avec la moyenne provinciale, le CECCE affiche une avance de 5 et 6 points de pourcentage, respectivement.

Enfin, le pourcentage d’élèves de 10e année ayant réussi le Test provincial de compétences linguistiques (TPCL) a augmenté de 1 point de pourcentage et se situe à 94 %, soit 3 points de pourcentage de plus que la moyenne provinciale.

La présidente du CECCE, Johanne Lacombe, est elle aussi très emballée par les résultats dévoilés aujourd’hui. « Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est continue, année après année, à se démarquer au niveau provincial. Le leadership dont font preuve les membres du personnel dans leurs approches pédagogiques préconisées fait toute la différence dans l’expérience d’apprentissage des élèves, ce qui permet d’atteindre des résultats inégalés. Par ailleurs, la confiance que témoignent les parents en confiant l’éducation de leurs enfants au CECCE n’est jamais tenue pour acquise, c’est pourquoi les membres du personnel se dévouent à toujours améliorer les pratiques pour assurer la réussite de chaque élève. »

Le CECCE est également heureux d’annoncer que l’École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé Édouard-Bond, à Ottawa, s’est vu atteindre un taux de réussite de 100 % en 6e année, et ce, dans les trois disciplines. D’ailleurs, près d’une vingtaine d’écoles élémentaires du CECCE peuvent se vanter d’avoir atteint un taux de réussite de 100 % dans au moins une des trois disciplines.

Au secondaire, l’Académie catholique Ange-Gabriel à Brockville et le Centre professionnel et technique Minto affichent tous deux des taux de réussite de 100 % aux tests de mathématiques théoriques et appliqués ainsi qu’au Test provincial de compétences linguistiques. Les élèves de l’École secondaire catholique Marie-Rivier à Kingston ont eux aussi tous réussi au TPCL.

Une rentrée scolaire sous le signe de la croissance et de l’excellence pour les écoles catholiques du Centre-Est

29 août 2016, OTTAWA — Demain, plus de 22 500 élèves de la maternelle à la 12e année franchiront les portes des 54 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) pour commencer une toute nouvelle année scolaire. Ils seront accueillis par plus de 2 650 membres du personnel fébriles de commencer une nouvelle année dans des établissements reconnus pour la transformation de l’expérience d’apprentissage et l’excellence en éducation.

 

Pour certains, la rentrée s’est amorcée en douceur avec le début des classes à la mi-août à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, le 17 août dernier, et au Centre professionnel et technique Minto, le 23 août.

 

« Cette année, c’est sous le signe de la croissance que s’entame une toute nouvelle rentrée scolaire. Une croissance en terme d’écoles, avec l’ouverture de deux nouveaux établissements et d’un nouveau pavillon, mais aussi une croissance d’élèves, avec une prévision d’environ 700 élèves de plus que l’an passé dans les écoles du CECCE. Cette hausse des effectifs est attribuable, entre autres, à l’excellente expérience d’apprentissage offerte dans les établissements du CECCE, aux résultats des élèves et au taux de diplomation élevé encourageant ainsi les parents à inscrire leurs enfants dans les écoles catholiques de langue française. D’ailleurs, il est important de souligner que l’atteinte de ces hauts standards de rendement est possible grâce à un personnel passionné, engagé et compétent qui démontre un grand souci quant à la qualité de l’éducation offerte aux élèves. Les efforts soutenus des membres du personnel permettent de maintenir la tradition d’excellence et la synergie avec la communauté et les partenaires » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation et secrétaire-trésorier au CECCE.

 

« La réussite et le bien-être des élèves sont au cœur des préoccupations du personnel scolaire, et cela transparaît dans leurs pratiques quotidiennes ainsi que dans l’enthousiasme des élèves à vouloir apprendre et se dépasser. Je remercie donc les parents de la confiance qu’ils témoignent en confiant l’éducation de leurs enfants au personnel qualifié du CECCE. C’est une responsabilité que tous les membres du CECCE sont très fiers d’assumer » ajoute Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

 

Du nouveau pour 2016

 

La construction de deux nouvelles écoles dans le secteur Orléans est achevée et des centaines d’enfants auront la chance, dès le 30 août, d’être les premiers à fouler les corridors et à participer à l’ouverture officielle.

 

L’École élémentaire catholique Notre-Place, située dans le secteur Avalon Ouest d’Orléans, au 665, promenade des Aubépines, pourra accueillir plus de 400 élèves de la maternelle à la 6e année. Quant au Collège catholique Mer Bleue, situé dans le secteur Notre-Dame-des-Champs d’Orléans, au 6401, chemin Renaud, il pourra accueillir près de 800 élèves de la 7e à la 12e année. À Mer Bleue, les élèves pourront suivre le curriculum régulier, ou encore s’inscrire au programme du Baccalauréat international ou à la concentration en design. L’école accueillera, le 30 août, des élèves de la 7e à la 10e année, puis un niveau sera ajouté par année pour qu’en 2018-2019 les 11e et 12e années y aient aussi accès.

 

De plus, pour cette rentrée, les élèves de la maternelle à la 9e année de Kemptville et des environs  auront accès à un tout nouveau pavillon de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys en plus d’une offre de service en arts bonifiée en partenariat avec l’École des Arts d’Ottawa.

Une rentrée hâtive pour deux écoles du CECCE

Le 22 août 2016, OTTAWA - Depuis la mi-août, le CECCE se prépare activement pour la rentrée du 30 août prochain. Par contre, l’une de ses écoles a déjà accueilli ses élèves et une autre, ouvre ses portes demain pour commencer une nouvelle année scolaire.


Mercredi passé, grâce au calendrier scolaire équilibré, près de 600 élèves de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître ont déjà commencé leur année scolaire, 2 semaines avant la majorité des écoles.

 


Depuis 10 ans, la communauté scolaire de l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître fonctionne selon un calendrier scolaire équilibré. Ainsi, trois semaines des 9 semaines de congé qui sont habituellement allouées pendant l’été, sont réparties au cours de l’année scolaire, soit au mois d’octobre, de mars et de mai.


« Bien que le calendrier scolaire équilibré est bien apprécié par ceux qui en font l’expérience, il n’est pas imposé aux familles. Les parents de ce secteur ont le choix d’envoyer leur enfant dans l’une des deux écoles élémentaires du CECCE, soit à Bernard-Grandmaître, avec son calendrier scolaire équilibré, soit à Sainte-Bernadette avec son calendrier scolaire régulier » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Chaque année, l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître accueille de plus en plus d’élèves, ce qui témoigne de l’appréciation pour ce modèle scolaire » conclut-elle.


Demain, c’est au tour des élèves de la 9e à la 12e année du Centre professionnel et technique Minto d’entamer leur année scolaire. Puisqu’ils commencent une semaine avant les autres élèves, ils auront droit à une semaine de congé au mois de mai.

Le Centre professionnel et technique Minto est une école secondaire n’offrant que la concentration dans les métiers pour les élèves de la 9e à la 12e année.

 

« Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est fier de pouvoir offrir des alternatives et des programmes spécialisés pour répondre aux souhaits des familles et des élèves » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Tout est en place pour favoriser le bien-être et la réussite de chaque élève. »

Changements d’affectation des directions dans les écoles catholiques du Centre-Est

21 juillet 2016, OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est annonce aujourd’hui les changements d’affectation des directions d’écoles qui prendront effet en août 2016 pour la prochaine année scolaire.

Voici donc la liste des écoles qui auront un nouveau leadership :

  • École élémentaire catholique l’Étoile-de-l’Est : François Dumont
  • École élémentaire catholique Montfort : Louise Gervais
  • École élémentaire catholique Saint-Rémi : Heather McFarlane

« Les directions d’école jouent un rôle clé de leadership au sein des établissements. Elles guident les membres du personnel scolaire vers la collaboration centrée sur la réussite et le bien-être de chaque élève, ce qui contribue à l’engager à apprendre, à poursuivre ses rêves et à bâtir un monde meilleur » a souligné Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

 

Le CECCE signe une entente de partenariat avec la Belgique

11 juillet 2016, OTTAWA - Une nouvelle convention de partenariat, cette fois avec des instituts belges, a été officialisée en Belgique la semaine dernière. L’objectif de ce partenariat entre les Services diocésains pour l’enseignement fondamental, secondaire et supérieur Namur-Luxembour et le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) vise le développement d’un ensemble d’activités éducatives partagées.


Sur la photo, Philippe Engelbert, directeur (SeDESS), Josiane Claude, Accompagnement des directions -  SeDESS Namur-Luxembourg, Marie-France Ricard, surintendante au CECCE et Eric Daubie, Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique - secondaire (SeGEC) en Communautés française et germanophone de Belgique.



Entre autres, les deux parties favoriseront l’échange d’enseignants dans un contexte de mobilité internationale ou des échanges poste pour poste, faciliteront les échanges de courte durée des élèves du secondaire et les stages professionnels au sein des divers établissements régis par l’entente.


La convention prévoit également des modalités quant à la formation continue du personnel, la réflexion partagée sur les pratiques innovantes en éducation et la mise en place de programmes d’action en matière de conseil pédagogique dans le but d’accroître la qualité de l’éducation.


Selon la présidente du CECCE Johanne Lacombe : « Le Conseil est heureux de partager ses expériences entourant le leadership axé sur l’apprentissage, la gestion du changement et la mobilisation d’équipe et se familiariser avec les pratiques exemplaires propres à leur contexte pédagogique. »


« En tant que chef de file en éducation en Ontario, le CECCE est fier de pouvoir encadrer ces échanges amorcés il y a plus d’un an avec une entente sur trois ans » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Cette entente de partenariat entre ces deux parties mènera à de beaux projets conjoints pour le bien-être et la réussite des élèves du CECCE et ceux de la Belgique » rajoute-t-il.


Rappelons que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et certaines de ses écoles secondaires catholiques avaient accueilli, en mai dernier, une délégation de la Maison Diocésaine de l’enseignement - Namur-Luxembour de la Belgique afin de partager certaines expériences en lien avec la mise en oeuvre des pratiques réussies dans les écoles catholiques du CECCE.

Une nouvelle surintendance nommée au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 8 juillet 2016, OTTAWA - À compter de l’automne prochain, une nouvelle personne se joindra à l’équipe de gestion du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE). Il s’agit de Marie-France Paquette, qui a été nommée surintendante de l’éducation.

 


Marie-France Paquette oeuvre dans le domaine de l’éducation depuis 18 ans, plus récemment à titre de direction de la toute nouvelle École élémentaire catholique Notre-Place à Orléans. Elle a précédemment oeuvré à la direction de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau où, grâce à son travail, elle a obtenu le prix Canada’s Outstanding Principals. Mme Paquette est également membre du Conseil administratif de la Fondation des écoles catholiques du Centre-Est.


« Je suis heureux de pouvoir accueillir Mme Paquette au sein de l’équipe de gestion du CECCE » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.
« Elle complétera bien l’équipe en place et permettra au CECCE de continuer à se positionner en tant que chef de file reconnu pour la transformation de l’expérience d’apprentissage, l'excellence et la bienveillance de ses écoles catholiques et la synergie avec la communauté. »


Marie-France Paquette continuera d’assurer la direction de l’École élémentaire catholique Notre-Place jusqu’à la fin septembre et s’assurera une transition tout en douceur avec la nouvelle direction d’école, dès qu’elle sera nommée, pour le bien-être de cette toute nouvelle communauté scolaire.


 

Une année scolaire empreinte de succès

Le 23 juin 2016, OTTAWA - L’année scolaire 2015-2016 s’est terminée en grand aujourd’hui, avec la dernière remise des diplômes des écoles secondaires. Plus de 1 100 élèves ont reçu leur diplôme, ce qui permet au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est d’afficher l’un des meilleurs taux de diplomation en province et l’un des taux de décrochage les plus bas.

 

Une autre année scolaire terminée, le CECCE se penche sur les événements marquants de l’année scolaire 2015-2016.

 

De nouvelles installations pour les élèves

 

L’année 2015-2016 fut remplie de bonnes nouvelles quant à l’obtention de financement pour la construction d’une nouvelle école élémentaire catholique à Arnprior et l’ouverture d’un nouveau pavillon élémentaire et secondaire à Kemptville. Si la construction de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais à Stittsville s’est terminée à l’hiver, la construction des nouvelles écoles élémentaires et secondaires à Orléans se poursuit pendant l’été afin qu’elles soient en mesure d’accueillir les élèves pour la rentrée le 30 août prochain. De plus, la démolition et la reconstruction de l’École élémentaire catholique Sainte-Geneviève se poursuivent cet été pour se terminer à temps pour la rentrée.

 

Des enseignants, des élèves récompensés

 

En janvier dernier, Marie-France Paquette a eu l’honneur de recevoir le prestigieux prix “Canada’s Outstanding Principals”, l’un de seulement 40 prix décernés au Canada.

 

Aux Lauriers et Prix Bernard Grandmaître de l’ACFO d’Ottawa, William Burton, un élève du Collège catholique Franco-Ouest a remporté le Laurier Jeunesse de l’année pour son engagement dans la communauté francophone.

 

Le Réseau d’Ottawa pour l’éducation a reconnu six membres du personnel enseignant lors de la soirée ÉduGala, dont deux ont reçu un Prix d’excellence en enseignement de la capitale, soit Krista Ohmayer, enseignante à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître et Patrick Doucet, enseignant au Centre professionnel et technique Minto.

 

Enfin, l’Association des gestionnaires de l’éducation franco-ontarienne (AGÉFO) a remis le prestigieux prix de Mérite à la surintendante Marie-France Ricard, qui, au cours de sa carrière, a contribué de façon exceptionnelle à l’éducation franco-ontarienne.

 

Un ajout de programmes pour la réussite des élèves

 

L’offre de trois nouveaux programmes se sont ajoutés à l’offre de services du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est au cours de l’année scolaire 2015-2016. En effet, le CECCE a annoncé l’offre du programme du Baccalauréat international et de la concentration en design au Collège catholique Mer Bleue tandis qu’un nouveau programme d’enrichissement sera offert à l’École secondaire catholique Marie-Rivier à compter de la rentrée.

 

Le CECCE laisse sa trace à l’étranger

 

La réputation du CECCE à l’extérieur de la région n’est plus à faire. Au cours de l’année scolaire, le CECCE a officialisé un partenariat avec l’Académie de Lyon pour l’élaboration de programmes de coopération et se rendra en Belgique la semaine prochaine pour signer une entente de collaboration et de partenariat. De plus, de nombreux conseils scolaires de partout au Canada ont rendu visite aux écoles du CECCE au cours de l’année pour s’inspirer de pratiques gagnantes établies par le Conseil dans ses écoles.

 

Le CECCE engagé dans la communauté

 

Le CECCE s’est démarqué lors de l’année scolaire 2015-2016 par son grand accueil des familles en provenance de la Syrie. De nombreux efforts ont été déployés pour venir en aide aux familles nouvellement arrivées au Canada. De plus, dans un peu moins d’un mois, les écoles du CECCE ont réussi à amasser 25 000 $ pour venir en aide aux familles éprouvées par les feux de forêt en Alberta. Ces deux initiatives s’ajoutent aux nombreuses autres causes supportées par les écoles au cours de l’année.

 

« Cette année scolaire fut couronnée de succès grâce à la grande expertise et au dévouement des 2 600 membres du personnel du CECCE, de l’engagement des élèves et de leurs parents, ainsi que de l’appui des partenaires communautaires » d’expliquer Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est est bel et bien chef de file en éducation, car il met en place tous les éléments gagnants qui permettent la réussite de chaque élève » de rajouter Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

Un enseignant du CECCE devient ambassadeur de la Semaine d’accueil à Ottawa

22 juin 2016, OTTAWA – Pour souligner l’importance de l’intégration des nouveaux arrivants, le CECCE a célébré la nomination de M. Gilles Bourgeois, enseignant à l’École élémentaire catholique Montfort, qui a été nommé ambassadeur de la Semaine d’accueil à Ottawa et qui a reçu un des prix offerts par le comité organisateur de cet événement.

 

M. Bourgeois est un enseignant se spécialisant dans le domaine de l’actualisation de la langue française et l’offre du programme d’accueil des nouveaux arrivants aux élèves de la 1re à la 6e année. En 2015, M. Bourgeois a pris sous son aile un élève de 5e année, Kevin, nouvellement arrivé au Canada et originaire de la Côte d’Ivoire, et lui a appris à faire du vélo pour l’aider à s’intégrer dans son nouveau pays. À force de s’entraîner pendant les derniers jours de l’année scolaire avec M. Bourgeois, Kevin est devenu plus confiant et a réussi à pédaler durant les vacances d’été en utilisant le vélo de son grand frère. Suite à la demande de l’École élémentaire catholique Montfort, Kevin a reçu un nouveau vélo au début de l’année scolaire 2015-2016 grâce au don du Club Optimiste Vanier.

 

« M. Bourgeois a fait preuve de beaucoup d’ouverture, de bienveillance et de respect en aidant cet élève nouvellement arrivé au Canada », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE. « Il a épaulé et accompagné un élève afin de lui permettre de rebâtir sa confiance. Le geste de M. Bourgeois est l’exemple parfait d’une action concrète que l’on peut porter en tant que communauté hôte pour faciliter la participation des nouveaux arrivants à tous les aspects de leur nouvelle communauté », ajoute-t-il.

 

Pour ses actions quotidiennes et pour son accueil et son accompagnement hors pair des élèves nouvellement arrivés au Canada, le comité organisateur de la Semaine d’accueil à Ottawa lui ont non seulement confié le rôle d’ambassadeur, mais lui ont également remis l’un de trois Prix des ambassadeurs accueillants d’Ottawa.  

 

Établis en 2014 comme partie intégrante de la Semaine d’accueil à Ottawa, les Prix des ambassadeurs accueillants d’Ottawa reconnaissent les citoyens ottaviens qui ont fait un pas vers des immigrants et des réfugiés pour les aider à s’établir et à faire d’Ottawa leur nouveau foyer et leur nouvelle communauté.

Les deux nouvelles écoles catholiques d’Orléans officiellement baptisées

 

Le 22 juin 2016, OTTAWA - Les nouveaux noms des deux écoles catholiques d’Orléans qui ouvriront leurs portes à la rentrée 2016 sont maintenant connus. Les conseillères et conseillers scolaires ont répondu aux souhaits de la communauté de nommer les deux nouvelles écoles : École élémentaire catholique Notre-Place et Collège catholique Mer Bleue.

 

« Je suis heureuse de constater l’importance que donne la communauté aux noms de leurs nouvelles écoles. La communauté scolaire a participé activement aux choix des noms qui reflètent bien le caractère francophone et local des deux écoles. Ils évoquent de belles images qui permettront de créer un sentiment d’appartenance aux nouveaux établissements » explique Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

 

Selon les étapes établies de la démarche du choix du nom d’une nouvelle école, les membres du Comité du choix du nom de chacune des nouvelles écoles ont consulté la liste de noms pour une nouvelle école afin d’identifier 5 noms documentés répondant aux critères de sélection. Des 5 noms proposés, le Conseil a retenu trois noms. Le CECCE a ensuite consulté les communautés scolaires respectives des deux écoles afin de connaître leur préférence face aux trois noms retenus. Les parents, élèves et membres du personnel se sont prononcés majoritairement en faveur des noms Notre-Place et Mer Bleue. Les conseillères et conseillers scolaires ont répondu aux souhaits des communautés et ont entériné les noms des écoles lors de la dernière séance du Conseil, le 21 juin 2016.

 

« Les écoles sont souvent le point rassembleur de la communauté, un lieu porteur d’espoir et d’avenir. En leur donnant un nom, leurs couleurs commencent à se définir, et avec leur ouverture à la rentrée, la communauté scolaire s’appropriera son école et la moulera à son image et selon les aspirations des élèves qui fréquenteront le bâtiment » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE.

 

Le nom de la nouvelle école élémentaire fait entre autres référence à la chanson thème des Franco-ontariens, Notre-Place, écrite par le chanteur et compositeur Paul Demers, en collaboration avec le compositeur François Dubé.

 

Pour sa part, le nom de la nouvelle école secondaire fait référence à l’aire de conservation située tout près de l’école qui a été nommée par les premiers Canadiens-français pour un phénomène écologique propre à cette région.

 

L’École élémentaire catholique Notre-Place est située dans le secteur Avalon d’Orléans, au 665, promenade des Aubépines. Cette école pourra accueillir 412 élèves de la maternelle à la 6e année.

 

Le Collège catholique Mer Bleue est situé dans le secteur Notre-Dame-des-Champs au nord d’Orléans est située au 6401, chemin Renaud. Cette école secondaire pourra accueillir 781 élèves de la 7e à la 12e année. Lors de la rentrée scolaire le 30 août 2016, les élèves de la 7e à la 10e année pourront suivre le curriculum régulier, où encore s’inscrire au programme du Baccalauréat international ou de la concentration en Design.

 

 

Un partenariat pour les arts et le début de la rénovation du nouveau pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys

21 juin 2016, KEMPTVILLE - À compter de la rentrée le 30 août prochain, les élèves de Kemptville, Merrickville, Smiths Falls et des environs auront accès à des installations totalement rénovées et à une offre de service en arts bonifiée au pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys.

C’est ce qu’a annoncé le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) aujourd’hui lors d’une activité rassemblant décideurs politiques, partenaires communautaires, parents et élèves de la région.

Les travaux de rénovation ont commencé à la mi-juin et s’étaleront jusqu’à la mi-août, afin que les locaux situés au collège de Kemptville soient fins prêts à accueillir les élèves le 30 août lors de la première journée de classe. Nécessitant un peu plus qu’un coup de pinceau, l’intérieur de l’édifice Fraser où seront situées les classes de la maternelle à la 6e année sera réaménagé afin de bien répondre aux besoins des élèves et de fournir les espaces nécessaires pour le plein épanouissement de ceux-ci dans un contexte d’éducation au 21e siècle.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a également annoncé un partenariat avec l’École des Arts d’Ottawa pour une offre de service bonifiée pour les arts au pavillon Kemptville de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation : « Le CECCE est très heureux de s’associer avec l’École des Arts d’Ottawa pour cette première initiative unique en son genre soit celle d’avoir un programme artiste-à-l’école. Les deux institutions ont à coeur la place des arts dans le curriculum et l’apprentissage de l’élève comme moyen d’acquérir  des compétences essentielles de niveau supérieur et pour favoriser le rendement et la réussite scolaire. Les arts permettent le développement de la créativité et de l’innovation, des compétences qui sont transférables dans tous les domaines. »

« Ce partenariat respecte le souhait des parents, du personnel et de la communauté qui ont exprimé l’importance d’intégrer les arts dans le programme éducatif lors des récentes consultations pour rêver leur école » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le Conseil a pris bonne note du désir de la communauté de Kemptville de voir les jeunes avoir accès à des occasions concrètes pour célébrer leur culture et leur langue française en s’exprimant et en vivant des expériences positives initiées par le milieu de l’éducation et le milieu artistique » ajoute-t-elle.

 

Selon Clayton Powell, président du conseil d’administration : « The Ottawa School of Art (OSA) is extremely pleased to be working with the Conseil des écoles catholiques du Centre-Est to present this unique artist-in-the-school program. OSA is the second oldest art school in Canada and our motto is “Teaching art to everyone”. This program will help us achieve that goal in a new and unique way. We have been very impressed with the Conseil’s enthusiasm for and commitment to the ideal of enriching education through the arts. OSA shares the Conseil’s belief that children’s education is richer and more profound when they are able to include art activities as part of their learning process. This is an exciting partnership for both our organizations and we look forward to working with the students of École Sainte-Marguerite-Bourgeoys (Kemptville pavilion) during the upcoming school year. »

Rappelons que le CECCE avait annoncé en décembre 2015 l’ouverture d’un nouveau pavillon de l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Kemptville pour les élèves de la maternelle à la 9e année dès la rentrée 2016. Les niveaux subséquents seront ajoutés au fil des ans pour être en mesure d’offrir un continuum d’éducation de la maternelle à la 12e année.

Avec un emplacement à Merrickville et un autre à Kemptville, l’École catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys pourra mieux desservir les familles de ces communautés, celles de Smiths Falls et les autres communautés avoisinantes.

 

Un budget équilibré axé sur les services aux élèves pour le CECCE

Le 8 juin 2016, OTTAWA - Lors de sa séance ordinaire du 7 juin 2016, les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont approuvé un budget équilibré de 325,7 M$ pour soutenir le bien-être et la réussite des élèves.


« Au fil des ans, le CECCE a investi dans l’amélioration des programmes, des services et des installations, des éléments essentiels pour l’épanouissement des élèves et du personnel » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « L’administration fait preuve de saine gestion et de diligence pour préparer un budget équilibré qui, malgré les pressions financières éprouvées par les conseils scolaires partout en province, assure le maintien d’un niveau de service de haute qualité pour l’ensemble des élèves inscrits au CECCE. »


Représentant une augmentation de 6,5 M$ par rapport à l’année en cours, le budget pour l’année scolaire 2016-2017 prévoit l’embauche d’une quarantaine de membres du personnel supplémentaires pour mieux répondre aux besoins des élèves et soutenir l’ouverture de deux nouvelles écoles. Entre autres, 28 membres du personnel enseignant à l’élémentaire et au secondaire ainsi que 5 membres du personnel éducateur en enfance en difficulté seront embauchés pour la prochaine année scolaire.


Des investissements importants sont également prévus pour assurer la continuité de stratégies, programmes et services pour le bien-être et la réussite des élèves. Le budget 2016-2017 prévoit 8,7 M$ pour assurer la livraison de la stratégie en construction identitaire des élèves et 2,4 M$ pour la transformation de l’expérience d’apprentissage.


Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE : « En tout, 74 % du budget est alloué à l’enseignement. Ces investissements permettent la livraison de programmes et de services qui répondent aux besoins des élèves. Grâce à l’investissement directement en salle de classe, depuis plusieurs années, les élèves du CECCE obtiennent des résultats qui surpassent les attentes et les normes provinciales. »


Rappelons que le financement des conseils scolaires est majoritairement attribué selon le nombre d’élèves inscrits dans les écoles. Le budget du CECCE est élaboré annuellement en fonction de ses objectifs prioritaires annuels, qui, pour 2016-2017 comprennent : l’amélioration des résultats de performance et les indicateurs qui requièrent des efforts supplémentaires, la transformation de l’expérience d’apprentissage, le recrutement et la rétention d’un plus grand nombre d’élèves, l’optimisation des processus et la saine gestion et la gestion des risques.



 

Marie-France Ricard, surintendante de l’éducation au CECCE, récipiendaire du Prix de Mérite de l’AGÉFO

Le 8 juin 2016, OTTAWA - Vendredi dernier, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a souligné le départ à la retraite de 62 membres de son personnel, dont la surintendante Marie-France Ricard. Celle-ci s’est distingué récemment en reportant le prestigieux prix de Mérite décerné par l’Association des gestionnaires de l’éducation franco-ontarienne (AGÉFO). Cette distinction est remise annuellement à une personne qui a apporté, au cours de sa carrière, une contribution exceptionnelle à l’éducation franco-ontarienne.

Native de Shawinigan, Marie-France Ricard a débuté sa carrière comme éducatrice au Centre Jules-Léger à Ottawa en 1981. Dès lors, on lui reconnaît plusieurs talents et compétences de pédagogue qui l’amèneront à poursuivre sa formation en éducation et une carrière de 35 ans dans les écoles de langue française d’Ottawa et au sein du CECCE.

En 1987, Marie-France accepte un poste d’enseignante au sein du Centre Jules-Léger. Elle y démontre sa grande passion de l’éducation et de l’enfance en difficulté, dossier qui lui tiendra à coeur tout au long de sa carrière.

En 1989, Marie-France accepte un poste d’enseignante au Conseil des écoles catholiques de langue française d’Ottawa-Carleton et par la suite, elle relève le défi de conseillère pédagogique en dépistage précoce et continu. Au fil du temps, Marie-France développe son leadership, donne des cours à l’Université d’Ottawa et poursuit ses études à la maîtrise en administration éducationnelle.

Sa soif de bien servir la communauté francophone, sa mission d’offrir la meilleure qualité d’éducation et ses qualités de rassembleuse l’amènent à accepter un poste de direction adjointe et par la suite, en 1998, un poste de direction de l’école. En 2001, Marie-France souhaite contribuer à la vision systémique du CECCE et plus particulièrement au profil de sortie de l’élève. Elle accepte donc un poste de surintendante adjointe et en 2002, un poste de surintendante de l’éducation au sein du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

À titre de surintendante, Marie-France met à contribution son vaste éventail d’expériences et gère plusieurs dossiers. Elle pilote habilement les dossiers systémiques en enfance en difficulté, en dotation, de la participation des parents, à la petite enfance ainsi qu’à la supervision de plusieurs écoles élémentaires et secondaires.

Douée d’une implication marquée au sein de la communauté, elle a été représentante pendant deux ans du secteur de l’éducation au cabinet du bureau de Centraide Ottawa et en 2010, elle devient récipiendaire du Prix des bâtisseurs communautaires de Centraide Ottawa.

Marie-France a été, en 2011, finaliste dans la catégorie Dirigeant-e de l’année, secteur parapublic au Gala d’excellence des gens d’affaires de la capitale nationale. De 2007 à 2009, Marie-France a été présidente du RSE (Regroupement des surintendances de l’éducation) et elle a accepté par la suite d’en être la secrétaire.

En 2011, elle accepte un mandat de trois ans au Centre Jules-Léger et depuis son retour à la surintendance au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est, elle contribue à faire du CECCE un chef de file dans le domaine de l’éducation.

Selon Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE : « J’ai eu le privilège de pouvoir compter sur l’expertise, le savoir-faire et sur le dynamisme de Marie-France Ricard depuis mon entrée en poste au CECCE. Son énergie et sa passion sont contagieuses et le CECCE a grandement profité de son dévouement au cours des années. Elle a laissé une empreinte significative dans l’actualisation des priorités pédagogiques, stratégiques et politiques du CECCE et ce fut un honneur et un privilège de la côtoyer professionnellement. »

À la veille d’une retraite bien méritée, Marie-France Ricard devient la plus récente membre de l’équipe du CECCE décorée du prix du Mérite de l’AGÉFO. Son nom s’ajoute à ceux de François Massé, Mario Lajoie, Alain Fortin et Pierre Filiatrault, tous des leaders dans le monde de l’éducation qui ont eu un impact significatif au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.

Des membres du personnel enseignant du CECCE honorés par le Réseau d’Ottawa pour l’éducation

Le 20 mai 2016, OTTAWA - Six membres du personnel enseignant du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont été honorés hier soir lors d’ÉduGala, la soirée de remise des prix d’excellence en enseignement de la capitale décernés par le Réseau d’Ottawa pour l’éducation (ROPE).


En effet, Geneviève Arpin, enseignante de 4e année à l’École élémentaire catholique Saint-Jean-Paul II, Patrick Doucet, enseignant de la 9e à la 12e année au Centre professionnel et technique Minto, Marie-Pierre Ferragne, enseignante de théâtre et de science à l’École secondaire catholique Garneau, Krista Ohmayer, enseignante de 5e année à l’École élémentaire catholique Bernard-Grandmaître, Véronic Proulx, enseignante de 7e et 8e année au Collège catholique Franco-Ouest et Lynne Vachon, enseignante de maternelle à l’École élémentaire catholique Alain-Fortin figuraient parmi les 63 finalistes pour les Prix d’excellence en enseignement de la capitale.


Ces finalistes ont été reconnus pour avoir utilisé des méthodes d’enseignement qui ont un impact considérable sur l’apprentissage des élèves. Ils inspirent la confiance chez leurs élèves, transmettent la passion d’apprendre, utilisent des pratiques novatrices et mettent en place un environnement positif d'apprentissage et d'enseignement essentiel à la réussite de leurs élèves.


« Si le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est jouit d’une excellente réputation basée sur l’excellence de l’éducation prodiguée à 22 000 élèves, c’est entre autres grâce au travail hors pair et au dévouement des enseignantes et des enseignants » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE.


« Le domaine de l’éducation est l’un des domaines les plus positifs qui soit, malgré qu’il soit extrêmement exigeant » dit Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.  « Je lève mon chapeau aux personnes qui ont été reconnues par le ROPE pour leur excellence en enseignement, et au nom des parents et de toute la communauté scolaire du CECCE, je vous remercie pour tout ce que vous faites pour assurer le bien-être et la réussite des élèves. »


Au terme de cette soirée des plus inspirantes, Krista Omayer et Patrick Doucet ont chacun reçu un des 18 prix convoités par les finalistes.


Enseignante de 5e année, Krista Omayer est passionnée et dévouée à son travail. Très généreuse de son temps, de ses ressources et de ses idées, elle n’hésite pas à appuyer ses collègues afin d’aider des élèves dans le besoin ou de partager ses connaissances pour faciliter le travail de ses pairs. Elle agit à titre de mentor pour d’autres enseignantes, leur prodigue des conseils et les inspire dans la profession.


Krista a mis sur pied de nombreux projets qui visent la réussite des élèves et la transformation de l’expérience d’apprentissage. Elle a, entre autres, adopté le concept de “whole brain teaching” en

salle de classe, élaboré un jardin pour les élèves, créé des vidéos pour démontrer les apprentissages des élèves et développé un site web pour que les parents y aient accès.


Patrick Doucet enseigne le français à des élèves de la 9e à la 12e année qui se spécialisent dans l’apprentissage d’un métier. Il est très dévoué et se rend disponible non seulement pour aider ses élèves à réussir, mais aussi pour les aider à s’épanouir. Ses attentes sont élevées, mais il croit fermement que chaque élève peut réussir et il les accompagne vers la réussite.


Dans sa classe, les élèves sont engagés et motivés. Ils font preuve de collaboration, de pensée critique et ne cessent de s’améliorer. D’ailleurs, dans les trois dernières années, les élèves de l’école ont obtenu un résultat de 100 % de réussite au Test provincial de compétences linguistiques.


Il est reconnu pour son professionnalisme, son ouverture d’esprit et son respect. Il est un modèle pour plusieurs stagiaires, collègues et élèves et il n’hésite pas à partager ses stratégies et ressources pour permettre à tous les élèves de réussir.

À Paris, le CECCE officialisera son entente avec l'Académie de Lyon

17 mai 2016, OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est actuellement en visite à l’Académie de Lyon en France dans le but de solidifier les liens qui unissent déjà les deux établissements et de confirmer leur intérêt à poursuivre leur collaboration au cours des prochaines années.

La raison principale de la mission du CECCE à Lyon est d’élaborer des programmes de coopération tels des appariements entre établissements, des échanges d'enseignants, la formation continue du personnel et la formation professionnelle, linguistique et culturelle d'élèves.

Les trois axes de coopération sur lesquelles l’Académie de Lyon et le CECCE poursuivront leur collaboration sont la bienveillance en milieu scolaire, la gestion de l’amélioration et l’inclusion des élèves à besoins particuliers. Des engagements secondaires tels des échanges poste à poste entre enseignants et les échanges virtuels entre classes dans le but d’élaborer des projets en développement durable seront également envisagés.

«Cette mission en France permet au CECCE d’apprécier les initiatives entreprises par ses cousins français dans le domaine de l’éducation. Des échanges pédagogiques forts constructifs ont été réalisés jusqu’à maintenant sur différents sujets et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que le CECCE envisage cette nouvelle collaboration avec l’Académie de Lyon», a précisé la présidente du CECCE Johanne Lacombe.

Le 1er mars dernier, une convention de partenariat entre le CECCE et l’Académie de Lyon a été signée à Ottawa suite à la visite de M. Christian Caron, délégué académique aux relations européennes et internationales et à la coopération à l’Académie de Lyon, dans la capitale canadienne. Des visites d’écoles du Centre-Est a permis à la délégation française de confirmer qu’ils avaient plusieurs points en commun sur lesquels ils aimeraient coopérer.

«Cette collaboration est d’une richesse inestimable pour le CECCE. Certains défis vécus en France sont relativement similaires aux réalités du CECCE et le partage de connaissances de part et d’autre est porteur de nouvelles idées. Un grand merci au personnel de l’Académie de Lyon qui a généreusement accordé de son temps pour que le CECCE puisse partager sa vision de l’éducation», souligne Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

Cette mission en France s'inscrit dans une initiative de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones et du Regroupement national des directions générales de l'éducation qui encouragent des occasions de partenariats avec la France.

De nouveaux visages autour de la table exécutive du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 11 mai 2016, OTTAWA - Au cours des prochaines semaines, deux nouvelles personnes se joindront à l’équipe de gestion du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).


Afin de constituer la relève au sein de l’équipe à la surintendance, la nomination de Marc Bertrand à titre de surintendant de l’éducation a été entérinée à la réunion du Conseil du 10 mai 2016. M. Bertrand détient un baccalauréat en sciences avec concentration en biologie et une maîtrise en éducation avec concentration en leadership, évaluation, programmes et politiques éducationnelles. Il compte près de 17 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation, dont 3 années en tant que direction adjointe au Collège catholique Samuel-Genest, 4 années en tant que direction de l’École secondaire catholique Franco-Cité, et, plus récemment, à la direction de l’École secondaire catholique Garneau.


De plus, le Conseil a entériné la nomination de Anouar Nemry à titre de directeur exécutif des communications, marketing et engagement communautaire. M. Nemry est détenteur d’une maîtrise en gestion de projets et d’un baccalauréat en administration avec concentration marketing. M. Nemry compte plus de 18 ans d’expérience dans le domaine du marketing et du développement d’affaires. Après avoir oeuvré dans le domaine du marketing pendant 10 ans, il a fondé deux entreprises dans la région de la capitale nationale.


« La nomination de M. Bertrand à titre de surintendant de l’éducation et de M. Nemry à titre de directeur exécutif des communications, marketing et engagement communautaire vient bonifier la gamme d’expertise au sein de l’équipe de cadres supérieurs du CECCE »  explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « La vaste connaissance des écoles secondaires de M. Bertrand et le profil marketing de M. Nemry seront des atouts indéniables pour l’équipe. »

Échange de pratiques pédagogiques exemplaires : Le CECCE accueille la Belgique

 

5 mai 2016, OTTAWA - Cette semaine, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et certaines de ses écoles secondaires catholiques accueillent une délégation de la Maison Diocésaine de l’enseignement - Namur-Luxembour de la Belgique afin de partager certaines expériences en lien avec la mise en oeuvre des pratiques réussies dans les écoles catholiques du CECCE.


En effet, 11 délégués du Service diocésain de l'Enseignement Secondaire Supérieur visiteront 5 écoles secondaires d’Ottawa afin d’aborder la culture de changement, la pyramide d’interventions en place au CECCE, le Programme axé sur la réussite des élèves, les systèmes d’appui et le travail des équipes de collaboration.


Selon la présidente du CECCE Johanne Lacombe : « Le Conseil est heureux d’accueillir ses homologues belges afin de partager ses expériences entourant le leadership axé sur l’apprentissage, la gestion du changement et la mobilisation d’équipe. Un membre de l’équipe de directions du CECCE avait été merveilleusement bien accueilli lors d’un échange d’expertise en Belgique l’an dernier. C’est donc un honneur de les accueillir à Ottawa pour poursuivre cette collaboration. »


« En tant que chef de file en éducation en Ontario, le CECCE est fier de pouvoir réseauter avec des collègues de la Belgique, non seulement pour partager les pratiques réussies en place dans ses écoles, mais pour ouvrir le dialogue et se permettre d’être inspiré par ce qui se vit ailleurs au monde pour innover et transformer la façon de faire les choses afin de permettre aux élèves d’apprendre différemment tout en assurant leur réussite et leur bien-être » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Cette collaboration mènera à une entente de partenariat entre nos deux établissements. »


« Nous avions été séduits en mars 2015 lors de la visite de Mme Caroline Tessier par l’approche globale de l’élève, et par le regard très collectif porté par les acteurs de l’enseignement sur les apprentissages » explique Philippe Englebert, directeur diocésain. « Nous avons pris connaissance aujourd’hui que la réflexion permanente sur le devenir de chacun, que la prise en considération de l’enseignant comme expert en apprentissage - faveur de haute estime de soi - sont d’autres leviers intéressants. Enfin, la nécessaire collaboration entre les écoles pour développer collégialement la qualité de l’apprentissage et du développement de chacun est une autre piste qui nous interpelle aussi. Merci au CECCE pour ce premier contact, riche, ouvert et combien chaleureux. »


La délégation belge visitera les écoles secondaires Paul-Desmarais, Béatrice-Desloges, Pierre-Savard ainsi que les collèges catholiques Franco-Ouest et Samuel-Genest.

 

Le CECCE lève le voile sur son projet de nouveau pavillon à Kemptville

29 avril 2016, OTTAWA – Près d’une centaine de parents et autant d’enfants ont participé lundi à une soirée d’information sur les récents développements concernant l’ouverture prochaine du nouveau pavillon de l’école catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Kemptville.

L’administration du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé à une mise à jour quant au nouveau pavillon, au transport scolaire et au service de garde ainsi qu’au sujet des inscriptions pour la rentrée scolaire 2016 de la maternelle à la 9e année. Des plans d’aménagement des locaux et l’organisation des classes et des programmes scolaires ont été présentés durant la rencontre.

« Le CECCE est fier de pouvoir répondre à la demande des parents en offrant à Kemptville une éducation basée sur l’excellence de l’école catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Merrickville depuis plus de 20 ans » explique la présidente du CECCE, Johanne Lacombe. «  Malgré le fait que le CECCE n’a pas encore reçu le financement nécessaire pour la construction d’une nouvelle école, grâce à une saine gestion financière, le Conseil a choisi d’investir les sommes nécessaires pour la création de ce nouveau pavillon à Kemptville et le maintien de l’École élémentaire catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys à Merrickville. »

« Pendant toute la démarche, le CECCE a travaillé étroitement avec les parents pour bien répondre à leurs besoins ainsi qu’à leurs attentes » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « D’ailleurs, un sous-comité du conseil d’école a été formé afin de travailler étroitement avec l’administration sur l’orientation pédagogique du pavillon. »

Jusqu’à maintenant, le nouveau pavillon a reçu 113 inscriptions, ce qui assure l’offre d’un programme éducatif à la hauteur des attentes des parents. Rappelons que le pavillon Kemptville de l’école Sainte-Marguerite-Bourgeoys accueillera les élèves de la maternelle à la 9e année à la rentrée 2016. Les niveaux secondaires seront subséquemment ajoutés en 2017, 2018 et 2019 pour que l’ensemble des élèves de la maternelle à la 12e année puisse fréquenter cet établissement.

Du nouveau à l’équipe de la surintendance au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Le 27 avril 2015, OTTAWA - Un nouveau surintendant de l’éducation se joindra à l’équipe de leaders chevronnés du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) au cours des prochaines semaines. Jean-François Bard assurera la relève en vue du départ à la retraite de certaines surintendances.

Détenteur d’une maîtrise en éducation, d’un Baccalauréat en éducation et un autre en communications, Jean-François Bard oeuvre dans le milieu de l’éducation depuis plus de 15 ans. Il a d’abord  été titulaire de classe à l’élémentaire et enseignant en intervention préventive en lecture-écriture pendant 6 ans avant d’effectuer un contrat d’un an et demi à titre d’enseignant en affectation spéciale au CECCE pour ensuite prendre le poste de directeur adjoint à l’École élémentaire catholique de la Découverte et, depuis 2012, oeuvrer à titre de direction pour cette même école.

« Un pédagogue chevronné, M. Bard a une grande expérience au cycle préparatoire et à la petite enfance. De plus, ses grandes compétences de leader et sa vision systémique du CECCE seront de grands atouts pour l’équipe à la surintendance » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Monsieur Bard est également décrit par ses collègues comme un joueur d'équipe et rassembleur. »
 

Baccalauréat international et Design à la nouvelle école secondaire catholique à Orléans

Ottawa, le 24 février 2016 – À compter de la prochaine rentrée scolaire, les élèves du secondaire de l’est de la ville d’Ottawa auront quelques options de plus! En effet, les conseillères et conseillers scolaires du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) ont approuvé, hier soir, la mise en oeuvre d’une concentration en design ainsi que du programme baccalauréat international pour la nouvelle école secondaire catholique à Orléans.

 

Ces deux programmes ont été retenus suite à de nombreuses consultations qui ont été entreprises auprès des élèves, du personnel enseignant, des conseils d’école et des parents afin d’identifier leurs besoins et leurs souhaits. La concentration en design englobe des éléments très populaires ressortis lors des consultations, notamment la technologie, la création, la robotique, le génie et l’architecture. Le programme du baccalauréat international sera offert aux élèves et ses composantes seront intégrées, flexibles et personnalisées aux clientèles étudiantes.

 

« L’aspect création, conception et fabrication dans un environnement qui intègre la pensée critique et les nouvelles technologies s’insèrent très bien dans le profil de sortie de l’élève qui veut que chaque élève développe son plein potentiel en devenant un penseur critique et créatif, un jeune adulte affirmé et épanoui et un citoyen engagé et éthique », explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « En plus de la concentration en design et du bac international, les élèves pourront profiter d’une gamme d’activités qui contribueront à leur épanouissement et leur bien-être, dont les sports, les arts et les activités culturelles ».

 

Cette concentration et ce programme permettront aux élèves d’obtenir une formation spécialisée et d’approfondir leurs connaissances dans un domaine qui les passionne. « Les écoles du CECCE offrent des programmes spécialisés dans le but de répondre aux besoins des élèves, des parents et de la communauté. L’offre de ces deux programmes à la nouvelle école secondaire d’Orléans permettra aux élèves de s’engager dans leurs apprentissages et poursuivre leurs rêves », affirme Johanne Lacombe, présidente du CECCE.

 

La nouvelle école secondaire catholique à Orléans accueillera ses premiers élèves de la 7e à la 10e année dès la rentrée 2016.

 

 

L’inscription dans les écoles catholiques du Centre-Est, c’est en cours !

5 février 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) invite les familles qui ont un enfant né en 2012, les familles nouvellement arrivées dans la région, et les familles à la recherche d’excellence en éducation à communiquer avec leur école de secteur afin d’en apprendre davantage sur l’école, le CECCE, et les modalités d’inscription.

 

Effectivement, bien que les inscriptions dans les écoles catholiques du Centre-Est sont possibles en tout temps, le Conseil se mobilise pour rencontrer ses nouvelles familles depuis le début février, et ce, jusqu’au 12 février prochain. L’inscription à ce temps-ci de l’année permet aux écoles de bien préparer l’arrivée de nouveaux élèves en vue de la prochaine année scolaire 2016-2017.

 

 

Les raisons d’inscrire son enfant dans une école catholique du Centre-Est sont nombreuses :

 

 

  • L’enseignement et la vie scolaire se déroulent uniquement en français. La construction identitaire des élèves prend une place d’importance dans les écoles du CECCE. La culture et les valeurs chrétiennes y jouent un grand rôle.

  • De nombreuses ressources sont disponibles pour les élèves qui ont besoin d’aide supplémentaire en français à leur arrivée à l’école.

  • L’anglais est enseigné aux élèves à partir de la 4e année. Il ne s’agit pas des cours de langue seconde, mais bien les mêmes cours d’English enseignés dans les écoles anglophones.

  • À la fin de leurs études, les élèves sont bilingues, utilisent les deux langues officielles couramment, reçoivent un certificat de bilinguisme reconnu à l’international et ont accès à plus d’avenues postsecondaires que les élèves ayant fréquenté une école anglaise.

  • Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a le meilleur taux de diplomation en Ontario, chez les francophones et chez les anglophones. En effet, 96 % des élèves inscrits en 9e année en 2011 ont obtenu leur diplôme en juin dernier. De plus, le taux d’abandon scolaire au CECCE se situe à 1 % depuis plusieurs années.

 

 

« Les initiatives pour engager les élèves dans leur apprentissage et pour assurer leur réussite sont nombreuses au CECCE, et de toute évidence, elles fonctionnent très bien » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Des programmes spécialisés au secondaire, des activités parascolaires, en plus de l’appui des équipes de la réussite, bref, tous les éléments sont en place pour permettre aux élèves de s’épanouir pleinement et de réussir. »

 

 

  • Le taux de satisfaction des parents se situe à plus de 94 % selon les sondages administrés aux deux ans.

 

 

« Je suis très fière des hauts taux de satisfactions exprimés par les parents qui choisissent l’éducation catholique de langue française pour leur enfant » explique Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « C’est un beau témoignage de la confiance qu’ils ont envers l’école de leur enfant et nous en sommes reconnaissants. Les parents qui choisissent une école du CECCE ont typiquement trois autres choix. Ils font le meilleur choix pour leur enfant et les taux de satisfaction confirment que les écoles du CECCE répondent à leurs attentes. »

 

 

L’inscription dans les écoles catholiques du Centre-Est est en cours! Les parents intéressés peuvent en savoir davantage en communiquant avec leur école de secteur, ou encore, en communiquant avec le bureau d’accueil au 613 744-2555.

 


 



 

Le CECCE inaugure officiellement sa nouvelle école secondaire catholique à Stittsville

4 février 2016, OTTAWA – C’est avec une grande fierté que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a procédé à l’inauguration officielle de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais, situé à Stittsville. Les élèves, les parents, les membres du personnel, les conseillères et conseillers scolaires et les membres de la communauté se sont rassemblés cet après-midi pour célébrer le début d’une nouvelle étape.


En effet, les élèves ont emménagé dans leur nouvelle école le 1er février dernier, après avoir passé le premier semestre de l’année scolaire 2015-2016 à l’École secondaire catholique Pierre-Savard en attente de la finalisation du projet de construction.

Les invitées ont pu visiter la toute nouvelle école et admirer les aires ouvertes, la luminosité naturelle et le design de l’école choisi pour favoriser l’apprentissage au 21e siècle. « Les élèves, les parents et les membres du personnel de Paul-Desmarais ont fait preuve de patience durant les travaux de construction et sont aujourd’hui récompensés par l’ouverture de cette superbe école qui leur permettra de s’épanouir dans un endroit propice à la créativité, à l’innovation et à l’apprentissage » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE.

Cette première école secondaire catholique à Stittsville vient combler un grand besoin pour la communauté francophone grandissante dans l’ouest d’Ottawa. Comme mentionné par Johanne Lacombe, présidente du CECCE « L’ouverture de cette école secondaire vient renforcer l’évidence qu’une communauté francophone vibrante et solide est présente dans ce secteur de la ville et qu’elle ne fait que grandir. »

Le nom de cette 11e école secondaire du CECCE fut choisi par la communauté scolaire de la nouvelle école. Honorant un grand homme d’affaires, Franco-Ontarien et philanthrope, l’école fut baptisée École secondaire catholique Paul-Desmarais, en mai dernier. La vie et l’œuvre de Paul Desmarais reflètent les valeurs d’innovation, de leadership et d’entrepreneuriat : des valeurs importantes pour la communauté scolaire de l’École secondaire catholique Paul-Desmarais.

Ainsi, l’école Paul-Desmarais offrira la concentration Entrepreneuriat et innovation dès l’année scolaire 2016-2017. La concentration a pour but d’outiller les élèves dans divers projets créatifs afin de développer leur leadership et d’encourager la collaboration au sein de leur école et de leur communauté.

Pour sa première année d’opération, l’école accueillera les élèves de la 7e à la 9e année, et s’ajoutera ensuite un niveau par année pour enfin accueillir les élèves de la 7e à la 12e année en 2018-2019.

Le CECCE souligne la Journée nationale de la petite laine!

4 février 2016, OTTAWA - Aujourd’hui, 43 écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) soulignent la Journée nationale de la petite laine.


La Journée nationale de la p’tite laine est l’occasion de souligner, de façon ludique, l’importance d’économiser de l’énergie, tout en sensibilisant la population à l’importance de diminuer leur consommation de chauffage. Selon des données de WWF Canada, le chauffage représente 80 % de la consommation d’énergie du secteur résidentiel au Canada et est une source importante d’émissions de gaz à effet de serre.


Plusieurs initiatives des écoles du CECCE sont donc prévues pour célébrer cette journée : des collectes de vêtements chauds, des rassemblements dans le gymnase,  des danses en bas de laine pour créer de la chaleur en bougeant et des journées thématiques en sont quelques exemples.
 

« Le CECCE a une responsabilité d’encourager chez ses élèves des comportements responsables envers la planète et ses habitants » affirme Réjean Sirois, directeur de l’éducation. « Des initiatives « vertes » telles que la Journée nationale de la petite laine permettent aux élèves de participer à un mouvement à plus grande échelle et d’être sensibilisés afin de contribuer à créer un monde plus juste, plus vert et plus solidaire. »


« Ce n’est pas sans raison que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est compte un nombre impressionnant d’établissements certifiés ÉcoÉcoles. À ce jour, 30 écoles ont reçu cette certification!  » rajoute Johanne Lacombe, présidente du CECCE. « Le conseil multiplie les efforts pour diminuer son impact sur la planète et ce sont des valeurs que nous tenons absolument à transmettre à nos élèves pour qu’ils deviennent des écocitoyennes et des écocitoyens responsables. »


Pour découvrir toutes les initiatives en développement durable du CECCE, visitez ecolecatholique.ca/fr/developpement-durable_101. Pour plus d’informations sur l’événement, consultez jourdelapetitelaine.ca.

Marie-France Paquette, nommée Directrice remarquable du Canada

Le mardi 26 janvier 2016, OTTAWA – Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) est heureux de compter Marie-France Paquette, directrice de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau, parmi l’une de 40 directions d’écoles récipiendaires du prix national Canada’s Outstanding Principals remis par Partenariat en Éducation (The Learning Partnership).

Partenariat en Éducation reconnaît chaque année 40 directions d’écoles exceptionnelles qui se sont démarquées en matière de leadership en éducation, d’engagement envers la communauté et de par l’intégration de méthodes innovatrices qui ont eu un impact direct sur la réussite des élèves.

Selon Marie-France Ricard, surintendante de l’éducation au CECCE, « Marie-France Paquette se démarque tant par son leadership mobilisateur, sa passion de l’éducation, son respect envers tous les élèves peu importe leurs besoins et leur milieu socio-économique, son accueil de toutes les diversités culturelles et sa détermination d’offrir les meilleurs programmes et services pédagogiques. »

« Sous le leadership de Marie-France Paquette, la culture de l’École élémentaire catholique Marius-Barbeau s’est transformée pour favoriser le bien-être et la réussite de chaque élève » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « Elle a laissé sa marque dans la communauté scolaire de l’école Marius-Barbeau et ce prix arrive à point pour elle qui amorcera un nouveau défi dans sa carrière, soit celui d’ouvrir la nouvelle école élémentaire catholique en construction à Orléans. » 

Les directions récipiendaires du prix participeront à un programme de développement du leadership exclusif au Rotman School of Management de l’Université de Toronto, une des écoles de commerce les plus réputées au pays. Elles seront également intronisées à l’Académie nationale des directrices et directeurs remarquables du Canada qui compte 400 membres ; soit tous des leaders en éducation qui ont été reconnus par cette organisation Partenariat en Éducation.

Les directions seront honorées lors du gala annuel qui se déroulera le 23 février prochain à Toronto.

Le CECCE souhaite le bilinguisme pour la ville d'Ottawa

Le 13 janvier 2016, OTTAWA - Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est désire unir sa voix aux organismes francophones qui ont récemment dévoilé une démarche législative proposée pour demander la reconnaissance officielle du caractère bilingue de la capitale nationale.

 

« Il est grand temps que la ville d’Ottawa, la capitale nationale, soit reconnue officiellement comme ville bilingue » déclare Johanne Lacombe, présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « La capitale d’un pays bilingue doit être reconnue comme étant bilingue, non seulement pour ses résidents, mais pour tous les francophones et francophiles qui souhaitent faire du Canada leur terre d’accueil. » Effectivement, l’attrait d’une ville bilingue pour les francophones cherchant à immigrer au Canada pourrait avoir un impact énorme sur le choix de s’établir à Ottawa et de contribuer à la richesse de la communauté francophone.

 

« Cette désignation viendrait valoriser les élèves francophones en pleine quête de leur identité propre et augmenterait, chez l’ensemble des élèves, la fierté de bien parler les deux langues officielles du pays. Nous avons une responsabilité en vertu de la politique d’aménagement linguistique d’assurer la vitalité et la pérennité de nos écoles, mais cette responsabilité doit être partagée par le palier municipal et la communauté. »

Le CECCE ouvre ses portes aux réfugiés et aux nouveaux arrivants

Ottawa, le 12 janvier 2016 - Cette semaine, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) accueillera ses premiers élèves en provenance de la Syrie suite à l’accord permettant à 25 000 réfugiés de s’établir au Canada.

 

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est a un rôle important à jouer afin de renseigner les réfugiés et les nouveaux arrivants de l'existence d’écoles catholiques de langue française financées par les fonds publics. Effectivement, ailleurs dans le monde monde, les écoles catholiques sont majoritairement privées.

 

Il est important pour la vitalité de la communauté francophone en Ontario que les familles nouvellement arrivées au Canada sachent qu’elles ont le droit d’inscrire leur enfant dans une école catholique de langue française. En plus d’attirer les familles qui parlent le français, le CECCE a aussi le mandat d’attirer les familles qui ne parlent aucune des deux langues officielles du Canada.

 

Pour se faire, le CECCE privilégie le travail effectué en collaboration avec ses partenaires communautaires dont le mandat est l’établissement des familles nouvellement arrivées. « Nous sommes choyés de pouvoir compter sur des relations solides avec les paroisses des diverses communautés ethnoculturelles et les organisations qui accueillent directement les familles lorsqu’elles arrivent au Canada. Le travail que font ces organisations permettent aux familles de s’établir rapidement et de trouver les services dont ils ont besoin, ainsi que l’information en lien avec l’inscription à l’école pour les enfants » explique Johanne Lacombe, la présidente du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. « Les agentes aux relations communautaires et les travailleurs d’établissement dans les écoles du CECCE travaillent sans relâche pour appuyer et accompagner les familles nouvellement arrivées au Canada. »

 

L’accueil et l’accompagnement des familles nouvellement arrivées au Canada sont des plus importants pour le CECCE. D’ailleurs, les 22 000 élèves inscrits dans les 52 écoles du CECCE proviennent de 110 pays différents, faisant du CECCE un conseil scolaire inclusif. Chaque jour, un personnel compétent et dédié à l’intégration des élèves nouvellement arrivés au Canada se mobilise afin d’assurer le bien-être et la réussite de ces élèves.

 

Une fois les élèves inscrits dans les écoles, un travail important d’intégration et d’accompagnement est offert par les membres du personnel du CECCE et des écoles pour assurer la réussite et le bien-être des élèves. « Les programmes d’appui offerts dans les écoles catholiques du Centre-Est sont bien établis et font leurs preuves depuis plusieurs années. Des milliers d’élèves ont bénéficié du Programme d’accueil des nouveaux arrivants, et ces élèves redonnent à leur tour en participant à une vaste gamme d’initiatives visant l’entraide et l’accompagnement par les élèves, pour les élèves » explique Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE. « En fonction des besoins exprimés par les familles réfugiées, le CECCE a prévu de l’appui additionnel en lien avec l’offre de services des professionnels pour pallier aux expériences vécues par les enfants issus de pays en conflits. »  

En plus d’appuyer les élèves dans leur parcours scolaire, le CECCE appuie les familles, directement, grâce au travail d’agents aux relations communautaires et des travailleurs d’établissement dans les écoles, mais aussi par le biais de sa Fondation. Les parents désireux d’apprendre le français ou l’anglais peuvent également avoir recours aux services de l’Éducation permanente, l’établissement d’éducation aux adultes du CECCE.

Le CECCE mobilise également sa communauté scolaire et encourage, par le biais de Centraide (www.ecolecatholique.ca/contribuer), les dons. Il est aussi possible de s’impliquer auprès de partenaires tels Réfugié613.

Joanne Plante, bibliothécaire en chef au CECCE, reçoit le Prix Micheline-Persaud de l’Association des bibliothèques de l’Ontario ​

12 janvier 2016, OTTAWA - L’Association des bibliothèques de l’Ontario a annoncé les récipiendaires de ses prix 2015 soulignant la contribution et les réalisations dans les bibliothèques de l’Ontario.

 

Joanne Plante, bibliothécaire en chef au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) depuis plus de trois ans, s’est vu attribuer le Prix Micheline-Persaud. Cet honneur est destiné à une personne qui s’est distinguée dans le développement et la promotion des services de bibliothèque en français en Ontario.

 

Mme Plante supervise une équipe de 20 bibliotechniciennes et bibliotechniciens dans un réseau comptant plus de 50 bibliothèques. En plus de siéger au comité de la Fédération internationale des associations et institutions des bibliothèques, elle est également présidente d’ABO-FRANCO, le volet francophone de l’Association des bibliothèques de l’Ontario, où elle travaille activement au développement des services en français dans les bibliothèques de la province.

 

Mme Johanne Lacombe, présidente et M. Réjean Sirois, directeur de l’éducation au CECCE s’entendent sur le rôle capital des bibliothèques en Ontario français. « Les bibliothèques ont beaucoup évolué, mais demeurent des milieux de vie stimulants, qui contribuent à la promotion du français et au développement culturel des citoyens. Avec l’intégration des nouvelles technologies, les bibliothèques sont plus que jamais un outil important d’accès à l’information », affirme Mme Lacombe.

 

De son côté, Réjean Sirois rappelle l’importance de savoir s’adapter aux nouvelles réalités et mentionne que le CECCE a entrepris la modernisation de ses bibliothèques il y a déjà plusieurs années. « Lors du processus, le CECCE a pu bénéficier de la grande expertise de Joanne Plante, qui fait d’ailleurs un travail remarquable dans la promotion des services en français dans les bibliothèques des écoles», note-t-il.

 

Les prix seront présentés aux gagnants lors de la conférence annuelle de l’Association des bibliothèques de l’Ontario se déroulant du 20 au 27 janvier 2016.

Ensemble pour la réussite
et le bien-être de chaque élève
© Tous droits réservés 2020. CECCE - Conseil des écoles catholiques du Centre-Est.
Hébergé par : Impeka

Bien que le site web de l'école n'est pas traduit, il est possible de faire traduire ce site par Google en choisissant la langue que vous désirez dans le menu déroulant.

Although this website is in French only, it is possible to use this drop down menu to choose a language and have it automatically translated by Google.

While our Board and our schools offer services in French, we try our best to accommodate English-speaking parents and members of the school community.

For registration information, please contact the school board's Family Welcome Office at 613 746-3837 or toll free at 1 888 230-5131 extension 3837.